Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Promos Nike : Jusqu’à -50% de réduction !
Voir le deal

 

 Assassinat de Georges Mandel

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Assassinat de Georges Mandel Empty
MessageSujet: Assassinat de Georges Mandel   Assassinat de Georges Mandel Icon_minitime2009-07-07, 10:40

Georges Mandel


Parlementaire français
Naissance 5 juin 1885
Décès 7 juillet 1944
Mandat Député 1919-1924
puis 1928-1940
Début du mandat 1928


Groupe parlementaire NI (1919-1924)
Ind. (1928-1936)
IR (1936-1940)
IIIe République

Georges Mandel, de son vrai nom Louis Georges Rothschild (sans parenté avec la famille de banquiers du même nom), né le 5 juin 1885 à Chatou (Seine-et-Oise) et assassiné le 7 juillet 1944 dans la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne), est un homme politique et résistant français.

Biographie
Né en 1885 d'un père tailleur, dans une famille juive ayant fui l'Alsace en 1871 pour rester française, il s'engage très jeune en faveur d'Alfred Dreyfus et devient journaliste. De convictions conservatrices et nationalistes, il entre à 21 ans à L'Aurore, le journal de Georges Clemenceau qui a fait paraître le « J'accuse » d'Émile Zola.

Clemenceau a eu sur son collaborateur ce mot mordant : « Mandel n'avait pas d’idées, mais il était prêt à les défendre jusqu'à la mort. Il dira aussi plus trivialement : « Quand c'est moi qui pète, c'est lui qui pue ! »

Quand en 1906 Clemenceau devient Président du Conseil, Mandel saisit l'opportunité de participer à l'action gouvernementale, ce qu'il réalise rapidement. Il va devenir son chef de cabinet durant la Première Guerre mondiale.

Élu député de Gironde durant la vague Bleu Horizon de la droite, il perd ce mandat en 1924 face au Cartel des gauches, est réélu en 1928, en 1932 et en 1936 jusqu’à 1940. Entre temps, il a été porté à la présidence du Groupe Indépendant de la Chambre des députés (en 1932) puis est devenu ministre des Postes (en 1934) à 1936 où il a été remarqué pour sa fermeté. C'est sous son égide qu'est diffusée la première émission officielle de télévision française le 26 avril 1935.

Ministre des Colonies d’avril 1938 à mai 1940, il s’emploie, tout en luttant contre les mouvements nationalistes au Maghreb, à préparer l’empire colonial français à un conflit qu’il sent inévitable.

Dans les années 1930, il élève sa voix pour avertir des dangers de l'Allemagne nazie. Il obtient en 1935 la condamnation par la Société des Nations du rétablissement du service militaire obligatoire par Adolf Hitler puis s'oppose à Pierre Laval sur la question de la guerre d'agression menée contre l'Éthiopie par l'Italie de Benito Mussolini.

Après la victoire du Front populaire, il critique les réformes sociales menées par celui-ci, compte tenu qu'elles risquent - selon lui - d'affaiblir la productivité française, face à la menace de l'Allemagne nazie en plein réarmement, dont les ouvriers fournissent travail accru. Après la chute du Front populaire, il est nommé ministre des Colonies. Cet homme de droite propose alors une alliance avec l'Union soviétique pour faire face à la menace hitlérienne, dont le danger pour la France lui paraît primordial, puis proteste contre les accords de Munich.

Ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Paul Reynaud juste avant l'arrivée de Philippe Pétain au pouvoir en 1940, il fait tout pour endiguer l'esprit de débâcle qui s'abat sur la France, et envisage un « réduit breton », puis un repli sur l'Afrique du Nord pour les forces françaises. Défavorable à l'armistice et au pouvoir autoritaire en voie de constitution, il est arrêté le 17 juin 1940 sur l'ordre de Pétain, à peine promu président du Conseil, sur la base de fausses accusations, puis est libéré. Il cherche à organiser le départ pour l'Afrique du Nord du Président de la République, des présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat et de nombreux parlementaires, afin de poursuivre la lutte. En fait, seuls Georges Mandel - qui tient à emporter un buste en bronze de son cher Clemenceau - et vingt-cinq autres députés, dont Pierre Mendès-France, s'embarquent sur le Massilia le 21 juin.

Georges Mandel a eu une influence dans la détermination du général de Gaulle, le 14 juin 1940, d'aller à Londres représenter la France libre, épisode relaté dans les Mémoires de Guerre.

Le 8 août 1940, Georges Mandel est arrêté au Maroc, déféré à la cour de Riom et conduit au château de Chazeron où se trouvent déjà Paul Reynaud, Édouard Daladier et le général Maurice Gamelin. Ils sont tous quatre transférés dans un hôtel de Vals-les-Bains et condamnés à la prison à vie par le tribunal d'exception voulu par le maréchal Pétain le 7 novembre 1941. Ils sont emprisonnés au fort du Portalet gardé par les gendarmes français.

Suite à l'invasion de la zone libre par l'armée allemande, les Allemands veulent s’emparer de Georges Mandel et Paul Reynaud et organisent un coup de main sur le fort du Portalet. Les gendarmes leur ouvrent les portes et remettent les prisonniers aux nazis et qui les transfèrent en novembre 1942 dans un camp de la Gestapo à Oranienburg-Sachsenhausen, non loin de Berlin.


George Mandel est ensuite incarcéré près de Buchenwald où se trouve déjà Léon Blum. Ramené à la prison de la Santé à Paris et livré à la Milice le 4 juillet 1944. Le 7 juillet dans la forêt de Fontainebleau, le milicien Mansuy l'abat de seize balles de mitraillette dans le dos, en représailles de l'assassinat par la Résistance du ministre collaborationniste de la Propagande Philippe Henriot.

Il est enterré au cimetière de Passy. Un monument à sa mémoire, réalisé par le sculpteur François Cogné, a été érigé à l'endroit où il a été assassiné, au bord de la route menant de Fontainebleau à Nemours (D607 ex N7 à 1,9km de l'obélisque).
Assassinat de Georges Mandel 250px-12
(WIKIPEDIA)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Assassinat de Georges Mandel Empty
MessageSujet: Re: Assassinat de Georges Mandel   Assassinat de Georges Mandel Icon_minitime2009-07-07, 11:06

Merci Gdlr Assassinat de Georges Mandel 373769
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Assassinat de Georges Mandel Empty
MessageSujet: Re: Assassinat de Georges Mandel   Assassinat de Georges Mandel Icon_minitime2009-07-07, 22:32

je connaissais comme beaucoup, le nom de cet homme, mais je viens d'apprendre certaines choses sur lui que j'ignorais. Merci GdlR
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Assassinat de Georges Mandel Empty
MessageSujet: Re: Assassinat de Georges Mandel   Assassinat de Georges Mandel Icon_minitime2009-07-08, 06:28

Merci GdlR
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Assassinat de Georges Mandel Empty
MessageSujet: Re: Assassinat de Georges Mandel   Assassinat de Georges Mandel Icon_minitime2009-07-08, 09:06

Merci Grognard de la République study study
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Assassinat de Georges Mandel Empty
MessageSujet: Re: Assassinat de Georges Mandel   Assassinat de Georges Mandel Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Assassinat de Georges Mandel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l’Assassinat du Pape est Imminent
»  12 octobre 1915 : Exécution d'Edith Cavell .
» assassinat d'un marsouin au Mans !!
» "24 décembre 1942" Assassinat de l'amiral Darlan .
» 22 novembre 1963 Assassinat de Kennedy à Dallas .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Que s'est il passé un ?-
Sauter vers: