Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

 

 La robotique pour augmenter et réparer le soldat .

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 26143
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Empty
MessageSujet: La robotique pour augmenter et réparer le soldat .   La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Icon_minitime2020-12-30, 18:21

La robotique pour augmenter et réparer le soldat

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Capture

Les progrès de la technologie vont modifier profondément les limites de l'homme au combat, qu'elles soient physiques ou cognitives, tant pour augmenter ses capacités que pour optimiser la prise en charge médicale (capteurs, implants).

Le soldat est un homme équipé redoutable, mais aussi vulnérable, qui de tout temps a cherché à mettre à son profit les évolutions technologiques auxquelles il peut avoir accès, en étant même parfois l'auteur, afin d'accroître son efficacité tactique et sa protection. Or, les évolutions technologiques prochaines vont permettre au combattant d'étendre son contrôle sur son environnement en portant plus loin ses capacités d'action, en améliorant sa connaissance de lui-même et de ses propres limites ainsi que sa protection, et en lui donnant des capacités d'analyse et de réaction supérieures à celles d'un individu non équipé.

L'utilisation de systèmes robotisés, bénéficiant d'une certaine part d'autonomie pour effectuer des actions sous contrôle de l'homme de façon directe ou indirecte, est depuis peu une aide proposée au combattant. Cet outil, mis à sa disposition, pourra lui donner des avantages inédits dans l'histoire militaire : la possibilité d'effectuer des missions répétitives dans la durée, de sauvegarder la ressource humaine pour des missions où sa valeur ajoutée sera plus forte, ou encore d'apporter un plus opérationnel au combattant, avec pour potentiel effet de modifier à terme les modes de combat traditionnels.

Un palliatif aux limites de l'homme

En somme, l'apport de nouveaux équipements technologiques et de systèmes robotisés permet dès à présent au combattant du XXIe siècle d'être « augmenté » lors de sa mission, et ce par l'amélioration de ses capacités cognitives pour être mieux informé sur son environnement tactique, par l'aide à la prise de décision, par l'amélioration de sa résistance physique ou l'allégement du port de charges, et par la possibilité d'accroître ses capacités opérationnelles avec l'utilisation d'équipements spécifiques à sa mission.

D'un point de vue strictement médical, en revanche, la définition de soldat augmenté elle-même souffre d'un risque qu'il est nécessaire de prévenir. En effet, lorsque nous parlons d'augmentation, nous faisons référence à un dépassement des normes garantes d'un fonctionnement normal. Ce qui nécessite d'emblée de délimiter avec précision les nouvelles frontières posées par l'apport des neurosciences dans les champs explorés au profit du combattant.

Ce qui est certain, c'est que nous devrons préparer le soldat à la maîtrise de ces acquisitions, leur appropriation ne devant en aucun cas être une carapace leur conférant un sentiment d'invulnérabilité dont le risque serait, à l'occasion d'un traumatisme, un retour difficile à la réalité, avec production d'un choc post-traumatique, d'autant plus intense qu'évacué et éludé du « possible » et de la conscience.

Les limites humaines, qu'elles soient physiques ou intellectuelles, peuvent ainsi être accompagnées, voire dépassées. La technologie peut tout d'abord permettre d'être mieux informé, de façon simple et ergonomique. Elle permet également de soulager une des contraintes que le soldat a dû assumer depuis toujours, celle de porter de lourdes charges, ce qui restreint la mobilité, augmente la vulnérabilité et la fatigue. S'y rajoute aujourd'hui une charge cognitive croissante due à la complexification des systèmes que le combattant doit utiliser, avec la numérisation croissante des équipements militaires intégrés dans l'espace de bataille. Enfin, une intelligence intégrée dans les équipements à la disposition du soldat permettra de l'accompagner dans sa manoeuvre, ainsi que de l'aider à prendre les décisions qui s'imposent dans un environnement complexe.

Un soldat augmenté

Un soldat mieux informé, allégé et mieux équipé, sera ainsi un combattant augmenté ayant plus de facilité à remplir sa mission et plus de chances de surpasser son adversaire en cas de danger.

Il sera mieux informé sur ses propres capacités physiologiques car, pour le chef d'un groupe de combat, il est vital de connaître le niveau d'attention global de son unité, son état de stress et son état émotionnel. Des capteurs de mesure du rythme cardiaque ou de la température corporelle peuvent lui être de très utiles indicateurs.

Sur le plan tactique, l'information étant la clé de voûte de toute action militaire, des équipements performants pourront accompagner le dispositif de combat du fantassin ou y être intégrés, comme par exemple :

* Des caméras de vision jour-nuit longue distance, thermiques et à amplification de lumière, qui assureront une vision fine, précise et globale (360°) de la zone de conflit, et qui pourront également géolocaliser les cibles détectées en indiquant leur position GPS.
 
* Des détecteurs de mouvements.
   
* Des capteurs d'indication de la position exacte amis-ennemis ainsi que de reconnaissance des populations civiles et des points de ralliement.
   
* Au niveau de la communication, des équipements développant l'intercommunicabilté silencieuse et améliorant la captation des signaux d'alerte de la progression ennemie et la compréhension et l'écoute des ordres.
   
* Des capteurs informant sur l'environnement NRBC (nucléaire, radiologique, biologique, chimique).
   
* Des capteurs sur la consommation des munitions ou des denrées (eau, nourriture) permettant une anticipation du recomplètement logistique.

L'ensemble de ces informations peut être présenté de façon ergonomique sur une tablette flexible ou à l'intérieur d'un casque de réalité augmentée.

Marches longues et déplacements en milieu hostile sont inhérents à l'action militaire terrestre. Aussi, des équipements permettant d'aider le combattant à porter des charges seraient d'un grand avantage. Il peut s'agir de « robots-mules », portant sacs et ravitaillement, progressant au rythme de la manoeuvre militaire, mais aussi d'exosquelettes ou d'équipements d'accompagnement des muscles externes.

En outre, depuis peu, le soldat est de plus en plus accaparé par la complexité des systèmes qu'il doit opérer. Pour éviter une trop forte charge cognitive et faire en sorte que ces équipements puissent être utilisables par tout type de soldat, il faudra un système de pilotage simple et qui ne focalise pas l'attention de l'opérateur (effet tunnel), intégrant dans une seule interface l'ensemble des informations des différents systèmes qu'il intègre ou qu'il opère. Des bases de données intégrées aux équipements du soldat peuvent également l'aider à prendre les bonnes décisions, en lui permettant de s'appuyer sur une connaissance encyclopédique adaptée à la situation.

Ce même soldat doit également être mieux équipé en fonction des situations. De nouveaux matériaux comme le graphène (deux cents fois plus résistant que l'acier) pourraient permettre de créer des structures pare-balles très légères et souples. D'autres pourraient permettre de réaliser des capes d'invisibilité thermique ou de réflexion des ondes de détection radar, ou bien être totalement isolants, voire imperméables à tout liquide. Enfin, les matériaux nanoporeux tels que les MOF (metal organic frameworks) peuvent stocker de grandes quantités de gaz ou de liquides, ce qui permettrait une réduction de la taille des batteries du futur. Les nanotechnologies pourront permettre l'équipement de structures très accrochantes (gants, chaussures), ainsi que la réalisation de nanomoteurs intégrés aidant à la propulsion ou la ventilation des équipements. De surcroît, des vêtements « intelligents » pourraient également, en cas de blessure, la détecter et effectuer automatiquement une constriction des tissus humains touchés, puis administrer un calmant.

Sur le plan de la protection physiologique, les réseaux de capteurs cités plus haut assureront une meilleure prévention dans le maintien de la condition et de la protection du combattant et permettront également une optimisation des déplacements et une adaptation de la progression par l'analyse de caractéristiques physiologiques. En effet, prenant en compte les contraintes de terrain, géographiques ou climatologiques, ils réguleront les facteurs de résistance et d'endurance tout en diminuant la pénibilité et la fatigabilité.

Enfin, sur le plan psychologique, ils seront un élément modérateur de stress, en déchargeant l'individu de la collecte, du traitement et de l'analyse de l'ensemble des données recueillies, tout en lui proposant les paramètres les plus appropriés dans la commande et la prise de décision.

Il faudra cependant prévoir que l'utilisation à grande échelle de la technologie pour des missions militaires aura pour effet d'accroître la dépendance à ces équipements technologiques qui accompagneront le soldat dans son action, ce qui changera les façons d'opérer traditionnelles et se traduira par un surcoût lié aux besoins de formation très spécifique à ces nouveaux outils et à la maintenance des équipements.

La réparation du soldat

La dangerosité de l'action du militaire conduit le soldat à s'exposer à des risques physiques et psychologiques, entraînant parfois de graves blessures que la nation a le devoir de réparer par toutes les techniques à sa disposition.

Il s'agit, d'une part, de potentiels effets secondaires indésirables, parfois irréversibles, induits par l'apport de substances endogènes ou d'implants. Ils font naître une nouvelle responsabilité médicale qu'il convient d'intégrer dans des cadres juridiques et éthiques clairement définis, tant sur le plan de l'évaluation des dommages que sur celui de la réparation juridique de ces dommages corporels ou psychiques.

D'autre part, la mise en place de réseaux de capteurs externes, ou l'ajout d'équipements supplémentaires pour le combattant, nécessitera de prendre en compte toute possibilité d'altération pour lui assurer de conserver son autonomie, ce qui conduira, de fait, à son renforcement psychologique.

Ces facteurs seront ainsi à considérer non comme dopants au sens physiologique, mais comme « facilitant » aussi bien les capacités physiques et cognitives d'évaluation et d'appréhension de l'environnement que les facultés d'adaptation aux contraintes du combat, ainsi que le choix de la conduite et de la décision les plus appropriées dans le temps et dans l'espace. Ils seront également générateurs de signaux d'alerte en cas de défaillance physiologique ou physique, ce qui permettra de corriger à distance et de façon quasi immédiate les troubles rapportés, identifiés et confirmés (dans la mesure du possible).

Réparer les blessures physiques

Ainsi, l'apport des nanotechnologies sera probablement un outil plus performant d'aide au diagnostic immédiat, assurant non seulement l'adaptation et la préparation de la chaîne de la santé, depuis la prise en charge du lieu de combat jusqu'à l'hôpital spécialisé (ce qui se passe actuellement), mais permettant également d'optimiser la situation en cas de blessés nombreux et de prioriser les actions, en réalisant une véritable cartographie à la fois initiale et évolutive des soldats blessés, en fonction des critères d'urgence et des contraintes du combat.

Réparer les blessures psychologiques

L'équilibre psychique d'un individu et sa capacité à faire face aux épreuves auxquelles il est confronté dépendent non seulement de facteurs qui lui sont propres, mais également de facteurs liés à l'environnement professionnel, familial et social dans lequel il évolue. Le soutien psychologique du militaire doit donc prendre en compte, dans une même dynamique, les dénominateurs psychosociaux et médico-psychologiques susceptibles de maintenir, favoriser et, le cas échéant, restaurer cet équilibre.

Si l'amélioration des capacités cognitives (attention, veille) par certaines substances est un enjeu vital et pertinent à risques limités, car plus contrôlables et réversibles à l'arrêt, le risque peut être majeur quant à l'impact de drogues médicamenteuses sur la transformation psychique et la rupture de cet équilibre. Ainsi, l'accroissement de la résistance aux émotions violentes et à l'épuisement mental, l'insensibilité à la douleur et aux effets psychiques de scènes traumatisantes peuvent générer, à moyen ou long terme, la résurgence de troubles post-traumatiques importants.

Toutefois, cette amélioration des performances et des capacités ne devra pas donner au combattant un quelconque sentiment d'invincibilité, au risque de provoquer, une fois à distance de la situation opérationnelle, un traumatisme, un choc psychologique d'autant plus marqué que le soldat aura intégré ce sentiment d'invulnérabilité. La préparation psychologique sera donc un élément majeur de son entraînement dans le cadre de l'acquisition et de la maîtrise de ces outils complémentaires. Elle permettra ainsi une prise en charge plus rapide du « syndrome post-traumatique augmenté ».

Enfin, le traumatisme psychique résulte toujours d'une perception ou d'une sensation, tous les organes des sens ainsi que les sensations proprioceptives pouvant être à l'origine d'un traumatisme. Ne risque-t-on pas par conséquent un effet retardé accru, et ces modifications neurobiologiques ne peuvent-elles pas conditionner non pas la survenue des « post-traumatic stress disorders » (PTSD, désordres post-traumatiques) en tant que tels, mais leur prévention, leur incidence, leur surveillance, leur prise en charge ?

En conclusion, le soldat augmenté de demain sera un combattant qui pourra plus aisément surpasser ses limites humaines pour une meilleure appréhension du champ de bataille et une meilleure efficacité tactique, et qui bénéficiera aussi de l'accroissement de sa résistance à la fatigue, aux émotions violentes et à l'épuisement mental, ce qui réduira d'autant sa vulnérabilité pour le plus grand bénéfice de nos forces armées. Mais, aussi évoluées soient-elles, ces technologies d'un futur dans lequel nous sommes déjà entrés ne devront pas nous faire oublier que le soldat est avant tout un homme, dont les facultés de résilience seront plus que jamais à préserver, de la préparation de la mission jusqu'à son exécution totale et au-delà, jusqu'à son entière et complète réintégration psychosociale.

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . 1434301847-s6u

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . 1039%2Fmulti%2F3uz0q%2Fl-armee-se-prepare-au-soldat-augmente-a-quoi-ressemblera-t-il%7Cq0qxq58-H

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Image-1024-1024-6996228

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Perspectives-La-France-ne-resiste-pas-a-la-tentation-du-soldat-augmente-

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Details_L97827637396011

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . 908920120 La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Cocoye10 La robotique pour augmenter et réparer le soldat . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06 et Eva aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Michel
Admin
Michel


Masculin
Nombre de messages : 3157
Age : 64
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 09/10/2021

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Empty
MessageSujet: Re: La robotique pour augmenter et réparer le soldat .   La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Icon_minitime2021-10-15, 14:16

[size=39]L'ARMÉE DE TERRE DÉVOILE LA SECTION VULCAIN, L'UNITÉ DE ROBOTS QUI SERA OPÉRATIONNELLE EN 2030[/size]


[size=18]L'armée française prépare une armée de robots. Cette section, baptisée Vulcain, vise à épauler les soldats. Les première unités pilotes seront testées dès 2025 pour être opérationnelles en 2030.

Les robots et l'intelligence artificielle seront la prochaine révolution technologique militaire comme l'ont été l'arme nucléaire, l'arrivée des blindés lors de la Première Guerre mondiale ou, bien avant, la poudre à canon.
Comme toutes les autres armées du monde, la France se prépare à cette mutation. Le général Thierry Burkhard, chef d'état-major de l'armée de Terre (Cemat) a dévoilé jeudi sur la base de Satory, dans les Yvelines, le projet Vulcain. Il vise à "penser l'intégration des robots et de l'intelligence artificielle dans l'espace de bataille" à l'horizon 2040 avec la création d'une première unité robotique expérimentale.











Cette section sera installée cet été au centre d'entraînement aux actions en zone urbaine (Cenzub) situé dans l'Aisne. Elle sera chargée d'expérimenter les robots et d'en évaluer les gains par rapport aux actions humaines. Il ne s'agit de pas de robots tueur destinés à remplacer les soldats sur les champs d'opération mais de les délester de certaines tâches trop fastidieuses ou trop périlleuses. Les premières unités pilotes peuvent être envisagées à partir de 2025 et les unités opérationnelles cinq ans plus tard.
[/size]
Citation :
"En 2040, l'armée de Terre sera robotisée comme elle pressentait qu'elle allait devenir blindée à l'issue de la Première Guerre mondiale" et qui, par "dogmatisme", n'a pas su utiliser en 1940 les "chars performants" dont elle disposait, selon le texte de son discours. Il faut donc dès maintenant lancer la réflexion.

Drones kamikazes employés lors du récent conflit au Haut-Karabagh ou prototypes de robots mules transportant des charges à la place du fantassin testés au Sahel par les militaires français, les robots sont déjà présents et "le phénomène s'accentuera", rappelle-t-il.

"Ne pas tomber dans la techno-dépendance"


Actuellement, l'"état de l'art" présenté jeudi par des industriels au camp de Satory permet à une mule d'accompagner des fantassins grâce à ses lidars (laser de télédétection). En cas d'opposition avec l'ennemi, un autre robot à roue équipé d'un bouclier se déploie pour protéger les fantassins et un troisième, chenillé et équipé d'un canon de 20mm, pour éliminer la menace.
Les développements de l'intelligence artificielle vont considérablement renforcer l'autonomie de ces engins. Un homme pourra fixer comme mission une reconnaissance sur une zone précise et un système automatisé lui proposera quels types de robot, volant ou roulant, envoyer et selon quelles modalités, explique Christophe Grand de l'Onera, l'office de recherches aérospatiales.

Citation :
"La difficulté est de savoir jusqu'où on va arriver, mais on sera rapidement confronté à l'acceptabilité de ces systèmes" auprès des militaires dont la sécurité dépendra de ces robots, estime-t-il.

"Chaque robot sera commandé", a insisté le général Burkhard. Un récent rapport du comité d'éthique du ministère des Armées a confirmé que "la France ne développerait et n'emploierait pas de systèmes d'armes létaux pleinement autonomes" , des systèmes appelés par leur acronyme "SALA".

Un régiment de chars robotisés en Russie


En France, "l'homme prendra toujours la décision de tir, mais on doit réfléchir à ce qu'on pourrait opposer à d'éventuels SALA", prévient Joël Morillon, membre d'un groupe de travail robotique au sein du groupement des industries de défense terrestres.
Les robots vont faire partie intégrante de l'armée de demain, mais il ne s'agit pas non plus de tomber dans une "techno-dépendance", a mis en garde le général Burkhard: les liaisons radio utilisées pour communiquer entre robots et avec l'homme seront une cible privilégiée de brouillage par l'ennemi.
La France n'est pas la seule à se préparer à l'intégration de robots dans ses rangs. Les Britanniques ont lancé le programme Spiral pour faire face à la baisse des effectifs. La British Army entend renforcer ses troupes avec 30.000 robots d'ici 2030.
Aux Etats-Unis, deux programmes (Squad-X et Smet, pour Small Multipurpose Equipment Transport) ont été dévoilés visant à utiliser des robots pour le transport, la reconnaissance en terrain hostile ou l'appui lors d'opérations terrestres. En avril dernier, la Russie a dévoilé la création d'un régiment de chars robotisés lourdement armés.
L'armée française est loin d'être en reste. Le robot Spot de Boston Dynamics pourrait à terme venir accompagner l'armée française dans ses missions. Ce robot quadrupède a été testé cette année à l'école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. Il sera amené à partir en exploration et effectuer des missions de reconnaissance.
SUR LE MÊME SUJET


  • Voir plus


___________________________________ ____________________________________

   

                             La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU                    Vive la Bretagne                              La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU   

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Panpan19
membre confirmé
membre confirmé
Panpan19


Masculin
Nombre de messages : 493
Age : 84
Emploi : Officier en retraite
Date d'inscription : 16/08/2021

La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Empty
MessageSujet: Re: La robotique pour augmenter et réparer le soldat .   La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Icon_minitime2021-10-15, 15:24

Superbe article, bien informé, j'ai eu l'occasion en qualité d’officier de voir à Satory ainsi qu’à MILIPOL des avancées surprenantes. Maintenant avec la galère des budgets, j’ai des doutes quant à l'arrivée du matériel dans les régiments, 2050 ! À part certaines unités spéciales comme le 13 ; super équipées, mais qui sont rares. Mais, bon on peut rêver ! (je me rappelle, avoir entendu : vous être légionnaires, démerdez-vous.) La robotique pour augmenter et réparer le soldat . 367768

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
https://arquebusiersdulimousin.com
Contenu sponsorisé





La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Empty
MessageSujet: Re: La robotique pour augmenter et réparer le soldat .   La robotique pour augmenter et réparer le soldat . Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La robotique pour augmenter et réparer le soldat .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour la Direction de la maintenance aéronautique, l’impression 3D a un intérêt « limité » pour réparer les aéronefs
» L’armée de Terre expérimente avec succès l’impression 3D pour réparer des Véhicules blindés légers .
» Requiem pour le soldat.
» Pour "Benoit & Raymond" : La Jeep Willys, un brave petit soldat!
» Selon un rapport, un soldat dépenserait en moyenne 400 euros par an pour son équipement personnel .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: SOLDATS :: De demain (futurs engagés, posez vos questions)-
Sauter vers: