Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -53%
Chargeur rapide sans Fil Universel 10 W – ...
Voir le deal
15.99 €

 

 3=DECES D"UN COMPAGNON DE LA LIBERATION"

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Empty
MessageSujet: 3=DECES D"UN COMPAGNON DE LA LIBERATION"   3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Icon_minitimeLun 13 Juin 2016 - 20:38

SOURCE : LE BIEN PUBLIC
=================
Mort de Charles Gonard, résistant et compagnon de la Libération
===============
Photo Musée de l'Ordre de la Libération Photo Musée de l'Ordre de la Libération
3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Mort-d10

===============
L’ancien résistant et Compagnon de la Libération Charles Gonard, connu sous le nom de code de Morlot, est décédé dimanche à 94 ans, selon le secrétaire d’État aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini.

Né en 1921 à Paris, Charles Gonard s’était engagé dans la Résistance dès 1941, d’abord comme agent de liaison à Marseille où il distribuait des tracts et journaux clandestins, puis en prenant part à la lutte armée à partir de 1943 avec les Mouvements unis de la Résistance.

Dans les FFI en février 1944

Il avait intégré en février 1944 les Forces françaises de l’intérieur (FFI) pour participer aux combats de la Libération de Paris.

Le 28 juin 1944, il avait dirigé le commando qui exécuta Philippe Henriot, le "Goebbels français", chantre de la collaboration avec l’occupant nazi, à son domicile au ministère de l’Information, dans l’immeuble du 10 rue de Solférino qui abrite aujourd’hui le Parti socialiste.
================
NDLR :Et ex siège du service action Gaulliste -le  S.A.C situé au 5 de Solférino
Kanesataké
-----------------------
-----------
Commandeur de la Légion d'honneur

Compagnon de la Libération en novembre 1945, Charles Gonard s’était ensuite engagé pendant deux ans en Indochine, en tant que capitaine de réserve d’infanterie coloniale avant de retourner à la vie civile en faisant carrière dans l’industrie en France et au Maroc.

Il avait été élevé en 1996 au rang de commandeur de la Légion d’honneur.

"Son engagement et son courage resteront un symbole de la France libre et résistante", a déclaré Jean-Marc Todeschini en saluant sa mémoire avec "une profonde émotion
".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Empty
MessageSujet: Re: 3=DECES D"UN COMPAGNON DE LA LIBERATION"   3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Icon_minitimeMar 14 Juin 2016 - 15:59

Décès de Charles Gonard, alias « Morlot », Compagnon de la LibérationPosté dans Histoire militaire par Laurent Lagneau Le 14-06-2016

gonard-20160614Le 28 juin 1944, à l’aube, un groupe de résistants munis de faux papiers de miliciens pénétra au 10 de la rue de Solférino. Leur objectif? Enlever, ou à défaut, exécuter, Philippe Henriot, fervent collaborationniste avec l’occupant nazi, voix de Radio Paris (« Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand! », scandait Pierre Dac, sur les ondes de la BBC) et secrétaire d’État à l’Information et à la propagande du régime de Vichy. Ayant fait mine de se défendre, il fut abattu.



L’homme qui commandait ce groupe de résistants audacieux n’était autre que Charles Gonard, alias « Morlot ». Ce Compagnon de la Libération vient de s’éteindre à l’âge de 94 ans, le 12 juin à Vence (Alpes-Maritimes).

Né à Paris le 11 octobre 1921, Charles Gonard était lycéen quand, en 1939, il souhaite s’engager dans l’armée. Seulement, souffrant d’une pleurésie, il est ajourné. Après la campagne de France de mai-juin 1940, il veut répondre à l’appel du général de Gaulle. Mais les circonstances feront qu’il ne pourra pas embarquer à temps pour rejoindre Londres.

À Lyon, où il s’est replié, il forme une cellule gaulliste au sein de son lycée. Puis, à Marseille, où il effectue sa première année de droit, il entre en contact avec le réseau de résistance « Combat » d’Henri Frenay. Il devient alors agent de liaison. Un an plus tard, cette fois à Paris, où il poursuit ses études, Charles Gonard continue ses activités au sein du Front national universitaire et du groupe « Ceux de la Résistance » (CDLR).

Après avoir vainement tenté de rejoindre les Forces françaises libres (FFL) en passant par l’Espagne, il rencontre Serge Ravanel, le responsable des groupes francs des Mouvements unis de Résistance (MUR).

Dès lors, Charles Gonard retourne à Marseille pour y créer des groupes francs dans les 6 départements environnants. Ces unités multiplieront les opérations qu’il dirigera personnellement, du moins pour les plus importantes : actions contre des usines, destruction de relais de ligne à haute tension, coupures de voies ferrées, sabotage de locomotives, interception d’un train militaire allemand, attaque de la Gestapo à Gap, exécutions de collaborateurs, etc…

En février 1944, le jeune résistant revient à Paris pour former les groupes francs nationaux des Forces françaises de l’intérieur (FFI), qui dépendent du Comité d’action militaire (COMAC), créé par le Comité central des mouvements de Résistance. Plusieurs actions importantes sont à mettre à son actif, comme la destruction du fichier du Service du travail obligatoire (STO) de Versailles, l’attaque des collaborationnistes dirigés par François Spirito, l’évasion de Jean-Pierre Levy, le chef de Franc-Tireur alors détenu à la prison de la Santé, et donc l’exécution de Philippe Henriot.

Lors des combats de la Libération de Paris, Charles Gonard est blessé à la tête lors de l’attaque d’un convoi allemand. À la fin de la guerre, lieutenant-colonel des FFI, il sera fait Compagnon de la Libération en novembre 1945.

Mais c’est en tant que capitaine de réserve de l’Infanterie colonial que Charles Gonard passera deux ans en Indochine. Puis, par la suite, il entamera une carrière dans l’industrie qui le ménera à Strasbourg, à Paris puis au Maroc.

Modeste et d’une grande humilité, ce Compagnon de la Libération était commandeur de la Légion d’Honneur. Il était aussi titulaire de la Croix de Guerre 39/45 avec 5 citations et de la Médaille de la Résistance avec rosette.


En savoir plus sur http://www.opex360.com/2016/06/14/deces-de-charles-gonard-alias-morlot-compagnon-de-la-liberation/#JS0zqXAqAZ7WbO2w.99
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40

Masculin
Nombre de messages : 18672
Age : 74
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Empty
MessageSujet: Re: 3=DECES D"UN COMPAGNON DE LA LIBERATION"   3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Icon_minitimeMar 14 Juin 2016 - 16:23

Encore un Grand Monsieur .

Merci René , le "Devoir de Mémoire"

Quand nous serons tous dans les cieux , qui parlera d'eux ?????? 3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" 367768

Pas la nouvelle France , je pense .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" 908920120 3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Cocoye10 3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Empty
MessageSujet: Re: 3=DECES D"UN COMPAGNON DE LA LIBERATION"   3=DECES D"UN COMPAGNON  DE LA LIBERATION" Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
3=DECES D"UN COMPAGNON DE LA LIBERATION"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages remarquables (Civils & Militaires) :: Les combattants de l'ombre-
Sauter vers: