Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Promos Nike : Jusqu’à -50% de réduction !
Voir le deal
-38%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – 15,6″FHD (RAM 8Go)
799 € 1299 €
Voir le deal

 

 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Alexderome
Admin
Alexderome


Masculin
Nombre de messages : 4360
Age : 56
Emploi : A la recherche du temps perdu
Date d'inscription : 22/10/2010

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Empty
MessageSujet: Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre    Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Icon_minitime2022-02-20, 19:22

Un fait assez rare sauf au Japon, les suicides de masse.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le nombre exact de suicides et d'enfants tués n'est pas connu. Un rapport d'activité publié en novembre 1945 par l'administrateur du district de Demmin dénonçait un nombre de 700 habitants tués par suicide. Les témoins contemporains ont fait appel à des estimations ultérieures, fondées uniquement sur les impressions et les ouï-dire, chiffres toujours nouveaux et parfois considérablement plus élevés. Le témoin contemporain, le pasteur ultérieur Norbert Buske , qui a recueilli certains de ces rapports dans son livre The End of War dans Demmin 1945 , présume au moins 1000 suicides. Bartholomaei appelle également cet ordre de grandeur l'exposition permanente dans l'église de la ville : "Le nombre des morts s'élève à plus de mille" [6]"Le musée régional de Demminer est finalement arrivé en 2013 sur la base des registres de décès du cimetière de Demminer. Selon une estimation prudente de 500 morts garantis à la suite d'un suicide massif à Demmin, il avait renvoyé à un nombre important de cas non signalés."

L'article livre une liste d'autres lieux où ont eu lieu des suicides de masse

Neubrandenburg: more than 600 suicides[3]
Burg Stargard: 120 suicides[3]
Neustrelitz: 681 suicides[3]
Penzlin: 230 suicides[3]
Tessin: 107 suicides[3]
Vietzen and Rechlin: mass suicide by drowning in Lake Müritz[3]
Teterow, Güstrow, Rostock, Bad Doberan: hundreds of suicides each[3]
Malchin more than 500 suicides, buried in a mass grave[3]
Schönlanke (now Trzcianka): about 500 suicides[3]
Stolp (now Słupsk): about 1000 suicides[3]
Lauenburg (now Lębork): about 600 suicides[3]
Grünberg (now Zielona Góra): about 500 suicides[3]
Berlin: more than 4,000 suicides in April and May, including mass suicides
Traduction partielle de Wikipedia

___________________________________ ____________________________________

Ce que nous voulions nous ne le savions pas, et ce que nous savions nous ne le voulions pas.
Ernst von Salomon Les Réprouvés
« Je ne veux pas me faire ficher, estampiller, enregistrer, ni me faire classer puis déclasser ou numéroter. Ma vie m’appartient ». N°6 Le Prisonnier

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25253
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Empty
MessageSujet: Re: Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre    Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Icon_minitime2022-02-20, 19:48

Merci mon Alex .

Mon Papa m'en avait parlé .

Entre le 30 avril et le 4 mai 1945, la petite ville de Demmin, en Poméranie, fut le théâtre d’une vague de suicides qui emporta de 500 à 1 000 Allemands.

La cause est entendue :

L’arrivée de l’Armée rouge, le 30 avril, et les viols commis par ses soldats, auraient poussé des centaines de civils à opter pour la mort, plutôt que de subir la violence exercée par les hommes de Staline.

Une lecture convenue à laquelle Emmanuel Droit apporte, dans un récit saisissant, de sérieuses retouches.

L’historien rappelle ainsi que les premiers suicides intervinrent avant même l’irruption des troupes soviétiques.

En effet, les hiérarques nazis et la Wehrmacht avaient précipitamment quitté la bourgade, pour résister au rouleau compresseur russe ou éviter d’avoir à rendre des comptes à leurs vainqueurs.

La population sombra alors dans le désespoir, se sentant, non sans raison, livrée à elle-même, d’autant que les ponts ayant été minés, il n’était plus possible de s’enfuir.

La mort, dès lors, apparut comme une solution d’autant plus idoine que le régime avait, d’emblée, présenté la guerre comme une épreuve absolue.

Soit le Reich l’emportait, soit il sombrerait, de sorte que bien des Allemands, faute d’alternative, conçurent la mort comme l’unique choix qui leur était offert.

Il s’agissait cependant plus d’un acte sacrificiel que d’un geste de désespoir, dans une dynamique mortifère qui imposait aux Allemands de disparaître, si la victoire, hier promise, s’évanouissait.

C’est donc sur ce terreau anxiogène que les hommes de l’Armée rouge déboulèrent.

Amitié germano-soviétique

Au rebours d’une idée reçue, ils ne se livrèrent pas d’emblée à des actes criminels.

Ils se montrèrent civils, tout en dérobant leur montre aux passants qu’ils croisaient.

La situation, pourtant, ne tarda pas à dégénérer.

Les guerriers soviétiques, usés par une longue et coûteuse campagne étaient exténués ; surtout, ils avaient peur.

Les tirs sporadiques qu’ils essuyèrent de la part de nazis fanatiques, les incendies que quelques Allemands, avant de se tuer, déclenchèrent, comme la perspective de leur prochain triomphe, célébré avec force schnaps, firent soudain basculer la situation.

Les vainqueurs pacifiques se métamorphosèrent en reîtres, violant les femmes, pillant et incendiant les domiciles.

Une violence incontrôlée que les autorités de la République démocratique allemande, après 1949, se hâtèrent de cacher, préférant célébrer l’amitié germano-soviétique.

A l’inverse, les partis extrémistes, après la chute du Mur, s’empressèrent d’exhumer ce drame qui illustrait, selon eux, la perversité intrinsèque du communisme.

La folie qui s’empara de Demmin au printemps 1945 n’était donc pas inscrite dans les astres.

Elle ne résulta ni de la perversité intrinsèque des hommes de l’Armée rouge, ni du fanatisme nazi, mais découla, plus prosaïquement, d’un enchaînement de circonstances qui n’avait rien de fatal – l’absence des autorités allemandes, les tirs isolés, les premiers suicides dont l’effet contaminateur fut fatal…

Un exemple que ce livre bref mais percutant incite à méditer, pour comprendre que la violence de guerre fut le produit d’un processus et d’un contexte plus que le fruit d’une essence prétendument immuable des peuples.

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  367768 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  367768 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  367768 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  367768

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  908920120 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Cocoye10 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Alexderome, 81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Alexderome
Admin
Alexderome


Masculin
Nombre de messages : 4360
Age : 56
Emploi : A la recherche du temps perdu
Date d'inscription : 22/10/2010

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Empty
MessageSujet: Re: Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre    Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Icon_minitime2022-02-20, 19:54

J'ai l’intention f’acheter ce livre,  pas pour le moment cependant.
Le synopsis du livre :

30 avril 1945 : Hitler se suicide dans son bunker de la chancellerie de Berlin. Au même moment, au nord de la capitale du Reich, des unités de l'Armée rouge s'apprêtent à investir Demmin, une petite ville de Poméranie-Occidentale à la confluence de trois cours d'eau : la Peene, la Trebel et la Tollensee. En faisant exploser les trois ponts qui enjambent la ville hanséatique, les dernières unités de la Wehrmacht rendent impossible tout repli des habitants vers l'ouest de l'Allemagne.
Pris au piège, terrés dans leurs caves, ces derniers attendent anxieusement l'arrivée des Soviétiques, présentés depuis des mois par la propagande nazie de Goebbels comme des "bêtes bolcheviques" . Et puis tout bascule en quelques heures... Les Soviétiques transforment Demmin en un espace de violence, se livrant à des pillages et à des viols dans une ville en proie aux flammes d'un gigantesque incendie.
Ce drame qui se joue à Demmin entre le 30 avril et le 4 mai 1945 est très particulier dans la mesure où ce déchaînement de violence conduit des centaines de personnes, à commencer par des femmes et des enfants en bas âge, à se suicider. Comment cette ville a-t-elle pu être le théâtre de cette "orgie de suicides
" ? Ce suicide collectif a-t-il été le résultat d'un "mouvement de panique" ? A-t-il constitué de manière consciente une stratégie de sortie de guerre ? Dans quelle mesure le discours idéologique de fin du monde diffusé par les nazis a-t-il pu influencer le comportement collectif des habitants de Demmin ? En s'appuyant sur de nombreux témoignages, cette enquête historique cherche à comprendre et à donner du sens à cette "pulsion suicidaire allemande" en sortant des schémas interprétatifs globaux sur la violence de guerre.

___________________________________ ____________________________________

Ce que nous voulions nous ne le savions pas, et ce que nous savions nous ne le voulions pas.
Ernst von Salomon Les Réprouvés
« Je ne veux pas me faire ficher, estampiller, enregistrer, ni me faire classer puis déclasser ou numéroter. Ma vie m’appartient ». N°6 Le Prisonnier

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25253
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Empty
MessageSujet: Re: Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre    Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Icon_minitime2022-02-20, 20:01

Manipulation du cerveau par les Nazis ,plus la Défaite , la Peur du Rouge , la pression de cette longue guerre , les privations .

Ce mélange était dévastateur psychiquement .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  908920120 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Cocoye10 Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Michel
Admin
Michel


Masculin
Nombre de messages : 2449
Age : 63
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 09/10/2021

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Empty
MessageSujet: Re: Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre    Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Icon_minitime2022-02-20, 20:14

Merci Alex et JP pour les posts et toutes les informations.


___________________________________ ____________________________________

   

                             Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU                    Vive la Bretagne                              Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU   

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Alexderome
Admin
Alexderome


Masculin
Nombre de messages : 4360
Age : 56
Emploi : A la recherche du temps perdu
Date d'inscription : 22/10/2010

Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Empty
MessageSujet: Re: Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre    Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Icon_minitime2022-02-20, 20:18

En fait, je savais que les Japonais s’étaient suicidé par fanatisme et j’ai voulu savoir ce qu'il s’était passé en Allemagne et j’ai fait cette découverte il y a peu de temps.

___________________________________ ____________________________________

Ce que nous voulions nous ne le savions pas, et ce que nous savions nous ne le voulions pas.
Ernst von Salomon Les Réprouvés
« Je ne veux pas me faire ficher, estampiller, enregistrer, ni me faire classer puis déclasser ou numéroter. Ma vie m’appartient ». N°6 Le Prisonnier

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Empty
MessageSujet: Re: Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre    Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Suicides de masse en Allemagne à la fin de la guerre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les suicides de masse en Allemagne en 1945
» 3 septembre 1939 : Déclaration de guerre à l'Allemagne
» 3 septembre 1939 : Déclaration de guerre à l'Allemagne ,
» Le renseignement militaire français dans l’Allemagne d’après-guerre
» 3 septembre 1939 : la Grande-Bretagne et la France en guerre contre l’Allemagne .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: 39 - 45-
Sauter vers: