Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

 

 19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler

Aller en bas 
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25535
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler Empty
MessageSujet: 19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler   19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler Icon_minitime2020-11-19, 22:00

"19 Novembre 1942"

L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler


19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler Ria-2166687-jpg_1891753_660x281

Alors que Stalingrad subit le siège nazi visant à faire plier le régime communiste, Staline lance une contre-offensive avec pour objectif de frapper là où ça fait mal.

Mise à mal par l'armée nazie depuis le début de l'opération Barbarossa, l'URSS doit impérativement réagir pour empêcher Hitler de prendre possession de Stalingrad, puis de l'ouest de la Russie, où se trouve le cœur du pouvoir soviétique.

L'armée rouge prévoit dans un premier temps de faire plier les flancs de l'armée allemande défendus par les unités, sous-équipées, des pays satellites du IIIe Reich de manière à encercler la 6e armée.

L'offensive est planifiée en plusieurs points stratégiques, notamment sur les flancs tenus par des bataillons roumains, hongrois et italiens.

Le 19 novembre, à l'aube, c'est le début de l'opération Uranus, un déluge de feu s'abat sur les alliés du Reich pendant cinq jours.

La 8e armée italienne, la 3e armée roumaine et la 2e armée hongroise subissent un violent tir d'artillerie au nord et au sud de la ville, l'attaque est soudaine et d'une ampleur considérable, 3 500 pièces d'artillerie pilonnant les maigres défenses adverses sans pour autant faire réagir le général Paulus, dont l'objectif prioritaire reste Stalingrad.

Le général Valoutine anéantit littéralement les défenses des alliés de l'axe.

L'état-major russe peut tranquillement coordonner l'avancée de ses troupes tandis que l'armée allemande poursuit ses initiatives militaires inutiles et exténuantes pour les soldats au coeur de Stalingrad.

La réaction allemande se fait tardivement, il est trop tard pour faire machine arrière et déferler à travers la steppe pour venir en aide à ses alliés.

De plus, le secteur dans lequel avaient eu lieu les offensives russes n'était pas sous responsabilité de Paulus, et plutôt que d'entreprendre une éventuelle anticipation des intentions russes, le commandant de la 6e armée se focalisa uniquement sur les ordres de ses supérieurs.

L'acharnement d'Hitler au sujet de Stalingrad et l'obéissance de Paulus auprès de sa hiérarchie avaient conduit à l'attentisme et au retranchement de la 6e armée dans la poche de Stalingrad.

À ce stade de la bataille, la situation apparaît dramatique pour des soldats allemands sous-équipés et sous-alimentés en raison des lignes de ravitaillement mal assurées depuis près de deux mois puis coupées par l'Armée rouge.

L'idée d'un énorme pont aérien est invoquée par Hermann Göring et son chef d'état-major Hans Jeschonnek, qui affirment tous les deux que la Luftwaffe était en mesure de fournir chaque jour 500 tonnes de vivres et de munitions à la 6e armée encerclée.

Une utopie selon Wolfram von Richthofen, général d'armée de la Luftwaffe, assurant que les chiffres avancés par ses supérieurs ne pouvaient être atteints.

L'analyse fine de Richthofen s'oppose aux négligences de Göring, qui n'avait pas pris en compte plusieurs facteurs, tels que les conditions météorologiques qui empêchèrent les avions d'assurer le réapprovisionnement des troupes allemandes.

En parallèle, l'étau se resserre définitivement autour de Stalingrad, puisque le 23 novembre 1942, les fronts soviétiques réalisent leur jonction à Kalatch et ferment ainsi toute issue à la 6e armée allemande.

Plus au nord, le 25 novembre, Jukov coordonne la mise en place de l'opération Mars sur le saillant de Rjev avec pour objectif d'enfermer la 9e armée du général Walter Model.

Rjev, le Verdun russe

Hitler lança l'opération Fall Blau en juillet 1942, un déploiement gigantesque de la Wehrmacht sur différents fronts à l'est, illustrant au mieux le désir de conquête du Führer, un plan ambitieux que l'opération Uranus va sévèrement remettre en question.

Ce renversement de situation provoque un rééquilibrage des débats et encourage Staline et ses généraux à imaginer un plan général ne se résumant pas uniquement à Uranus.

Cela étant, les forces en présence du côté allemand sur le saillant de Rjev sont supérieures à celles enrôlées à Stalingrad, puisque l'armée du général Walter Model est composée uniquement de soldats allemands expérimentés et de 900 chars modernes.

Staline aspire pourtant à la destruction simultanée des deux armées allemandes et, pour ce faire, il dispose d'un arsenal militaire sans précédent et notamment du plus grand regroupement d'avions à ce stade du conflit.

Malheureusement pour Jukov et ses généraux, les conditions climatiques sont loin d'être favorables et cette armada aérienne n'est finalement pas exploitable.

Sur terre, les pilotes de chars allemands demeurent bien plus habiles et émérites que leurs homologues russes.

Jukov se casse les dents face à la solidité de la 9e armée, mais s'obstine à envoyer sans relâche des hommes se faire faucher sur le théâtre du "hachoir de Rjev".

La bataille s'est étendue sur moins d'un mois (du 25 novembre au 20 décembre 1942), mais aura coûté la vie à près de 70 000 soldats russes en plus de 150 000 blessés.

L'Armée rouge se voit infliger une lourde défaite face à la défense orchestrée par Model, mais l'entêtement de Jukov a, en définitive, profité aux troupes soviétiques mobilisées à Stalingrad.

En effet, les assauts incessants (et suicidaires) des soldats russes ont eu pour conséquence de maintenir l'attention des Panzerdivisionen de Model sur le saillant de Rjev.

Immobilisée, la 9e armée n'a pas pu participer à l'opération Wintergewitter (12 décembre 1942) menée par la 4e armée de Von Manstein dans l'optique de venir en aide à la 6e armée de Paulus, en perdition à Stalingrad.

Le soldat allemand agonise dans le froid glacial des ruines de Stalingrad, affamé, la mort est sa compagne, et dans ce marasme, une annonce russe se répète inexorablement en allemand :

"Toutes les 7 secondes, un soldat allemand meurt en Russie, Stalingrad fosse commune"... La 6e armée est au bord du gouffre.

Maréchal d'un jour...

L'objectif de l'opération Wintergewitter ne fut assurément pas de libérer la 6e armée du Kessel, mais simplement de créer un couloir à travers les lignes soviétiques de façon à pouvoir ravitailler les hommes de Paulus et ainsi pallier les mauvaises prévisions de Göring.

Le Feldmarschall von Manstein ne se faisait pas d'illusions quant au devenir des assiégés de Stalingrad, l'impératif était qu'ils puissent monopoliser l'attention de l'Armée rouge le plus longtemps possible.

Les blindés du général Hoth se heurtèrent à la farouche résistance de l'armée russe et ne purent trouver d'autre issue favorable à cette opération que de faire machine arrière.

Hitler prit la décision de mettre un terme à l'opération Wintergewitter le 29 décembre 1942 tout en insistant auprès de Paulus pour qu'il maintienne la lutte à Stalingrad.

Le 30 janvier 1943, Paulus est promu maréchal.

En d'autres termes, Hitler lui fait savoir que l'anéantissement de la 6e armée est la seule solution envisageable.

Pourtant, et malgré les multiples refus de reddition du mois de janvier, Paulus cède et décide de se rendre le lendemain de sa promotion.

Un acte qui eut le don d'ulcérer Adolf Hitler :

"C'est si facile à faire. Le pistolet, c'est simple. Quel genre de lâcheté faut-il pour se dérober ? Comment peut-on être lâche à ce point ? Je ne le comprends pas. Tant de gens doivent mourir. Et voici qu'un type pareil y va et salit à la dernière minute l'héroïsme de tant d'autres."


La campagne de Stalingrad fut extrêmement coûteuse pour l'armée russe, qui perdit 1 100 000 hommes, dont plus de 450 000 furent tués ou déclarés disparus.

À la suite de cette victoire, Staline renforça sa position et devint un interlocuteur de premier ordre tandis qu'en parallèle, Stalingrad alimenta intensivement la propagande soviétique.

Ainsi s'acheva le rêve d'Hitler :

Un véritable cauchemar de trois mois qui coûta la vie à 60 000 soldats allemands.

L'impact psychologique de l'opération Uranus fut considérable et attesta de la vulnérabilité d'une Wehrmacht qui jusqu'ici était considérée comme invulnérable.

19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler HFfZSHyxfGw

19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler PzII_u

19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler Big_artfichier_712346_1216419_201209175930796

19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler Images?q=tbn:ANd9GcR-diA6OLQomjPvEnSRMvAtT2bg3q40tJkagA&usqp=CAU

19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler 61Xi5HfZQTL._AC_UL320_

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler 908920120 19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler Cocoye10 19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
 
19 Novembre 1942 : L'opération Uranus, un premier revers pour Hitler
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 18 avril 1942 Premier raid aérien sur Tokyo par le colonel Doolittle .
» 18 avril 1942 : Premier raid aérien sur Tokyo par le colonel Doolittle
» 27 novembre 1942 La flotte française se saborde à Toulon .
»  11 novembre 1942 : Occupation de la zone « libre »
» 8 novembre 1942 Débarquement en Afrique du Nord .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Que s'est il passé un ?-
Sauter vers: