Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

 

 Barkhane : Le chef d’état-major de l’armée de Terre souhaite toujours déployer des chars Leclerc au Sahel

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Barkhane : Le chef d’état-major de l’armée de Terre souhaite toujours déployer des chars Leclerc au Sahel Empty
MessageSujet: Barkhane : Le chef d’état-major de l’armée de Terre souhaite toujours déployer des chars Leclerc au Sahel   Barkhane : Le chef d’état-major de l’armée de Terre souhaite toujours déployer des chars Leclerc au Sahel Icon_minitime2018-10-21, 12:57

Barkhane : Le chef d’état-major de l’armée de Terre souhaite toujours déployer des chars Leclerc au Sahel Leclerc-20181021

Lors de l’opération Serval, lancée le 11 janvier 2013 contre les groupes jihadistes qui occupaient le nord du Mali, il fut question, pendant un temps, de déployer quatre chars Leclerc. Puis cette idée fit long feu avant de réapparaître en 2016. À l’époque, le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT], avait évoqué cette option afin de renforcer la force Barkhane. Là encore, il n’y eut pas de suite.

En février 2017, face à l’évolution de la menace, il fut finalement décidé d’envoyer au Sahel 16 Véhicules blindés de combat d’infanterie [VBCI] de 28 tonnes afin d’apporter des « capacités complémentaires à celles des blindés déployés jusqu’alors pour Barkhane. »

Ce type de véhicule avait été précédemment retiré de ce théâtre d’opérations en 2014 (36 exemplaires avaient été jusqu’alors engagés). Puis, en mars dernier, il fut avancé que l’envoi de VBCI supplémentaire était à l’étude, l’objectif étant d’améliorer la protection des soldats et « d’adapter en permanence les modes d’action aux exigences opérationnelles. »

Mais, visiblement, le général Bosser n’a pas renoncé à engager des chars Leclerc au Sahel. Du moins, c’est ce qu’il a affirmé lors d’une audition à l’Assemblée nationale pour évoquer « l’entrée de l’armée de Terre dans la Loi de programmation militaire » et dont le compte-rendu vient d’être rendu public.

« Concernant le char Leclerc, je souhaitais qu’il soit déployé dans la bande sahélo-saharienne, car il offre un meilleur contrôle du terrain, une meilleure vision de nuit ainsi qu’une meilleure capacité de tir en roulant », a ainsi affirmé le CEMAT. « Je considère que si nous devons un jour faire face à un raid de Toyota, le char Leclerc, avec l’hélicoptère de combat, sera la meilleure réponse. Je n’ai donc pas changé d’avis », a-t-il ajouté.

Cependant, déployer des chars Leclerc donne matière à débat. D’une masse de plus de 55 tonnes, doté d’un canon GIAT CN-120-26/52 de 120 mm à chargement automatiques (12 coups/minute) d’une portée de 4 km, de deux mitrailleuses (de 12,7 et 7,62 mm) pour armement secondaire et de moyens de recueil du renseignement, un tel engin exige une solide chaîne logistique pour être déployé. Si son aspect dissuasif ne fait aucun doute, son engagement au titre de Barkhane pourrait envoyer un signal politique susceptible d’être mal interprété.

Ce dont a convenu le général Bosser. « Deux écoles s’opposent : l’une considère que l’effet est dissuasif, l’autre, que j’appellerai ‘syndrome de Sarajevo’, estime que lorsque l’on ‘met du lourd’ c’est que l’on est en train de perdre la guerre », a-t-il résumé, avant de demander l’appui des parlementaires pour trancher ce débat.

Parmi ces derniers, le député Thomas Gassilloud soutient cette idée d’envoyer des chars Leclerc au Sahel. « Cela pourrait être un symbole dissuasif pour notre ennemi ainsi qu’un signe tangible et rapide de notre remontée en puissance », a-t-il estimé.

Si, au printemps dernier, le général Bruno Guibert, l’ex-chef de la Force Barkhane, estimait que les groupes jihadistes étaient « aux abois » après plusieurs succès tactiques récemment remportés par les troupes françaises associées à leurs homologues maliennes et à des groupes armés signataires des accords d’Alger, les sénateurs de la commission des Affaires étrangères et de la Défense s’étaient montrés plus prudents, en considérant le contexte politique du Mali, les difficultés rencontrées pour la mise en place de la Force conjointe du G5 Sahel et les lacunes de la mission des Nations unies [MINUSMA].

« On voit bien le piège pour Barkhane : celui de l’enlisement. Une action politique et diplomatique vigoureuse est nécessaire. Je me propose de faire passer ce message très directement à l’exécutif français. Attention à ne pas mettre un espoir excessif dans le G5-Sahel. Si Barkhane s’en va, la région sera à nouveau menacée », avait conclu Christian Cambon, le président de cette commission sénatoriale.
Revenir en haut Aller en bas
 
Barkhane : Le chef d’état-major de l’armée de Terre souhaite toujours déployer des chars Leclerc au Sahel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Démission du chef d'état-major de l'armée de terre
» Selon le chef d’état-major de l’armée de Terre .
» Non! Barkhane n’est pas une « armée occupante » au Mali, s’insurge le sous-chef « opération » de l’État-major des Armées
» « L’opération Sentinelle I a laissé beaucoup de traces », admet le chef d’état-major de l’armée de Terre
» Pour le chef d’état-major de l’armée de l’Air, « on ne répare pas 20 ans de sous-investissements en quelques mois »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Bar de l'Ancien, les Infos du Monde-
Sauter vers: