Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -67%
Batterie externe à induction Samsung avec ...
Voir le deal
9.99 €

 

 Général Marcel Bigeard

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 14:57

Je ne l'ai pas trouvé sur le Forum. Il est vrai que tout le monde connait "Bruno", Grand Militaire. C'est lui qui a emmené François Coulet pour sa 1ère mission en AFN.


Marcel Bigeard





Général Marcel Bigeard Bigear10

Une figure mythique des paras... 14 février 1916 naissance de
Marcel Bigeard à Toul en Lorraine, appelé en 1936 au service militaire
pour deux ans au 23e RI à Haguenau, il est libéré caporal chef en 1938,
de nouveau civil, en mars 1939 il est rappelé au 23 RI et promu sergent
et se porte volontaire pour les groupes francs, les commandos de
l'époque, patrouilles sur les lignes de combat, embuscades ce qui lui
faut d'être promu sergent-chef, puis adjudant à vingt-quatre ans.

-10 mai 1940 les Allemands envahissent la France, le 22 juin 1940
l'Armistice est signé, une blessure et trois croix de guerre sont à son
actif il est fait prisonnier et envoyé au camp de prisonnier de
Limbourg, deux tentatives d'évasions échouées la troisième sera la
bonne en novembre 1941 et retourne à Toul puis direction Nice en zone
libre jusqu'en 1942.

-1943 Il rejoindra Dakar, nommé adjudant chef de section d'une
compagnie de coloniaux. Octobre 1943 promu sous-lieutenant il rallie
Mekhnès au Maroc là il se porte volontaire pour partir à Alger suivre
un entraînement parachutiste pour sauter en France pour des missions de
sabotage avec les résistants français. Promu chef de bataillon de la
résistance en Ariège nom de code "commandant Aube" il est parachuté le
8 août 1944 en Ariège, là il reçoit une citation à l'ordre de la
division et une nomination dans l'ordre national de la Légion
d'honneur, à vingt-huit ans il est chevalier de la Légion d'honneur, la
Distinguished Service Order anglaise et de cinq citations plus une
blessure de guerre.


-Octobre 1948 alors capitaine, chevalier de la Légion d'honneur, la
Distinguished Service Order anglaise, cinq citations, onze fois la
croix de guerre, deux blessures de guerre. IL partira former une
compagnie du 3e bataillon para en formation à Saint-Brieuc en Bretagne
pendant huit mois. Et c'est le départ pour un 2e séjour indochinois, le
Tonkin, Haiphong, le Delta, en pays Thaï le poste de Yen Chau sur la
route 41 vient d'être attaqué, il saute la nuit sur Yen Chau avec sa
compagnie répartie dans huit Dakotas. En deux mois il perdra 30 paras
dans cette mission, 200 Viets seront tués. Le 15 mars 1949 dans une
jeep sur la route coloniale 41 lors d'une patrouille avec sa section
"30 paras" en camions, il échappe à une embuscade des Viets son
chauffeur et un médecin lieutenant sont tués.

-Mars 1949 à avril 1950 il formera et commandera le 3e bataillon thaï,
au total 2530 hommes encadrés par des officiers et sous officiers paras
français, ce bataillon éliminera le pays Thaï des Viets. En avril 1950
le capitaine Bigeard retourne à Hanoi et reçoit le commandement du BMI
bataillon de marche indochinois à Haiduong jusqu'en novembre 1950 pour
des opérations sans cesse dans le Delta des centaines de Viets tués,
des armes et munitions récupérés.
En janvier 1952 il reçoit les quatre galons de commandant.

-20 juin 1952 il part pour un 3e séjour en Indochine avec le 6e
bataillon para, en opération dans le Delta, le 15 octobre 1952 il sera
parachuté avec le 6e bataillon para sur Tulé en pays Thaï, du 16 au 23
octobre avec 800 paras il fera face à la 312e Viet 12000 hommes après
un repli de 100km de marche commando et des accrochages incessants il
rejoint une zone plus calme. Tout le pays Thaï noir est aux mains des
Viets sauf le terrain de Nasan, il est parachuté avec ses hommes le 25
décembre 1952 à Ban Som à 30km au sud de Nasan, raid sur Chien Dong et
Sonla pour défendre la zone de Nasan jusqu'en mars 1953.En mai 1953
Nasan est abandonné, les viets ont maintenant leurs divisions, aidés
par l'URSS et la Chine. Tout le pays Thaï est aux mains des Viet-minh.

-17 juillet il saute sur Langson tenu par les viets avec le 6e et 8e
BPC bataillon parachutiste colonial, pour détruire les dépôts d'armes
camouflés dans les grottes et que le génie fait sauter.

-20 novembre 1953 il est parachuté sur Diên-Biên-Phu au milieu des
Viets des combats au corps à corps seront nécessaire pour faire
décrocher les Viets, suivront d'autres bataillons sur Diên-Biên-Phu. Le
29 décembre 1953 il rejoint la base de Séno avec le 6e BPC et 1er RCP
régiment colonial parachutiste, mission, situer l'avance des sept
bataillons du Viet-minh sur Diên-Biên-Phu.

-16 mars 1954 "Béatrice et Gabrielle deux postes avancés sur les
collines de Diên-Biên-Phu sont tombées" il ressaute avec son bataillon
sous le feu des Viets dans cette célèbre cuvette de Diên-Biên-Phu.
pendant cinquante jours tous les bataillons et régiments dans cette
cuvette se battront héroïquement jusqu'au 7 mai 1954 arrêt des combats.

-7 mai 1954 sur 15000 hommes au début de la bataille, 12000 seront
prisonniers, 8000 mouront en captivité en quatre mois, libéré après les
accords de Genève, amaigri mais le moral bon, le lieutenant colonel
Bigeard ( promu à Diên-Biên-Phu ) rentre à paris le 25 septembre 1954
pour quatre mois de permission.

-Octobre 1955 il rejoint le 3e RPC régiment parachutiste colonial "600
hommes" pour en prendre le commandement dans le constantinois, c'est là
que naîtra la fameuse casquette Bigeard, le 3e RCP est resté en zone
opérationnelle du 27 octobre au 5 décembre dans le massif de l'Edough.
Il participe à l'utilisation de l'hélicoptère militaire de façon
systématique pour les déplacement de troupes en missions contre les
fellaghas.

Juin 1956 le bataillon est mis à la disposition de la zone des
Nementchas c'est là en opération qu'il fut de nouveau blessé, une balle
en pleine poitrine, retour à paris ou il est nommé grand officier de la
légion d'honneur par le président Coty.

Août 1956 Retour à Bône avec son bataillon dans les Nementchas,
nouvelles missions, nouveaux accrochages avec les rebelles, nouvelles
victoires.

-5 septembre 1956, faisant son footing quotidien sur les quais du port
de Bône, trois arabes lui tire dessus par derrière, au bras, au ventre,
et à la tête, trois jour d'hôpital seulement, retour en France, la
baraka Bigeard continue

-Janvier 1957 il retourne à Alger nouvelle mission ramener la sécurité
dans la ville pendant trois mois les paras y arriveront, mars 1957 il
repart dans les massif au sud de Blida, avril 1957 opérations "Atlas et
Agounnenda". En juillet 1957 retour à Alger les attentats ont repris,
les paras recommencent comme en janvier et en août 1957 90% des
terroristes sont arrêté, septembre 1957 retour aux opérations
héliportées, novembre 1957 l'opération à Timimoun 1750 hommes, 11
avions, 6 hélicos, véhicules motorisés contre les rebelles qui
tentaient une attaque contre les compagnies pétrolières, les missions
se succèdent.

-Avril 1958 retour à paris ou on lui informe de former une centaine
d'officiers à philippevilles. En décembre 1958 il rejoint la 25e
division parachutiste dans le secteur de Saida en Oranie. Le 27 août
1959 le général De Gaulle le rencontrera à Alger, décembre 1959 il
prend le commandement du secteur de Ain-Sefra, Méchéria, Géryville,
15000 hommes sont sous ses ordres. Muté à Oran pendant les événements
d'Alger il ne n'est d'aucun complot même s'il comprend les mutins.
Après cinq mois à Toul en permission il prend le commandement du 6e
régiment en Centrafrique de juillet 1960 à janvier 1963 ou le président
Dacko le fait commandeur du mérite centrafricain.
Il sera nommé général en 1966. Il commandera une brigade de paras à toulouse.

-Février 1968 à juillet 1970 il commande les forces terrestres en
Afrique noir à Dakar. C'est là que j'ai connu le général Bigeard venant
du 1er RPIMa de Bayonne je suis affecté au 1er RIAOM de Dakar pour
douze mois.

-Juillet 1970 retour à paris, on lui propose d'être le commandant
supérieur de l'océan Indien , Madagascar, les Iles Comores, l'Île de la
Réunion, il arrivera à Tananarive en 1971. Il y restera jusqu'en
juillet 1973 ou les force françaises quitteront Madagascar suite au
accords d'indépendance.

-Septembre 1973 il est nommé en qualité de deuxième adjoint du général
d'armé Usureau, gouverneur militaire de Paris au camp des Loges à
Saint-Germain. Il sera nommé général de corps d'armée 4 étoiles le 1er
mars 1974.

-Mars 1974 à février 1975 il sera commandant de la 4e région militaire
à Bordeaux, 40 000 hommes dont 10 000 paras. pendant ces 12 mois il
visitera de nombreux régiments, la 11e division parachutiste lui teint
à cœur. En septembre 1975 il est fait grand-croix de la légion
d'honneur.

-Mars 1975 à août 1976 il sera secrétaire d'état à la défense, le 4
août 1976 il donne sa démission, en retraite de général de corps
d'armée depuis le 14 février 1976 à l'age anniversaire des 60 ans .

-1978 député, président de la commission de la défense nationale jusqu'en 1981.il restera député jusqu'en juin 1988.
-1988 il profite d'une retraire bien mérité dans sa maison de Toul en
lorraine, en écrivant des livres sur sa carrière militaire et des
grandes batailles militaires d'Indochine et d'Alger, mais toujours
attentif aux événements de notre époque et à la vie des armées surtout
celle des régiments paras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 15:16

Merci Michel,

Oui, tout le monde connait "Bruno", une figure de notre arme.
Revenir en haut Aller en bas
Aokas
Admin
Aokas

Masculin
Nombre de messages : 4032
Age : 79
Date d'inscription : 23/06/2007

Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 16:55

Ciel d'Azur a écrit:
Merci Michel,

Oui, tout le monde connait "Bruno", une figure de notre arme.

tu avais de la chance...................

merci Michel !

___________________________________ ____________________________________

Aokas
14ème RCP - 9ème RCP
AFN
194658

Général Marcel Bigeard Vet11
Revenir en haut Aller en bas
Aokas
Admin
Aokas

Masculin
Nombre de messages : 4032
Age : 79
Date d'inscription : 23/06/2007

Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 18:59

petite précision mal explicité sur les biographies.....du web ! (comme quoi ???)
en septembre 1964, en France, le Colonel Bigeard prend le Commandement des 25 et 20 ème brigades de Paras, à la Vè Région (Pau &Toulouse), il venait de temps en temps au 9 en inspection...et assistait à la St Michel d'ailleurs, ce qui permettait à certains de le retrouver.....ainsi qu'au mess de temps en temps.................; rue St Jacques.

Aprés les événements de 1961, il a quitté l'Afn, muté pour suspicion de soutien moral (!+++) aux félons.....dans le cadre de la grande purge gaullienne de l'aprés 61 et fût envoyé le plus loin possible........et pour cause ! il était resté trop proche des PARAS en France...et les PARAS trop proche de lui !
Faut savoir que De Gaulle était resté sur une trouille noire d'un coup d'état militaire, même et surtout aprés l'Afn.

il fallait le dire, j'en ai parlé avec MB à l'époque, c'était le sujet avec lui de bcp de discussions dans les mess.

___________________________________ ____________________________________

Aokas
14ème RCP - 9ème RCP
AFN
194658

Général Marcel Bigeard Vet11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 19:26

Merci Aokas, les Bio ne sont pas toutes complètes, mais justement, ensuite on peut les affiner tant qu'il reste des gens qui les on connus. Ce que tu dit est vrai, il parle de son éloignement dans un ou deux de ses livres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 19:32

merci pour ce post michel!!!

il est vrai que nous le connaissons plus ou moins tous!!!!

il a fait une belle carrière, notre Bruno!!!

mais, il faut bien dire qu'il la doit aussi en partie à sa GABY!!!

avec qui il dure encore, ils se sont connu, ils étaient adolescent, donc l'on peut dire que cela fait 75 ans de vie commune!!!

bel exemple pour la jeunesse d'aujourd'hui belle preuve d'engagement, pas seulement dans la vie militaire!!!

merci à ce Grand Homme!!!et SOLDAT!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 24 Jan 2008 - 21:21

Bonsoir , tous le monde, une petite question me viens en lisant la biographie du Général Bigeard.
Est-ce que la chanson des combat de Tulé ou Tu-lé, je ne me souviens plus très bien de l'orthographe, est elle liée à se fait d'arme.
Merci pour cette bio qui me rappelle la visite de la salle d'honneur du "3" durant la PMP.sunny sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeSam 26 Jan 2008 - 20:43

Pour complèter

Biographie de Marcel Bigeard

Grand général à fort caractère, Marcel Bigeard illustre à lui seul une brillante carrière militaire
qui a traversé le siècle. Issu d'une région fortement marquée par son
passé historique, Marcel Bigeard est recruté à 20 ans dans l'armée pour aller sur la Ligne Maginot et en sort Caporal-chef au bout de deux ans. Il repart à l'assaut lors du second conflit mondial, est fait prisonnier en 1940, parvient à s'échapper du campe et rejoint es troupes basées en Afrique Noire, encadre l'action des résistants en France, rejoint les FFI. A la fin de le guerre,
Marcel Bigeard a atteint le grade de capitaine. A peine sortit des
tranchées que le voilà reparti dans l'enfer indochinois où il participe
à la bataille de Diên Biên Phû dont il ressort en héros. Il repart sur le font de la guerre d'Algérie où il commande
le 3 e régiment de parachutistes coloniaux, parvient à arrêter la majorité des terroristes du FLN, sécurise Alger. Après des missions à Saïfa dans la région d'Oran et à Ain-Sefra, il part pour le putch des généraux sous l'ordre du Général de Gaulle. Nommé en 1967 général de brigade et commandant des forces armées supérieures de Dakar, il part quelques temps à Madagascar jusqu'à son indépendance. Gouverneur militaire de Paris pendant trois ans, il démissionne en 1976 pour devenir Secrétaire d'état à la Défense nationale. En fin de carrière, il est nommé dès 1978 député de la Meurthe-et-Moselle où il restera 10 ans. Désormais à la retraite, de son bastion de Toul, il en profite pour rédiger ses mémoires ainsi que des ouvrages de stratégies militaires.

Ses citations

«Dans une guerre, ce qui se passe, ce n'est jamais ce qu'on avait prévu. Alors ce qui compte, c'est d'avoir le moral !»
[ Marcel Bigeard ]

«Nous sommes dans la merde, mais ce n'est pas une raison pour la remuer.»
[ Marcel Bigeard ]


source:http://www.evene.fr/celebre/biographie/marcel-bigeard-2393.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeSam 26 Jan 2008 - 20:49

Comme je ne sais pas laquelle est la plus complète, j'ajoute celle-ci.


Général Marcel Bigeard Pho1_65316Une figure mythique des paras...
14 février 1916 naissance de Marcel Bigeard à Toul en Lorraine, appelé
en 1936 au service militaire pour deux ans au 23e RI à Haguenau, il est
libéré caporal chef en 1938, de nouveau civil, en mars 1939 il est
rappelé au 23 RI et promu sergent et se porte volontaire pour les
groupes francs, les commandos de l'époque, patrouilles sur les lignes
de combat, embuscades ce qui lui faut d'être promu sergent-chef, puis
adjudant à vingt-quatre ans.

-10 mai 1940 les Allemands envahissent la France, le 22 juin 1940
l'Armistice est signé, une blessure et trois croix de guerre sont à son
actif il est fait prisonnier et envoyé au camp de prisonnier de
Limbourg, deux tentatives d'évasions échouées la troisième sera la
bonne en novembre 1941 et retourne à Toul puis direction Nice en zone
libre jusqu'en 1942.

-1943 Il rejoindra Dakar, nommé adjudant chef de section d'une
compagnie de coloniaux. Octobre 1943 promu sous-lieutenant il rallie
Mekhnès au Maroc là il se porte volontaire pour partir à Alger suivre
un entraînement parachutiste pour sauter en France pour des missions de
sabotage avec les résistants français. Promu chef de bataillon de la
résistance en Ariège nom de code "commandant Aube" il est parachuté le
8 août 1944 en Ariège, là il reçoit une citation à l'ordre de la
division et une nomination dans l'ordre national de la Légion
d'honneur, à vingt-huit ans il est chevalier de la Légion d'honneur, la
Distinguished Service Order anglaise et de cinq citations plus une
blessure de guerre.

-Octobre 1948 alors capitaine, chevalier de la Légion d'honneur, la
Distinguished Service Order anglaise, cinq citations, onze fois la
croix de guerre, deux blessures de guerre. IL partira former une
compagnie du 3e bataillon para en formation à Saint-Brieuc en Bretagne
pendant huit mois. Et c'est le départ pour un 2e séjour indochinois, le
Tonkin, Haiphong, le Delta, en pays Thaï le poste de Yen Chau sur la
route 41 vient d'être attaqué, il saute la nuit sur Yen Chau avec sa
compagnie répartie dans huit Dakotas. En deux mois il perdra 30 paras
dans cette mission, 200 Viets seront tués. Le 15 mars 1949 dans une
jeep sur la route coloniale 41 lors d'une patrouille avec sa section
"30 paras" en camions, il échappe à une embuscade des Viets son
chauffeur et un médecin lieutenant sont tués.

-Mars 1949 à avril 1950 il formera et commandera le 3e bataillon thaï,
au total 2530 hommes encadrés par des officiers et sous officiers paras
français, ce bataillon éliminera le pays Thaï des Viets. En avril 1950
le capitaine Bigeard retourne à Hanoi et reçoit le commandement du BMI
bataillon de marche indochinois à Haiduong jusqu'en novembre 1950 pour
des opérations sans cesse dans le Delta des centaines de Viets tués,
des armes et munitions récupérés.
En janvier 1952 il reçoit les quatre galons de commandant.

-20 juin 1952 il part pour un 3e séjour en Indochine avec le 6e
bataillon para, en opération dans le Delta, le 15 octobre 1952 il sera
parachuté avec le 6e bataillon para sur Tulé en pays Thaï, du 16 au 23
octobre avec 800 paras il fera face à la 312e Viet 12000 hommes après
un repli de 100km de marche commando et des accrochages incessants il
rejoint une zone plus calme. Tout le pays Thaï noir est aux mains des
Viets sauf le terrain de Nasan, il est parachuté avec ses hommes le 25
décembre 1952 à Ban Som à 30km au sud de Nasan, raid sur Chien Dong et
Sonla pour défendre la zone de Nasan jusqu'en mars 1953.En mai 1953
Nasan est abandonné, les viets ont maintenant leurs divisions, aidés
par l'URSS et la Chine. Tout le pays Thaï est aux mains des Viet-minh.

-17 juillet il saute sur Langson tenu par les viets avec le 6e et 8e
BPC bataillon parachutiste colonial, pour détruire les dépôts d'armes
camouflés dans les grottes et que le génie fait sauter.

-20 novembre 1953 il est parachuté sur Diên-Biên-Phu au milieu des
Viets des combats au corps à corps seront nécessaire pour faire
décrocher les Viets, suivront d'autres bataillons sur Diên-Biên-Phu. Le
29 décembre 1953 il rejoint la base de Séno avec le 6e BPC et 1er RCP
régiment colonial parachutiste, mission, situer l'avance des sept
bataillons du Viet-minh sur Diên-Biên-Phu.

-16 mars 1954 "Béatrice et Gabrielle deux postes avancés sur les
collines de Diên-Biên-Phu sont tombées" il ressaute avec son bataillon
sous le feu des Viets dans cette célèbre cuvette de Diên-Biên-Phu.
pendant cinquante jours tous les bataillons et régiments dans cette
cuvette se battront héroïquement jusqu'au 7 mai 1954 arrêt des combats.

-7 mai 1954 sur 15000 hommes au début de la bataille, 12000 seront
prisonniers, 8000 mouront en captivité en quatre mois, libéré après les
accords de Genève, amaigri mais le moral bon, le lieutenant colonel
Bigeard ( promu à Diên-Biên-Phu ) rentre à paris le 25 septembre 1954
pour quatre mois de permission.

-Octobre 1955 il rejoint le 3e RPC régiment parachutiste colonial "600
hommes" pour en prendre le commandement dans le constantinois, c'est là
que naîtra la fameuse casquette Bigeard, le 3e RCP est resté en zone
opérationnelle du 27 octobre au 5 décembre dans le massif de l'Edough.
Il participe à l'utilisation de l'hélicoptère militaire de façon
systématique pour les déplacement de troupes en missions contre les
fellaghas.

-Juin 1956 le bataillon est mis à la disposition de la zone des
Nementchas c'est là en opération qu'il fut de nouveau blessé, une balle
en pleine poitrine, retour à paris ou il est nommé grand officier de la
légion d'honneur par le président Coty.

-Août 1956 Retour à Bône avec son bataillon dans les Nementchas,
nouvelles missions, nouveaux accrochages avec les rebelles, nouvelles
victoires.

-5 septembre 1956, faisant son footing quotidien sur les quais du port
de Bône, trois arabes lui tire dessus par derrière, au bras, au ventre,
et à la tête, trois jour d'hôpital seulement, retour en France, la
baraka Bigeard continue

-Janvier 1957 il retourne à Alger nouvelle mission ramener la sécurité
dans la ville pendant trois mois les paras y arriveront, mars 1957 il
repart dans les massif au sud de Blida, avril 1957 opérations "Atlas et
Agounnenda". En juillet 1957 retour à Alger les attentats ont repris,
les paras recommencent comme en janvier et en août 1957 90% des
terroristes sont arrêté, septembre 1957 retour aux opérations
héliportées, novembre 1957 l'opération à Timimoun 1750 hommes, 11
avions, 6 hélicos, véhicules motorisés contre les rebelles qui
tentaient une attaque contre les compagnies pétrolières, les missions
se succèdent.

-Avril 1958 retour à paris ou on lui informe de former une centaine
d'officiers à philippevilles. En décembre 1958 il rejoint la 25e
division parachutiste dans le secteur de Saida en Oranie. Le 27 août
1959 le général De Gaulle le rencontrera à Alger, décembre 1959 il
prend le commandement du secteur de Ain-Sefra, Méchéria, Géryville,
15000 hommes sont sous ses ordres. Muté à Oran pendant les événements
d'Alger il ne n'est d'aucun complot même s'il comprend les mutins.
Après cinq mois à Toul en permission il prend le commandement du 6e
régiment en Centrafrique de juillet 1960 à janvier 1963 ou le président
Dacko le fait commandeur du mérite centrafricain.
Il sera nommé général en 1966. Il commandera une brigade de paras à toulouse.

-Février 1968 à juillet 1970 il commande les forces terrestres en
Afrique noir à Dakar. C'est là que j'ai connu le général Bigeard venant
du 1er RPIMa de Bayonne je suis affecté au 1er RIAOM de Dakar pour
douze mois.

-Juillet 1970 retour à paris, on lui propose d'être le commandant
supérieur de l'océan Indien , Madagascar, les Iles Comores, l'Île de la
Réunion, il arrivera à Tananarive en 1971. Il y restera jusqu'en
juillet 1973 ou les force françaises quitteront Madagascar suite au
accords d'indépendance.

-Septembre 1973 il est nommé en qualité de deuxième adjoint du général
d'armé Usureau, gouverneur militaire de Paris au camp des Loges à
Saint-Germain. Il sera nommé général de corps d'armée 4 étoiles le 1er
mars 1974.

-Mars 1974 à février 1975 il sera commandant de la 4e région militaire
à Bordeaux, 40 000 hommes dont 10 000 paras. pendant ces 12 mois il
visitera de nombreux régiments, la 11e division parachutiste lui teint
à cœur. En septembre 1975 il est fait grand-croix de la légion
d'honneur.

-Mars 1975 à août 1976 il sera secrétaire d'état à la défense, le 4
août 1976 il donne sa démission, en retraite de général de corps
d'armée depuis le 14 février 1976 à l'age anniversaire des 60 ans .

-1978 député, président de la commission de la défense nationale jusqu'en 1981.il restera député jusqu'en juin 1988.

-1988 il profite d'une retraire bien mérité dans sa maison de Toul en
lorraine, en écrivant des livres sur sa carrière militaire et des
grandes batailles militaires d'Indochine et d'Alger, mais toujours
attentif aux événements de notre époque et à la vie des armées surtout
celle des régiments paras.

"Extrait de par Philippe Héduy"

Source: http://www.webzinemaker.com/admi/exec/print.php3?ident=mili-infos&rubr=3&id=65316
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeJeu 26 Fév 2015 - 20:01

Dans cette biographie de Bigeard, loin d'être complète raconte que: Bigeard prend le commandement du 3e RPC ? ne n'est pas exact.

 Il lui est donné l'ordre de former à partir du Bataillon du "3" qui est en Algérie sous les ordres du commandant Lenoir, un régiment  qui comprendra deux compagnies supplémentaires, un Escadron et un Commando, avec une capacité de 1250 hommes, qu'il triera sur le volet. Il savait que le bataillon était formé d'appelés récalcitrants,  cocos,  taulards, prédicateur de Jehovas, alcooliques, pédés et j'en passe! la sélection fût sévère, mais ceux qui restèrent dans les appelés furent de bons éléments et bons nombres firent les pelotons de caporaux sur le tas en plein hiver dans le Djebel enneigé, et c'est dans ce contexte que je suis arrivé  le 6 avril 1956 en Algérie. Le bataillon avait déjà 6 mois de baroud sans accrochage sauf, à la première opération avec les hélicos ou la chance fût au rendez-vous grâce à la méconnaissance d'un capitaine qui ne savait pas très bien lire une carte  et se retrouva en pleins sur un point de repos d'une katiba !! c'était le capitaine Florès dit Bir-Hakeim !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeDim 26 Avr 2015 - 6:18



Dernière édition par bretirouge le Dim 26 Avr 2015 - 7:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeDim 26 Avr 2015 - 6:44

Il disait toujours : avoir le visage rasé, si la mort te rencontre !! être propre pour mourir !Général Marcel Bigeard 310124Bigeardfaitsatoilette1957
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeDim 26 Avr 2015 - 8:00

Larteguy le grand écrivain de guerre, vint trouver Bigeard en plein baroud dans les Aurès, massif montagneux désertique aux portes du Sahara dans un décor lunaire, écrasé de chaleur, il pris des notes et reparti subjugué par l'homme à la gueule de guerrierGénéral Marcel Bigeard 674804BigeardetLarteguyenAlgrie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeDim 26 Avr 2015 - 8:32

bretirouge a écrit:
Il disait toujours : avoir le visage rasé, si la mort te rencontre !! être propre pour mourir !

Bonjour,

C'est en lisant ses ouvrages que j'ai appris l'expression "être rasé de frais"...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitimeDim 26 Avr 2015 - 8:44

C'est exact !! il tenait a ce que son unité soit nette même au casse-pipe, il exécrait un de ces homme mal rasé ou moustachu, quelques exception pourtant tel un para qui avait un bec de lièvre et cachait cet handicap par une moustache, autrement ni barbe ni collier de poil et crâne à 2 centimètres !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Général Marcel Bigeard Empty
MessageSujet: Re: Général Marcel Bigeard   Général Marcel Bigeard Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Général Marcel Bigeard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages remarquables (Civils & Militaires) :: Les combattants d'Algérie-
Sauter vers: