Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-28%
Le deal à ne pas rater :
PNY CS900 Series – Disque SSD 1 To 2,5″ SATA III à 71,99€
71.99 € 99.99 €
Voir le deal

 

 Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Empty
MessageSujet: Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi   Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Icon_minitime2015-05-30, 14:35

Les Grands Combattants Volontaires



SASSI Jean et les Jedburghs





Jean Sassi naît en 1917, dans une famille corse.



 

C'est au cours de la deuxième guerre mondiale, que Jean Sassi va démontrer ses qualités de patriote et de combattant volontaire hors du commun.
 

Après avoir participé à la campagne de France, ayant pu rallier les corps francs d'Afrique, il en découd d'abord en Tunisie, contre les forces de l'Axe.
 Son histoire se confond ensuite avec celle des Jedburghs, une force spéciale créée en 1943 en Angleterre, en vue de parachuter de nuit sur la France occupée, des commandos dont la mission sera de rallier les maquis, les encadrer, leur donner des armes et leur en apprendre le maniement, puis le moment venu, les mener au combat contre l'occupant allemand.
 

Ces Jedburghs, les "Jeds" viennent de divers horizons, et  doivent subir des épreuves de sélection extrêmement sévères, avant d'être admis. Les élus seront au nombre de 300, dont 100 Anglais, 100 Américains et 100 Français.
 

Jean Sassi passe avec succès les épreuves de sélection. Commence alors pour lui l'entraînement qui est celui des commandos d'élite: les Jeds étant destinés à être parachutés par groupes de trois hommes, doivent acquérir des compétences et des réflexes poylvalents: 
le Jed est un commando, un partisan, un saboteur, un transmetteur. Jean Sassi apprend à utiliser toutes les armes, y compris le poignard.
Il lui faut savoir se battre et tuer à mains nues, utiliser les explosifs, les appareils radio, envoyer, recevoir, chiffrer et déchiffrer des messages codés.
Au terme du stage de formation de six mois, les deux derniers jours sont consacrés à effectuer cinq sauts en parachute, dont deux par mauvais temps, à Ringway, près de Londres.  
 

Les cent commandos français retenus sont réunis par leur chef, le commandant Saint-Jacques, qui leur tient ce discours édifiant:
 

Vous serez les premiers à combattre sur le sol français,
mais vous paierez cher ce privilège
 car soixante-quinze d'entre vous mourront au combat,
dans quelques semaines.
Ceux qui survivront n'auront aucun droit particulier,
ni prime, ni décoration, ni galon, ni gloire.
Quant à ceux qui seront tués, ils le seront dans l'anonymat, la solitude.
Ils connaîtront la mort lente, infamante, sous la torture, l'épouvante,
et personne ne saura ni où, ni quand, ni comment.
 

C'est ainsi que durant la période précédant le D-Day du 6 juin 1944, et aussi pendant et après le débarquement, les cent équipes de Jedburghs sautent sur le territoire français. Jean Sassi et ses deux coéquipiers sont largués sur le Vercors, haut-lieu de la Résistance où, en coordination avec le commandement allié, ils vont brillamment mener à bien leur mission.
Aux côtés des maquisards, ils tendent des embuscades, attaquent des convois allemands, détruisent matériels et véhicules, obtenant des succès extraordinaires et favorisant une avancée rapide des forces alliées débarquées en Provence qui peuvent remonter jusqu'à Lyon, très en avance sur le programme fixé par le Commandement Suprême Interallié.
  
 
Le territoire français libéré, une autre aventure attend Jean Sassi en Extrême-Orient.

 
En novembre 1944, il retrouve quarante de ses camarades Jedburghs à Ceylan, dans un camp secret, pour y apprendre à combattre l'armée japonaise en Birmanie.



Affecté à la Force 136, parachuté au Nord-Laos en juin 1945, il y affrontera durant plusieurs mois en brousse non seulement les soldats japonais mais également les pirates chinois et le Vietminh.



Après un intermède de quatre ans en France au 11e bataillon de choc, le capitaine Jean Sassi repart pour le Laos dans le cadre du Groupement de Commandos Mixtes Aéroportés, le fameux GCMA . A la tête de partisans Méos, redoutables guerriers maniant aussi bien l'arme blanche que le fusil, il affronte les forces du Vietminh avec succès, préservant le pays de l'invasion.
Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Sassi-indochine
Les radios français de la Force 136 à Calcutta,


 avant leur départ pour l'Indochine.


 Jean Sassi est le plus grand au fond.




Avril-Mai 1954: c'est Dien Bien Phu. 
A la tête d'une armée clandestine de 2.000 maquisards méos et laotiens encadrés par plusieurs officiers français, le capitaine Sassi part à marche forcée pour se porter au secours de la garnison assiégée mais le général Navarre ayant trop hésité à donner son autorisation, en dépit de l'insistance du colonel Trinquier, il est trop tard.
 Celle-ci a succombé sous le nombre vingt quatre heures avant leur arrivée. Les maquisards vont alors se retirer, tout en s'opposant aux forces du Vietminh qui cherchent à se porter sur le Laos, leur barrant la route et leur infligeant des pertes considérables.

 
En Algérie, Jean Sassi servira au sein du groupement léger d'intervention détaché par le 11e Choc "Bagheera".
 
Après avoir quitté l'armée, Jean Sassi se consacre à la vie associative et devient notamment membre du comité d'honneur de l'UNP, et président fondateur de l'association Bagheera réunissant les anciens du 11e Choc.

Jean SASSI est décédé le 9 janvier 2009, dans sa quatre-vingt douzième année, après avoir consacré ses six derniers mois à la rédaction de ses mémoires.
 Ayant reçu treize titres de guerre, dont cinq étrangers, ce grand combattant volontaire spécialiste des opérations spéciales et de la guerre secrète, était commandeur de la Légion d'Honneur, titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la croix de guerre des T.O.E., de la Valeur Militaire et de la croix du combattant volontaire.  

 Ses obsèques ont eu lieu le mercredi 14 janvier 2009, en la chapelle de l'Ecole Militaire de Paris.

Le général (2S) Piquemal, président national de l'Union Nationale des Parachutistes, lui a rendu un vibrant hommage, dont nous retiendrons ces fortes paroles : 
 

 Extraordinaire serviteur de la France, véritable icône,
soldat exceptionnel, un grand parmi les plus grands,
le colonel Jean Sassi, légende et monument des parachutistes,
a posé son sac sur la piste sans fin et rejoint Saint-Michel.
 

Face à cette terrible perte, notre douleur est immense, notre peine infinie.
Nous nous inclinons devant ce géant hors du commun de notre histoire militaire,
qui a marqué à jamais le monde des opérations spéciales
et a écrit des pages magnifiques de gloire et d'héroïsme
de la longue route des parachutistes.

t


Dernière édition par bretirouge le 2015-05-30, 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Empty
MessageSujet: Re: Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi   Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Icon_minitime2015-05-30, 14:37

Jean Sassi







Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Sassi-jean

 

Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Ccv_125x225

Croix du combattant
Volontaire
Volunteer Servicemen
Cross
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Empty
MessageSujet: Re: Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi   Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Icon_minitime2015-05-30, 14:40

Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Sassi-parachutiste
 
Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Sassi-ecusson
 
Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Sassi-qui-ose-gagne

      Qui Ose Gagne
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25231
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Empty
MessageSujet: Re: Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi   Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Icon_minitime2015-05-30, 19:15

Merci Gus

Oui , un grand "Serviteur" de la France

Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi 1996631456 Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi 1996631456

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi 908920120 Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Cocoye10 Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Empty
MessageSujet: Re: Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi   Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Grand Combattant Volontaire Jean Sassi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Grand Combattant Volontaire Jean Herraud
» Grand Combattant Volontaire Jean Leca
» Grand Combattant Volontaire Jean Compagnon
» Grand Combattant Volontaire Jean-Antoine Toussaint Graziani
» Grand combattant volontaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages remarquables (Civils & Militaires)-
Sauter vers: