Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-38%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
19.91 € 31.99 €
Voir le deal

 

 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Empty
MessageSujet: 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS   4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Icon_minitime2013-08-04, 10:04

   4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESSE ET DU CLERGE (par Maurice D.)  



Demain sera le 224e anniversaire de l'abolition des privilèges. Vous savez, cette nuit du 4 au 5 août 1789 au cours de laquelle les députés décidèrent de supprimer tous ces petits avantages qui avaient rendu la noblesse et le clergé odieux au peuple. Alors je me disais  que c'était le moment d'écouter le président Hollande, patron du parti socialiste, donc descendant en ligne directe de ces courageux députés girondins qui n'hésitèrent pas ensuite à faire trancher des têtes pour éradiquer la race maudite des privilégiés.

Je l'ai écouté dans les petits discours ineptes qu'il déverse ces jours-ci à la louche lors de chacun de ses petits voyages en province, comme les représentants de commerce répètent les mêmes slogans éculés pour vendre leurs marchandises. Hollande disait que oui, la lutte contre le chômage était sa priorité, que oui, ça ne produisait pour le moment aucun résultat, mais que oui, il va y en avoir incessamment sous peu puisque le gouvernement va embaucher à tour de bras des clampins incultes pour en faire des profs, etc. Et la presse d'occupation reprend en chœur : Alléluia, la crise est finie, les Français sont redevenus optimistes, notre glorieux président avait raison, le bonheur est en Hollandie, malgré tous les avis contraires des organismes internationaux et des spécialistes, même français.

Alors j'ai refermé ma télé en comprenant qu'il n'y aura pas d'abolition des privilèges demain soir.

Comment voulez-vous que tous ceux-là, le président, les ministres, les élus et la presse, attaquent un système socialiste de privilèges qui les nourrit grassement, même si quelques-uns savent qu'il domine la France par l'intimidation et le mensonge ?

Toute leur vie ils ont vécu en parasites. Jeunesse dorée, le président lui-même n'est-il pas fils d'un grand bourgeois propriétaire de cliniques, passée à chercher comment rentabiliser leur bonne éducation, les relations de leurs parents, n'est-ce pas madame Aubry, et accessoirement leur intelligence pour ceux qui en ont un peu. Jeunesse passée à presser le citron du filon des études conduisant à l'élite politique et intégralement payées par le contribuable (ENA), à trouver une rampe de lancement politique, peu importe le parti, il sera toujours temps d'en changer après... A s'assurer que l'emploi trouvé sera à vie et bien payé par l'Etat, seule garantie de bonheur éternel dans le pognon qui tombera tous les mois avec des augmentations automatiques dans une vie sans souci d'emploi et de revenu.

   Comme la noblesse de l'Ancien Régime  

Le seul souci que je leur connaisse est qu'ils se demandent très vite ce qu'ils font là, à ramer pour cette idéologie socialiste qui ne peut mener qu'à l'échec. Mais parasites ils étaient, parasites ils restent. Surtout ne rien changer au système. Dès lors ils passent un tiers de leur temps à faire des discours pour expliquer au bon peuple qu'ils auront raison un jour prochain parce que leur système est le meilleur. J'entendais à l'instant un journaliste expliquer sur BFM-TV que le président et les ministres vont se relayer tout l'été pour assurer la "com" du pouvoir : tout va très bien madame la marquise.
Un autre tiers de leur temps est consacré à cultiver leur carnet d'adresses pour bien rester dans ces réseaux qui vous recasent en cas de changement de gouvernement et de majorité. Ces réseaux existent et depuis longtemps, souvenez-vous de Mitterrand, Hernu et quelques autres sortant tout droit du gouvernement de Vichy et faisant appel au réseau de l'abbé Sage dont la spécialité était de recaser des fachos dans le socialisme en plein essor de l'après-guerre.

Mais ils s'interrogent : pourquoi une existence aussi vaine ? Jeunes ils se voyaient au firmament. Elus ils se découvrent poissons rouges dans le bocal socialiste. Riches, certes, bien positionnés socialement, certes, mais poissons rouges dans une vie sans aucun risque, sans aucun sel, autre que celui de la crainte que la chatte Marine vienne un jour les pêcher dans le bocal d'un coup de griffe bien placé.
De l'UMP ils ne craignent rien, des énarques comme eux, sauf Sarkozy, peut-être, qui ne l'est pas.

Certains sont d'effroyables snobs, convaincus qu'ils sont L'ELITE, faits pour diriger et enrégimenter la plèbe, écartelés aussi entre deux mondes, celui qu'ils fréquentent des ors plaqués sur les plafond et les murs des palais gouvernementaux, et celui dont ils rêvent des cabinets secrets mais pavés de vrais lingots d'or de la dictature mondiale de la Trilatérale, voyez Valls.

Ils vivent dans l'amertume et la servilité, mais le peuple est si stupide, ce serait bien maladroit de ne pas en profiter. D'ailleurs ils croient le peuple incapable de la moindre subtilité sémantique et n'imaginent même pas qu'il puisse comprendre qu'ils lui mentent sciemment, voyez le sourire satisfait de Hollande après chacun de ses discours.
En fait, j'en suis convaincu, il ne s'adresse qu'à lui-même et à ses larbins ministres et journalistes quand il nous parle. Et il n'a même pas l'élémentaire courtoisie de comprendre que nous nous sentons insultés pas le mépris latent qui suinte de chacune de ses phrases.

Les socialistes se pensent intelligents, et ils le sont de cette intelligence que le génie social valorise, mais à tout le reste, le malheur des peuples, l'économie, la science, ils ne comprennent rien. Ils sont capables d'apprendre par cœur énormément de choses et de les restituer pour réussir un examen ou embobiner un discours, mais ils n'ont rien compris au fond des choses.

Ils peuvent tous, comme Hollande, être profs d'économie à HEC, mais pas par connaissance pratique de l'économie apprise dans une entreprise privée. Recruté comme prof parce qu'il était énarque, ce qui signifie clairement qu'il ne connaît rien à l'économie, n'en ayant qu'une connaissance livresque.

Un mot, chez lui, transite directement de l'oreille à la colonne vertébrale pour produire par réflexe appris une décision d'agir, mais il ne passe pas par le cerveau où il aurait une petite chance d'être filtré par une analyse rationnelle. C'est le comportement réflexif typique des énarques comme j'ai eu l'occasion de le constater quand j'en avais sous mes ordres ou en face de moi.

   Chômage = créer des fonctionnaires    
   Dette = augmenter les impôts  
   Agression = déplacer sur les lieux quelques flics quelques jours    
   Islam = une bonne chose pour la France, etc  

Pourtant, de temps en temps, ceux qui réfléchissent sur eux-mêmes s'arrêtent pour contempler le désastre qu'est leur idéologie. Ils se lamentent sans comprendre parce qu'ils n'ont lu que peu des auteurs qui ont fondé le socialisme, et Marx en premier, et toujours très superficiellement. Juste suffisamment pour passer les examens.

S'ils avaient lu "L'idéologie allemande" (Marx et Engels, 1846), ils auraient compris Marx et surtout pourquoi il se trompe. Mais c'est un gros livre en trois tomes et 640 pages, dur ! Néanmoins, s'ils l'avaient lu, je pense qu'ils en auraient au moins retenu la philosophie : il y a le socialisme-idéologie et le socialisme-vécu-dans-la-vie-réelle (c'est mon interprétation personnelle) et eux restent dans le rêve idéologique sans comprendre que le peuple, lui, vit dans le réel, qu'il doit chercher du travail puis le garder et faire vivre sa famille, il n'a pas comme eux une vie de privilégié parasitaire garantie par l'Etat.

Alors, ils croient que pour rendre le peuple heureux, il suffit de lui donner du rêve (discours du Bourget, Hollande), mais comme l'a si bien écrit Muriel Barbery (L'élégance du hérisson), "qui sème le rêve récolte l'oppression". Et c'est de là que nait leur drame, le jour où ils comprennent enfin que le socialisme les mène là où ils ne voulaient pas aller : la dictature.

Nous y sommes. Le socialisme de Mitterrand était un socialisme d'opportunité, prédateur mais conscient que l'idéologie n'était qu'un support sémantique, toujours prêt à s'adapter à la réalité (Mauroy décidant ouvertement la rigueur).

Celui de Hollande est piloté par l'idéologie car il veut être "le vrai premier président socialiste de l'histoire de France". Alors pour y arriver il est prêt à tout, en commençant par la privation des libertés et l'appauvrissement du peuple qui doit être ce qu'il est : du bétail taxable à merci (voir 1984, Orwell).

Il s'enferment dans un monde où ce sont les mots et non les actes qui ont du pouvoir. Ils ont créé un monde où dominent les faibles et ceux qui sont incapables de procréer (voyez Hollande sous la coupe de LGBT), un monde où la violence dominera bientôt, où il faudra se battre pour manger, boire et dormir, où il faudra comme le font déjà les cités, conquérir un territoire et le sécuriser contre la force injuste de la loi socialiste et les incursions des prédateurs de gauche.

   4 août 2013... Bon anniversaire, mes chers compatriotes  

Maurice D.


   4 août 1793 : extrait du discours du Duc d'Aiguillon  

« L'Assemblée Nationale, considérant que le premier et le plus sacré de ses devoirs est de faire céder les intérêts particuliers et personnels à l'intérêt général ;

Que les impôts seraient beaucoup moins onéreux pour les peuples, s'ils étaient répartis également sur tous les citoyens, en raison de leurs facultés ;

Que la justice exige que cette exacte proportion soit observée ;

Arrête que les corps, villes, communautés et individus qui ont joui jusqu'à présent de privilèges particuliers, d'exemptions personnelles, supporteront à l'avenir tous les subsides, toutes les charges publiques, sans aucune distinction, soit pour la quotité des impositions, soit pour la forme de leurs perceptions ;

L'Assemblée Nationale, considérant en outre que les droits féodaux et seigneuriaux sont aussi une espèce de tribut onéreux, qui nuit à l'agriculture, et désole les campagnes ;

Ne pouvant se dissimuler néanmoins que ces droits sont une véritable propriété, et que toute propriété est inviolable ;

Arrête que ces droits seront à l'avenir remboursables à la volonté des redevables, au denier 30, ou à tel autre denier qui, dans chaque province, sera jugé plus équitable par l'Assemblée nationale, d'après les tarifs qui lui seront présentés ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Empty
MessageSujet: Re: 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS   4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Icon_minitime2013-08-04, 12:26

Bien envoyé 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS 373769 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS 926774 
Revenir en haut Aller en bas
Papa schulz
Admin
Papa schulz


Masculin
Nombre de messages : 12008
Age : 62
Emploi : Apéro à plein temps!
Date d'inscription : 23/10/2007

4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Empty
MessageSujet: Re: 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS   4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Icon_minitime2013-08-04, 16:44

scratch de toute façon ont est les farcies !!!!

et eux 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS 991300 sur notre dos !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Empty
MessageSujet: Re: 4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS   4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
4 AOUT 2013 : IL Y A 224 ANS, L'ABOLITION DES PRIVILEGES DE LA NOBLESS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 15 Aout 1944 - 15 Aout 2014 -Deux pieds noirs a l'honneur
» Bonjour du 96 aout 2020. Rectifié 06 Aout -
» S'engager !!
» Réveillon 2013=>2014 .
» 2013, Révolution ou Directoire ??????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: POLITIQUE ,COUPS DE GUEULE ET ÉTATS D'ÂME-
Sauter vers: