Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Tome 34 édition collector de My Hero Academia : ...
Voir le deal
17.25 €

 

 Joséphine Baker, résistante durant la guerre

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitimeLun 27 Juil 2009 - 20:00

Joséphine Baker n' était pas qu' une danseuse de revue, elle a était résistante et décorée de la Médaille de la Résistance, de la Croix de Guerre avec Palme et de la Légion D' Honneur.
Voici un lien qui vous en apprendra un peu plus, cliquer sur biographie.

http://jobaker.ifrance.com/


Dernière édition par Guy le Mar 28 Juil 2009 - 3:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
blida1961

blida1961


Masculin
Nombre de messages : 1067
Age : 80
Date d'inscription : 16/05/2008

Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Re: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitimeLun 27 Juil 2009 - 22:25

J' ai eu le plaisir de la voir en uniforme devant la Mairie de Paris pour le 20° anniversaire de la libération de Paris .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Re: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitimeLun 27 Juil 2009 - 22:52

Joséphine Baker, résistante durant la guerre 991ca9e4 Joséphine Baker, résistante durant la guerre 2952231575


Star internationale du music-hall, vedette incontestée du Casino de Paris et du théâtre des Champs-Elysées, Joséphine Baker fut la première artiste française noire dans les années 30 à toucher le cœur des Français par ses chansons populaires, sa beauté et sa voix angélique. Lorsque la France est attaquée en 1940 par Adolphe Hitler, la Star quitte les paillettes pour entrer dans la résistance. Militante antiraciste, épouse d'un juif, Baker refuse de voir Paris sous la botte des Nazis. Dès 1939, elle entre dans le contre-espionnage et devient, plus tard, au péril de sa vie, l'agent de propagande du général de Gaulle. Elle donne de nombreux concerts pour récolter des fonds au profit de l'armée française et aide les services de renseignements français à obtenir des informations précieuses sur les intentions de Mussolini et sur les projets secrets des Allemands. Pendant cinq ans, elle lutte contre les nazis. Après deux années d'enquête, le journaliste Charles Onana a retrouvé des archives militaires, celles des renseignements généraux et du FBI, gui révèlent comment une femme noire américaine, devenue française, a combattu Hitler et le racisme. A la fin de la guerre, elle marche à Washington avec Martin Luther King pour les droits civiques, puis adopte des enfants de toutes les couleurs et mène un combat international contre le racisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Re: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitimeMar 28 Juil 2009 - 5:01

Une grande dame merci a tous les deux Joséphine Baker, résistante durant la guerre 926774
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Re: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitimeMar 28 Juil 2009 - 7:59

1939-1945 : Un engagement volontaire dans la Résistance
L'entrée en guerre

En septembre 1939, quand la France déclara la guerre à l'Allemagne en réponse à l'invasion de la Pologne, Josephine fut recrutée par le Deuxième Bureau. On y cherchait en effet des gens dont leur profession permettait de se déplacer librement et de recueillir des informations. Dans les faits, ce fut Daniel Marouani, frêre aîné de l'agent de Josephine, qui suggéra à Jacques Abtey, chef du contre-espionnage militaire à Paris, de l'engager. Ainsi, durant la drôle de guerre, entre septembre 1939 et mai 1940, Josephine glana toutes les informations qu'elle put sur l'emplacement des troupes allemandes auprès des officiels qu'elle rencontrait dans des soirées. Elle reprenait le soir sa place au Casino de Paris. De plus, dans l'après-midi, elle consacrait quelques heures au tournage de son dernier film "Fausse alerte". Ce long métrage, qui fut pourtant entièrement tourné et officiellement diffusé, passa inaperçu. Son héroïne ne le mentionna pas dans ses mémoires et la débutante Micheline Presle, qui campait là l'un de ses tout premiers rôles, avoue aujourd'hui n'en avoir conservé qu'un vague souvenir, tant le contexte de l'époque fit de cette production une oeuvre bâclée. Enfin, elle soutint le moral des troupes en se produisant avec Maurice Chevalier sur la ligne Maginot.

Les représentations du Casino de Paris furent définitivement interrompues lorsque les Allemands eurent franchis la ligne Maginot. Josephine gagna en voiture le château des Milandes, en Dordogne, où elle vivait depuis 1936. Jacques Abtey, lui, avait décidé de rejoindre de Gaulle à Londres et d'établir une liaison entre les réseaux de résistance de France et d'Angleterre. Il espérait que Josephine trouverait un moyen de l'aider. Ainsi, durant l'été 1940, il retrouva Josephine aux Milandes qui abritaient également un officier de marine français né au Mexique, un aviateur breton et un couple de réfugiés belges. Pour mieux s'organiser, Josephine se dota de moyens sophistiqués en faisant installer un puissant récepteur radio dans la grosse tour du château.

L'avent
Abtey prit contact avec le colonel Paillole, qui dirigeait le contre-espionnage militaire à Marseille. Il deviendrait Jean-François Hébert, ancien artiste de music-hall et désormais secrétaire et assistant de Josephine. Celle-ci était sensée partir en tournée au Portugal et en Amérique du Sud, et Abtey l'accompagnerait, apportant au Portugal des renseignements à transmettre en Angleterre. Ces renseignements étaient écrits à l'encre sympathique sur les partitions de Josephine. Seulement, Josephine devait reprendre contact avec Paillole : elle partit donc pour Marseille. Rien ne justifiant sa présence dans la cité phocéenne, elle y reprit "la Créole", l'opérette qu'elle avait jouée à Paris en 1934. Abtey, toujours au Portugal, reçut des instructions de Londres : il transmettrait à de Gaulle et à ses alliés britanniques les informations que recueilleraient en France Paillole et son réseau de résistance. Baker et lui seraient basés au Maroc, où Paillole ferait parvenir à Abtey les renseignements qu'il apporterait à son tour au Portugal ; du Portugal, un contact direct pouvait être établi avec Londres. En partant pour le Maroc, Josephine et Abtey purent aider Solmsen, producteur de cinéma d'origine allemande, et son ami Fritz à quitter la France. Ainsi se retrouvèrent-ils tous à Casablanca. Abtey n'ayant pu obtenir de visa, Josephine se rendit seule au Portugal transmettre les informations de Paillole. De retour au Maroc et désormais installée à Marrakech, elle reprit sa vie avec Abtey. Elle y avait des amis importants : Moulay Larbi el-Alaoui, le cousin du sultan, et Si Mohammed Menebhi, son beau-frère, fils de l'ex-grand-vizir, qui occupait à Marrakech le palais de son père. Grâce à eux, Josephine fit la connaissance de Si Thami el-Glaoui, le puissant pacha de Marrakech.

Une absence provisoire

Josephine tomba malade en juin 1941. Elle entra à cette date à la clinique Mers Sultan à Casablanca et n'en ressortit qu'en 1942. Non seulement sa carrière d'agent de renseignements militaire était terminée, mais sa vie même faillit prendre fin par trois fois. A l'origine du mal, Lynn Haney, auteur d'une biographie de Josephine, parlera de fausse couche donnant lieu à une infection. Jacqueline Abtey, elle, parlera d'une mauvaise réaction à une injection d'Ipedol. Ce ne fut qu'un an après son entrée en clinique qu'elle fut assez forte pour subir une opération. Quand les troupes américaines entrèrent à Casablanca, Josephine voulut sortir les voir. Un mois plus tard, elle quittait la clinique de Casablanca et retournait à Marrakech achever de se rétablir. Mais elle tomba à nouveau malade, atteinte cette fois-ci de paratyphoïde. Dès qu'elle se sentit mieux, Sidney William, directeur des activités de la Croix Rouge au profit des soldats noirs américains d'Angleterre et d'Afrique du Nord, vint la chercher : il lui demanda de chanter pour l'ouverture du club de la Croix Rouge destiné aux soldats américains noirs de Casablanca. Elle accepta, et, en mars 1943, elle se retrouva à chanter en public pour la première fois depuis deux ans.

Un come-back en forme de propagande

Josephine se mit à chanter régulièrement pour les soldats français, britanniques et américains d'Afrique du Nord. Elle devint à cette époque une vraie gaulliste. Ainsi, au printemps 1943, de Gaulle installant à Alger son quartier général, il lui offrit une petite croix de Lorraine en or pour la remercier de ses services. Elle était son ambassadeur, son instrument de propagande en Afrique du Nord. Au cours d'une longue tournée avec Abtey, sur ordre militaire, Si Mohammed Menebhi les accompagna, déguisé en interprète. Tous trois traversèrent en jeep toute l'Afrique du Nord, de Marrakech au Caire. Du Caire, ils gagnèrent Beyrouth par avion pour poursuivre leur tournée à travers le Moyen-Orient. En Syrie et en Palestine aussi bien qu'au Liban, ils donnèrent des représentations au profit de la résistance. Essentiellement en reconnaissance des services de propagande qu'elle avait rendus au cours de cette impressionnante tournée, on la fit sous-lieutenant des troupes féminines auxiliaires de l'armée de l'air française.

Le retour en France

Après la libération de Paris, en août 1944, Josephine rentra en France avec les autres femmes de l'armée de l'air, par train d'Alger à Oran, puis par bateau jusqu'à Marseille, où elle débarqua en octobre.

On la vit goûter à nouveau l'air de Paris et descendre les Champs Elysées dans son uniforme, poursuivie par une meute de journalistes. Désormais, elle donnait des spectacles dans toute la France pour l'armée et les hôpitaux. Elle prit pour chef d'orchestre Jo Bouillon et refusa de se faire payer. Après le sud puis l'est de la France, vint l'entrée en Allemagne. Buchenwald la surprit dans toute son horreur ; elle chanta pour les survivants. Puis, ce fut une tournée qui emmena Josephine et l'orchestre de Jo Bouillon en Suisse, en Belgique, en Allemagne, en Norvège, en Finlande, au Danemark et en Suède. Durant l'année 1946, elle continua d'avoir des ennuis de santé, et, en octobre 1946, elle était dans une clinique de Neuilly pour une nouvelle opération au ventre lorsqu'elle fut décorée de la médaille de la Résistance. Le colonel de Boissoudy lui épingla sa médaille sous les yeux de madame de Boissieu, la fille de de Gaulle.

L'activité de résistante de Josephine fut rendue publique en 1949 à travers un ouvrage de son co-équipier, Jacques Abtey, La Guerre secrère de Josephine Baker, accompagné d'une lettre liminaire de de Gaulle, puis à nouveau en 1961, à travers un récit romancé.

La véritable récompense de ces années de guerre eut lieu le 18 août 1961 aux Milandes. Ce jour là, le Général Valin remit à Josephine les insignes de la Légion d'honneur, ainsi que la Croix de Guerre avec palme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Re: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitimeMar 28 Juil 2009 - 8:18

Merci à vous tous,

je ne la connaissais que comme chanteuse et ne savais rien de sa vie de résistante, voilà chose faite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Re: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitimeMar 28 Juil 2009 - 9:49

Bonjour,
Merci pour cette présentation! study
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Joséphine Baker, résistante durant la guerre Empty
MessageSujet: Re: Joséphine Baker, résistante durant la guerre   Joséphine Baker, résistante durant la guerre Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Joséphine Baker, résistante durant la guerre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La France "Ridiculisée" : Joséphine Baker au Panthéon .
» La France "Ridiculisée" : Joséphine Baker au Panthéon .
» Avant l'entrée au Panthéon de Josephine Baker - qui sont ses predessesseurs ?
» Joséphine Baker au Panthéon. Qui était-elle vraiment ? Retour sur un étonnant parcours
» Le parachute durant la grande guerre .......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages célèbres (Civils & Militaires)-
Sauter vers: