Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Frieren : le Tome 5 édition Collector du manga ...
Voir le deal
10.95 €

 

 Midway

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Midway Empty
MessageSujet: Midway   Midway Icon_minitime2009-06-03, 08:03

Belligérants
Midway 20px-US_flag_48_stars.svg États-UnisMidway 22px-Naval_Ensign_of_Japan.svg Japon
Commandants
Frank J. Fletcher,
Raymond A. Spruance
Chuichi Nagumo,
Isoroku Yamamoto,
Kondo
Forces en présence
3 porte-avions, 4 croiseurs,
environ 50 navires de soutien
359 avions dont 127 basés sur Midway
4 porte-avions, 2 cuirassés, 3 croiseurs, 248 avions (Nagumo),
1 porte-avions, 3 cuirassés, 8 avions (Yamamoto),
1 porte-avions, 2 cuirassés, 10 croiseurs, 24 avions et 32 hydravions (Kondo),
2 porte-avions, 4 cuirassés, 8 croiseurs, 82 avions (diversion sur les Aléoutiennes),
100 navires de soutien,
196 avions basés à terre (ils n'intervinrent pas dans la bataille)
Pertes
1 porte-avions,
1 destroyer,
307 marins
4 porte-avions,
1 croiseur,
2 500 marins

Avant la bataille

Midway en elle-même n'avait pas un rôle stratégique notable dans le plan japonais : ils se concentraient sur les îles méridionales Samoa, Fidji et l'Australie qui représentaient l'extension naturelle de leurs conquêtes dans le Sud Est du Pacifique. De plus, étant la base américaine la plus proche du territoire japonais, sa possession ne pouvait qu'être défendue âprement.
Comme à l'accoutumée, le plan de l'amiral Isoroku Yamamoto était ingénieux et déterminé. Fidèle à la doctrine stratégique de la marine impériale japonaise, il voulait obliger la flotte américaine à combattre afin de la détruire. Les Américains seraient obligés d'intervenir en cas de débarquement à Midway. Ce plan avait probablement été compliqué par la nécessité de réagir rapidement au raid de Doolittle sur Tokyo en avril. Ce bombardement n'avait guère produit de dégâts, mais il avait démontré de manière frappante que le sol japonais n'était pas à l'abri de la guerre. Il s'était révélé d'une importance psychologique considérable.
Les forces destinées à l'opération étaient constituées de 11 navires de ligne, 8 porte-avions, 21 croiseurs et près de 200 bâtiments divers. La 1re escadre de 4 porte-avions dirigée par l'amiral Nagumo constituait la première force de frappe. Elle était suivie à distance par l'escadre de Yamamoto qui s'attaquerait à tout support apporté à l'atoll de Midway

US intelligence

L'espionnage de la marine américaine (US Naval Intelligence) avec l'aide des Britanniques et des Hollandais avait essentiellement percé une partie des codes utilisés par la marine japonaise (JN-25, un code de cryptage) depuis quelques temps déjà. Malgré la modification de ce code juste avant l'attaque contre Pearl Harbor, les progrès de son décryptage étaient réels, au point d'envisager d'utiliser les informations ainsi obtenues pour arrêter les opérations japonaises.
Toutefois, un élément du code (l'emplacement AF) restait inconnu. Certains pensaient qu'il s'agissait de Midway, mais il y avait controverse et il pouvait s'agir des îles Aléoutiennes. Il n'y avait malheureusement aucun moyen de clore le débat avec les seuls éléments cryptographiques. Un jeune officier, Jasper Holmes, à la station Hypo, fit une suggestion brillante pour lever le doute. Il demanda au commandant de la base de Midway d'annoncer —en clair— à la radio qu'il y avait une urgence sanitaire —l'eau potable venait à manquer à cause d'un accident à l'usine d'épuration. Un message codé japonais ne tarda pas à noter que "A.F." avait un problème d'eau potable et que les forces d'attaque devaient en tenir compte. La conclusion logique immédiate était donc qu'A.F. et Midway ne faisaient qu'un et que l'opération militaire à venir s'y déploierait.
Toutefois, le décodage de JN-25 était très lent et ce n'est qu'à la dernière minute que l'amiral Chester Nimitz eut assez d'éléments pour mettre en place un piège contre les forces qui allaient attaquer Midway. Il rappela les porte-avions de Fletcher du sud-ouest du Pacifique et les chantiers navals de Pearl Harbor réparèrent en temps record le Yorktown—gravement endommagé pendant la bataille de la mer de Corail lui permettant de rejoindre la nouvelle bataille navale.
En 72 heures seulement, le Yorktown fut transformé d'une épave à peine flottante en un porte-avions opérationnel (même s'il restait significativement affaibli). Son pont d'envol était rebouché plus que réparé, sa structure interne était étayée et ses avions étaient remplacés par ceux de la base navale. Il faut admettre que pour disposer de son troisième et dernier porte-avions, l'amiral Nimitz ignora totalement toutes les règles et procédures. Par exemple, les réparations n'étaient pas encore finies quand le navire appareilla au son de « California, Here I Come » (Californie, me voici).
Pendant ce temps, à Truk, le Shokaku attendait un groupe d'avions pour remplacer ses pertes et le Zuikaku, légèrement endommagé, attendait ses réparations. L'équilibre des forces eût été très différent si les États-Unis n'avaient aligné que l'Enterprise et le Hornet, sous les ordres de l'amiral Raymond A. Spruance, face aux Soryu, Hiryu, Akagi et Kaga.

Plan et prémices
Le plan japonais en lui-même est très complexe : 36 heures avant l’attaque sur Midway, une puissante flotte de 2 porte-avions et 4 cuirassés devait mener une attaque sur les Aléoutiennes, envahir les îles de Kiska et d’Attu et mener un raid sur Dutch Harbor, dans le but de faire diversion. Ensuite, le raid sur Midway devait se dérouler en plusieurs étapes : premièrement, une flotte de 4 porte-avions aux ordres de Nagumo devait réduire toute résistance sur l’atoll en lui-même. Peu après, une autre flotte aux ordres du contre amiral Kondo et puissante de 2 cuirassés et 10 croiseurs (lourds pour la plupart) devait soutenir un débarquement de 5 000 hommes pour la possession de l’atoll. Entre-temps, l’US Navy qui « devait » nécessairement sortir pour défendre Midway serait attaquée par la puissante flotte combinée de Yamamoto, restée jusque là plusieurs centaines de km en arrière et forte de 3 cuirassés, dont le flambant neuf Yamato. De plus, si les combats avaient lieu au sud de Midway, les Japonais comptaient sur le soutien de leur 11e flotte aérienne comprenant 180 avions. Un plan au final fort complexe, souffrant de plusieurs défauts :
– la dispersion des moyens, la flotte de Nagumo se trouvant bien seule pour affronter sans aide l’US Navy ; – le manque de souplesse (la puissante flotte combinée se trouvait trop loin pour porter assistance dans l’urgence à l’une ou l’autre des escadres avancées), – la diversité des objectifs : destruction de l’US Navy ET neutralisation de l’atoll. Au moment critique, Nagumo ne saura quel objectif « choisir » en priorité…
En face, les Américains étaient forcés de faire avec ce qu’ils avaient : l’atoll fut renforcé et accueillait pas moins de 127 avions. La flotte en elle-même était divisée en 2 task forces, la 16 autour des porte-avions Enterprise et Hornet, l’autre, la 17, autour du Yorktown. De plus, leurs équipages manquent cruellement d’expérience (le Hornet verra là son baptême du feu) et les appareils, bien que robustes, manquent eux de maniabilité face aux terribles Zéros. Les pertes, en avions torpilleurs TBD Devastator notamment, seront lourdes.

La bataille

Premiers déboires
Une première erreur japonaise est flagrante avant même la bataille proprement dite : la trop grande confiance en la réussite de leur mission, et le fait qu’ils sous-estimèrent l’ennemi. En effet, ils comptaient sur la présence de 2 porte-avions américains seulement, le Yorktown « ayant été coulé » à la bataille de la mer de Corail. De plus, pour confirmer la situation de l’US Navy, une reconnaissance aérienne devait avoir lieu sur Pearl Harbour, et un cordon de sous-marins devait être mis en place à proximité des eaux hawaïennes, ce pour détecter les mouvements américains. Et là, premiers déboires : la reconnaissance en question fut annulée, ce qui n’inquiéta nullement le haut commandement qui ne prévint cependant pas Nagumo de ce fait. Quant aux sous-marins, ils traînèrent en route et parvinrent à leur lieu de patrouille avec 24h de retard… ce qui fit qu’ils ratèrent (de peu) la flotte américaine.

Premières passes d’armes
Dès le 3 juin au matin, le convoi des transports de troupes nippons faisant route vers Midway est repéré. Immédiatement, 15 B25 décollent et attaquent ledit convoi. Aucun navire n’est touché contrairement aux revendications, mais l’effet est désastreux sur les Japonais qui pensaient bénéficier de la surprise… au soir, des Catalina attaquent à leur tour, armés de torpilles, et mettent un coup au but sur un transport. Plus au nord ce même jour débutent les combats des Aléoutiennes sous une météo peu favorable. La diversion ne marchera évidemment pas, les Américains étant au courant des plans japonais.

L’assaut
Le 4 juin au matin, le décor est placé et les protagonistes sont prêts au combat. Vers 4-5h, des avions de reconnaissances décollent de part et d’autre, mais du côté japonais, un avion décolle en retard tandis qu’un autre doit faire demi-tour. Un premier tournant, même si aucun ne le sait à ce moment, car ces deux avions là auraient du suivre une trajectoire qui les aurait fait croiser la flotte américaine. Malchance ? Peut-être mais la négligence fut de ne pas les remplacer par d’autres… À 5h, 36 Zéros, 36 bombardiers en piqué et 36 bombardiers/torpilleurs japonais décollent. Après la détection du raid au radar, tous les avions présents sur l’atoll décollent : 6 Grumman TBF-1 Avenger et 4 Martin B-26 Marauder torpilleurs, 27 Douglas SBD-2 Dauntless et 12 Vought SB2U-3 Vindicator (bombardiers en piqué), 17 B-17 ainsi que 20 F2A3 Buffalo et 5 F4F-3 Wildcat (chasseurs chargés de la défense). Les chasseurs interceptent les japonais et revendiquent quelques succès mais au prix de lourdes pertes face aux zéros : 13 Buffalos et 2 Wildcats sont abattus, contre 3-4 avions japonais. Ceux-ci bombardent efficacement et causent de lourds dégâts à la base, mais une seconde vague s’annonce nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Midway Empty
MessageSujet: Re: Midway   Midway Icon_minitime2009-06-03, 08:08

Contre-attaque américaine
Midway 200px-Hiryu_burning
Le Hiryu au matin du 5 juin


Midway 200px-Sinking_of_the_USS_Yorktown_%28CV-5%29_02
Le Yorktown touché par des torpilles


Midway 200px-Sinking_of_japanese_cruiser_Mikuma_6_june_1942
Le Mikuma gravement endomagé le 6 juin


Pendant ce temps, les appareils américains ayant décollé avant l’attaque atteignent la flotte japonaise : 5 des Avengers et 2 Marauders sont détruits, sans succès, les B-17 s’en tirent mais ratent lamentablement leurs cibles (malgré des revendications contraires). Entre-temps les Nippons repèrent la flotte américaine mais subissent encore l’assaut des Dauntless et Vough de Midway : 8 SBD et 3 SBU sont perdus ; aucun coup au but, malgré des revendications contraires. Les zéros ont fait un carnage sur ces appareils non escortés, mais le pire reste à venir… Après la découverte des navires américains, Nagumo hésite ; faut-il attaquer ces navires ou lancer une seconde vague sur Midway ? Le temps passe et Nagumo change plusieurs fois de décision. Lorsqu’enfin il se décide à frapper l’US Navy, les avions de la première vague sur Midway reviennent et il faut dégager les ponts. Là vient une autre faiblesse : les avions de la première vague provenaient des 4 porte-avions, alors qu’ils ne représentaient que la moitié des effectifs. Il aurait mieux valu les faire décoller de 2 porte-avions pour garder les deux autres « en réserve » pour agir contre l’US Navy si celle-ci venait à se montrer. Résultat, la totalité des porte-avions sera bloquée lorsqu’il faudra récupérer la première vague, la deuxième sera retardée et ne pourra jamais être lancée, les attaques des groupes embarqués américains survenant à ce moment crucial où les porte-avions seront vulnérables. Les premières attaques sont menées par les torpilleurs TBD Devastator. Lents, vulnérables, peu maniables et sans escorte pour 2 des 3 escadrilles concernées, ils se font massacrer. Sur 41, 35 sont perdus et ils n’obtiennent aucun coup au but en contre partie. Cependant, ils détournent l’attention des Zéros qui, tout occupés à les abattre (au ras de la mer), ne remarquent pas l’apparition à 5 000 m d’altitude des bombardiers en piqué américain. Ceux-ci piquent sur les porte-avions au moment où les premiers appareils de la 2e vague décollent. En 2 minutes, les porte-avions Akagi, Kaga et Soryu sont durement touchés et condamnés. À 10h25, il ne reste plus que le Hiryu pour combattre. Immédiatement, celui-ci lance 18 bombardiers et 6 chasseurs. Bien qu’interceptés par les appareils de couverture américains, ils touchent le Yorktown par 3 bombes aux alentours de midi, le mettant hors de combat. Une deuxième attaque est lancée, cette fois 10 torpilleurs et 6 chasseurs, elle touchera le Yorktown avec 2 torpilles à 15h. Alors qu’une troisième vague s’apprête à décoller, les avions américains reviennent (vers 17 heures) et détruisent le Hiryu. L’escadre de Nagumo est anéantie et Yamamoto ordonne le repli. Mais deux croiseurs lourds de la Flotte de Kondo (le Mikuma et le Mogami) entrent en collision. Ralentis, ils seront pris par les américains pour des cuirassés et seront harcelés pendant deux jours avant que le Mikuma soit finalement coulé, le Mogami étant très gravement touché. Le Yorktown quant à lui est pris en remorque, mais le sous-marin japonais I-168 le repère et l’achève de torpilles, le destroyer Hammann étant coulé dans l’attaque. Avec la perte du Yorktown, le commandement passa des mains de l'amiral Fletcher à celles de l'amiral Spruance au crédit duquel sera portée la victoire.
Dès qu'il apprit la destruction des porte-avions de la première escadre, Yamamoto ordonna à toutes ses forces de procéder à l'attaque de Midway. La bataille devait se dérouler dès le lendemain matin. Spruance de sa part, ne tenait pas à combattre de nuit avait éloigné sa flotte dans la soirée du 4. À cette nouvelle, Yamamoto décida d'annuler l'opération et ordonna le repli de toute la flotte japonaise.

Suites
Les forces américaines se retirèrent rapidement après une victoire décisive. La perte de quatre porte-avions porta un coup d'arrêt à l'expansion de l'Empire japonais dans le Pacifique et le mit en position défensive seulement six mois après l'attaque contre Pearl Harbor. L'amiral Yamamoto avait fait la prédiction à ses supérieurs que le Japon aurait le dessus pendant six mois à un an avant d'être débordé par les ressources américaines. Il avait été terriblement exact.



Midway 200px-Frank_Fletcher
Amiral Frank J. Fletcher, 1942

Midway 200px-Ray_Spruance
Raymond Spruance



Isoroku Yamamoto
Midway 250px-Yamamoto-Isoroku-improvedContrast

Midway 300px-Chuichi_Nagumo
Chūichi Nagumo

source Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Midway Empty
MessageSujet: Re: Midway   Midway Icon_minitime2009-06-03, 17:46

Meci Sylvain pour cette page d' histoire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Midway Empty
MessageSujet: Re: Midway   Midway Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Midway
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Midway
» La bataille de Midway et de la mer de Corail
» 3-6 juin 1942 : La bataille de Midway .
» 3-6 juin 1942 La bataille de Midway & 3 juin 1944 De Gaulle chef du gouvernement provisoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: 39 - 45-
Sauter vers: