Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-47%
Le deal à ne pas rater :
La carte Fnac+ à 7.99€ pour 1 an
7.99 € 14.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -38%
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H ...
Voir le deal
799 €

 

 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Michel
Admin
Michel


Masculin
Nombre de messages : 2449
Age : 63
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 09/10/2021

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Empty
MessageSujet: Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »   Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Icon_minitime2022-02-17, 16:15

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Bbbbbb27

Au regard de l’évolution de la situation politique au Mali, récemment décrite par Florence Parly, la ministre des Armées, comme étant « très hostile » pour la force française Barkhane [et le groupement européen de forces spéciales Takuba], la fin des opérations de contre-terrorisme dans ce pays devait paraissait inéluctable. Et elle vient d’être officialisée, ce 17 février, via une « déclaration conjointe sur la lutte contre la menace terroriste et le soutien à la paix et à la sécurité au Sahel et en Afrique de l’Ouest », associant la France, ses partenaires européens et le Canada.
« En raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes, le Canada et les États Européens opérant aux côtés de l’opération Barkhane et au sein de la Task Force Takuba estiment que les conditions politiques, opérationnelles et juridiques ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel dans la lutte contre le terrorisme au Mali et ont donc décidé d’entamer le retrait coordonné du territoire malien de leurs moyens militaires respectifs dédiés à ces opérations », est-il expliqué dans cette déclaration.
Et celle-ci d’ajouter : « En étroite coordination avec les États voisins, ils ont également exprimé leur volonté de rester engagés dans la région, dans le respect de leurs procédures constitutionnelles respectives ».
En réalité, l’attitude des autorités maliennes dites de transition a, en quelque sorte, précipité la réorganisation du dipositif militaire français au Sahel, annoncée par le président Macron en juin 2021. En un mot, si l’opération Barkhane prend fin, l’esprit de Takuba va perdurer.
Lors d’une conférence de presse donnée peu après la diffusion de cette déclaration conjointe, le président Macron a expliqué qu’il s’agirait dorénavant d’impliquer et d’appuyer davantage les pays voisins du Mali dans les opérations de contre-terrorisme, en particulier ceux du G5 Sahel [à l’exception du Mali, donc] et de l’initiative d’Accra, qui réunit la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et le Ghana. L’ojectif est d’empêcher la progression des organisations jihadistes, comme celles affiliées au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM ou JNIM, lié al-Qaïda] et à l’État islamique [EI], vers le golfe de Guinée.

Tout en apportant un soutien aux populations civiles locales [qui sont la premières cible des groupes terroristes, mais aussi le « premier rempart » contre ceux-ci, dixit M. Macron], via de l’aide au développement apportée dans le cadre de l’Alliance pour le Sahel, l’action militaire de la France et de ses partenaires européens va se recentrer sur la formation, l’équipement et l’appui des forces armées locales qui en feront la demande.
Cela étant, une opération de retrait est toujours compliquée et dangereuse… Les convois logistiques pouvant, par exemple, être la cible d’attaques par engins explosifs improvisés [EEI ou IED] ou tomber dans des embuscades. En outre, un autre paramètre à prendre en compte sera l’attitude de la population, surtout si elle est instrumentalisée par des campagnes de désinformation, comme on a pu le voir en novembre dernier, au Burkina Faso et au Niger.
En clair, pour assurer le désengagement des bases de Ménaka, Gossi et de Gao [la plus importante], il faudra très probablement déployer temporairement au Mali des capacités supplémentaires en matière de protection et de soutien médical. C’est ce qu’a d’ailleurs indiqué M. Macron.
« Nous allons donc progressivement fermer, dans un exercice qui va prendre quatre à six mois, les bases qui sont présentes au Mali. Pendant ce temps, nous allons déployer des forces importantes, à la fois logistiques et de sécurisation de notre retrait. De même que nous allons continuer d’assurer les missions de sécurisation de la MINUSMA [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali] », a expliqué le président français. Cela vaudra aussi pour l’EUTM Mali, la mission conduite par l’Union européenne [UE] pour former les forces armées maliennes [FAMa].
« Nous allons faire ce travail de réarticulation du dispositif en bonne intelligence avec les armées maliennes, que nous connaissons bien », a continué M. Macron, qui a admis qu’il y aurait, de fait, « moins d’opérations de lutte contre le terrorisme » durant cette phase.
« Compte tenu des choix de la junte malienne, il y en a moins eu dans la zone où elle est exposée puisqu’elle a décidé de beaucoup moins travailler sur ce sujet », a souligné le président français, avant de dénoncer le recours aux services du groupe paramilitaire russe « Wagner » par la junte malienne, sur « la base de financements qu’il appartiendra de clarifier pour le peuple malien lui-même ».
Comme cela avait déjà été prévu dans les plans annoncés en juin par M. Macron, le Niger sera la plaque tournante des opérations menées au Sahel.
« Nous allons, en lien avec les autorités nigériennes et [celles] de toute la région, d’abord organiser cette sortie du territoire malien […] et nous allons réaticuler des forces qui sont déjà présentes au Niger, en lien étroit avec les forces armées nigériennes », a-t-il dit, précisant que les forces spéciales françaises actuellement présentes au Burkina Faso y seront maintenues.
Ce nouveau dispositif sera « africano-européen », comme « je l’avais annoncé après [les sommets de] Pau et N’Djamena », a continué M. Macron, rappelant que « Barkhane avait vocation à évoluer en Takuba ». En outre, a-il continué, il dépendra « de ce que nous allons discuter avec nos partenaires africains dans les prochaines semaines. Et donc, c’est l’expression des besoins des armées du G5 Sahel et de l’initiative d’Accra, en lien très étroit avec la Cédéao [Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ndlr] qui va recalibrer le soutien des Européens, la France étant en quelque sorte la nation-cadre au sens militaire ».
« Soutien en termes d’équipements, de formations, de coopérations. Et soutien également par des forces spéciales dans la lutte contre le terrorisme. C’est comme ça que nous allons réarranger les choses, parce qu’il y a une continuité complète entre l’évolution de Barkhane vers Takuba. C’est exactement l’esprit de Takuba », a conclu M. Macron.

___________________________________ ____________________________________

   

                             Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU                    Vive la Bretagne                              Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU   

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Panpan19
membre confirmé
membre confirmé
Panpan19


Masculin
Nombre de messages : 467
Age : 83
Emploi : Officier en retraite
Date d'inscription : 16/08/2021

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Empty
MessageSujet: Re: Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »   Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Icon_minitime2022-02-17, 18:19

Super et on fera comme en Afghanistan on louera des gros porteurs au russes car on en a pas d'assez gros.cela nous a déjà coûté la peau des fesse.Et les familles des soldats qui sont morts pour cette galère. J'ai déjà entendu des familles qui disent "pourquoi mon fils a donné sa. vie ? c'est plus facile de mettre une décoration sur le cercueil que de faire un vrai travail politique de défense.Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 595934

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
https://arquebusiersdulimousin.com
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25253
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Empty
MessageSujet: Re: Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »   Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Icon_minitime2022-02-17, 23:23

Sahel : Le général Burkhard répond à ceux tentés de critiquer le bilan de l’opération Barkhane

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Cema-20220217

La France s’apprête donc à mettre un terme à neuf ans de présence militaire au Mali, comme l’a officiellement annoncé le président Macron, ce 17 février.

Pour autant, le combat contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel n’est pas terminée.

Aussi, les forces françaises ne se retireront pas de la région… étant donné que leur posture sera revue afin de mieux prendre en compte l’évolution de la menace jihadiste – qui s’étend désormais vers les pays du golfe de Guinée.

Finalement, l’évolution de la situation politique à Bamako, où une junte militaire a pris le pouvoir à la faveur d’un double coup d’État, a probablement précipité les choses, dans la mesure où une réorganisation des forces françaises au Sahel avait déjà été annoncée en juin 2021.

La fin de Barkhane étant actée, l’heure est [presque] au bilan.


Et l’on peut craindre de voir certains se livrer à des raccourcis faciles et à des comparaisons qui n’ont pas lieu d’être, parlant de « défaite », voire de « désastre ».

D’où l’ordre du jour publié par ce 17 février par le général Thierry Burkhard, le chef d’état-major des armées [CEMA].

« Le sacrifice de nos camarades, morts dans l’exécution de la mission, n’a pas été inutile, que nos efforts n’ont pas été vains. Durant ces neuf années, les armées françaises ont rempli les missions qui leur ont été confiées. Le Mali ne s’est pas effondré, il n’est pas devenu un sanctuaire du terrorisme international », a tenu à souligner le CEMA.

Et cela, avec des moyens limités – 5000 militaires – au regard de l’immensité de la zone des opérations.

« Nous avons combattu en première ligne al-Qaïda, Daesh et leurs affidés, ne laissant aucun répit aux groupes armés terroristes. Depuis les airs et au sol, nous avons frappé les zones refuges, neutralisé de nombreux chefs et démantelé des réseaux, patrouillant sans relâche dans des conditions souvent extrêmes et parmi les populations les plus exposées à la menace », a rappelé le général Burkhard, sans oublier aussi les efforts consentis pour « reconstruire et consolider » les forces armées maliennes [FAMa].

En outre, a continué le CEMA, avec les forces armées partenaires et Takuba, Barkhane a aussi empêché l’État islamique au grand Sahara [EIGS] de « constituer un califat territorial » dans la région dite des trois frontières.

« Califat » qui « aurait menacé tout le Sahel », a-t-il relevé.

Et cette action, conduite à partir de janvier 2020, soit après le sommet de Pau, a mis un terme, du moins pour un temps, aux attaques de grande ampleur contre les forces locales.

Au delà de l’aspect militaire, le général Burkhard n’a pas manqué d’avoir un mot sur les actions de Barkhane au profit des populations civiles, permettant à celles-ci de « bénéficier de l’aide au développement ».

Quoi qu’il en soit, a poursuivi le CEMA, si les forces françaises se retirent du Mali, c’est parce que les conditions pour qu’elles puissent agir sans entrave ne sont plus réunies, la junte au pouvoir ayant d’autres vues… D’où cette réorganisation du dispositif militaire français au Sahel, que certains seraient tentés d’assimiler à un « échec ».

« Avec cette ré articulation, les critiques ne manqueront pas, les remises en cause non plus. Certains voudront certainement dresser un parallèle avec le retrait américain d’Afghanistan […], parleront de défaite, de déroute même. Rien ne serait plus inexact », a prévenu le général Burkhard. Et pour cause. « Nous ne quittons pas le Mali sous la pression des groupes armés terroristes et nos capacités militaires comme notre détermination à combattre le terrorisme dans la région sont intacts », a-t-il soutenu.

« Soyons fiers de tout ce que nous avons accompli, dans des conditions toujours difficiles et exigeantes.

Nous n’avons jamais failli et nous n’avons jamais renoncé face aux groupes armés terroristes », a insisté le général Burkhard, qui a terminé son ordre du jour par la mention manuscrite :

« Le combat continue, en avant! »

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768

Tout comme vous , j'ai le cœur qui saigne mon Général .

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Bloodyhear_9q1dahca

Comme en Indo , comme en Algérie et ailleurs c'est la politique qui a mené le jeu .

Nous sommes encore les perdants , les pariats , les mauvais , mon Général ;

J'ose croire en vos paroles , car un Légionnaire , n'a qu'une parole .

En espérant  que vous aussi , n’êtes pas aux Ordres du Mickey .

"Honneur a nos Soldats de Barkhane "


Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1996631456  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1996631456

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 3031951924  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 4054038949  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1448827811  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1201430414  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 2997794832  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1467935410  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 2196632332

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 908920120 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Cocoye10 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Michel
Admin
Michel


Masculin
Nombre de messages : 2449
Age : 63
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 09/10/2021

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Empty
MessageSujet: Re: Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »   Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Icon_minitime2022-02-18, 09:23

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 4017930517     Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1996631456 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 2997794832 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 3031951924 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1448827811

___________________________________ ____________________________________

   

                             Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU                    Vive la Bretagne                              Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU   

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25253
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Empty
MessageSujet: Re: Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »   Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Icon_minitime2022-02-18, 21:54

La junte malienne demande le retrait « sans délai » de la force française Barkhane

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Barkhane-20210216

À peine vingt-quatre heures après que le président Macron a annoncé officiellement le retrait des troupes françaises du Mali en raison du contexte politique à Bamako et des entraves à son action, le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement malien dit de « transition », a donné sans la surenchère, ce 18 février.

Ainsi, il a demandé à Paris de « retirer sans délai » des forces du Mali, qualifiant le désengagement annoncé par le président français de « violation flagrante » des accords passés entre la France et son pays.

« Au regard de ces manquements répétés [aux] accords de défense, le gouvernement invite les autorités françaises à retirer, sans délai, les forces Barkhane et Takuba du territoire national, sous la supervision des autorités maliennes », a en effet déclaré le colonel Maïga.

L’accord de défense auquel le porte-parole malien fait référence a été signé en juillet 2014. Accord que Bamako a dit avoir l’intention de revoir…

Dans les grandes lignes, ce texte précise les modalités de la présence militaire française au Mali.

Renouvelable tous les cinq ans par tacite reconduction, il prévoit une clause stipulant que « chaque partie » peut le « dénoncer par le biais d’une notification écrite »… et que cette « notification prend effet six mois après réception de la notification par l’autre partie ».

Quoi qu’il en soit, il est impossible pour la force Barkhane et le groupement européen de forces spéciales Takuba de quitter le Mali immédiatement.

D’ailleurs, devant être pensée comme une manœuvre militaire à part entière, une telle opération de retrait prend du temps.

Et elle suppose le déploiement de capacités logistiques, sanitaires et de protection.

Aussi, selon le président Macron, le désengagement du Mali devrait prendre entre quatre à six mois.

C’est ce qu’il a rappelé au colonel Maïga.

La décision de « réarticuler » le dispositif militaire français au Sahel « s’appliquera en bon ordre pour que nous continuions d’assurer la sécurité de la MINUSMA [Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali, ndlr] et la sécurité de nos forces armées déployées aujourd’hui au Mali, sécurité avec laquelle je ne transigerai pas une seule seconde », a ainsi riposté le président français  clown  .

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768  Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 367768

Un Mickey et un Fou .

Nous pouvons commencer a nous faire du soucis .

Plus de 21 000 000 de Maliens , contre 3000 Enfants de France .

Nous pouvons commencer a nous faire du soucis pour eux .

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 1503206914

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 908920120 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Cocoye10 Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Empty
MessageSujet: Re: Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »   Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois » Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra « entre quatre et six mois »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Démission de Pierre de Villiers, tribunes: quatre ans d'histoire tumultueuse entre Macron et l'armée .
» Didier Raoult prendra sa retraite à la fin du mois d'août
» Macron affirme qu'il ne prendra pas de chloroquine en cas de contamination au Covid-19 .
» Barkhane : Un VAB a sauté sur une mine près de Kidal, au Mali .
» Quatre militaires se crashe sur la RN2 entre Soissons et Leon -02

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Autres actions et Opex-
Sauter vers: