Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -27%
Ecouteurs Apple AirPods (2e génération) ...
Voir le deal
130.92 €
Le Deal du moment : -38%
– 38% sur PHILIPS SpeedPro Aspirateur Balais 2 ...
Voir le deal
209.99 €

 

 l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeLun 15 Sep 2008 - 17:18

4 février 1962 :
l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba



Près de huit ans après le début de l'insurrection, les Aurès demeurent un bastion de la rébellion, essentiellement en raison de ses difficultés d'accès, en particulier en contrebas du massif où la forêt des Beni Melloul est classée zone interdite. A quelques mois de l'indépendance de l'Algérie, de redoutables bandes armées de moudjahidin y stationnent encore.

L'Escadron 3/10 est né de la fusion des Escadrilles de
T-6 3/72 et 6/72. Stationné sur le terrain de Batna, il est parrainé par la 10ème Escadre de Chasse de Creil, bien que des pilotes de la 12ème Escadre de Chasse de Cambrai y affecte des pilotes. Doté de 22 appareils, l'EALA 3/10 en détache en permanence deux à Négrine au sud des Nementcha, et trois autres à Philippeville dans le Nord-Constantinois.

Le dimanche 4 février 1962, la météo est exécrable sur les Aurès. Il neige et tout est bouché. Vers 14 heures, l'horizon se dégage un peu. Le commandant de Galembert, qui commande l'Escadron 3/10, décide de faire une patrouille météo et une reconnaissance de routine dans la zone interdite des Beni Melloul. Avec la neige qui a recouvert le relief, il espère repérer des traces au sol.

L'adjudant Rion, fraîchement affecté à l'Escadron, interrompt sa partie de carte et décolle avec le commandant. A peine arrivé au-dessus de la forêt, il annonce :
-
Tango leader de deux, j'ai des claquements.
Rion n'est pas un novice. Breveté pilote de chasse aux États-Unis en février 1952 puis chef de patrouille en décembre 1956, il a déjà à son actif un séjour sur
T-6 au sein de l'escadrille de7/72 alors basée à Tébessa, avec laquelle il a effectué 324 missions de guerre. Il a appris à reconnaître le bruit caractéristique des balles qui trouent le fuselage ou les ailes lors des rudes combats qu'il a dû appuyer en 1957/1958.

Une fumée grise s'échappe du capot, alors que le moteur s'arrête puis reprend avec des détonations. La vitesse ne peut être maintenue.
-
Mon moteur s'arrête, je vais essayer de me crasher.
Vu la très mauvaise configuration du terrain, Galembert ordonne :
-
Tango deux de leader, saute ! C'est trop mal pavé !
Le commandant de Galembert est également un pilote chevronné, qui a créé et commandé l'Escadrille de T-6 6/72 en 1956/1957 après avoir effectué un séjour en Indochine sur Bearcat. Il fait partie de ce cercle restreint des pilotes de chasses qui ont accompli des missions périlleuses sur le camp retranché de Ðiên Biên Phû où la D.C.A. était intense.

Les recommandations du commandant sont vaines, car le
T-28 est déjà trop bas. L'adjudant Rion se crashe au bord de l'oued Fatallah, dans une petite clairière parsemée de gros rochers. En touchant le sol, l'appareil se casse et le moteur est projeté à une vingtaine de mètres, en avant du fuselage et des ailes tordues. L'une des quatre mitrailleuses de 12,7 mm est enfoncée dans le sol jusqu'à la culasse, alors qu'un panier de roquettes et l'autre mitrailleuse gisent six mètres plus loin.

Galembert prend un peu d'altitude pour alerter la base de Batna et déclencher une évacuation par hélicoptère. Soudain, il voit la verrière glisser lentement vers l'arrière. Rion s'extirpe avec beaucoup de mal de la cabine. En fait, n'ayant pas baissé son siège à fond avant le crash, celui-ci s'est brutalement affalé en position basse, provoquant un sérieux tassement des lombaires. Huit de ses côtes sont fracturées ainsi que la colonne vertébrale à deux endroits, plus la cheville gauche.
-
Ici Tango leader, il faut faire très vite, le pilote est vivant, apparemment blessé. Activez, activez !

Galembert précise de nouveau les coordonnées du crash avec quelques difficultés, car les conditions météorologiques ne sont pas idéales. Les crêtes accrochées et le vent violent rendent le repérage difficile. Seulement, le temps presse et dans moins d'une heure il fera nuit noire. En attendant la venue des secours, Galembert assure la protection en tournant au-dessus de l'oued, à régime économique. Soudain, il tressaute en observant des traces de pas dans la neige. Elles aboutissent à un petit bois de sapins en bordure de la clairière, à une centaine de mètres de l'épave. Galembert cogite. Il est incapable de se rappeler si elles existaient avant l'arrivée de la patrouille, ou si elles sont récentes. Dans un premier temps, il est tenté de mitrailler la lisière boisée. Il y renonce pour ne pas que son équipier s'affole et n'abandonne sa position, seule DZ possible, quoique à peine acceptable pour les hélicoptères.

Blessé au moment du crash, l'adjudant Rion n'a pu extraire le mousqueton de cavalerie américain (carabine
USM 1) de l'habitacle, tant sa douleur était vive. Il a dû se faire une injection de morphine contenue dans la trousse de secours. Les traces repérées par le commandant sont bien celles de fellaghas qui tentent d'aborder l'avion. Couché entre deux rochers, à une dizaine de mètres de l'aile gauche, Rion doit faire face avec son pistolet MAC 50. Les rebelles ouvrent le feu sur lui avec des fusils et des armes automatiques. Deux d'entre eux sont à une cinquantaine de mètres à l'est, d'autres au sud. Le pilote parvient à blesser l'un des assaillants, avant d'être lui-même atteint au genou droit et à la cuisse.

Pendant ce temps, à Batna, le capitaine Martin, commandant en second le P.C. Air, décide de faire héliporter des commandos. Trente-cinq minutes après l'accident, l'
Alouette du sergent-chef Thibault décolle avec à son bord le capitaine Martin et le sous-lieutenant Blanchard. Les hélicos du détachement de la 23ème Escadre suivent avec deux hélicoptères armés Pirate, alors qu'une patrouille de T-28 les devance. A 16 h 50, l'Alouette et un Pirate sont sur place. Ils choisissent et sécurisent une zone de posé située à 800 mètres de l'épave. Les commandos débarquent et gagnent le lieu de l'accident. Le médecin-capitaine Demange examine l'adjudant Rion et constate qu'il a trois fractures ouvertes à la jambe droite.
-
Les fells m'ont tiré au sol à dix mètres de distance, déclare le rescapé.
Durant deux heures, dans la neige et le froid et malgré la souffrance, il a réussi à tenir les rebelles en respect. L'enlèvement du blessé par voie de terre jusqu'à la DZ s'avérant trop difficile, l'
Alouette parvient, après quatre tentatives, à se poser près de l'épave. L'évacuation de Rion est menée in-extremis au crépuscule. Ne pouvant rentrer sur Batna, les hélicoptères passeront la nuit à Arris, plus proche.

Après renseignement, il s'avérera que l'adjudant Rion s'est crashé au milieu de la zone d'implantation d'une katiba (l'équivalent d'une compagnie). Avant d'être blessé par les rebelles d'une balle au genou et d'une autre dans la cuisse droite, il souffrait déjà de huit côtes fracturées, de deux fractures à la colonne vertébrale et d'une autre à la cheville gauche.

Après un séjour assez long dans les hôpitaux
Théo, comme le surnommaient ses camarades, renouera avec les activités de pilote de chasse. Il terminera sa carrière avec le grade de commandant, totalisant sur quarante-neuf types d'avions différents 5 700 heures de vol dont 3 800 sur avion de chasse à réaction et 584 heures en 334 missions de guerre. Ses qualités de "tireur" aérien émérite lui ont valu d'être consacré treize fois meilleur pilote de chasse "tireur" de l'Armée de l'Air.



l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Img4







Dimanche 4 février 1962 : le T-28 de l'adjudant Rion, de l'escadron 3/10, s'est écrasé dans un oued de la forêt des Beni-Melloul, dans les Aurès, en pleine zone interdite, à quelques mètres d'une position tenue par des fellaghas. Sérieusement blessé lors du crash, le pilote devra se défendre avec son pistolet en attendant l'arrivée des secours.
Collection P-Ch. Renaud Clic
l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Img5







Sous la violence du choc lors du crash, le moteur Wright Cyclone R 1820 s'est arraché et a été projeté à une vingtaine de mètres du fuselage que l'on devine en haut à gauche de la photo.
Collection P-Ch. Renaud Clic
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: très beau récit   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeLun 15 Sep 2008 - 18:17

Merci obelix pour ce récit!

Bien qu'un de mes oncles ait fait l'Algérie dans l'aviation, je ne connais pas trop cette période, comme tout le monde j'ai lu........Bigeard, Massu, P Sergent mais je suis assez nul!

amitiés scratch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: Re: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeLun 15 Sep 2008 - 18:33

merci obélix


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba 247322 pour l' adj Rion
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: Re: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeLun 15 Sep 2008 - 22:13

Merci Obelix !!!!!

Je connaissais un peu !!!!



Il a été récupéré par le Cdo 50 des CPAs !!!!

Je ne dirais rien de plus , c'est faits étants après des évennements , trop douloureux pour moi !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Aokas
Admin
Aokas

Masculin
Nombre de messages : 4032
Age : 79
Date d'inscription : 23/06/2007

l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: Re: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeMar 16 Sep 2008 - 7:26

Merci obèlix,

c'est un rappel à ceux qui croyaient les unités au repos en 62, aprés l'indépendance : 07 /62 = 500 militaires tués !

:salut2:

___________________________________ ____________________________________

Aokas
14ème RCP - 9ème RCP
AFN
194658

l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Vet11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: Re: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeLun 29 Sep 2008 - 4:30

Désolé commandoair40, l'adjudant Rion a été récupéré par le commando 30/541. J'étais du 40/541, Capitaine Souètre.
Le 50 a toujours été cantonné à Béchar. Le 30 était à ce moment là à Batna au repos aprés une opération jumellée avec le 2eme REP et le 3eme RIMA.
Mais commandoair40, à ton age tu étais bien jeune pour etre avec nous ???? ou alors Fusco en France, mais pas CPA. NON ??? Ceci dit garder les BA c'est aussi "dur" que de crapahuter dans les Aurès.... l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba 310541 non ????
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: Re: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeLun 29 Sep 2008 - 4:31

Oui cher Monsieur Aokas du nom célèbre d'une passe non moins célèbre. Le 14 était avec nous le 21 avril 1961.

l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba 926774
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: Re: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitimeLun 29 Sep 2008 - 20:06

STICK9 a écrit:
Désolé commandoair40, l'adjudant Rion a été récupéré par le commando 30/541. J'étais du 40/541, Capitaine Souètre.
Le 50 a toujours été cantonné à Béchar. Le 30 était à ce moment là à Batna au repos aprés une opération jumellée avec le 2eme REP et le 3eme RIMA.
Mais commandoair40, à ton age tu étais bien jeune pour etre avec nous ???? ou alors Fusco en France, mais pas CPA. NON ??? Ceci dit garder les BA c'est aussi "dur" que de crapahuter dans les Aurès.... l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba 310541 non ????

Je suis surpris par cet exces d'agressivité !!!!!

Comment se fait il , que les CPA ayant été dissous en 61 , sauf le 50 que le 30 est récuperé ce pilote en1962 !!!!

Sois votre mémoire flanche , ou alors ??????

Je n'ai jamais été gardien de base , revoyé votre copie !!!!

Vous me semblez bien mal renseigné !!!

Et contrairement a ce que vous avez dit le 40 a eut pour premier patron : le Capitaine FUHRER , et non pas SOUETRE !!!!! le 40 a été a BECHARD , voulez vous des photos , avec SOUETRE et DELHOMME !!!!!

l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Delhom10

Je ne vous sent pas bien , mon Coco lonel !!!!!!

Avant de parler , sachez qui je suis !!!!

Pour moi , j'ai appris a vous connaitre et retire ma "BIENVENUE" sur ce FORUM
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Empty
MessageSujet: Re: l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba   l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
l'adjudant Rion se crashe au milieu d'une katiba
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages remarquables (Civils & Militaires) :: Les combattants d'Algérie-
Sauter vers: