Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Tome 34 édition collector de My Hero Academia : où le précommander ...
17.25 €
Voir le deal

 

 Lieutenant-Colonel Chaudrut

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Lieutenant-Colonel Chaudrut Empty
MessageSujet: Lieutenant-Colonel Chaudrut   Lieutenant-Colonel Chaudrut Icon_minitime2008-06-16, 19:24

Lieutenant-Colonel Chaudrut


Lieutenant-Colonel Chaudrut Chaudr12



Victor Jean Chaudrut est né, de parents commerçants, à Coutras, petite ville située à quarante kilomètres au Nord Est de Bordeaux, sur les rives de la Dronne, sous affluent de la Dordogne. Les résonances héroïques de la Première Guerre mondiale qui a juste éclaté lorsqu’il vient au monde, vont marquer son enfance et son adolescence, façonner sa vocation pour la carrière des armes et le mener à Saint-Cyr qu’il intègre en 1936 avec la promotion « Du Soldat Inconnu ».

En 1940, le lieutenant Chaudrut se porte volontaire pour le « Corps Franc » du 57ième d’Infanterie.  Ce Corps Franc, qu’on appellerait aujourd’hui « commando », s’illustre par des actions audacieuses sur les arrières ennemis contre des P.C. Le lieutenant Chaudrut est cité deux fois à l’Ordre de l’Armée, ce qui, en 1940, constitue une double distinction hors du commun.

Mais un soir, l’opération tourne au  tragique : les dix survivants sont capturés et alignés au mur pour être fusillés.  L’exécution est annulée in extremis alors que déjà a retenti le commandement préparatoire.
Le voici en captivité ; pour lui, le prisonnier a le devoir absolu de s’évader.  Il va s’y employer à trois reprises.  En vain.
L’opprobre du vainqueur le qualifie officiellement d’« ennemi de la Grande Allemagne » et, à ce titre, il est enfermé dans la célèbre forteresse de Colditz, à trente kilomètres de Leipzig, où sont regroupés les officiers de toutes nationalités, les plus récalcitrants.

D’emblée, neuf officiers français, dont le lieutenant Chaudrut, imaginent une évasion rocambolesque dont la partie terminale consiste à creuser un tunnel de quarante quatre mètres.  Cette idée sera illustrée, quelques années plus tard, dans le film « La grande Evasion » où les Anglais, à tort, se sont donné le beau rôle.  Le projet échoue au dernier moment alors que les prisonniers sont déjà en enfilade, allongés dans le tunnel, prêts à bondir vers la liberté. 

Le lieutenant Chaudrut va alors endurer les brimades de quatre camps disciplinaires.  Il tente une dernière fois  de s’évader.  Cette fois, c’est en Autriche, il est déguisé en femme.  Malheureusement, un soupirant trop entreprenant et particulièrement indésirable fait capoter la tentative.
Libéré à Lübeck par les troupes britanniques, il retrouve la mère patrie et ses parents cinq ans après les avoir quittés.


De 1946 à 1949, Victor Chaudrut effectue un séjour à Madagascar. Promu capitaine, il obtient son transfert dans les troupes coloniales, puis, il se porte volontaire pour les parachutistes qu'il rejoint en Bretagne au camp de Meucon, près de Vannes, et part pour l'Indochine en 1950, pendant l’exaltante période du « règne » du général Delattre. Il prend la tête du 10e bataillon parachutiste de chasseurs à pied dont il fait une unité allégée, unité qui devient particulièrement combative et mordante sous son commandement. Il restera à ce poste jusqu'en 1952 et y gagne trois magnifiques citations dont une à l’Ordre de l’Armée.


En 1954, le général Gilles envoie le commandant Chaudrut au Maroc pour transformer le 4e bataillon du 6e Régiment de Tirailleurs sénégalais en bataillon parachutiste à part entière, lequel bataillon devient le 2e Bataillon de parachutistes coloniaux qui donnera naissance, le 1er août 1955, au 6e Régiment de parachutistes coloniaux.  La rébellion couve dans les montagnes.  Le commandant Chaudrut y fait face avec un moral d‘acier qui se nourrit, sur le terrain, d’un sens inné de la manœuvre et d’une intuition sans faille.

Entre temps , il a épousé Janine qu’il a naguère connue à Coutras et avec qui il aura trois enfants.

Fin 1956, il est désigné pour Dakar afin d’y prendre le commandement du 4e Bataillon colonial de commandos parachutistes à la tête duquel il interviendra brillamment en Mauritanie à plusieurs reprises et en particulier au cours d’une opération aéroportée qui mettra fin aux exactions d’une  bande de rebelles Reghibat.

En 1960 il est en Algérie où il devient le  commandant en second du 8e R.P.I.Ma. Mais en avril 1961, les évènements politiques à Alger touchent de proche en proche les unités de l’Armée française.  Le 8e R.P.I.Ma, désemparé  par les absences répétées et les indécisions de son chef de corps, est pris en main de façon énergique par le commandant Chaudrut. 
Si le « 8 » existe encore aujourd’hui, c’est grâce à lui : il a payé de sa carrière son abnégation à assumer, seul, toutes les responsabilités afin de sauver le Régiment d’une probable dissolution.

 Il quitte l’armée en 1964 comme lieutenant-colonel.  Ses enfants étant encore jeunes, il lui faut trouver un emploi : il devient inspecteur puis inspecteur principal du permis de conduire, notamment à Albi, fonction qu’il va exercer pendant une quinzaine d’années.
Mais il était aussi un Homme d’honneur qui défendit jusqu’au bout le 8e R.P.I.Ma qui le méritait bien et même son colonel qui ne le méritait pas.
 Il n’a pas failli à la règle selon laquelle il n’y a pas de grands guerriers durables sans la « baraka ».

Il a traversé des nuées de balles et des explosions d’obus et de mines sans la moindre égratignure.  Et pourtant, il a vu la mort de près, notamment en 1940 où il échappa de justesse au peloton d’exécution.
Commandeur de la Légion d’honneur aux huit citations dont trois à l’Ordre de l’Armée, il présentait l’exceptionnelle particularité d’avoir été chef de corps à six reprises ( 10e B.P.C.P., 6e B.P.C., 2e B.P.C, 4e B.C.C.P. et 6e R.P.C.), totalisant ainsi vingt-neuf mois de commandement dont dix-sept au combat auxquels il convient d’ajouter le commandement en zone opérationnelle, d’abord au Maroc puis en Algérie, de deux régiments où il  assuma l’intérim de deux chefs de corps défaillants.

Victor Chaudrut est décédé au début de novembre 2007. Son éloge funèbre a été prononcé en l'église Saint Martin d'Albi, le 3 novembre 2007. Ce combattant volontaire, grande figure de la coloniale, qui sut faire preuve au combat d'une incroyable audace, fut le lieutenant le plus décoré de l'armée française. Il totalisait huit citations dont trois à l'ordre de l' Armée. Commandeur de la Légion d'honneur, le lieutenant-colonel Chaudrut était titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la Médaille des Evadés, de la croix de guerre des T.O.E.et de plusieurs autres décorations.

Lieutenant-Colonel Chaudrut Chaudr13



un Grand Soldat Lieutenant-Colonel Chaudrut 247322 Lieutenant-Colonel Chaudrut 247322 Lieutenant-Colonel Chaudrut 247322

QUE ST MICHEL VEILLE SUR LUI!!!

il a reussi sa dernière évasion!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Lieutenant-Colonel Chaudrut Empty
MessageSujet: Re: Lieutenant-Colonel Chaudrut   Lieutenant-Colonel Chaudrut Icon_minitime2008-06-16, 21:12

Lieutenant-Colonel Chaudrut 247322
Lieutenant-Colonel Chaudrut 164733 Lieutenant-Colonel Chaudrut 358135 Lieutenant-Colonel Chaudrut 433656 Lieutenant-Colonel Chaudrut 491594 Lieutenant-Colonel Chaudrut 795421

HONNEURS et RESPECTS .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Lieutenant-Colonel Chaudrut Empty
MessageSujet: Re: Lieutenant-Colonel Chaudrut   Lieutenant-Colonel Chaudrut Icon_minitime2008-06-16, 22:37

MERCI charognard33
Lieutenant-Colonel Chaudrut 247322
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Lieutenant-Colonel Chaudrut Empty
MessageSujet: Re: Lieutenant-Colonel Chaudrut   Lieutenant-Colonel Chaudrut Icon_minitime2008-06-17, 07:52

Merci Charognard

Lieutenant-Colonel Chaudrut 247322 Respect pour l'homme et le soldat
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Lieutenant-Colonel Chaudrut Empty
MessageSujet: Re: Lieutenant-Colonel Chaudrut   Lieutenant-Colonel Chaudrut Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Lieutenant-Colonel Chaudrut
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le colonel Chaudrut
» Lieutenant-colonel Amilakvari
» Le lieutenant-colonel Pierre Lecomte est DCD .
» Lieutenant-colonel Arnaud Beltrame
» Décès à Auriol du lieutenant-colonel (er) zlatko Sabljic .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages célèbres (Civils & Militaires)-
Sauter vers: