Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -38%
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
Voir le deal
27.99 €

 

 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .

Aller en bas 
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25155
Age : 75
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Empty
MessageSujet: La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .   La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Icon_minitimeDim 19 Aoû - 11:21

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Frf2-20180818

Quelle arme de précision remplacera le Fusil à Répétition modèle F2 [FR-F2] actuellement en dotation au sein de l’armée de Terre?

La réponse sera sans doute connue d’ici la fin de cette année, c’est à dire une fois que les industriels intéressés auront remis leur proposition à la Direction générale de l’armement [DGA], dans le cadre de l’appel public à la concurrence qu’elle vient de publier.

Ainsi, ce dernier vise à acquérir 2.600 « Fusils de Précision Semi-Automatique » [FPSA] de calibre 7,62 mm, ainsi que 1.800 lunettes de visée à intensification de lumière et 1.000 dispositifs d’imagerie thermique.

En outre, il est aussi question de 6,3 millions de munitions de 7,62 x 51 mm perforantes et de précision.

Visiblement, la DGA veut que l’industriel susceptible de présenter une offre ait les reins solides puisqu’il est précisé que, pour participer à cette procédure, son « chiffre d’affaires annuel du dernier exercice connu ou en moyenne sur les trois derniers exercices connus devra être égal ou supérieur à 50 millions d’euros. »

Cette disposition exclut l’armurier français Verney-Carron , qui n’a pas caché son intérêt pour ce marché.

Ayant dans son catologue le fusil VDC-10, dérivé de l’AR-10 produit aux États-Unis, cette PME réalise un chiffre d’affaires de 13,5 millions d’euros.

Cependant, il lui est possible de s’associer avec un autre opérateur « économique » pour prendre part à cette procédure.

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Frf2-20180818-2

Même chose pour PGM Précision, qui propose le fusil « Ultima Ratio » ainsi que des modules à intensification de lumière et d’imagerie thermique dans son catalogue.

Le chiffre d’affaires de la holding Holteis, à laquelle cette PME est liée avec Teissier Technique, est a priori insuffisant au regard de l’exigence imposée par cet appel public à la concurrence.

La DGA a introduit une autre disposition, en s’appuyant sur l’article 53.1 du décret 2016-361.

Ainsi, il « ne sera pas autorisé […] l’emploi de produits, de pièces détachées, de composants et/ou de sous-assemblages soumis à autorisation administrative d’un État tiers à l’union Européenne ou à l’espace Économique Européen relative à la limitation des droits de l’État à l’utilisation de ces produits, pièces détachées, composants et/ou sous-assemblages, pour les armées françaises, y compris à l’étranger ou en cas de conflit. »

Le favori de cette procédure est l’armurier allemand Heckler & Koch, dont le fusil HK-417 a d’ores et déjà remplacé le FR-F2 dans certains régiments de l’armée de Terre.

Photos : fusils FRF2 /  armée de Terre


Et pourtant :

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Pgm-20180617-1

Le mini Hecate II, le nouveau fusil de précision français destiné aux forces spéciales

Contrairement à ce que laisse supposer le remplacement du FAMAS par le HK-416F de facture allemande, il reste encore des armuriers français capables de concevoir et fabriquer des fusils pour les forces armées.

Du moins est-ce le cas de PGM Précision, une entreprise installée à Poisy, en Haute-Savoie.

Seulement, cette dernière, reconnue mondialement [8.000 armes vendus à l’exportation, ndlr], exerce son activité dans ce que l’on appelle un marché de « niche », c’est à dire le tir de précision.

Créée en 1991, PGM Précision fournit notamment les fusils Hecate II aux forces spéciales (ou il a remplacé le McMillan M87), au GIGN et au RAID.

Cette arme équipe également d’autres unités d’élite étrangère, dont Groupe de réaction opérationnelle et de manœuvres polonais, le Détachement de reconnaissance de l’Armée 10 en Suisse ou encore le bataillon des opérations spéciales de la marine brésilienne.

« En 1995, en plein conflit bosniaque, l’armée française passe commande du Hécate II, réputé comme étant la meilleure arme au monde dans son calibre », se plaît à rappeler PGM Précision. La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 367768

Début juin, soit juste avant l’édition 2018 du salon de l’armement terrestre Eurosatory, PGM Précision a lancé le dernier né de son catalogue : le mini Hecate II, dont le développement a demandé plus de cinq ans de travail.

Moins lourd et plus ergonomique, le mini Hecate II, de calibre 338 LM, a spécialement été conçu pour répondre aux besoins des forces spéciales.

D’une portée de 1.400 mètres, cette arme est faite pour « traiter des objectifs intermédiaires entre le 308 W et le calibre 50 », précise l’armurier.

« La modularité innovatrice du bipied positionnable en deux points ainsi que la crosse se pliant côté culasse font de cette arme, l’outil tactique répondant à toutes les missions », ajoute-t-il.

A priori, ce nouveau fusil de précision aurait déjà été testé par le Commandement des opérations spéciales [COS].

Comme l’avait souligné François Brion, le directeur de PGM Précision, dans un entretien donné au quotidien Les Échos en 2015, l’armée française est « une vitrine » et « il n’y a pas une unité en France qui ne soit équipée d’une de nos armes ».

Et de rappeler que « c’est aussi avec la France que notre activité est née. »

Pour assurer la production de ses armes, l’armurier est adossé au groupe français Teissier, spécialisé dans la mécanique et l’usinage de précision, le traitement de surface des métaux et l’assemblage de pièce mécanique.

PGM bénéficie de l’expertise de ce groupe haut-savoyard aux références prestigieuses dans le domaine de l’armement, l’aéronautique, la robotique, le médical et le luxe.

Ce savoir-faire français se décline dans les armes de haute précision que PGM conçoit et améliore sans cesse », explique l’entreprise.

Plus : La fiche technique du mini Hecate II : http://www.pgmprecision.com/fr/fusils-de-precision/21-mini-hecate-2.html

Photo : PGM Précision


...... Puis ......

Verney-Carron propose son VCD10 pour remplacer le fusil de précision

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 25158110

Le successeur du fusil de précision FR-F2 sera-t-il français ?

On sait que le fusil d’assaut Famas est en cours de remplacement par une arme allemande, le HK416 et qu’il s’agit d’un tournant dans l’histoire de l’armée française, équipée depuis 1717 de fusils français.

Une PME stéphanoise Verney-Carron propose un modèle baptisé VCD10, développé à partir d’une «  plate-forme  » américaine, l’ArmaLite AR10.

De calibre 7,62 mm, c’est une arme semi-automatique à emprunt de gaz, sur laquelle il faudra installer une optique.

Le marché est modeste, de l’ordre de 2 500 armes sur cinq ans.

Hors optique, un tel fusil de précision coûte entre 3500 et 4000 euros.

Verney-Carron espère décrocher ce marché, au terme d’un appel d’offres de la DGA.

L’entreprise stéphanoise, au chiffre d’affaires trop faible, avait été exclue de l’appel d’offres qui a abouti à l’achat du HK416, un marché bien plus considérable.

Verney-Carron proposait une arme développée à partir du Galil israélien, une arme de très mauvaise réputation que l’armée israélienne n’utilise même plus.

Outre l’VCD10, Verney-Carron propose aussi (à l’export) un fusil d’assaut, le VCD15.

L’entreprise, historiquement spécialisée dans l’arme de chasse, souhaite se diversifier dans la défense.

Pour le marché du successeur du FR-F2, plusieurs entreprises européennes sont en concurrence, venant d’Allemagne, d’Italie, de Belgique, de Croatie, voire de République Tchèque.

Le FR-F2, en service depuis 1986, était produit par la Manufacture d’armes de Saint-Etienne, comme le Famas.


La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 4103821100 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 4103821100

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Cocoye10 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25155
Age : 75
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Empty
MessageSujet: Re: La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .   La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Icon_minitimeDim 19 Aoû - 19:59

Verney-Carron proposait une arme développée à partir du Galil israélien, une arme de très mauvaise réputation que l’armée israélienne n’utilise même plus.

FAUX


La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Galil2

Caractéristiques


Galil 7,62 mm ARM
Calibre : 7,62 mm.
Longueur : 1 080 mm.
Longueur du canon : 533 mm.
Poids de l'arme chargée : 4,670 kg.
Capacité du chargeur : 30 cartouches.
Cadence de tir : 650 coups/mn.
Vitesse initiale : 850 m/s.

A partir de 1967, Uziel Gail chercha a crée une arme puissante, solide et précise.

Il créa le Galil cambré 5.56mm ou 7.62 mm qui ressemble sur certains aspects à l'AK 47. Les premiers exemplaires ont été livrés à partir de 1974.

Le Galil révéla deux problèmes : son poids (1 kg de plus qu'un M16A1)et son manque de précision en tir rapide.

Le Galil fut remplacé par le M16A1 dans l'armée israélienne grâce à un prix intéressant du au besoin des états unis de vendre le surplus de production de la guerre du Viet Nam.

Mais le Galil reste apprécié et utilisé par les unités de soutien israélienne.

Fusil d’assaut Galil

- Deux calibres : 5,56 mm et 7,62 mm
- Culasse rotative

Galil ARM

- Poignée de transport
- Bipied (coupe-fil)
- Décapsuleur
- Lance-grenades situé au-dessus de la bouche du canon
- Utilisé comme mitraillette légère (possibilité)
- Chargeurs de 35 et 50 coups
- Chargeur à dix coups contenant cartouches spéciales pour lancé de grenades
- Possibilité d’installation d’une baïonnette

Galil AR

- Décapsuleur

Galil SAR

- Canon plus court
- Décapsuleur

R4

- Afrique du Sud (fabrication sous licence du Galil)
- Calibre 5,56 mm

A partir de 1968, il était déjà possible de percevoir les premières rumeurs circulant autour de la nouvelle arme qu'Israël Military Industries était supposée étudier.

C'était une arme parfaitement originale qui devait remplacer la mitraillette, le fusil et la mitrailleuse légère, de manière à uniformiser le ravitaillement et l'entraînement. Personne ne savait quoi que ce soit de celle-ci, et la poignée de techniciens qui y travaillait, restait muette; le secret le plus total régnait, d'autant plus impératif dans un pays en état d'alerte permanent et environné de nations hostiles.

Il fallut attendre cinq ans, avant que la nouvelle arme soit fièrement montrée à la foule, au mois de mai 1973 où, lors de la traditionnelle parade qui commémore le jour de l'indépendance, les unités d'élite de l'infanterie défilèrent dans les rues de Jérusalem, présentant crânement leur Galil. Mais une année devait encore s'écouler avant que l'armée l'ait perçue dans son ensemble.

Ainsi, alors que seuls quelques "Galil" avaient été touchés, en octobre 1973, éclatait la guerre du Kippour. Les premières conclusions qui s'en-suivirent, montrèrent que la mise en service d'un nouveau fusil était devenue pressante. Depuis 1956, l'arme réglementaire du fantassin israélien était le F.N.-F.A.L. belge, construit sous licence en Israël, dans sa version semi-automatique, ren-forcé par sa version à canon lourd, utilisée comme arme automatique d'escouade et par la fameuse mitraillette Uzi.

Mais le F.N.-F.A.L. ne résistait pas aux rigueurs de la guerre du désert : la poussière, le sable ou la boue provoquaient de nombreux incidents.

De plus, il était très lourd et le fort recul causé par sa cartouche OTAN, de 7.62 ne permettait pas le tir automatique pour lequel il avait été prévu : les deuxième et troisième cartouches se retrouvaient toujours bien au-dessus du point visé ; il avait "tendance à relever du nez". Les chargeurs dont le fonctionnement correct est essentiel pour le bon fonctionnement d'une arme au-tomatique étaient de construction fragile (parois trop minces) et avaient une certaine propension à introduire deux cartouches à la fois dans la boîte de culasse, causant le problème de la double alimentation et enrayant le mécanisme. La régulation des gaz, sur laquelle le processus de rechargement reposait, n'était pas toujours comprise par le soldat moyen et offrait une autre source de panne.

Dans l'ensemble, le F.N.-F.A.L. s'était acquis une réputation tellement mauvaise parmi les soldats que, tant pendant la guerre des Six-Jours que pendant celle d'Octobre, un phénomène assez remarquable s'accomplit : une unité attaquait avec des F.N., mais revenait armée de l'arme standard de l'ennemi, le Kalashnikov A.K. 47 dont la fiabilité était légendaire.

Tant et si bien qu'il devint bien plus qu'une arme personnelle pour le soldat israélien ; après chaque guerre, des milliers disparaissaient pour être conservés comme souvenir à la maison ; dans l'armée, il était offert pour récompenser une conduite exemplaire.


Les possesseurs d'A.K. 47 étaient enviés et certaines des armes qui avaient été légalement distribuées par le gouvernement, étaient même vendues par des soldats libérés à ceux qui demeuraient dans l'armée. Les histoires qui planent autour de l'A.K. 47 sont nombreuses et souvent tragi-comiques, telle celle du Palestinien tué qui était mystérieusement armé d'une Uzi lorsqu'il fut examiné par l'officier commandant la patrouille frontalière qui l'avait abattu.

Chacun se doit de connaître la passion quasi maladive que manifestent les Israéliens pour le Kalashnikov pour comprendre pourquoi l'équipe des techniciens de l'I.M.I. se tourna vers ce système lorsqu'elle reçut le "feu vert" de l'état-major.

L'A.K. 47 allait être la base à partir de laquelle deux équipes dirigées, l'une par Israël-Galili et l'autre par Uziel-Gal, concevraient une arme nouvelle dont les principales qualités seraient la robustesse, la précision, la compacité, le tir automatique et coup par coup, une portée efficace jusqu'à 500 mètres.

Elle devrait aussi être capable de lancer des grenades et devenir un succès à l'exportation, telle la mitraillette Uzi qui est utilisée partout dans le monde.

La Cartouche

Naturellement, la munition était le premier élément à devoir être sélectionné et là, le choix était très limité, parce qu' Israël devait compter, lors des crises, uniquement sur des approvisionnements américains, car les U.S.A. sont le seul pays pouvant les fournir immédiatement.

Or, dans quelque mystérieux bureau du Pentagone, dans les années 60, quelqu'un avait décidé que la cartouche standard pour les armées américaines et ses alliés serait la calibre 223 extrapolée d'un projectile de chasse. Ce petit projectile de 45 mm de long et de 5.56 de calibre, pèse 3,5 grammes ; sa vélocité dépend de la longueur du canon qui le tire et peut atteindre ainsi une vitesse qui frise les 1 000 mètres/seconde, en décrivant une trajectoire très tendue.

Sa portée pratique est de 150 mètres.


Sa taille réduite permet au soldat qui ne pouvait emporter que 100 à 160 cartouches de 7.62 d'en prendre désormais entre 300 et 400 pour un poids sensiblement égal. De surcroît, il produit des effets dévastateurs lorsqu'il atteint une cible humaine car il se désintègre aussitôt après avoir pénétré dans le corps et crée ainsi un effet hydrostatique débouchant sur une paralysie du système nerveux, entraînant une mort instantanée.

Le seul inconvénient est son instabilité balistique due à sa légèreté car le vent ou de petits obstacles, touffes d'herbe ou brindilles, peuvent le faire dévier de sa trajectoire, mais son principal avantage est son effet de recul réduit qui permet de bien placer une rafale.

Une démarche peu banale pour une arme nouvelle


C'est au printemps 1973 que l'état-major israélien décida de soumettre les prototypes de leurs armes nationales aux tests d'une commission indépendante qui les comparerait à divers modèles étrangers tels le Coït M16A1 américain, le Heckler & Koch allemand, le F.N.-C.A.L belge, le système Stoner, le Beretta M10 italien...

Le meilleur fut le "Galil" qui marqua 93 points sur 100m suivi de très près par l'Uzi qui atteignit 92 points et de l'A.K. 47 qui, bien que vieux de plus de 25 ans, reste un des meilleurs fusils d'assaut.

Tout avait commencé à partir de quelques A.K. 47 qui avaient reçu un canon de .223 emprunté à un M16, de chargeurs modifiés afin de recevoir la cartouche de 5.56 plus fine et légèrement plus longue, et d'un point de vue très logique, il est à peu près impossible, aujourd'hui, d'inventer une arme absolument originale; le marché mondial étant de plus envahi d'excellents modèles qui diffèrent peu les uns des autres mais ont tous un point faible, pourquoi ne pas leur emprunter leurs meilleures ca-ractéristiques pour les réunir en une seule arme ?

Comme cette arme devait remplacer le fusil automatique d'escouade, il devait recevoir un bipied mais qui, à l'opposé de celui du Coït et du M16, amovible, consistait en deux tubes repliables en acier fixés à demeure sous le canon.

Une poignée de trans-port était ajoutée ainsi qu'un nouveau cran de sûreté. Ce modèle bâtard avait reçu le nom de "Blashnikov" qui était l'ancien patronyme d'Israël-Galili avant qu'il en ait adopté un à consonnance plus hébraïque.

Ce prototype allait être l'objet d'une série de modifications d'où, après six ans d'expérimentations et d'essais divers, allait émerger le "Galil" dont le modèle définitif serait fortement influencé par la version finlandaise de l'A.K. 47, le Velmet. A l'instar de celui-ci, la hausse est montée sur la boîte de culasse, donnant une ligne de visée plus longue qui aide grandement à un meilleur pointage ; le tunnel de gaz et le fonctionnement par emprunt des gaz avec un verrouillage par rotation de la culasse mobile sont identiques, mais pourvus d'une amélioration : une partie des gaz, après avoir poussé le piston en arrière, le dépasse pour s'engouffrer dans la chambre afin d'éliminer toute impureté et de contribuer à son refroidissement.

L'aspect extérieur du "Galil" montre le soin qui a été apporté à sa réalisation.


Gallili étant convaincu qu'il devait créer une arme qui s'adapterait aux besoins du combattant de première ligne, la suite logique fut de convier à l'usine des soldats et de leur demander ce qu'ils préconisaient plutôt que d'écouter les désiratas des "ronds-de-cuir" de la direction du matériel.

Dans ce but, lorsque les premiers exemplaires furent prêts, ils furent remis aux intéressés sélectionnés dans une unité d'élite qui les étrennèrent dans des escarmouches aux frontières et lors d'opérations commandos.

Après quelques semaines, les armes et leurs servants revinrent à l'usine où il leur fut demandé d'émettre leurs critiques.

A la suite de cette consultation, le bipied fut modifié de manière à ce qu'une jambe pût être repliée alors que la deuxième servait de poignée pour le tir en mouvement ; le levier de sûreté et le sélecteur de tir furent disposés sur le côté gauche de l'arme de façon à ce qu'elle puisse être utilisée indifféremment par un gaucher ou un droitier et être opérée par le pouce de là main qui presse la détente ; le levier d'armement fut dessiné en forme de L, ce qui permet d'armer plus facilement de la main gauche lorsque la main droite reste sur la détente.

Ces deux derniers détails ont leur importance lorsque l'on sait qu'en Israël, il y a un pourcentage élevé de gauchers.

Peut-être est-ce dû au fait que l'hébreu s'écrit de droite à gauche ? La crosse prolonge parfaitement l'ensemble boîte de culasse et le canon ; détail emprunté au M16 et qui permet un meilleur contrôle du recul. Mais le dispositif de repliage et la forme générale sont copiés sur la version "parachutiste" du F.N.-F.A.L

Description

Le fusil d'assaut "Galil" qui est désigné "Galil Arm" (A.R.M. : Assault Rifle Machine Gun) est une arme à tir automatique, semi-automatique et coup par coup à culasse calée et à fonctionnement par emprunt des gaz.

Comme nous l'avons vu plus haut, la disposition du cylindre à gaz, la car-casse, l'ensemble mobile et le mécanisme de détente sont très proches de ceux de l'A.K. 47 et plus particulièrement de son homologue finlandais le M 62 Velmet.

La boite de culasse

La boîte de culasse est constituée de deux éléments :

- La carcasse qui est confectionnée dans un bloc d'acier d'abord forgé puis usiné qui guide l'ensemble mobile, renferme le mécanisme d'alimentation et reçoit le chargeur, à l'avant duquel les faces latérales de la boîte sont évidées ; - Le couvercle, en tôle emboutie, recouvre l'ensemble mobile et montre, à droite, la fenêtre d'éjection, et la rainure de passage du levier d'armement. L'ensemble mobile est constitué de plusieurs pièces. La pièce de manœuvre de forme cy-lindrique est prolongée à l'avant par le piston et à l'arrière, à la partie basse, un renflement percé d'un trou sert de support à la culasse mobile. Au-dessous, une rainure oblique est pratiquée pour guider le tenon de verrouillage.

A droite, la pièce de manœuvre comprend le levier d'armement, celui-ci en forme de L, dépasse largement en hauteur la boîte de culasse, ce qui fait que, bien qu'étant placé à droite, il peut être agrippé par la main gauche du tireur.
La partie avant de la culasse est un peu plus grosse, elle présente sur sa partie supérieure le tenon de déver-rouillage et sur ses côtés les deux te-nons de verrouillage et sur sa face avant la cuvette de tir avec le trou de passage du percuteur.
Le ressort récupérateur principal est logé partiellement à l'intérieur de la pièce de manœuvre. Il est enfilé sur une tige-guide télescopique qui com-prend un tube, une tige, un second ressort faisant office d'amortisseur et se termine par un becquet verrouillant le couvercle sur la carcasse.

Le mécanisme de détente est logé à l'arrière de la carcasse et se compose de la détente et de sa gâchette.


La rainure de passage du levier d'armement, placée derrière la fenêtre d'éjection, peut être obturée par un volet pivotant solidaire du sélecteur. En position haute, il obture la fenêtre et met l'arme à la sûreté; abaissé d'un cran, le sélecteur détermine le tir en rafale et de deux crans le tir coup par coup. Mais ce n'est pas la seule commande du sélecteur, car à l'autre extrémité de l'axe est placé un second levier, interne, qui se trouve, à gauche, juste au-dessus de la poignée-pistolet.

Ainsi, le sélecteur peut être manœuvré par le pouce du tireur sans que sa main ait à lâcher la poignée-pistolet. Des deux côtés les différentes positions du sélecteur sont repérées par des lettres:

- Modèle caractères hébraïques sur les armes israéliennes ;
- En caractères latins sur les armes destinées à l'exportation : S (Safer : sécurité), A (Auto) ; R (Rifle : coup par coup). La poignée-pistolet, en matière plas-tique, est creusée et fixée sur la carcasse au moyen d'une vis.

Approvisionnement

L'approvisionnement en munitions est effectué par des chargeurs légèrement cintrés : - Modèle normal d'une capacité de 35 cartouches; - Modèle à grande capacité contenant 50 cartouches; - Modèle à 12 coups prévu pour les cartouches propulsives pour le lancement des grenades.

Le chargeur de 50 cartouches est utilisé lors des patrouilles; les em-buscades à peu près quotidiennes au Proche-Orient ont démontré que la seule chance de survie d'une patrouille est, dès que le premier coup de feu adverse a été tiré, de riposter en arrosant la position ennemie d'un feu nourri, et pour cela de disposer d'une réserve suffisante de muni-tions.

Le chargeur de 12 cartouches réservé aux cartouches feuilletées pour lancer les grenades est marqué à sa base d'une bande blanche, afin qu'il soit distingué facilement en raison du danger de tirer une cartouche à balle lorsqu'une grenade est enclenchée sur l'embouchure du canon. Celle-ci exploserait en entraînant la mort ou en blessant gravement le tireur et ceux qui se trouvent à ses côtés.

Tous les chargeurs ont leur capacité marquée au pochoir à la peinture blanche de chaque côté et ont les lèvres renforcées. En outre, ils possèdent une languette qui s'introduit à l'avant du couloir d'alimentation et s'y verrouille grâce à une petite pièce en tôle pliée située devant le pontet.

Système de visée

La hausse et le guidon : le "Galil" est équipé d'une hausse à bascule réglable en dérive placée à l'arrière du couvercle de la boîte de culasse.

Elle se compose d'un support en acier fondu, sur lequel est fixé par un axe une équerre à deux œilletons que l'on bascule vers l'avant ou vers l'arrière selon la distance choisie, 300 ou 500 mètres. A l'avant de la hausse se trouve un cran de mire rabattable, avec un large U de chaque côté du-quel se trouve deux pastilles lumines¬centes. Cette hausse, utilisée avec le guidon rabattable, permet le tir par nuit claire jusqu'à 100 mètres.

Le guidon apposé sur la frette de prise des gaz est protégé des chocs par un tunnel en acier, sur le dessus duquel un trou a été foré pour permettre le passage de l'outil servant à régler le guidon dans le sens de la hauteur. Comme nous l'avons mentionné quelques lignes plus haut, un second guidon rabattable est utilisé pour le tir de nuit. Le guidon et la hausse de nuit composent une mire de trois points fluorescents alignés horizontalement.

Le canon

Le canon, traité au chrome-nickel, comporte six rayures à droite au pas de 300 mm. Il est vissé à sa partie postérieure dans la carcasse.

A l'avant, est fixé un cache-flamme, lance-grenades, qui est ajouré de six fentes, on peut y fixer un poignard baïonnette.

Douze sortes de grena-des et de roquettes:
- Grenade antipersonnel de 30 mm (tir direct);
- Grenade antichar de 50 mm (tir direct) ;
- Grenade explosive de 40 mm (en tir courbe);

sont prévues et peuvent être lancées jusqu'à une distance de 400 mètres.

Ce canon peut soutenir de longues rafales sans aucun problème au cours des essais, un exemplaire a tiré 18000 cartouches d'un seul trait. La barrette de prise des gaz est en acier fondu, elle se trouve aux deux tiers de la longueur du canon, est percée d'un trou d'évent oblique solidaire du cylindre à gaz et porte l'anneau de bretelle antérieure et le guidon.

Le cylindre à gaz est un simple tube renforcé à l'arrière qui contient le piston et relie la boîte de culasse à la barrette de prise des gaz. Le fût est un bloc de bois évidé à sa partie supérieure pour le passage du canon et cannelé sur ses faces latérales pour faciliter la préhension ; dessous, un évidement permet de loger le bipied replié. Le fût est fixé à l'avant au canon et à l'arrière à la boîte de culasse par deux supports métalliques.

Le support postérieur comporte une charnière où est articulée la poignée de transport, faite d'un fil d'acier contrecoudé et partiellement gainé de matière plastique.

Le bipied

II se compose de deux branches en acier forgé qui, lorsqu'elles sont déployées sont automatiquement ouvertes par un ressort.

Les extrémités qui reposent sur le sol se terminent par un patin cranté, les autres s'articulent sur une chappe soudée à la frette qui comporte une encoche, où l'on peut introduire un fil de fer barbelé que l'on cisaille en poussant vers l'avant les branches du bipied.

A l'occasion, cette encoche peut servir d'ouvre-bouteille.

Le bipied pèse seulement 250 grammes et place le canon à 28,5 cm du sol ; ce qui interdit l'emploi du chargeur de 50 cartouches en raison de sa forte longueur

Accessoires

Baionette

Poignard-baïonnette à lame plate pointue, à double tranchant, dont la poignée métallique de forme tubulaire est usinée dans le même bloc d'acier.

Lunette de visée

Cette lunette de tir à fort grossissement est fixée au moyen de colliers sur un couvercle de boîte de culasse réalisé spécialement en alliage léger coulé. On remarque, sur le côté gauche de ce couvercle, deux fortes embases réalisées en fonderie, vraisemblablement destinées à recevoir un dispositif de visée de nuit avec amplificateur de lumière ou infrarouge.

Brelage

Le brélage de l'armée israélienne est entièrement fabriqué en toile kaki. Il se compose d'un ceinturon avec oeillets de suspension, des bretelles, des cartouchières pour 2 chargeurs de 50 coups, des cartouchières pour 8 chargeurs de 35 coups, d'une cartouchière pour un chargeur de 12 coups, d'un sac pouvant contenir 3 grenades à fusil, d'un bidon, d'une trousse à pansement, d'un porte-fourreau de baïonnette. La dotation en munition est, par soldat, de 380 cartouches à balles, et de 12 cartouches propul-sives pour grenades.

Variantes Galil A.R.M.

Assault Rifle Machinegun (fusil d'as-saut-fusil mitrailleur). C'est le modèle normal que nous avons décrit. Il est utilisé à la fois comme fusil d'assaut et comme fusil mitrailleur. C'est l'armement de base de l'infanterie ; destiné à remplacer les U.Z.I. et les F.A.L. En option, le Galil peut être livré sans bipied, ni poignée de trans¬port.

Galil S.A.R. : Short Assault Rifle

Fusil d'assaut court, à peu près de la taille d'un pistolet mitrailleur. Il se caractérise par son canon plus court, l'absence de bipied et de poignée de transport ainsi que par un fût plus effilé fabriqué en matière plastique. La plaque de couche est moins concave. Cette arme est destinée aux équipages de blindés, aux commandos, à la police.

Galil à crosse fixe

Ce modèle est démuni de bipied et de poignée de transport. Une crosse fixe en bois ou en matière plastique remplace la crosse pliante.

Le Galil sur le terrain

Très bien étudié, le "Galil" paraît être la matérialisation du rêve de tout fantassin.

Après la guerre d'octobre, l'Etat d'Israël acheta un grand nombre de fusils d'assaut Colt M16A1 comme palliatifs jusqu'à ce que le "Galil" ait été produit en nombre suffisant.

Bien qu'il ait été encore très sensible à la saleté et qu'il s'enrayait très facilement, le M16A1 était néanmoins plus sûr et plus précis que le F.N.-F.A.L. après lequel rien ne pouvait être plus mauvais.

En outre, il était léger.

Lorsque le "Galil" commença à être réceptionné, la plupart des soldats firent montre d'une certaine déception car, en comparaison du Colt, il paraissait lourd.

Mais cet état de chose est loin d'être un défaut parce que le M 16, à cause de sa légèreté était à peu près impossible à stabiliser lors de longues rafales et, en raison de sa cadence de tir élevée, la moindre pression sur la détente faisait partir trois à six coups.

De plus, l'inconsistance de la plupart des matériaux, aluminium et matière plastique, dont il était fait, n'aidait pas à sa solidité.

Par contre, le "Galil" avec ses 4,6 kilos, est une arme très robuste avec laquelle placer des rafales de deux ou trois coups, à trois cents mètres, dans une cible de la taille d'un bidon d'huile, ne présente aucune difficulté parce que le recul est amorti d'une manière satisfaisante par le poids de l'arme.

Le "Galil" est indifférent à la saleté, à la boue, supporte les traitements les plus rudes et les conditions climatiques les plus défavorables, que ce soient les sommets enneigés du Mont Hermon ou les sables et la chaleur du Sinaï.


Avec son lance-grenade, sa baïonnette, sa lunette et une douzaine de chargeurs, il est à lui seul un système d'arme complet et peut affronter de nombreuses situations.

L'auteur qui est depuis longtemps un admirateur convaincu de l'A.K. 47, avait d'abord montré un certain scepticisme à l'égard du "Galil" qui, désormais, est devenu son arme favorite pour toutes les opérations et autres "coups durs".

Sources: https://encyclopedie-des-armes.com/index.php

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Cocoye10 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25155
Age : 75
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Empty
MessageSujet: Gallil (suite)   La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Icon_minitimeLun 20 Aoû - 15:04

Pays Utilisateurs

Bolivie : Galil Sniper

Cameroun : Garde présidentielle

Chili

Colombie : Versions produites localement par Indumil (seule licence autorisée depuis 2006). Les Forces armées colombiennes utilisent depuis 2010 la nouvelle version, le Galil ACE.

Rica Costa Rica

Côte d'Ivoire

Police nationale djiboutienne (Galil AR 7,62)

Estonie : Début 1990, la nouvelle Armée estonienne acquit des fusils Galil pour son infanterie.

République dominicaine

Guatemala

Inde : (Special Frontier Force (Galil Sniper)

Indonésie

Pérou

Italie: Emploi du VB-SR par le COMSUBIN en Albanie (1997)

Mongolie

Birmanie : L'Armée birmane utilise depuis les années 2000 des FA 'MA-1(AR) / MA-2(SAR) / M3(ARM) produits par la Ka Pa Sa State Run). Le MA-4 est un MA-1 muni d'un lance-grenade M-203 à demeure

Népal

Paraguay : 450 Galil Indumil au prix de 1,45 US$

Philippines

Portugal : Depuis les années 1980, les Galil AR & Sniper sont en service chez les Parachutistes. Mais la Guerre en Afghanistan a remis en première ligne le FBP M/961 modernisés avec des rails Picatinny.

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 390px-Estonian_soldier_DA-SD-06-03436
Soldat estonien armé d'un Galil SAR en zone urbaine.

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 390px-Members_of_the_Djiboutian_national_police_in_training
Membres de la Police Nationale de Djibouti s'entrainant avec le Galil AR 7,62 mm.

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 390px-DA-ST-96-01245
Soldats népalais avec le Galil SAR 7,62 mm.

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 390px-VektorR4
Le Vektor R4, un Galil fabriqué sous licence en Afrique du sud.

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 390px-Galil-Sniper-Galatz-r001
IWI Galil Sniper (Galatz), fusil de précision semi-automatique.

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 390px-IMI-Galil
Un Galil en service dans les forces de défense d’Israël en juillet 2000.


___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Cocoye10 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Empty
MessageSujet: Re: La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .   La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Icon_minitimeLun 20 Aoû - 15:41

MERCI pour ces précisions; guy
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25155
Age : 75
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Empty
MessageSujet: Re: La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .   La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Icon_minitimeLun 20 Aoû - 15:46

Merci a toi mon Guy , de lire mes Posts .

bisous

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Cocoye10 La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Empty
MessageSujet: Re: La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .   La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Icon_minitimeLun 20 Aoû - 16:44

MOI !!! je ne lis pas ..... je les dégustent La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . 991300
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Empty
MessageSujet: Re: La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .   La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision . Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La Direction générale de l’armement lance un appel public à la concurrence pour 2.600 fusils de précision .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Direction générale de l’armement a commandé 12 vedettes protégées pour les fusiliers marins
» Le Délégué général pour l’armement défend la procédure d’achat des futurs fusils de précision de l’armée de Terre
» La Direction générale de l’armement commande deux nouvelles vedettes pour la Marine et la Gendarmerie
» La Direction générale de l’armement va louer un avion Kodiak 100 pour les essais de parachutes militaires
»  direction Générale de l'armement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LES MATERIELS ET LES MOYENS :: L'armement :: Fusils et carabines-
Sauter vers: