Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

 

 1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...

Aller en bas 
AuteurMessage
Aokas
Admin
Aokas


Masculin
Nombre de messages : 4031
Age : 81
Date d'inscription : 23/06/2007

1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Empty
MessageSujet: 1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...   1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Icon_minitime2008-02-01, 09:25

24 Janvier 1960 ..1er Février 1960.

La dernière année du millénaire passé a commencé pour les Pieds Noirs par un souvenir de deuil. Souvenir des morts et des blessés des barricades d'Alger. Pour nous souvenir, pour faire connaître aux plus jeunes ou simplement à ceux qui ignorent notre histoire, reprenons la chronologie de ces journées.


Le Général Massu, idole des Algérois, le vainqueur de la Bataille d'Alger, a été relevé de son commandement et remplacé par le Général Crépin.Pour répondre à cette action et profiter de la présence à Alger de certains régiments parachutistes favorables à l'Algérie Française, pour renouveler le coup du 13 Mai, Ortiz,Lagaillarde et Suzini, décident d'une manifestation populaire pour le dimanche 24 Janvier :
2 cortèges se formeront: l'un à Belcourt, l'autre à Bab-el-Oued, pour converger vers le Forum.

Ils pensent que les militaires sur place (les 1er REP, 3° RCP et 3° RPIMA) laisseront passer la manifestation et se joindront à elle pour prendre d'assaut le Gouvernement Général.
Ortiz convoque les Unités Territoriales en armes, et Lagaillarde s'enferme dans les facultés.
A 22 heures le Général Challe, commandant en chef , tenu au courant de la réunion, déclare: "Je donnerai l'ordre de faire tirer, s'il le faut!"
Mais dans les heures qui suivront, aucun régiment, à part le 1er REP, ne soutiendra les manifestants, leurs colonels estimant ne pas avoir assez de garanties de réussite.
Les premiers manifestants au nombre d'environ 20 000 arrivent au Plateau des Glières vers 12 heures.


A 13 heures Challe convoque Ortiz. Il lui demande d'arrêter la manifestation et lui propose une sortie honorable en autorisant les discours mais en interdisant à la foule de dépasser l'Avenue Pasteur. Les gendarmes alors n'interviendraient pas.
Ortiz accepte. Il retourne à son P.C. de la rue Charles Péguy. A l'extérieur la foule a augmenté. Il y a maintenant 40 000 personnes dans la rue. Lagaillarde est rejoint dans les Facultés par ses troupes et organise un camp retranché; des armes lui sont amenées.
Une première barricade est érigée en haut de la rue Charles Péguy.

A 15 heures, la foule est de plus en plus dense et une 2° barricade est élevée. Ortiz la fait démonter en respect des accords passés avec Challe. En revanche les U.T. de choc de Jourdes, s'installent dans les immeubles du quartier et 2 F.M. sont mis en batterie pour protéger le P.C. d'Ortiz.
Des barricades sont reconstruites un peu partout dans le périmètre. 16 heures 50, le Colonel Debrosse qui commande les Gardes Mobiles et qui sera celui qui plus tard "interrogera" à la caserne des Tagarins les prisonniers et prisonnières de l'OAS dont Madame Salasc dans les conditions que l'on sait, reçoit l'ordre de dégager le Plateau des Glières.

Qui donne cet ordre ?....


Le Général Challe qui reconnaîtra avoir demandé au général Costes de séparer la foule au fortin Lagaillarde mais assurera à Ortiz qu'il n'a jamais ordonné la charge ?

Le Général Crépin qui vient de recevoir les pouvoirs de police à Alger ?

Le Général Costes, Général Pieds Noirs qui déclare:
" Je connais mes concitoyens, ils foutront le camp aux premiers coups de crosses ! "

De toute façon, personne plus tard ne voudra assumer les conséquences de l'ordre qui a été donné.


Le plan d'opération en revanche, est bien établi: les gendarmes chargeront alors que les paras descendront l'avenue Pasteur et la rue Charles Péguy pour refouler les manifestants.

18 heures, plusieurs barricades sont érigées. Les gardes mobiles sont au pied des escaliers du forum. Lagaillarde est retranché dans les Facs, les 2 régiments paras sont à 500 mètres de là mais ne reçoivent pas l'ordre d'avancer. Les commissaires de police auxquels Debrosse a demandé de faire les sommations d'usage, ont refusé et sont partis.

Les gendarmes chargent.

18 heures 12, deux coups de feu sont tirés.

Tous les témoins préciseront qu'ils l'ont été par des armes de petit calibre.

C'est le drame...

Les F.M. se mettent à tirer. La fusillade dure environ 15 minutes. Les paras du 1er R.E.P. arrivent à 18 heures 40, les tirs cessent, les légionnaires séparent les deux camps.

On relève 8 morts et 24 blessés chez les manifestants et 14 morts et 123 blessés chez les gardes mobiles.

Durant une semaine, malgré la pression maintenue par Challe, paras et insurgés fraternisent.

De Gaulle intervient à la radio.

Samedi 30 Janvier, le Général Crépin reçoit les pleins pouvoirs à Alger. Les régiments paras favorables aux hommes des barricades sont relevés. Les barrages sont renforcés autour du camp retranché.

Dimanche 31 Janvier, une messe interdite par Monseigneur Duval, est dite devant la barricade principale à laquelle on a donné le nom du premier mort de l'affrontement : Hernandez Pendant ce temps, des négociations pour la rédition sont menées entre autres par les colonels Dufour, commandant le 1° REP et Godard: les insurgés seront dans leur ensemble, affectés à un commando créé au sein du 1° REP. Seuls Ortiz et Lagaillarde seront poursuivis par la justice. Dans la nuit Ortiz s'enfuit et se réfugie en Espagne.

Lundi 1° février à onze heures 45, Lagaillarde, à la tête d'environ 200 hommes en uniformes et en armes, précédés du drapeau tricolore, sort du réduit. Les hommes du 1° REP, de la compagnie du capitaine Sergent, leur rendent les honneurs avec l'accord du Colonel Dufour et au grand dam des autorités.

Ces hommes vont rejoindre le commando Alcazar au 1° REP, sauf Lagaillarde qui est envoyé à la prison de la Santé et, malgré les engagements pris,bientôt rejoint par Sapin-Lignières, Arnoult, De Sérigny, Tabarot, puis Susini, Ronda et le Docteur Pérez que le 1° REP est obligé de livrer. Egalement le Député d'Alger Mourad Kaouah qui est incarcéré au milieu des détenus F.L.N. !!!.

De nombreux officiers dont les colonels Argoud, Godart, Broizat,Gardes sont sanctionnés

Les barricades ont été le premier affrontement armé entre De Gaulle et les Pieds Noirs et c'est sûrement cette semaine qui sera à l'origine, 15 mois plus tard du putsch du 22 Avril et ensuite de l'O.A.S.

Sources: Association pour la Mémoire de l'Empire Français

- Robert Saucourt-


Pour la petite histoire Lagaillarde, aprés un séjour en Espagne, fit une carrière honorable d'avocat à Auch (gers)

___________________________________ ____________________________________

Aokas
14ème RCP - 9ème RCP
AFN
194658

1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Vet11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Empty
MessageSujet: Re: 1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...   1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Icon_minitime2008-02-01, 11:36

merci pour ce rappel de cette manifestation des barricades. Triste Anniversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Empty
MessageSujet: Re: 1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...   1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Icon_minitime2008-02-01, 14:12

Oui, bien triste, merci Aokas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Empty
MessageSujet: Re: 1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...   1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Icon_minitime2008-02-01, 14:23

merci Aokas !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Empty
MessageSujet: Re: 1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...   1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Icon_minitime2008-02-01, 16:40

Merci Aokas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Empty
MessageSujet: Re: 1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...   1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
1 FEVRIER 1960 FIN DES BARRICADES...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES BARRICADES - 24 JANVIER 1960
» 24 janvier 1960 : le début de la "semaine des barricades" à Alger pendant la guerre d’Algérie .
» AURES FEVRIER 1960
» 13 FEVRIER 1960 GERBOISE BLEUE
» 19 JANVIER 1960

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Que s'est il passé un ?-
Sauter vers: