Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-47%
Le deal à ne pas rater :
La carte Fnac+ à 7.99€ pour 1 an
7.99 € 14.99 €
Voir le deal

 

 La tragédie de Talung .

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



La tragédie de Talung . Empty
MessageSujet: La tragédie de Talung .   La tragédie de Talung . Icon_minitime2013-08-31, 15:10

   La tragédie de Talung   

 « Un jour de février 1950, j'ai vu arriver un convoi à moitié vide accompagné d'une escorte. Le colonel Charton, qui dirigeait en second Cao Bang, descendit du premier véhicule. J'ai cru à une inspection. C'était une opération de repli. La victoire communiste en Chine avait transformé la donne. Il fallait rapatrier tou­tes les forces éparpillées en Haute-Région sur Cao Bang qui allait être assiégée par le Vietminh. En restant, nous risquions d'être submergés par le nombre. Il fal­lait faire vite, très vite pour éviter une embuscade au retour. Les ordres d'un officier de Légion n'étaient pas à discuter surtout ceux du colonel Charton. Il fallait obéir immédiatement. Sonné, je me suis raccroché aux tâches immédiates : exécuter un repli en bon ordre, ne pas laisser traîner du matériel utilisable.

Les partisans rassemblèrent leurs familles pour monter dans les camions. Je suis resté quelques minutes avec les légionnaires pour assurer l'arrière-garde en cas d'attaque vietminh, et puis nous avons embarqué. C'est là que j'ai vu ceux que je n'avais pas voulu voir, auxquels je n'avais pas voulu penser. Les habitants des villages environnants, prévenus par la rumeur, accou­raient pour partir avec nous. Ils avaient accepté notre protection. Certains avaient servi de relais. Ils savaient que, sans nous, la mort était promise. Nous ne pou­vions pas les embarquer, faute de place, et les ordres étaient formels : seuls les partisans pouvaient nous accompagner. Les images de cet instant-là sont restées gravées dans ma mémoire comme si elles avaient été découpées au fer, comme un remords qui ne s'atténuera jamais. Des hommes et des femmes qui m'avaient fait confiance, que j'avais entraînés à notre suite et que les légionnaires repoussaient sur le sol. Les mains qui s'accrochaient aux ridelles recevaient des coups de crosse jusqu'à tomber dans la poussière? Certains suppliaient. D'autres nous regardaient, sim­plement, et leur incompréhension rendait notre trahi­son plus effroyable encore. Le silence est tombé sur le camion qui fonçait à travers les calcaires. Les légion­naires, blessés de toutes les guerres, regardaient le plan­cher. Ils n'osaient pas se dévisager. Cette évacuation me brûlait. Secoué par les cahots de la piste, je fermais les yeux de douleur et de honte.

Dans toute la région, des opérations semblables avaient été effectuées. Au nord de Cao Bang : Tra Linh, Nguyen Binh, Ben-Cao. A l'est de Thât Khé : Poma, Binhi. A Saïgon, j'imaginais le point presse triomphal : « Notre dispositif de frontière a été resserré. Tout s'est bien passé... » Les jours qui ont suivi, nous avons vu arriver quelques silhouettes connues, qui avaient pu traverser la jungle. Elles nous racontaient les massacres dans les villages, les paillotes brûlées les hommes achevés sur le sol. La période la plus exaltante de ma vie s'est ainsi terminée dans un désastre total. Nos efforts avaient débouché sur la trahison, l'abandon, la parole bafouée. Je pouvais toujours me répéter que c'était la guerre, que j'étais un soldat et pas un missionnaire, que ce n'était pas nous qui avions trahi mais le Vietminh qui gagnait du terrain. Les souvenirs étaient plus forts que la raison. Je savais ce que j'avais perdu. Je n'avais pas conduit ma mission avec prudence, gardant à l'esprit la possibilité d'un départ brutal. Je n'avais pas occupé le poste de Talung avec la froideur d'un profes­sionnel sans états d'âme, organisant un rideau de sur­veillance serrée autour du poste et ne s'occupant de rien d'autre. Je m'étais investi de tout mon être.

La guerre telle que nous la pratiquions au Vietnam entraînait une certaine osmose entre les troupes et la population. Il ne s'agissait pas d'un conflit de positions entre deux ennemis bien définis, mais d'un affronte­ment politique et géopolitique où les intérêts de toutes sortes et les stratégies contradictoires s'imbriquaient inextricablement, entre la Chine et le Vietnam, l'Occi­dent et le communisme, la France et son ancienne colo­nie indochinoise, les Viets et les minorités ethniques. Autant de dimensions qui nécessitaient de prendre sur le terrain des engagements allant au-delà du simple métier de soldat. Pendant des années, les cauchemars liés à l'évacuation de Talung allaient rejoindre ceux de la déportation. J'avais le sentiment d'être parjure. Ce mot veut-il encore dire quelque chose à une époque où la notion d'honneur est passée à l'arrière-plan ? Disons qu'il ne s'agissait pas d'un serment chevaleresque. Tout simplement de centaines d'hommes et de femmes, dont parfois les moindres traits du visage sont inscrits dans ma mémoire, et à qui, au nom de mon pays et en mon nom, j'avais demandé un engagement au péril de leur vie. Nous les avons abandonnés en deux heures. Nous avons pris la fuite comme des malfrats. Ils ont été assas­sinés à cause de nous ».

 Hélie Denoix de Saint-Marc ; Les Champs de Braises ( éditions Perrin ).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La tragédie de Talung . Empty
MessageSujet: Re: La tragédie de Talung .   La tragédie de Talung . Icon_minitime2013-09-27, 16:13

La tragédie de Talung . 247322 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La tragédie de Talung . Empty
MessageSujet: Re: La tragédie de Talung .   La tragédie de Talung . Icon_minitime2013-09-28, 09:09

cet extrait du lvre de Saint Marc est le reflet de mes pensées.

Nous nous sommes conduits comme des salauds et recommenceront ailleurs,soyez en persuadés

'est ce qu'on appelle de la Politique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La tragédie de Talung . Empty
MessageSujet: Re: La tragédie de Talung .   La tragédie de Talung . Icon_minitime2013-09-29, 17:25

L'Armée a toujours été trahie par les politiques, elle fonctionne sur le mode IDEAL, eux ne vont pas au baroud et donc n'en connaissent pas le prix, le salaire. La tragédie de Talung . 159551 Le jour où les Sarko, Flamby & Cie enverront à la guerre leur progéniture, je dirai "Chapeau" ! Là on est obligé de hurler "Au poteau !" les salauds. En Algérie la trahison a été la même, où notre Armée fut trahie et frustrée, larguée, culpabilisée  La tragédie de Talung . 133142 
Georges a raison, il faut réaliser que ce sera toujours ainsi: Armons-nous... et partez ! La tragédie de Talung . 177471 
On devrait faire un grand procès posthume à c2g et à ses sbires pour "mise en danger de la vie d'autrui" La tragédie de Talung . 73951  ou refaire un putsch... c'est un autre problème avec des militaires "à la gamelle" et les officiers aussi La tragédie de Talung . 138580 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La tragédie de Talung . Empty
MessageSujet: Re: La tragédie de Talung .   La tragédie de Talung . Icon_minitime2013-09-30, 07:08

Tout a fait exact

Acte 1

- Mes amis, armons nous ... et partez !


Acte 2

Les mêmes

- Vous avez bien mérités de la Patrie

Sonnerie " Aux morts"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La tragédie de Talung . Empty
MessageSujet: Re: La tragédie de Talung .   La tragédie de Talung . Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La tragédie de Talung .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La tragédie de Pompéi
» La vérité sur la tragédie des Harkis .
» La tragédie du « Cap Arcona », du « Thielbek », de l’« Athen » et du «
» La tragédie des réfugiés et la gauche morale
» La tragédie du paquebot-prison "Cap-Arcona"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Indochine-
Sauter vers: