Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
One Piece : pas de tome Collector 25 ans prévu ...
Voir le deal

 

 Et Encore .

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Et Encore . Empty
MessageSujet: Et Encore .   Et Encore . Icon_minitime2013-06-23, 19:07

Commercy : Émouvante cérémonie d’adieu  


Et Encore . 8_eme_10

Ultime rassemblement au Château Stanislas. Et dernier défilé dans les rues de Commercy pour les hommes du 8e RA. Un temps fort en émotion pour dire au revoir aux habitants.

Ce sont bien évidemment des interventions poignantes qui ont clôturé la cérémonie d’adieu à la population des militaires du 8e Régiment d’Artillerie de Commercy. « C’est avec beaucoup d’honneur et aussi beaucoup de tristesse que je vous reçois ici. Honneur, car votre démarche de saluer les habitants avant votre départ va droit au cœur des Commerciens. Mais également tristesse, parce que le Régiment s’en va. Mais il ne va pas ailleurs. Il est dissous », lance avec amertume, le maire Bernard Muller, s’adressant au chef de corps, le lieutenant-colonel Arnaud Riche, entouré de ses hommes. L’occasion pour le premier magistrat de faire part, une fois encore, de son regret face à « cette décision prise en 2008 par le gouvernement en place »…

Devant l’assemblée composée d’élus, de représentants de l’État, des familles des soldats et habitants, réunis dans les salons de l’hôtel de ville, le premier magistrat assure : « Vous nous manquerez pour vos valeurs et pour vos engagements. Mais sachez que vous êtes ici chez vous, car l’âme et la mémoire du 8e RA marqueront à jamais notre ville ».

À son tour, le lieutenant-colonel Riche, remercie l’assistance et les politiques présents « pour votre action au profit du régiment, le lien Armée/Nation qui a été une réalité entre nous. Et votre attachement à la présence militaire sur votre département ». Tout aussi ému, même s’il a tout fait pour le dissimuler, l’officier supérieur poursuit : « Dans moins de 10 jours, le 8e RA n’existera plus. Cette dissolution reste pour nous un crève-cœur. Et je peux vous assurer que l’émotion était bien présente lors de cette cérémonie. Une page se tourne, mais ne regardons pas en arrière. Il faut aller vers l’avant. En revanche, nous ne vous oublierons jamais ». Après un temps d’arrêt, puis en expliquant les derniers détails à régler qui marqueront la fin de l’histoire de ce régiment, le lieutenant-colonel ajoute : « Le 1er novembre de cette année, il n’y aura plus de militaires à Commercy ! »

La marche de Robert Bruce  

Un point d’ailleurs souvent entendu dans la foule qui s’était massée aux grilles du château pour assister à cette prestigieuse cérémonie, réglée comme du papier à musique, rehaussée par la présence des porte-drapeaux. Ainsi que par la batterie fanfare et l’harmonie municipale de Commercy, montant l’émotion à son paroxysme, avec La Marseillaise ou encore La Marche de Robert Bruce. « La plus ancienne marche militaire française » murmure-t-on dans la foule, résolument consciente que ce rassemblement de l’ensemble des hommes du 8e RA « dans ce cadre magnifique », était le dernier.

À l’image de Georges, installé dans la cité de la Madeleine depuis treize ans « triste à l’idée de ne plus voir les soldats dans les rues ». De la tristesse également pour Lionel Mokros, propriétaire du tabac Le Chiquito. « Je suis né à Commercy et j’ai toujours vu des militaires en ville ». Le Meusien évoque alors l’impact économique de cette décision. « En attendant les effets Safran, à mon avis, il va y avoir deux ans difficiles. »

Des observations bien loin des préoccupations de la petite Naïla qui n’a d’yeux que pour son papa au garde à vous dans le dispositif. Une jolie poupée, qui n’a pas idée « qu’une tradition militaire disparaît, après trois siècles d’existence », comme le souligne Jean-Luc, enlevant à Commercy son statut de ville de garnison.

Et c’est sans doute pour cette raison que le lieutenant-colonel Riche et ses hommes ont offert aux habitants une cérémonie et un dernier défilé dans les rues, digne d’un régiment d’empereur. Une parade largement applaudie par les Commerciens !
       

Et Encore . 4f195110
Revenir en haut Aller en bas
Papa schulz
Admin
Papa schulz


Masculin
Nombre de messages : 12008
Age : 62
Emploi : Apéro à plein temps!
Date d'inscription : 23/10/2007

Et Encore . Empty
MessageSujet: Re: Et Encore .   Et Encore . Icon_minitime2013-06-23, 19:20

Sad  triste fin !!!  merci JP pour l'info !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Et Encore . Empty
MessageSujet: Re: Et Encore .   Et Encore . Icon_minitime2013-06-23, 20:24

  « qu’une tradition militaire disparaît, après trois siècles d’existence »  

 24 octobre 1784 – 30 juin 2013 / « Pour la France et de bon cœur »



8e régiment d'artillerie  


Et Encore . Ra_810

Insigne régimentaire du 8e Régiment d’Artillerie


Période

24 octobre 1784 – 30 juin 2013

Pays

France

Type

Régiment d'artillerie

Rôle

Appui feu

Fait partie de

7e brigade blindée
depuis 1999

Garnison

Commercy

Ancienne dénomination

Régiment royal d'artillerie des Colonies

Surnom

Régiment d'Austerlitz

Devise

« Pour la France et de bon cœur »

Inscriptions sur l’emblème

Austerlitz 1805 1
Friedland 1807
Sébastopol 1854-1855
Solférino 1859
Lorraine 1914
Verdun 1916
Soissonnais 1918AFN 1956/1962

Anniversaire

Sainte-Barbe

Équipement

AUF1
Mortier de 120 mm
AMX-10 P
VAB
Motos Cagiva
Peugeot P4
TRM 2000
avec canons AA de 20 mm
TRM 10000
Camions citerne.

Fourragères
aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918

Décorations
croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Commandant historique

Claude-Charles Aubry de La Boucharderie

Le 8e régiment d'artillerie est une unité de l’armée française créée en 1784. Il est stationné à Commercy (Meuse) lors de sa dissolution le 18 juin 2013.

Création et différentes dénominations

Le 8e régiment d'artillerie est l'héritier direct du régiment du Corps Royal de l'Artillerie des Colonies créé le 24 octobre 1784 sous le règne de Louis XVI.
Le 20 juillet 1792 il devient le 8e Régiment d'Artillerie, et passe à l'artillerie de terre le 27 août 1792.
En 1794 il devient le 8e Régiment d'Artillerie à Pied.
Le le 21 mai 1816 il devient régiment d'artillerie à pied de Rennes.
Le 16 août 1820, il redevient le 8e régiment d'artillerie à pied.
Le 16 mars 1854, le 8e régiment d'artillerie est transformé en 17e régiment d'artillerie à cheval.
Le 16 mars 1854, il devient 8e régiment d'artillerie montée.
Le 10 mai 1872, il redevient le 8e régiment d'artillerie.
Le 1er septembre 1883, il devient le 8e régiment d'artillerie de campagne.
Le 5 mars 1919 régiment d'artillerie de marche 8/264.
Le 1er juin 1919, il redevient le 8e régiment d'artillerie de campagne.
Le 1er mars 1923, il devient le 8e régiment d'artillerie divisionnaire.
Dissous en juillet 1940.
Reconstitué le 1er janvier 1945 dans une structure à trois groupes.
Le 15 avril 1946, le 8e régiment d'artillerie est réduit à un groupe.
Le 8e régiment d'artillerie est reconstitué le 1er avril 1949.
De 1955 à 1963, il devient le 8e groupe d'artillerie il sera dissous le 30 novembre 1963.
Le 16 mai 1964 il est recréé sous le nom de 8e régiment d'artillerie.

Chefs de corps

1784: Chevalier du Puget d'Orval - Colonel
1787: de Senneville - Colonel

Révolution et Empire

1793: d'Hennezel - Colonel
1794: des Bordes - Chef de brigade
1802: Tirlet - Chef de brigade
1803: Claude-Charles Aubry de La Boucharderie - Colonel (**)
1809: Armand Joseph Henri Digeon - Colonel (*)
1813: Pierre-Louis-Auguste Caron - Colonel (*)

(*) Officiers qui devinrent par la suite généraux de brigade.
(**) Officiers qui devinrent par la suite généraux de division.

Restauration

1816: Gauldrée-Boileau - Colonel
1830: de Berauville - Colonel
1833: Molin - Colonel
1841: de Mainville - Colonel
1847: Lyautey - Colonel
1850: Lherbette- Colonel

Second Empire à 1914

1853: de Vives-
1854: Voisin Gartempe - Colonel
1856: des Fadates de Saint-Georges - Colonel
1858: Pé de Arros - Colonel
1866: Picot de Lapeyrousse - Colonel
1872: de Miribel - Colonel
1875: de Contamine - Colonel
1880: Jaubert - Colonel
1886: Barjon - Colonel
1887: d'Aumale - Colonel
1888: Michon - Colonel
1893: Boucly - Colonel
1896: Pistor - Colonel
1898: d'Astier de la Vigerie - Colonel
1905: Desaleux - Colonel
1907: Berrot - Colonel
1910: Deprez - Colonel

Première Guerre mondiale

1914: MAUGER - Colonel
1915: Schneider - Lieutenant-colonel
19/01/1916 - 17/01/1917: Colonel Walch
1917: Kauffer - Chef d'escadron (du 13 janvier au 1er février)
1917: Brosse - Lieutenant-colonel (du 15 février au 24 août)
1917: Kauffer - Lieutenant-colonel (du 25 août au 4 juin 1918)
1918 Holtzapffel - Lieutenant-colonel

De 1919 à 1940

1919: Fondeur - Colonel
1920: Hauser - Colonel
1921: Bouquillon - Colonel
1923: Séguinau de Préval - Colonel
1927: Desrons - Colonel
1928: Mathieu de Vienne - Colonel
1931: Misseray - Colonel
1933: Arnoult - - Colonel
1935: Vauthier - Colonel
1936: Drot - Colonel
1940: Delmotte - Colonel (du 5 avril au 1er août 1940)

Après la 2e Guerre mondiale jusqu'en 1955

1945: Bodinat - Lieutenant-colonel (jusqu'au 22 mars)
1945: Bègue - Colonel
1946: Fonquernie - Colonel
1948: Belorgey - Colonel
1950: de Chergé - Colonel
1952: Companyo - Colonel
1954: Drapier - Lieutenant-colonel (du 10 avril au 5 juillet)
1954: Brunet - Colonel

Guerre d'Algérie: 1955-1962

Premier Groupe:

1955: de Valence de Minardière - Chef d'escadron (du 1er août au 24 septembre)
1955: Jost - Lieutenant-colonel
1957: Roux - Chef d'escadron
1959: Calvino - Chef d'escadron
1961: Pontfort - Lieutenant-colonel

Quatrième Groupe:

1955: Petitpas - Chef d'escadron
1956: Lecoubs - Chef d'escadron
1958: Dubreuil - Chef d'escadron
1960: Barthier - Chef d'escadron
1962: Heim - Chef d'escadron

De 1964 à nos jours

1964: Poupet - Lieutenant-colonel
1965: Maître - Lieutenant-colonel
1967: Trotereau - Lieutenant-colonel
1969: Cassagne - Lieutenant-colonel
1971: Bouissac - Lieutenant-colonel
1973: Barbotin - Lieutenant-colonel
1975: Vaillant - Lieutenant-colonel
1977: Richard - Lieutenant-colonel
1979: Delbos - Lieutenant-colonel
1981: Menanteau - Colonel
1983: Crène - Colonel
1985: Corrigou - Colonel
1987: Burtschell - Colonel
1990: Bariller - Colonel
1992: Frère - Colonel
1994: Fournier - Colonel
1996: Courly - Colonel
1998: Ayasse - Colonel
2000: Delamarre - Colonel
2002: Razat - Colonel
2004: Plateaux - Colonel
2006: Ledanseur - Colonel
2008: Culot - Colonel
2010: Ferrando - Colonel
2012: Riche - lieutenant colonel

Historique des garnisons, combats et bataille du 8e RA

Ancien Régime

Créé par l'ordonnance royale du 24 octobre 1784, le Corps Royal de l'Artillerie des Colonies2 est constitué le 1er avril 1785, en 5 brigades de 4 compagnies chacune. Formé à Douai, puis dépôt à Port-Louis, deux brigades (2e et 4e) sont stationnées à Lorient; une brigade est en Inde (1re), Saint-Domingue (5e), Martinique (3e).

Révolution et Empire

Le 8e Régiment d'Artillerie est créé le 20 juillet 1792 et passe à l'artillerie de terre le 27 août 1792. Un bataillon est stationné à Rennes en plus des compagnies toujours stationnées dans les colonies.
1793 : Campagne de Vendée.

Le 8e Régiment d'Artillerie à Pied est créé en 1794, avec la formation du 2e bataillon. Son dépôt après Rennes est successivement à: Douai (1794 à 1800); Boulogne (1800-1808); Douai (1808-1810); Anvers (1810-1811); Douai (1811-1814); Rennes (1814-1815); Rennes et La Rochelle en février 1815.
1794 : Avec l'armée du Nord : siège de Bois-Le-Duc.

1801 : Combat naval d'Algésiras.

1802 : Saint-Dominique (4 cies); un détachement se maintient dans l'Est de l'île jusqu'en 1809.

1802 - 1810 : La Réunion (un détachement).

1805 : Grande Armée: participation à la bataille d'Austerlitz. L'artillerie du régiment occasionne de très lourdes pertes chez l'ennemi dans la mesure où ses canons brisent la glace du lac sur lequel il s'est réfugié. Cela lui vaut l'appellation, sur décision de l'empereur Napoléon Ier, de Régiment d'Austerlitz.

1807 Le régiment se distingue en 1807 à Friedland où ses canonniers causent de grands ravages parmi les troupes russes. Au cours d'une inspection, le général Muller déclare alors « L'espèce d'hommes est superbe, le régiment est bien commandé, d'une brillante tenue et bien discipliné ».

1808-1813 : Guerre d'Espagne: Somosierra (1808);
Uclès,
Almonacid (1809);
Ciudad Rodrigo (1810);
Siège de Tarragone (1811),
Chiclana (1811).

1809 : Armée d'Allemagne: Eckmühl,
Essling,
Wagram,
Znaïm.

1812 : Campagne de Russie La Moskowa;
Krasnoe;
La Bérézina.

1813 : Campagne d'Allemagne Lützen;
Bautzen;
Dresde;
16-19 octobre : Bataille de Leipzig

1814 : Campagne de France (1814) Craonne;
Laon;
Défense de Paris.

1815 : Campagne de Belgique (1815) Waterloo.
Le régiment est licencié en novembre 1815.


De 1815 à 1848

Le Régiment d'Artillerie à Pied de Rennes est créé le 21 mai 1816. Il tient garnison à Rennes (1816-1819) puis Toulouse (1819-1820). Le 16 août 1820, il redevient le 8e Régiment d'Artillerie à Pied, et tient garnison à Toulouse (1820-1825), puis Valence (1825-1829) avant d'être dissous à Toulouse le 5 août 1829. Il réapparaît le 21 mai 1830 sous l'appellation 8e Régiment d'Artillerie. Il tient garnison à Rennes (1830-1831), à La Fère (1831-1835), à Metz (1835-1840), à Toulouse (1840-1844), Besançon (1844-1849), Metz (1849-1850), La Fère (1850-1853) et Vincennes (1853-1854). Ses campagnes pendant cette période:
1823 : Expédition d'Espagne (1re à 8e cies): La Corogne; Le Trocadero.
1828-1833 : participation à l’expédition de Morée pour soutenir les insurgés grecs lors de la guerre d'indépendance grecque. Prise du château de Morée. Siège de Coron.
1832 : Siège d'Anvers (2e et 10e à 14e batteries).
1832 - 1854: Algérie (15e batterie).

Second Empire et Guerre de 1870

Le 16 mars 1854, le 8e Régiment d'Artillerie est transformé en 17e Régiment d'Artillerie à Cheval. Mais suite au décret du 14 février 1854, le 8e Régiment d'Artillerie Montée est formé à Toulouse le 16 mars. Il reprend rapidement le ronde des garnisons: Toulouse (1854-1857), Rennes (1857-1861), Douai (1861-1865), Metz (1865-1868), La Fère (1868-1870). Puis le rythme s'accélère: Vincennes le 6 septembre 1870, Rennes le 11 septembre, Saint-Omer le 11 mars 1871, puis Saint-Omer et Aire-s-Lys le 28 avril 1871.

Ses campagnes pendant cette période

1854-1855 : Campagne de Crimée (1re à 4e, 7e, 8e, 15e bies). l'Alma (1854);
siège de Sébastopol * 1857 : Expédition de Kabylie (1re, 5e bies).

1859 : Campagne d'Italie (6e, 9e à 13e bies)

Montebello
Magenta
Solférino.

Guerre franco-prussienne de 1870 Armée du Rhin (5e à 9e bies): Borny; Rezonville; Saint-Privat.
Armée de Chalons (3e, 4e, 10e, 11e bies): Mouzon; Bazeilles; Sedan.
Défense de Paris (13e, 16e bies).
Défense de Longwy (2e bie) et de Soissons (1re bie bis).
Armée de la Loire (18e à 25e bies): Beaune-La-Rolande; Patay.
Armée de l'Est (20e, 21e, 23e bis): Villersexel.


De 1871 à 1914

Le nouveau 8e Régiment d'Artillerie est créé le 10 mai 1872. Il s'installe sur plusieurs garnisons. De 1872 à 1873, il est à Lille, Calais et Aire-sur-la-Lys. De 1873 à 1883, il est à Châlons-s-Marne, Toul, Longwy, Montmédy.

Le 1er septembre 1883, il devient le 8e Régiment d'Artillerie de Campagne. De 1883 à 1887 son dépôt est à Châlons-sur-Marne, de 1887 à 1894 le régiment stationne à Nancy, Toul et Châlons. De 1894 à 1914, il est resserré sur Nancy.

Première Guerre mondiale

Le régiment constitue l'appui feu de la 11e Division d'Infanterie (la division de fer), du 20e Corps d'Armée commandé par le général Foch.

Le 4e Groupe (10 et 11e Batteries à cheval) à la 2e Division de Cavalerie

Sa conduite exemplaire en Lorraine en 1914 et à Verdun en 1916 lui vaut deux citations à l'ordre de l'armée et l'attribution de la fourragère de la croix de guerre.

Il est articulé en 3 groupes d'active équipés du canon de 75 mm. Voici les lieux et les dates où il a fait campagne pendant cette guerre.

1914

Lorraine (E. Nancy, Vic-s-Seille) du 15 au 18 août;
Morhange du 19 au 21 août;
Grand Couronné (NO. Lunéville) du 21 août au 16 septembre;
La Somme (Bray) du 25 septembre au 20 octobre;
Artois (SO. Arras) d'octobre au 2 novembre;
Flandres (N.Ypres) du 8 novembre 1914 au 18 avril 1915.

1915

Artois (N. Arras) du 20 avril au 8 juillet;
Champagne du 1er septembre au 24 décembre.

1916

Lorraine (E. Nancy) du 13 février au 13 mars:
Verdun (rive gauche) du 24 mars au 17 avril;
La Somme (NE. Bray) du 1er juin au 15 août, puis du 17 novembre au 12 décembre.

1917

Lorraine (NE. Nancy) du 29 décembre 1916 au 16 janvier 1917;
Chemin des Dames (N. Oeuilly) du 29 mars au 12 juin;
Woëvre (O. Flirey) du 28 juin au 6 octobre.

1918

Verdun du 29 janvier au 23 mars;
Picardie (O. Amiens) en réserve du 28 avril au 30 mai;
Le Matz (O. Ressons) du 6 au 13 juin,
à l'ouest de Soissons du 19 juin au 12 août;
au nord-est de Vic-sur-Aisne du 16 au 25 août;
L'Ailette (Coucy) du 1 au 15 septembre;
Flandres (Roulers) du 7 au 17 octobre;
La Lys (Deinze) du 21 au 31 octobre;
L'Escaut (N. Audenarde) du 3 au 11 novembre.

Entre-deux-guerres

Avec le IIIe Groupe du 8e et deux autres groupes du 264e, il est constitué le Régiment d'Artillerie de Marche 8/264 à Mailly du 5 mars 1919 au 31 mai 1919. Mais le 1er juin 1919, le 8e Régiment d'Artillerie de Campagne est recréé. Il est à Nancy, Toul et Lunéville en 1919, puis Nancy et Toul en 1920. Puis le régiment part en occupation en Allemagne.
1919 : occupation de la Sarre du 21 juin au 28 juillet.
1920 : occupation de Francfort du 3 au 30 avril.
1921 : occupation de Crefeld du 12 mai au 20 septembre.
1923-1924 : occupation de la Ruhr (Duisburg) du 11 janvier 1923 au 26 janvier 1924.

Le 1er mars 1923, le régiment devient le 8e Régiment d'Artillerie Divisionnaire. Il stationne à Nancy de 1923 à 1940.

Ses campagnes pendant cette période:
1925-1927 : Syrie (2e et 4e bies) d'août 1925 à avril 1927; Damas; Djebel Druze de mars à septembre 1926. Ces deux batteries passent au 19e à leur retour en avril 1927.

Seconde Guerre mondiale

Campagne 1939-1940 :

Appartient à la 11eDivision d'Infanterie

1939 : Front de Lorraine (O. Sarreguemines) du 27 août au 15 novembre; Opérations sur la Blies, forêt de la Warndt du 9 septembre au 2 octobre; Delme du 1er décembre au 26 mars 1940.

1940 : Sarre (E.Saint-Avold) du 30 mars au 18 mai; Front de l'Aisne (E. Compiègne) du 22 mai au 10 juin; Crépy-en-Valois du 11 au 12 juin; Retraite du Centre: canal de l'Ourq (O. Meaux) le 13 juin; La Seine (Fontainebleau) les 14 et 15 juin; La Loire (Châteauneuf) du 16 au 18 juin; Salbris le 19 juin; L'Indre le 20 juin, Nontron le 24 juin.

Il est dissous à Clermont-Ferrand en juillet 1940.

Reconstitué le 1er janvier 1945 dans une structure à trois groupes, il est à Saint-Mihiel en avril 1945. Quelques éléments participent à la fin de la campagne de mai en Allemagne: le 1er Groupe à Offenburg; le 2e Groupe à Rastadt puis à Emmendingen le 5 juin; de juillet à octobre le 3e Groupe et l'état-major du I/8 sont à Offenburg et Kehl. Le 17 juillet, le 2e Groupe fait mouvement sur Strasbourg.

De 1945 à nos jours

Le 15 avril 1946, le 8eRA est réduit à un Groupe, le 1/8e RA. En juin 1946, il est à Lambach, Drachenbronn, Langensoultzbach. Le 2 mai 1947, il est au quartier Drouot à Nancy.
Le 8e RA est reconstitué le 1er avril 1949 en une batterie de commandement et 4 groupes. Du 1er avril au 1er octobre il est ainsi réparti: la batterie de commandement et le IV/8e à Nancy; le I/8e à Haguenau; le II/8e à La Fère; le III/8e à Moulins-lès-Metz, Caserne Serret. Puis du 1er octobre 1949 à 1955, seul le II/8e change de garnison en s'installant à Verdun.

Il participera ensuite aux opérations en Afrique du Nord. Il sera en Algérie de 1955 à 1963, dans l'Est Constantinois, au sein de la 2e DIM. Le Ier Groupe sera ainsi déployé: Akbou (au sud-ouest de Bougie)du 11 juin au 7 octobre 1955; Guelma, Duvivier (au sud de Bône) du 8 octobre 1955 au mois de mars 1957. Il participe au Barrage sur la frontière tunisienne à Sakiet( à l'est de Souk Ahras) de mars 1957 à septembre 1962. Il est à Blandan (est de Bône) du 29 septembre au 23 octobre 1962. Le IVe Groupe est en Grande-Kabylie (au nord-est de Tizi-Ouzou) du 26 juin au 11 octobre 1955. Puis il est à Randon, Combes (sud-est de Bône) du 13 octobre 1955 au 11 mars 1957. Il participe au Barrage sur la frontière tunisienne, au sud est de Souk Ahras: Gambetta, Ouenza du 12 mars 1957 à novembre 1960; Souk Ahras, Aïn Zana de novembre 1960 à juillet 1962. C'est à Blandan (est de Bône) où il s'installe du 11 août 1962 au 5 octobre 1963, qu'il est transformé en 8e Groupe d'Artillerie le 1er octobre 1962. Il est à Bône-les-Salines du 6 octobre 1963 au 12 novembre 1963. À son retour en métropole, le 8e Groupe d'Artillerie est dissous le 30 novembre 1963 à Sissonne.
Le 8e régiment d'artillerie est recréé le 16 mai 1964 à Commercy.
1991 : Participation à la guerre du Golfe. Une section de mini-avions de reconnaissance tactique sans pilote (MART), en cours d'expérimentation au régiment, est mise sur pied dans les quelques jours qui précèdent l'action terrestre puis est acheminée sur le théâtre d'opération. La mission dure du 8 février au 1er avril 1991. Le régiment ayant été fortement sollicité pour fournir son personnel engagé à d'autres unités de la division (la 10e Division Blindée), il est fait appel à du personnel en provenance du 403e régiment d'artillerie de Chaumont. C'est pendant cette opération qu'est conforté le besoin en drone lent pour acquérir en temps réel le renseignement par images. Les enseignements tirés du succès de cette expérience orienteront le choix vers les drones Crécerelle qui doteront par la suite le 6e Groupe du 7e régiment d'artillerie, puis le 7e régiment d'artillerie jusqu'à sa transformation en 61e régiment d'artillerie.

Missions de paix et d'interposition sous l'égide de l'ONU
1999 : Il fait partie de la 7e Brigade Blindée

Faits d'armes portés sur l'étendard du régiment

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes 3:fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918Austerlitz 1805 (c'est le seul régiment d'artillerie où figure cette inscription)

Friedland 1807
Sébastopol 1854-1855
Solférino 1859
Lorraine 1914
Verdun 1916
Soissonnais 1918
AFN 1956-1962

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 avec deux citations à l'ordre de l'armée et l'attribution de la fourragère au couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 (10/08/1918).

Devise

"Pour la France et de bon cœur"

Héraldique

Anneau d'argent portant en chef l'inscription " Austerlitz ". Un soleil d'or broche le tout. histoire-collection.com

Personnalités célèbres ayant servi au 8e RA

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Maréchal de camp Caron (major du 8e d'artillerie le 10 septembre 1807, il revient en 1813 comme chef de corps)
Lieutenant général Ducos de La Hitte (sortit de l'École d'application de l'artillerie et du génie de Metz le 1er octobre 1810, il fut admis comme lieutenant en second au 8e régiment d'artillerie à pied)

Le régiment aujourd'hui

Subordinations    

Le régiment est subordonné à la 7e Brigade Blindée elle-même composante de la force d'action terrestre.

Missions

Régiment d'artillerie de la 7e Brigade Blindée, le 8e RA est chargé de l‘appui feu des unités en cours d'action. Il doit pouvoir être engagé dans des actions très diverses allant de l'engagement total et massif contre un ennemi blindé et mécanisé en Centre Europe, à l'envoi de modules artillerie sur des théâtres d'opérations extérieures ou à des actions humanitaires et de maintien de la paix dans le monde.

Composition

3 batteries de tir.
1 batterie de commandement et de logistique.
1 batterie d'administration et de soutien.
1 batterie de reservistes (B5).
1 batterie de renseignement.

Matériels

Canons de 155 mm AUF1 (ne sont plus en dotation)
Mortiers de 120 mm
Canons AA de 20 mm
AMX-10P (VOA) véhicules d'observation de l'artillerie.
VAB équipés de matériels spécifiques, pour les besoins topographiques (VIT) et pour la transmission de données (ATLAS).
Peugeot P4
TRM 2000
TRM 10000
Camions citerne.

Stationnement

8e régiment d'artillerie
Quartier Oudinot - BP 20119
55205 Commercy Cedex
03-29-46-72-81

Notes et références


1.↑ Le 8e RA est le seul régiment d'artillerie à porter l'inscription AUSTERLITZ 1805. inscription
2.↑ Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon, éditions Pygmalion - 1997
3.↑ Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Et Encore . Empty
MessageSujet: Re: Et Encore .   Et Encore . Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Et Encore .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: SOLDATS :: D'aujourd'hui (active et réserve)-
Sauter vers: