Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Ao Ashi : où précommander le Tome 12 ...
Voir le deal
29.90 €

 

 Des paras pas comme les autres

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Des paras pas comme les autres Empty
MessageSujet: Des paras pas comme les autres   Des paras pas comme les autres Icon_minitime2007-09-04, 22:13

Des paras pas comme les autres Logo-e10

L'Escadron parachutiste d'intervention de la gendarmerie nationale (EPIGN)

Missions de l'EPIGN

L'EPIGN est une unité parachutiste chargée de la protection des hautes personnalités en France et à l'étranger (déplacements, ambassades), ainsi que de missions de renseignement (observation-recherche) dans le cadre de la lutte contre la grande criminalité et le terrorisme. L'EPIGN peut être amené, en renforcement du GIGN lors d'opérations d'envergure, à intervenir au maintien de l'ordre, et à participer à des recherches de personnes dans des milieux géographiquement difficiles.

Organisation de l'EPIGN

Les 140 officiers et sous-officiers de l'EPIGN se répartissent entre une unité de commandement, une section de sécurité et de protection, un groupe de soutien opérationnel et un groupe d'observation-recherche (GOR).

Les conditions statutaires pour entrer à l'EPIGN

Les gendarmes de l'EPIGN sont recrutés parmi tous les gendarmes de carrière âgés de moins de 32 ans et aptes physiquement (aptitude des troupes aéroportées).

Les tests d'entrée

Les épreuves de sélection durent une semaine, durant laquelle les candidats seront soumis à divers tests mettant à l'épreuve leur résistance physique et leur mental. Ces tests peuvent varier d'une session à l'autre, mais ils demandent toujours une solide préparation physique. Les tests de sélection comportent entre autres des épreuves de tir avec différentes armes, un parcours aérien (obstacles en hauteur), un parcours de stress de nuit, une épreuve de combativité, une épreuve de saut de pont éliminatoire, de l'escalade...

Les stages de formation à l'EPIGN

Les candidats qui ont réussi les épreuves de la sélection intiale vont maintenant affronter une période probatoire de 3 mois et demi. Durant ce stage qui va leur apprendre les bases du métier, les gendarmes sont mis dans des conditions éprouvantes physiquement et moralement, et leur volonté sera testée autant que les savoir-faire acquis.

Quand le stage probatoire est terminé, les gendarmes entament une période de formation de 7 mois pour devenir opérationnels. Cette formation leur enseigne le combat, la reconnaissance de sites, les sports de combat, le secourisme, les méthodes de progression discrètes, les base de la protection, de l'extraction de ressortissants à l'étranger etc. L'enseignement est finalisé par des exercices en situation réelle et des exercices de synthèse au cours duquel sont restituées les connaissances acquises. C'est seulement alors que les nouveaux membres reçoivent le brevet de l'EPIGN.


Créée en 1971, sous l'appellation d'Escadron Parachutiste de Gendarmerie Mobile, cette unité devient l'Escadron Parachutiste d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (EPIGN) en 1984. Elle fait partie intégrante du Groupe de Sécurité et d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GSIGN).

L'Escadron Parachutiste d'Intervention de la Gendarmerie Nationale est une unité parachutiste spécialement formée pour l'engagement dans des opérations d'envergure dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme.

La capacité d'intervention de l'EPIGN est également utilisée à l'occasion de services de maintien de l'ordre et lors de recherches de personnes en milieu géographiquement difficile.

L'Escadron Parachutiste d'Intervention de la Gendarmerie Nationale compte actuellement 139 hommes, tous, bien sûr, brevetés parachutistes. L'EPIGN dispose d'un matériel très spécialisé pour répondre à tous types de mission...
L'effectif est sélectionné parmi des volontaires issus de toutes les unités de la gendarmerie.


Parachutistes émérites, spécialisés dans tous les types de combat, ils assurent une double mission.

La première est la « protection-sécurisation » en France comme à l'étranger.

La deuxième mission de l'EPIGN est assurée par le Groupe Observation-Renseignement (GOR) au profit des sections de recherches et des brigades de recherches départementales. L'EPIGN apporte aussi son concours au Groupe d'intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) lors d'opération d'envergure.


Il travaille également au recueil des preuves par observations et filatures et participe, aux côtés des gendarmes mobiles, au maintien de l'ordre des manifestations de très grande envergure.

En outre, hors du territoire national, il constitue un renfort de poids dans la protection des représentations diplomatiques françaises.

Enfin, il peut assurer la protection de hautes personnalités, notamment militaires, et, à ce titre, constitue un fort soutien du Groupe de sécurité et de soutien de la présidence de la république (GSPR).
Les personnels de l'EPIGN se sont illustrés au Moyen-Orient, en Afrique, en Amérique du Sud. Dans 30 pays au total, l'EPIGN est intervenu à chaque fois que la défense et la protection des intérêts et des ressortissants français était menacée.



FORMATION :


Les militaires de l'EPIGN, reçoivent une formation polyvalent.

- Alpinisme (formation assurée par le Peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix);
- Parachutisme;
- Plongée;
- Secourisme;
- Tir de précision;
- neutralisation d'explosif;
- Sécurité rapprochée;
- Combat au corps à corps.


Ils peuvent ainsi former une équipe parfaitement adaptée aux différentes missions qui se présentent à eux (prise d'assaut d'une centrale pénitentiaire, transfèrement de détenus dangereux, protection rapprochée d'un ambassadeur).

Les femmes de l'EPIGN


A l'EPIGN, le Groupe d'observation-recherche (GOR) réunit des spécialistes de la filature. Pour certaines missions, le concours de personnels féminins des unités territoriales était sollicité. Depuis le 10 décembre, deux d'entre elles ont définitivement rejoint le groupe. A la fois une première et une nécessité.


FEMMES CAMÉLÉONS

Il est stationné au 19, » M. arrête son véhicule à un endroit où elle peut observer "la cible". L'attente, « elle peut être longue, le Gor, c'est un métier de patience » . Au bout d'une dizaine de minutes, la buée se forme sur le pare-brise. M. entrouvre une vitre, sans quitter l'objectif des yeux. L'homme est entré dans un bâtiment. M. était encore en brigade il y a quelques mois à peine. Elle croise le chemin du Gor un peu par hasard. « Ils avaient besoin d'une femme pour monter une opération judiciaire, c'était l'occasion de travailler avec eux, d'aborder une facette de la gendarmerie que je ne connaissais pas. » Conquise, cette expérience la décide à préparer les tests d'entrée de l'Escadron Parachutiste et d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (EPIGN).

"La cible" sort, s'engage dans une rue. M. retransmet tous ses faits et gestes par radio. Plusieurs équipes quadrillent le secteur. Parmi la dizaine de gendarmes engagés, une autre femme, N. Elle aussi est issue d'une brigade.
« L'investigation, c'est un peu une vocation. » Comme pour M., c'est une opération menée aux côtés de l'EPIGN qui la lui révélera. "La cible" n'est plus dans le champ de vision de M. En une fraction de seconde, elle modifie sa tenue. « Nous devons nous fondre dans la masse, être de véritables caméléons » M. et N., affectées à l'EPIGN, évoluent exclusivement pour le compte du GOR.
Leurs principales missions sont la surveillance, la filature, et le concours technique (installation par exemple de matériels de vidéo et de transmission d'images).


En intégrant le Gor, elles sont devenues les premières sous-officiers de l'Epign. Une incorporation qui s'est très bien passée. Ici, elles sont les égales des hommes et ne bénéficient d'aucun traitement de faveur. Le 10 décembre 2004, elles ont reçu le brevet de l'Epign. Deux pionnières qui ont « hâte que d'autres les rejoignent » .

Pour pouvoir se présenter aux tests de sélection, il faut être reconnu apte médicalement. Ces tests qui reproduisent des conditions de travail sur le terrain, se déroulent sur une semaine et ont lieu en même temps que les candidats masculins.

En cas de succès, un stage probatoire de 3 mois et demi constituera la dernière phase de la sélection. C'est au cours de ce stage que les femmes acquerront leur formation initiale pour servir au GOR.


Un instructeur au sein de l'EPIGN. qui a suivi M. et N. des tests de sélection à leur formation. « Les tests sont les mêmes que pour les hommes. Sur le terrain, elles sont confrontées aux mêmes missions qu'eux. » l'instructeur reconnaît avoir été surpris par ces femmes qui « avaient la volonté d'aller jusqu'au bout, qui n'ont pas baissé les bras malgré la difficulté. »


EQUIPEMENT :



L'arsenal de l'EPIGN est constitué des meilleures armes sur le marché. L'unité est équipée de la série de Pistolets mitrailleur HK MP-5.

Les pistolets comprennent :

· le revolver de 357 de Matra-Manurhin MR-73.

· le revolver S&W 38 Chief.

· de Glock 19 et 26 semi-automatique.


Les fusils de chasse utilisés incluent

· le Remington modifié 870 équipé des lunettes de vision nocturne, de visées laser.

· Benelli.

· Baretta en calibre 12.


Les fusils d'assaut incluent

· le fusil de FAMAS équipé de la diverse vision de nuit et du laser marquant des dispositifs.


Les fusils de tireur d'élite comprennent :

· le commando de 7.62mm PGM.

· le barret L8-À1.

· les fusils de 50cal de PGM Hecate.


L'appui lourd d'armes comprend les 5.56mm belges Minimi (USA M-29), et le Hk-69 lanceur de grenade de 40 millimètres.
Revenir en haut Aller en bas
LIO21121
Invité
Anonymous



Des paras pas comme les autres Empty
MessageSujet: Re: Des paras pas comme les autres   Des paras pas comme les autres Icon_minitime2007-09-04, 23:19

Comme tous à chacun, j'avais entendu parler.....cette fois-ci à la lecture de cet exposé, cela devient plus clair....
Il me semble, que nous devenons de plus en plus " pointus " dans le choix des sujets et la rédaction de nos posts respectifs.

Nous allons faire de l'ombre......à des grands arbres.....bof, il est tard et je n'ai pû m'en empêcher, trop facile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Des paras pas comme les autres Empty
MessageSujet: Re: Des paras pas comme les autres   Des paras pas comme les autres Icon_minitime2007-09-05, 08:29

Tres belle Unitée , avec le GIGN le fer de lance de la GENDARMERIE !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Des paras pas comme les autres Empty
MessageSujet: Re: Des paras pas comme les autres   Des paras pas comme les autres Icon_minitime2007-09-05, 10:11

Super ce post sud l'EPIGN CA

duquel on peut constater que les femmes intégrent bien l'armée française
mais, où sont-ils basé ces super gendarmes?
le GIGN est basé à Satory,je crois ancienne base aérienne d la région parisienne!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Des paras pas comme les autres Empty
MessageSujet: Re: Des paras pas comme les autres   Des paras pas comme les autres Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Des paras pas comme les autres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un été comme les autres ?
» un prénom pas comme les autres
» une conne pas comme les autres
» Des français pas comme les autres....................................
» Un para comme les autres (aïe)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les Régiments (Terre/Air/Marine)-
Sauter vers: