Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-33%
Le deal à ne pas rater :
Echo Dot (3ème génération) – Enceinte connectée avec Alexa
39.99 € 59.99 €
Voir le deal

 

 Le futur parachute de demain

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Le futur parachute de demain Empty
MessageSujet: Le futur parachute de demain   Le futur parachute de demain Icon_minitimeMer 8 Avr 2009 - 13:52

L'EPC sera le futur parachute des TAP 2009
Le futur parachute de demain Epc11

Année cruciale pour le para de demain.
A la fin de la deuxième guerre mondiale, en 1945, les régiments paras français comportent trois unités qui utilisent quelques parachutes anglais de type X sans ventral, mais surtout des parachutes américains T-5. Le T-7 US équipé d'une boucle à dégrafage rapide apparaît en 1948. 1950 voit arriver les premiers parachutes de conception française, l'Aerazur ARZ 672 (peu utilisé) et IHA 675 qui va donner naissance au célèbre TAP 660 en 1952.Au début, ces parachutes sont à "voilure d'abord" pour être modifiés ensuite par l'adjonction d'un sac "suspentes d'abord" ; vitesse de largage du Noratlas oblige. La famille des TAP 660 (664, 665, 661-12) restera en service jusqu'au début des années 80 où apparaît l'EPI, l'Ensemble de Parachutage Individuel du combattant. Il est composé d'un parachute dorsal TAP 696/26 d'une surface de 74 m2 et d'un parachute ventral TAP 511 d'une surface de 54 m2 La voilure est normalement neutre mais quand elle est sollicitée par l'intermédiaire des poignées sur les élévateurs, elle peut acquérir une vitesse horizontale de 2 à 3 m/sec. A cet ensemble, s'assujettit une gaine, de type EL 32 ou 22, permettant au parachutiste d'emporter son paquetage opérationnel. D'un poids de 20 kg, l'EPI (ventral et dorsal) supporte une masse totale équipée de 130 kg. Une gaine amovible a été prévue pour protéger le matériel emporté lors du saut. La vitesse de descente du parachutiste équipé de ce parachute est de l'ordre de 5 à 6 mètres/seconde. Cette vitesse varie en fonction de la vitesse du vent au moment du largage. L'altitude de largage habituelle est de 400 m/sol. Le parachute dorsal est conçu avec une "fente", c'est à dire qu'un fuseau est vide. Cela permet une manoeuvrabilité réduite du parachute, pour que le parachutiste puisse mieux s'orienter par rapport à la direction du vent et qu'il puisse se réceptionner au sol dans de meilleures conditions.
Un nouveau défi pour les paras
Dès 1991, l'Etat Major de l'Armée de Terre, étudie un nouveau système de mise à terre (SMAT) pour les régiments parachutistes. En 1997, professionnalisation oblige, l'EMAT modifie son projet en l'adaptant au nouveau format des TAP, en lui fixant un taux d'utilisation de 170.000 sauts par an et en l'intégrant dans la mise en place d'une unité de maintenance automatisée des parachutes à la 11eme BSMAT de Montauban. Ce nouveau système est alors baptisé Ensemble de Parachutage du Combattant (EPC). Il est composé d'un parachute dorsal et ventral et d'une gaine d'emport de charge. C'est la firme Aerazur qui remporte le contrat d'études et de fabrication des tous premiers équipements, une vingtaine d'éléments. Les essais techniques se terminent en 2006 et l'évaluation technico-opérationnelle (EVTO) menée à Toulouse par l'ADJ Vigier et le S/CH Dieule se déroule en 2007.
Début 2008, l'ETAP entame sa première information-école sur l'EPC. Aujourd'hui, l'école se prépare à accueillir l'expérimentation technico-opérationnelle (EXTO) en décembre de cette année. Selon le Chef de Bataillon Murat, chargé des études à l'ETAP, "La difficulté principale réside dans la coordination des actions de formation mixtes EPI-EPC avec la remise à niveau des cadres et paras des unités et l'arrivée au compte-gouttes des parachutes à partir de janvier 2011" En effet, le matériel d'instruction, les travaux d'infrastructure et les EPC seront livrés en neuf tranches de 150 éléments, du 2eme semestre 2009 au 1er semestre 2016, pour un total, pour l'armée de terre, de 13.500 parachutes dorsaux, 6.750 parachutes ventraux de secours et 10.125 gaines EL-110. L'instruction des cadres et des futurs brevetés ne pourra débuter qu'avec la livraison des premiers EPC opérationnels de la 2eme tranche (T2) en janvier 2011, après contrôle et pliage par la 11eme BSMAT.
Il y aura donc une formation mixte EPI-EPC qui durera jusqu'au 1er semestre 2015 marquant le retrait complet des EPI. Selon le Chef de Bataillon Murat: "La formation au Brevet de Parachutiste Militaire [BPM) mixte EPI-EPC se déroulera sur deux semaines. Chacune d'elle comportera une phase "sol" et une phase "val" sur chacun des deux matériels utilisés. La phase "vol" de l'extension EPC comportera trois sauts: un saut de jour non équipé, un saut de jour en gaine, un saut de jour non équipé avec ouverture du ventral [si accord de la DGA) ou saut de nuit équipé".
Il faut dire que le programme a pris une dizaine de mois de retard suite à la remise en cause par une société allemande de l'appel d'offres concernant la fabrication de l'EPC. L'échéancier de formation à la fois des moniteurs et des élèves sera donc difficile à tenir.
L'année 2009 sera cruciale pour préparer l'arrivée de l'EPC dans de bonnes conditions.
"Seule une organisation méthodique et une exploitation optimale du temps et de ses compétences permettront à l'ETAP de relever ce défi majeur pour l'ensemble des TAP". souligne le Chef de bataillon Murat.
Encore un nouveau défi à relever pour l'ETAP et tous les paras!
Fiche technique de l'EPC
L'EPC se compose de trois éléments:
Un parachute dorsal, d'une forme très originale, TAP EPC PP, de 115 m', d'un poids de 15 kg autorisant une masse totale équipée (MTE) de 165 kg et verrouillé par un système "quick ejector" ;
Un parachute ventral, TAP EPC VS, de 60 m' et d'un poids de 7 kg ;
Une gaine individuelle, EL-110, sur le même principe que l'EL-56 et permettant l'emport d'un sac d'un volume de 80 litres et d'un poids de 50 kg maximum.
L'EPC, orientable pour un poser dans le sens de la dérive, permettra d'effectuer des sauts d'entraînement jusqu'à 9 m/s de vent au sol. La hauteur de largage avec ce parachute pourra également être abaissée à 125 m en opération et à 200 mètres à l'entraînement de jour comme de nuit. Il aura l'avantage d'être orienté pour permettre un roulé-boulé avant, tout en contrant jusqu'à 3m/s de vent et la capacité de se poser à une vitesse inférieure à 6m/s gaine délestée, le tout pour une masse de 23 kg et une compatibilité avec le système FELIN.
Le futur parachute de demain Epc111

Source DLP n°208
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Le futur parachute de demain Empty
MessageSujet: Re: Le futur parachute de demain   Le futur parachute de demain Icon_minitimeMer 8 Avr 2009 - 13:58

Merci Guy,

Il a l'air super
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Le futur parachute de demain Empty
MessageSujet: Re: Le futur parachute de demain   Le futur parachute de demain Icon_minitimeMer 8 Avr 2009 - 15:12

Merci GUY Le futur parachute de demain 926774
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Le futur parachute de demain Empty
MessageSujet: Re: Le futur parachute de demain   Le futur parachute de demain Icon_minitimeJeu 9 Avr 2009 - 11:12

Bonjour,
Merci Guy!! Le futur parachute de demain 926774
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le futur parachute de demain Empty
MessageSujet: Re: Le futur parachute de demain   Le futur parachute de demain Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le futur parachute de demain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LES MATERIELS ET LES MOYENS :: L'armement :: Divers-
Sauter vers: