Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-30%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – VIEWSONIC VX3218 – 32″ FHD
189 € 269 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Sexy Cosplay Doll : Tome 8 Collector de Sexy Cosplay Doll avec artbook
10.80 €
Voir le deal

 

 Analyse

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Analyse Empty
MessageSujet: Analyse   Analyse Icon_minitime2008-09-29, 21:02

Une guerre lointaine qualifiée de "sale guerre"!

""La guerre est restée longtemps peu visible dans la société métropolitaine. Par l’effet de plusieurs facteurs conjugués, dont certains rejoueront aussi pendant la guerre d’Algérie, et tout d’abord le black out établi par la classe politique française, communistes et gauche intellectuelle, chrétienne ou socialiste exceptés, la mésinformation et la désinformation largement entretenues d’en haut par la propagande officielle. Guerre non déclarée, guerre non-dite, « guerre morte », pourra-t-on écrire : pas plus que des crises de la colonisation, le simple citoyen ne doit guère s’apercevoir de celles de la décolonisation…A partir de 1948 s’amorce un changement et avec lui la lente - et conflictuelle à l’extrême - décolonisation de la société française. Le Monde du 17 janvier 1948 titre sur la « sale guerre », tâche indélébile qui va hypothéquer l’effort de guerre français. C’est en effet en Indochine que la torture, les exécutions sommaires, les massacres collectifs et leur occultation ont été inaugurés bien avant l’Algérie comme pratique courante des guerres de décolonisation : au début de 1948 une série d’articles retentissants de Paul Mus les dénonce dans « Témoignage Chrétien ». S’y ajoutent les « affaires », depuis les fuites de secrets stratégiques (du fameux rapport, si pessimiste, du général Revers, par exemple) au trafic des piastres révélé fin 1952. Pourtant, entre le tiers et le quart des personnes sondées par l’IFOP sont encore « sans opinion » à cette date. Car la guerre froide pèse sur l’interprétation du conflit qui en devient foncièrement partie intégrante, comme le note dans le « Journal du septennat » de Vincent Auriol*.

Par contre a joué dans l’autre sens la solidarité internationaliste avec la résistance vietnamienne sous l’impulsion de l’engagement actif du PCF en faveur du Vietnam, bien différent de ses futurs choix face à la Guerre d’Algérie. Certes sa participation aux gouvernements du Tripartisme l’incite au début à bien des contorsions dialectiques, mais il soutient prudemment les communistes vietnamiens dès septembre 1945 dans son influente presse et dans ses meetings, tout en cherchant à infléchir de l’intérieur la décision gouvernementale. A partir de janvier 1949 - l’on est au coeur de la guerre froide - il lance sa première grande campagne de masse contre la « sale guerre » et organise grâce au soutien de la CGT manifestations et grèves ouvrières sur les mot d’ordre « plus un homme, plus un sou », « rapatriement du corps expéditionnaire », « paix au Vietnam ». Cette campagne a eu un réel écho dans la classe ouvrière qui s’explique notamment parce qu’elle ouvre une perspective de rechange au combat ouvrier après la grave défaite des grandes « grèves rouges » de 1947-1948. Elle culmine en 1949 et au début de 1950 avec les multiples refus des dockers des ports français et algériens, à l’exception de Cherbourg, de charger et décharger les navires et des cheminots de transporter le matériel de guerre par chemin de fer. Cette mobilisation ouvrière n’est certes pas unanime et se limite à la partie, fort importante cependant, du monde du travail qu’influencent le PCF et la CGT, mais son écho populaire explique, la répression aidant, que l’affaire Henri Martin* ait pu donner un second souffle à un véritable mouvement de masse : résistant courageux, c’est en patriote exigeant que le jeune marin qui a distribué des tracts contre la guerre dans le port militaire de Toulon est présenté dans la puissante campagne qui exige sa libération après sa condamnation à cinq ans de prison et que rejoignent de très nombreux universitaires, scientifiques et écrivains de gauche ainsi qu’un grand nombre de militants chrétiens. De multiples initiatives, nombre de comités d’études et d’action, Les Temps Modernes, Esprit y participent, avec Sartre, Picasso, Paul Mus, Eluard, Prévert, Gérard Philippe, Aragon et bien d’autres : ainsi se reforme une sorte de « parti intellectuel », suffisamment influent pour ébranler la SFIO, les Radicaux, le MRP et même les gaullistes, que l’on retrouvera dans la solidarité avec les Algériens quelques années après. Entre temps, les milieux d’affaires ont eux aussi fait l’apprentissage de la décolonisation : les actifs des sociétés en Indochine seraient passés de 320 millions de francs en 1945 à 90 en 1954. Après 1950, le grand capitalisme indochinois entreprend la reconversion de ses activités vers l’Afrique. Ainsi peut s’opérer en métropole, dès 1953, l’acceptation sociale de l’abandon – qui ne sera jamais total sur le plan économique, culturel et diplomatique – de l’Indochine française.

Dernière différence, considérable, avec l’Algérie : le CEFEO a été une armée de métier, il n’a comporté que des engagés et des militaires de carrière (165 000 hommes en 1952), dont 60% fournis par l’outre-mer auxquels se sont ajoutés 55 000 légionnaires. Le chiffre officiel des soldats et officiers français tués dans les « rues sans joie » des deltas et de montagnes de l’Indochine (20 000) est proche de celui du conflit algérien (mais il n’a pas été comptabilisé de la même manière), comme le sera le résultat final des deux guerres.

"
"
europe-solidaire.org

Dire qu'il y a des rues qui portent le non d'Henri Martin, un scandale républicain.
Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Analyse Empty
MessageSujet: Re: Analyse   Analyse Icon_minitime2008-09-29, 21:09

Merci Severlow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Analyse Empty
MessageSujet: Re: Analyse   Analyse Icon_minitime2008-09-30, 08:34

Merci !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Analyse Empty
MessageSujet: Re: Analyse   Analyse Icon_minitime2008-09-30, 11:34

Merci Severlow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Analyse Empty
MessageSujet: Re: Analyse   Analyse Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Indochine-
Sauter vers: