Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Le Tome 41 de Berserk sort dans une semaine : faut-il craindre une ...
Voir le deal

 

 La bataille de la Somme

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



La bataille de la Somme Empty
MessageSujet: La bataille de la Somme   La bataille de la Somme Icon_minitime2008-09-27, 11:19

La bataille de la Somme fut l’une des principales confrontations de la Première Guerre mondiale. Les forces britanniques et françaises tentèrent de percer à travers les lignes allemandes fortifiées sur une ligne nord-sud de 45 km proche de la Somme, au nord de la France, dans un triangle entre les villes d'Albert du côté britannique, Péronne et Bapaume.
La première journée de cette bataille, le 1erjuillet 1916, détient le triste record de la journée la plus sanglante pour l'armée britannique, avec 57 470 victimes dont 19 240 morts.
La bataille de la Somme 300px-German_trench_Delville_Wood_September_1916
La bataille de la Somme 250px-Gordon_Highlanders_Mametz_1_July_1916
Troupes anglaises du 2nd Battalion (Gordon Highlanders, 20th Brigade, British 7th Division) traversant le No man's land, près de Mametz le 1er juillet 1916, au début de la bataille de la Somme.

La bataille de la Somme 250px-Road_to_Pozieres_August_1916_%28AWM_EZ0084%29
Route de Pozières, août 1916



Les Allemands occupent presque partout des hauteurs. Leur front se compose :

  • d'une forte première position, avec des tranchées de première ligne, d'appui et de réserve, ainsi qu'un labyrinthe d'abris profonds comportant d'ailleurs tout le confort moderne ;
  • d'une deuxième ligne intermédiaire, moins forte, protégeant des batteries de campagne ;
  • enfin, un peu en arrière, d'une deuxième position presque aussi forte que la première.

À l'arrière, se trouvent des bois et des villages « fortifiés » reliés par des boyaux, de façon à former une troisième et même une quatrième ligne de défense, le tout largement bétonné et bénéficiant des qualités de la roche crayeuse qui se coupait facilement et durcissait en séchant.
Transformation de l’arrière

L'arrière avait été transformé en un gigantesque entrepôt avec ce qui se faisait de mieux pour les routes, le ferroviaire et l'aviation. L'artillerie, y compris des monstres sur voie ferrée de 380 et 400 mm, atteignait des sommets de puissance destructrice.


Ordre de bataille



Alliés


Les Français :
- La VIe armée (Fayolle) avec 3 corps d'armées (1er, 20e et 35e CA) ;
- La Xe armée (Micheler) avec 5 corps d'armées.
Elles totalisent 14 divisions en ligne, 4 de réserve et 4 de cavalerie sur un front de 15 kilomètres. L'artillerie aligne 696 pièces de campagne, 732 pièces lourdes, 122 pièces A.L.G.P. (Artillerie Lourde à Grande Puissance) et 1100 mortiers de tranchée (avec un approvisionnement de 6 millions d'obus de 75, 2 millions de coup pour la lourde et 400 000 pour l'artillerie de tranchée).
Les Britanniques :
Le groupe d'armées Haig qui comprend :
- La IVe armée (Rawlinson) avec 5 corps (8e, 10e, 3e, 15e et 13e CA) ;
- La IIIe armée (Allenby) avec 1 corps d'armée (le 7e) ;
- L'armée de Réserve (Gough).
Soit un effectif de 26 divisions en ligne et 3 de cavalerie sur un front de 25 kilomètres, avec l'appui de 868 pièces de campagnes et 467 pièces lourdes (respectivement approvisionnées à 2 600 000 et 1 163 000 coups).

Allemand


La IIe armée (Fritz von Below) avec trois groupements (von Stein, von Gosler et von Quast) soit 8 divisions en ligne et 13 de réserve. Ils disposent de 454 canons de campagne et 390 lourds, ce qui représente à peine le tiers de la puissance de feu des alliés, ainsi que de 129 appareils face aux 300 Franco-Britanniques.

Préparation d'artillerie


La préparation d'artillerie, initialement prévue pour 5 jours, débute le 24 juin par des tirs de réglage et de destruction. Elle s'intensifie à partir du 26 par un bombardement général et continu des lignes allemandes. Le 28, l'offensive est reportée de 48 heures à cause du mauvais temps. En une semaine, l'artillerie Britannique tire 1 732 873 coups.


Les premiers jours


La bataille de la Somme 200px-Cheshire_Regiment_trench_Somme_1916
Un soldat britannique à Ovillers-la-Boisselle, juillet 1916.
Le 1er Juillet au matin, c'est par un temps beau et clair que commence le bombardement final des alliés. A partir de 6 h 25, les tirs d'artillerie atteignent une cadence de 3500 coups par minute produisant un bruit si intense qu'il est perçu jusqu'en Angleterre.

À 7h30, au coup de sifflet, l'infanterie Britannique franchit les parapets baïonnette au canon et part à l'assaut des tranchées adverses. Les hommes sont lourdement chargés avec plus de 30 kg d'équipement.
Les Allemands les accueillent avec des tirs de mitrailleuses qui les fauchent en masse. Les officiers sont facilement repérables et sont particulièrement visés. On estime à 30.000 le nombre des victimes (tués + blessés) dans les 6 premières minutes de la bataille . En fait, ce 1er juillet 1916 est le jour le plus meurtrier de la première guerre mondiale et celui de toute l'histoire militaire britannique. Les Allemands sont stupéfaits de voir les soldats britanniques venir au pas. En fait, le commandement anglais craignait que les troupes perdent le contact en courant et en se dispersant. Persuadé que les défenses allemandes avaient été anéanties par les bombardements, ils ont exigé que les hommes avancent au pas. À midi, l’état-major britannique annule cet ordre, et retient les vagues d’assaut suivantes. Il y a eu, dans la première journée, 60 000 morts, blessés ou disparus anglais sur 100.000 engagés !
Lorsque les Britanniques parviennent aux tranchées allemandes, ils sont trop peu nombreux pour résister à une contre-attaque. Certaines unités comme celle, canadienne, de Terre-Neuve sont éliminées à 91 %.
Le 3 juillet, ils consolident leurs positions en s'emparant des bois de Mametz, au sud de Contalmaison : c'est là que plus de 1 000 prisonniers sont cueillis dans un seul fourré.

Bilan français


En dix jours, la 6e armée française, sur un front de près de vingt kilomètres, avait progressé sur une profondeur qui atteignait en certains points dix kilomètres. Elle était entièrement maîtresse du plateau de Flaucourt qui lui avait été assigné comme objectif et qui constituait la principale défense de Péronne. Elle avait fait 12 000 prisonniers, presque sans pertes, pris 85 canons, 26 minenwerfer, 100 mitrailleuses, un matériel considérable. C'était le plus beau succès obtenu depuis la bataille de la Marne.

Transfert des divisions allemandes [m


Trente-cinq divisions sont retirées du secteur de Verdun pour renforcer le front devant Bapaume.

Du 20 juillet à la fin d’août

La bataille de la Somme 300px-PERONNE_-_Camp_retranch%C3%A9_cote_allemand_
Un détail du camp retranché allemand de Péronne.
On y distingue un réseau de voies du chemin de fer de campagne, l'équivalent allemand du système Péchot français, un cimetière...



La dernière semaine de juillet est d'une chaleur lourde et poussiéreuse.
Au cours de cette semaine, l'armée Gough, réserve britannique, prend pied dans la forte position de Pozières et reprend aux Allemands, une deuxième fois, le bois Delville et Longueval. Elle échoue, par contre, au cours de combats féroces qui durent pendant plus d'une semaine, sur Guillemont.

De septembre à la mi-novembre


La pluie commence à tomber, rendant le champ de bataille boueux.
Le 3 septembre, dès les premières heures de l'attaque, Guillemont est pris.
Le 4, au sud, la Xe armée enlève toute la première position entre Deniécourt et Vermandovillers. Soyécourt et Chilly sont pris, avec 2 700 prisonniers ; Chaulnes était directement menacé par Lihons.
Le 6, la 1re Armée française s'empare d'une grande partie de Berny-en-Santerre.

Les chars

La bataille de la Somme 300px-British_Mark_I_male_tank_Somme_25_September_1916 Char britannique Mark I.



Le 15 septembre apparaissent les premiers chars d'assaut qui aident à prendre Courcelette, Martinpuich, le bois des Fourcaux, le village de Flers avec 4 000 prisonniers.
Le 17, la Ire Armée prend Vermandovillers et Berny.
Le 26 enfin, journée glorieuse : les deux alliés prennent ensemble Combles, la « clef » entre Bapaume et Péronne. D'autre part, tout à fait au nord, les britanniques enlèvent Thiepval après l'utilisation de mines. L'offensive cesse.

Conséquences


Malgré les très faibles gains territoriaux, les Allemands furent très impressionnés par le bombardement de préparation des alliés. C’est à la suite de la bataille de la Somme que le Haut-commandement allemand décida la guerre sous-marine à outrance, ce qui provoqua l’entrée en guerre des États-Unis (naufrage du Lusitania) et le basculement des rapports de force.
Le 24 février 1917 l'armée allemande fait une retraite stratégique en détruisant tout derrière elle pour raccourcir sa ligne de défense sur la ligne Hindenburg.

Bilan


En 5 mois, les alliés ont progressé de 12 kilomètres au nord de la Somme entre Maricourt et Sailly-Saillisel et 8 kilomètres au sud. La percée tant attendue par laquelle Joffre espérait revenir à une guerre de mouvement s'est transformée une fois de plus en une bataille d'usure, comme à Verdun. Aucun des deux objectifs principaux que sont Bapaume et Péronne ne sont atteints.
Les Britanniques ont fait 31 076 prisonniers, pris 102 canons de campagne, 29 canons lourds, 111 mortiers et 453 mitrailleuses. Les Français ont fait prisonniers 41 605 Allemands (dont 809 officiers) et se sont emparés de 71 pièces de campagnes, 101 pièces lourdes, 104 mortiers et 535 mitrailleuses.
Pour de tels résultats, les pertes admises sont de 419 654 hommes hors de combats pour les Britanniques (dont 127 751 morts et 78 531 disparus) et 202 567 pour les Français (39 187 morts et 27 501 disparus). Ainsi, pour des résultats similaires, la tactique des Français s'est avérée plus payante que celle des Britanniques dont les hommes de l'armée Kitchener
manquaient encore cruellement d'expérience. Les Allemands ont quant à eux perdu au moins 437 322 hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La bataille de la Somme Empty
MessageSujet: Re: La bataille de la Somme   La bataille de la Somme Icon_minitime2008-09-27, 11:34

La bataille de la Somme Somme1

Un abri en seconde ligne


La bataille de la Somme Somme2

Le général Pertab Singh et des officiers de sa suite

La bataille de la Somme Somme3

Un blessé traverse le village


La bataille de la Somme Somme6

Signaux faits à l'artillerie pour qu'elle allonge son tir


La bataille de la Somme Somme7

L'infanterie part à l'assaut
La bataille de la Somme Somme8

Blessés revenant du combat


La bataille de la Somme Somme9

" Tommies " occupant des abris pris l'ennemi
La bataille de la Somme Somme10

La route interrompue de Péronne


La bataille de la Somme Somme11
Chemin de liaison entre les armées alliées



La bataille de la Somme S1
La bataille de la Somme S2


La bataille de la Somme S3


Ferme située entre la Grenouillère, Hem et Monacu

La bataille de la Somme Maison3

Les vainqueurs de la Maisonnette : Marsouins et sénégalais et leurs chefs

La bataille de la Somme Maison1
La bataille de la Somme Som2

Joffre......................Poincaré.....................George V......................Foch...................Haig


La bataille de la Somme Bou1

Le poste de commandement du colonel Messimy (vu de dos et tête nue )


Dernière édition par Sylvain le 2009-02-22, 14:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La bataille de la Somme Empty
MessageSujet: Bataille de la Somme   La bataille de la Somme Icon_minitime2008-09-27, 12:16

Merci obelix pour ce post riche etcomplet en photos!

Triste bataille, viendront ensuite d'autres batailles et d'autres morts!

Cette guerre (la Grande) aura débutée à cause de nos accords de coopération dans la défense avec d'autres pays! à l'origine, l'Allemagne ne voulait pas de cette guerre, mais comme elle était alliée de l'Autriche.......

La guerre de 1939/1945 aussi!

amitiés study
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



La bataille de la Somme Empty
MessageSujet: Re: La bataille de la Somme   La bataille de la Somme Icon_minitime2008-09-27, 21:56

Merci Obelix poue ces photos et ce récit sur la bataille de la somme.
C'est pour moi une découverte car je ne me suis pas trop interéssé à la guerre de 14/18
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La bataille de la Somme Empty
MessageSujet: Re: La bataille de la Somme   La bataille de la Somme Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La bataille de la Somme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Etats du Dominion et la Grande Guerre
» LE CANADA SE SOUVIENT DE LA BATAILLE DE LA SOMME
» 1e juillet 1916 début de la bataille de la Somme
» 1er juillet 1916 : Folle offensive sur la Somme .
» 1er juillet 1916 Folle offensive sur la Somme .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: 14 - 18-
Sauter vers: