Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Pack Smartphone Samsung Galaxy S22 6.1″ + Galaxy ...
Voir le deal
599 €

 

 En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 26143
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-27, 23:19

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs

En quittant le pays, les Européens ont laissé leurs morts.

Malgré le travail des associations, les nécropoles tombent en ruine.

Visite au cimetière Bologhine, à Alger.


En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 6a00d834529ffc69e2027880705e2b200d-800wi
Une tombe envahie par les ronces dans le cimetière Bologhine (anciennement Saint-Eugène), à Alger.

Accroché à la corniche, face à la mer, construit en terrasses sur une colline, au pied de la basilique Notre-Dame-d’Afrique, il est attaqué par la végétation, les éboulements, les inondations, les secousses telluriques, les intempéries.

Et le soir, quand la ville s’éteint, pas de répit, il se transforme en lieu de liberté, en bar à ciel ouvert, comme d’autres cimetières abandonnés par les Français en Algérie.

Les jeunes, qui veulent s’amuser et n’ont guère d’autres endroits tranquilles où aller, se faufilent par une brèche du mur d’enceinte, sur les hauteurs.

Ils allument un feu de camp au milieu des morts.

Au matin, les gardiens retrouvent des cadavres de bouteilles et des morceaux de bois calcinés.

18 hectares, 250 000 défunts

Créé en 1849, Bologhine est le plus grand cimetière de l’Algérie coloniale.

Avec une partie chrétienne et une partie juive, séparées par un mur en pierre et une petite porte en fer qui ne s’ouvre plus que rarement.

Un espace gigantesque, 18 hectares, 250 000 défunts.

C’est là que sont organisées les cérémonies du consulat français les 8-Mai et les 11-Novembre.

C’est là aussi que les présidents français en visite officielle viennent parfois déposer une gerbe, comme François Hollande en 2012.

Lorsque l’on franchit les grilles de l’entrée – commune aux parties chrétienne et juive – boulevard du Commandant-Abderrahmane-Mira, dans le bas de l’enceinte, tout est en ordre.

Poste de gardiens occupé, allées débroussaillées, sépultures entretenues, cyprès et eucalyptus taillés, statues toujours vaillantes, comme celle du zouave qui domine le carré militaire.

On se croirait presque au Père-Lachaise, la lumière de la Méditerranée en plus.

C’est quand on grimpe vers les hauteurs, sur des escaliers de plus en plus impraticables, que tout se décompose.

Surtout dans la partie juive, plus isolée et plus éloignée du poste des gardiens.

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 6a00d834529ffc69e2027880705e3b200d-800wi
La partie basse du cimetière Bologhine. Sur les hauteurs, on aperçoit le dôme de la basilique Notre-Dame-d’Afrique.

Visiter ce cimetière, c’est comme remonter l’histoire des Français en Algérie.

Ils sont presque tous là.

Les militaires morts pendant la conquête :

L’interprète Louis Debracevich, décédé quelques jours après le débarquement des troupes de Charles X à Sidi Ferruch, en juin 1830 ; le baron Alexis Bondurand, arrivé avec son épouse en décembre de cette même année – date à laquelle les femmes ont été autorisées dans les réceptions mondaines ; ou encore le général Joseph Vantini, dit « Yusuf », quadrilingue français-arabe-turc-espagnol, probable fils d’un grenadier de Napoléon Ier, enlevé dans sa jeunesse par un pirate barbaresque avant de s’échapper de Tunis et de participer à la conquête coloniale et à la prise de la smala d’Abd el-Kader, le père du nationalisme algérien.

Roger Hanin, inhumé en 2015

Il y a aussi les 79 infirmiers de l’hôpital du Dey morts pendant l’épidémie de choléra de 1849, les soldats tombés lors des deux conflits mondiaux, les victimes de la rue d’Isly mitraillées par l’armée française en mars 1962.

Sans oublier les « personnalités » de la colonie, le botaniste Gaetano Durando, le compositeur Edmond Nathan Yafil, figure de la musique arabo-andalouse, le journaliste Ismaÿl Urbain, qui inspira la politique « arabophile » de Napoléon III, et le militant communiste indépendantiste Fernand Iveton, seul Européen à avoir été guillotiné lors de la guerre d’Algérie, parce qu’il avait déposé une bombe, qui n’a jamais explosé.

Le dernier arrivé est l’acteur Roger Hanin, il y a sept ans.

Né Roger Paul Jacob Lévy, dans une famille juive de la Casbah, petit-fils de rabbin, il avait demandé à être enterré à Bologhine après sa mort, près de son père, Joseph, employé aux PTT.

Avant lui, au début des années 2000, une vieille dame juive, restée en Algérie après l’indépendance, avait elle aussi rejoint le cimetière.

En 1962, quand les pieds-noirs ont quitté la terre de leurs ancêtres, ils ont laissé leurs morts derrière eux.

On estimait, au moment de l’indépendance, à plus d’un millier le nombre de cimetières chrétiens et juifs.

Il n’y en aurait plus que 300 aujourd’hui.

Ils appartiennent aux communes algériennes, qui sont censées en assurer l’entretien et le gardiennage, mais ce sont les descendants qui doivent s’occuper de leurs sépultures.

Autant dire personne.

La plupart n’ont plus jamais remis les pieds en Algérie.


Laissés à l’abandon, les cimetières ont peu à peu disparu des paysages algériens, surtout dans les villages.

Décrépits, vandalisés, profanés, ou carrément rasés par des promoteurs immobiliers, comme à Aïn M’lila, dans le Constantinois.

« La première fois que je suis retourné en Algérie après l’indépendance, c’était en 1985, à l’occasion d’un voyage organisé par une association de pieds-noirs », raconte Alain Bourdon, fils d’un agent des automobiles Renault et d’une directrice d’école, dont les ancêtres, royalistes, avaient été déportés en Algérie en 1848.

Il raconte :

« Je suis allé à Bouira, un village de Kabylie, où je suis né, où presque toute ma famille est enterrée. Le cimetière n’était plus que désolation, beaucoup de tombes étaient ouvertes. A notre retour, on a décidé de fonder l’Association pour la Sauvegarde des Cimetières d’Algérie (ASCA) et de rénover tout ce qu’on pouvait. »"

Ce n’est qu’en 2005, près d’un demi-siècle après l’indépendance, que les autorités françaises se décident, elles, à faire quelque chose.

Jacques Chirac vient d’effectuer un voyage officiel triomphal de l’autre côté de la Méditerranée, où il a été accueilli par des foules en liesse dans les rues d’Alger.

Un plan d’entretien, de rénovation et de regroupement des cimetières est engagé avec les autorités algériennes.

Près de 5 millions d’euros sont dépensés et 200 cimetières – les plus petits – sont regroupés :

Les ossements sont placés dans des caisses, elles-mêmes réunies dans des sortes de « bunkers » installés dans des nécropoles plus grandes.

Mais le rapport « Bilan et perspectives sur les sépultures civiles françaises en Algérie », rédigé par le ministère des Affaires étrangères en 2015, constate que les rénovations sont parfois vaines, faute de surveillance.

Les tombes refermées après le regroupement du cimetière chrétien d’El Affroun, près de Blida, ont à nouveau « été profanées par des inconnus qui ont récupéré des tôles en zinc et des cercueils ».

Dans le carré militaire du cimetière de Mers el-Kébir, une ville côtière du golfe d’Oran, dédié aux marins morts lors des attaques britanniques de juillet 1940, où il avait été décidé de remplacer les croix – brisées – par des plots et de restaurer l’ossuaire et le caveau, il y a eu ensuite des destructions, du vandalisme et des vols.

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 6a00d834529ffc69e20282e1490696200b-800wi
Sépultures dans la partie juive du cimetière Bologhine.

A l’inverse, le cimetière de Souk Ahras, près d’Annaba, où est né saint Augustin, est systématiquement cité en exemple comme un modèle de conservation.

« Grâce notamment à un gardien particulièrement consciencieux, nommé par la mairie, qui pendant des décennies s’en est occupé avec soin et empêchait toute intrusion », raconte Marie Menar, installée en Algérie depuis 1970 et bénévole à l’association algérienne In Memoriam, qui aide les Français à entretenir leurs tombes.

Le plan d’action Chirac s’est arrêté en 2018.

Depuis, plus rien n’est fait.

Un « patrimoine commun »

« Les cimetières sont un patrimoine commun entre la France et l’Algérie, ils doivent être préservés au nom de la mémoire et de l’histoire, analyse Jean-Paul Durand, descendant du grand rabbin du Moyen Age Shimon ben Tsemah Duran, enterré à Bologhine, et fondateur de l’association des Amis des Cimetières de Saint-Eugène-Bologhine (ASCE).

C’est une course contre la montre.

La dernière fois que j’y suis retourné, il y a trois ans, j’ai constaté de nouvelles dégradations naturelles :

Bâtiments noircis, murs de soutènement fendus, intérieur du mausolée des Rabbanim fissuré… »

Le rapport de l’historien Benjamin Stora sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, rendu en janvier 2021 à Emmanuel Macron, préconise la mise en place d’une nouvelle politique de rénovation et d’entretien.

La commission « mémoire et vérité » installée dans la foulée planche sur les mesures à mettre en place.

Mais le rapport Stora a été accueilli froidement de l’autre côté de la Méditerranée, les relations entre les deux pays sont distantes, et rien ne peut se faire sans l’Algérie.

Et puis les pieds-noirs sont eux aussi en train de disparaître.

Les voyages organisés de l’autre côté de la Méditerranée se font de plus en plus rares, faute de participants ; les associations de souvenir et d’entretien des lieux de sépultures se mettent en sommeil.

Gérard Jouve, vice-président du Collectif pour la Sauvegarde des Cimetières d’Oranie (CSCO), fondé en 2004, regrette :

« Parmi les bénévoles, la relève n’est plus assurée. Nous sommes la dernière génération à être née en Algérie. »

La Toile est devenue le refuge de ceux qui ont des morts dans les nécropoles « françaises » d’Algérie.

Ils tentent de laisser sur internet les traces d’un monde en train de disparaître.

Le site du cimetière juif de Bologhine, barré d’un « SOS cimetière en danger » inscrit en rouge, a partiellement mis en ligne son registre de 1941, avec les noms, les dates des obsèques, les carrés d’inhumation.

Il propose d’honorer la mémoire des défunts, à l’anniversaire du décès.

La liste des enterrés du jour, durant toute la période coloniale, que ce soit en 1870 ou en 1962, renouvelée quotidiennement, s’affiche en « une » du cimetière virtuel.

Avec, parfois, le portrait du mort ou la photo de la tombe.

On peut y écouter la Rahamana, la prière pour le repos de l’âme de la communauté juive d’Alger.

Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad  Sad

Le Père-Lachaise de la Méditerranée

Au pied de la basilique Notre-Dame d'Afrique, sur les premiers contreforts du massif de la Bouzaréah, les cimetières européens de Saint-Eugène sont situés au Nord-Ouest d’Alger, sur la commune actuelle de Bologhine.

Sous un soleil radieux la majeure partie de l’année, planté de grands cyprès, face à la mer Méditerranée, le site est majestueux.

Véritable musée en plein air, le site de Saint-Eugène abrite de nombreuses œuvres architecturales et sculpturales du 17e au milieu du 20e siècle.

Tous les styles y sont représentés, du plus simple au plus sophistiqué, et il n’est pas rare de voir un caveau haussmannien côtoyer un mausolée à l’antique.

Second empire, néoclassique, art nouveau…

L’art funéraire de Saint-Eugène rivalise avec celui du Père-Lachaise à Paris.

De nombreuses personnalités sont inhumées dans les deux cimetières :

Peintres, musiciens, écrivains, militaires, historiens, éminents professeurs, grandes figures religieuses, comédiens.

Le dernier en date, dans le cimetière israélite, est l’acteur français Roger Hanin mort en février 2015 à Paris.

Chaque cimetière a sa propre entrée, mais actuellement l'accès se fait par le cimetière chrétien.

Une porte dans le mur mitoyen relie les deux.

Le cimetière chrétien est constitué d'une centaine de carrés dont un carré des Consuls d’avant la Conquête et un carré militaire.

Le cimetière israélite est constitué d’une soixantaine de carrés disposés en terrasses.

Il comprend entre autres un monument aux morts et le Mausolée des rabbins refondateurs de la communauté juive au 14e siècle.

Le caractère unique du site, l’ancienneté de ses sépultures et les nombreux personnages illustres qui y sont inhumés font des cimetières de Saint-Eugène le Père-Lachaise de la Méditerranée.

Un patrimoine en très grand danger

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . IMG_0100-558w
Cimetière Chrétien en 2019

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . E7a9d656-c60c-438b-9e1a-3297480c34fc-558w
Cimetière Israélite en 2018

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 367768  En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 367768  En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 367768  En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 367768

Alors Marcon le "Connard" , qu'en penses tu ????????.................. En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 595934

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 908920120 En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Cocoye10 En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06, GOMER et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Alexderome
Admin
Alexderome


Masculin
Nombre de messages : 5544
Age : 57
Emploi : A la recherche du temps perdu
Date d'inscription : 22/10/2010

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-27, 23:50

Voler des cercueils, même les roms qui pourtant n'ont aucun scrupules ne font ça. P...n !

___________________________________ ____________________________________

Ce que nous voulions nous ne le savions pas, et ce que nous savions nous ne le voulions pas.
Ernst von Salomon Les Réprouvés
« Je ne veux pas me faire ficher, estampiller, enregistrer, ni me faire classer puis déclasser ou numéroter. Ma vie m’appartient ». N°6 Le Prisonnier

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 26143
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-28, 00:04

Eh oui , mon Alex .

Ce qui prouve bien que les algériens sont une "Race de Bâtards".

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 908920120 En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Cocoye10 En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06, GOMER et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
GOMER
modérateur
GOMER


Masculin
Nombre de messages : 938
Age : 78
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 20/09/2021

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-28, 08:28

Ce grand trou de Q défoncé de maCon malgré ses études et aussi ignorant qu'un tas de grosse merde

Putain.... Pourquoi le FLN n'a pas fait un carton sur lui et son cortège lors de cette visite à Oran ?

Je hais ce type vous ne pouvez pas savoir à quel point !

Hollande n'était pas une "flèche" mais alors lui !!!

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Michel
Admin
Michel


Masculin
Nombre de messages : 3157
Age : 64
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 09/10/2021

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-28, 09:56

Merci beaucoup pour le sujet JP.


___________________________________ ____________________________________

   

                             En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU                    Vive la Bretagne                              En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU   

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
GOMER
modérateur
GOMER


Masculin
Nombre de messages : 938
Age : 78
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 20/09/2021

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-29, 08:27

Bonjour à tous,

J'ai un peu beaucoup méditer sur les propos de Commandoair40 suivant et ci-dessous:

Ce qui prouve bien que les algériens sont une "Race de Bâtards".



Certes, il est lamentable et regrettable de voir des cimetières dans un tel état, c'est tout simplement un irrespect total des morts.
Je n'ose même pas m'imaginer, même pas en rêve, un saccage identique dans nos cimetière en France.

Pour autant, je peux comprendre JP par son excès dans son propos et son état d'esprit qui ne peu en aucun cas être le même que le mien n'ayant pas vécu la même chose que lui, n'ayant pas le même vécu.

Mais, il y a juste une réflexion à faire sur son propos qui est la suivante: l'Armée d'Afrique et sa composition en général, les Harkis, bref tous ces Algériens Morts pour la France, sont-ils des "Bâtard" ?

Je ne prends en aucun cas la défense de ces vandales, mais il faut faire la part des choses dans le propos de JP qui, j'en suis sincèrement persuadé, a un peu oublier dans son propos toutes ces personnes qui ont cru dans la parole de la France.

Bien sûr, chacun s'exprime ici librement, la question n'est pas là, mais de réfléchir sur le sens que son propos peu avoir auprès du lecteur.
Mes propos sur maCon sont aussi par moment excessif, mais Lui, ne mérite pas d'avoir des égards pour service rendu à la France.

greenberet, 81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 26143
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-29, 15:34

Tu as raison mon René ,

Mais dans mon esprit , je ne met pas les anciens dans le paquet des Bâtards .

J'ai passé de trop bons moments avec des Anciens qui avaient combattu pour la France et d'autres .

J'ai encore de supers potes magrébins , mais ils sont de ma génération ou guère plus jeunes .

Cette nouvelle génération , qui n'a rien connu , est celle des Anti-Français , car bien éduqués par ceux du FLN .

Je mettrai en priorité les Algériens Nouveaux dans le clan des Bâtards .

Ayant bossé au Maghreb , seule l'Algérie m'a causée des problèmes .

Rarement en Tunisie ou au Maroc et encore moins au Moyen Orient .

Merci mon Ami de m'avoir fait cette remarque .

Mais j'en ai plein le  En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 301749  de cette race de Bâtards Nouveaux :  Clind'oeil

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 908920120 En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Cocoye10 En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

greenberet, 81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
GOMER
modérateur
GOMER


Masculin
Nombre de messages : 938
Age : 78
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 20/09/2021

En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime2022-08-30, 09:05

Bonjour J.P.

Je te remercie d'avoir préciser ta pensée dans ton propos, ainsi, il ne pourra pas y avoir d'amalgame dans l'état d'esprit entre l'ancienne génération et la nouvelle génération d'Algériens.

Je te précise pour ma part, que je partage entièrement ce distinguo dans ton propos, encore fallait-il le faire dont acte. Merci

Mais j'en ai plein le  En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 301749  de cette race de Bâtards Nouveaux :  En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . 3792915282


Plus 1

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Empty
MessageSujet: Re: En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .   En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs . Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
En Algérie, la mort lente des cimetières pieds-noirs .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES PIEDS NOIRS
» Sales pieds noirs ....................
» Le drame des pieds-noirs
» HOMMAGE D'UN ALGERIEN AUX PIEDS-NOIRS
» 60 ANS APRES, QUE RESTE T'IL DE L'HISTOIRE DES PIEDS-NOIRS ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Saviez vous ?????-
Sauter vers: