Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Pack Smartphone Samsung Galaxy S22 6.1″ + Galaxy Buds2 (Via ODR ...
599 €
Voir le deal

 

 REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Michel
Admin
Michel


Masculin
Nombre de messages : 3157
Age : 64
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 09/10/2021

REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise Empty
MessageSujet: REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise   REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise Icon_minitime2021-12-29, 13:39

94 élèves de l’École militaire interarmes, implantée à Guer (Morbihan), ont effectué au mois de décembre l’un des stages les plus redoutés de l’armée : celui du Centre d’entraînement en forêt équatoriale en Guyane. Nous les avons suivis pendant la première partie de leur formation.
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyNjM3YzFhODVlMTYzMmJkNjE0ZjhlNzYxMjQyYzI4ZDk?width=630&focuspoint=48%2C56&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=823c581a758960d03df4ca6ff5edf7bafa15da54af3092cd4d265043de02cd4e

Dans le hall de l’aéroport Felix Eboué de Cayenne (Guyane), la centaine d’élèves officiers de l’École Militaire Interarmes (EMIA) de Guer (Morbihan) ne passe pas inaperçue. Ils sont encore en tenue civile mais leur coupe de cheveux et leur énorme sac vert kaki les trahissent.
La première bouffée d’air non climatisée sur le parking est étouffante, remplie de vapeur d’eau. Il est 21 h mais il fait encore une trentaine de degrés, le taux d’humidité avoisine les 95 %. Premier choc. Les élèves ressemblent encore à de jeunes touristes, les blagues fusent, les yeux sont vifs, des sourires apparaissent sur certains visages. Cela ne va pas durer.
Dans la nuit noire, deux bus climatisés à 18 °C s’enfoncent dans ce que l’on devine être une jungle. Deux heures de trajet suffisent pour rejoindre le CEFE, le célèbre et redouté Centre d’entraînement en forêt équatoriale. À peine descendus du car, les stagiaires sont divisés en quatre sections et pris en charge par les instructeurs. Ici, ce sont les légionnaires du troisième régiment étranger d’infanterie basé à Kourou qui sont chargés de l’encadrement du stage. Les élèves de l’EMIA ne le savent pas, mais le stage a déjà commencé.
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyOWQzYmNhYTcyNTY5ZGNjMjljYjBiYzc5NzQ1MGJjMTc?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=e131b1f24faa356463da9592ffaf189a77b30d011960617b20c22a38cc83982e

Araignées, fourmis, scorpions…

« Nous nous étions préparés mentalement, reconnaissait quelques jours plus tard, le sous-lieutenant Maxime, mais la première nuit a été dure. La bascule dans l’inconfort a été soudaine. La chaleur, l’humidité, le décalage horaire, on n’a pas eu le temps de s’acclimater. »
Après une courte nuit, le temps est venu « pour un test physique. » Pompes, flexions, abdos, montées de cordes, course. Les exercices s’enchaînent pendant près de 4 heures. En guise de récupération, les légionnaires enseignent à faire des nœuds et donnent des conseils pour la vie en forêt. « On ne dort jamais par terre, jamais ! » La forêt équatoriale regorge de petites bêtes en tout genre, araignées, fourmis, scorpions, serpents… « Rassurez-vous, il n’y a pas d’animaux mortels, que des animaux dangereux. »
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyZTI1M2NmZGJjYWZlMzQ4OGJkMzUxMDhlY2Y2ZmVmYjc?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=ba683446e2890cb19ac1b0e47faad8be8856fdc1762587d7ab0b055fb7065485

« Fatigue, inconfort et incertitudes »

À la mi-journée, les stagiaires embarquent dans de longues pirogues : direction la forêt. Ils ne reviendront plus au camp de base pendant 15 jours. « La particularité de ce stage, précise le capitaine Quentin, responsable de la conduite de l’instruction au CEFE, c’est de se trouver dans un environnement hostile. Les élèves vont effectuer des pistes d’obstacles qui vont entretenir leurs capacités opérationnelles. »

« Ils vont également apprendre à vivre, survivre, se déplacer et se repérer en forêt. Et puis, ils vont devoir découvrir leurs limites et les dépasser car ils sont placés constamment en situation de fatigue, d’inconfort et d’incertitudes. »
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyNWM2ZGZlNzM2YmQyMTZkNjc1OGMyZDJmMzNjZTYwODY?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=fe418e8af50062b3ea609c4d8a1006dd03b34815bdc053adeb88f4d937662690

Comment installer un bivouac, où se laver dans la rivière, combien de pas pour parcourir 100 m, comment chasser, pêcher. Les instructeurs légionnaires alternent entre enseignements pédagogiques et exercices physiques. Un stagiaire n’a pas son chapeau brousse sur la tête.

Ce sera cent pompes pour toute la section. « Dans la forêt, se justifie l’instructeur, des insectes sont porteurs de la leishmaniose, ils tombent des arbres. Sans protection, c’est dangereux. Je leur ai dit une fois. J’espère que là ils vont comprendre. »
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyMDA2YzYxNWU3YWMyNWMxNjY2NjNlYmJlZTE3YWYyZTA?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=2651dda1950d3d85d7c5e0aee5c1900e5c6bd990e7013aede6227104aac1ee17

« Rapido ! Rapido ! »

L’instructeur de la section 4 est un grand gaillard d’origine slovaque d’une quarantaine d’années. À chaque fois qu’il exige 500 flexions à ses stagiaires, il les fait avec eux. « Il impose le respect, témoigne discrètement le sous-lieutenant Maxime. On prend cher, il ne nous épargne pas, il est dur, très dur mais juste. »
Sous l’effet de la chaleur, de la déshydratation, un stagiaire vacille. « Allez ! Au garage, hurle l’instructeur à ses camarades. Une pièce de rechange et vous me le ramenez ! » Dans la légion, le vocabulaire est parfois spécial.
Le médecin est appelé mécano ou vétérinaire, une voiture, c’est une roulotte, la jungle c’est la selva, forêt en portugais. Petit cours de vocabulaire légionnaire : « Rapido ! Rapido ! Vous savez ce que ça veut dire rapido ? » « Oui, instructeur, ça signifie rapide. » « Non ! C’est plus rapide que rapide. » Car chaque déplacement se fait au pas de course, constamment.

Sur le dos des stagiaires, en permanence, un sac d’une quinzaine de kilos. Très vite, les frottements incessants se transforment en brûlures. Et dans la jungle humide, rien ne cicatrise. « On a mal partout, reconnaît le sous-lieutenant Fabien. Nos pieds sont mouillés du matin au soir, les brûlures, les crampes, la faim… »
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyZjUyZDZhMjkxYzNkN2VkYmYzZTc5ZGJiMmNmOGQ4OTQ?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=16c5db5693c256b499420806201e3bcc735778287859bb7b7845c40006c3d61c

Sous leurs airs de tortionnaires, les instructeurs sont en réalité attentifs et prudents. Ils scrutent en permanence l’état des troupes. Chaque exercice est pensé, adapté aux conditions très particulières. Les élèves doivent souffrir mais en toute sécurité. « Quand je les envoie se mouiller dans la rivière, ils peuvent penser que c’est une sanction mais en fait c’est pour eux, c’est pour refroidir le moteur. »

REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyYmQyNTVkZjA0ODc2Nzc3ZGNjMWNlNjIyYWYwYjY2YmU?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=1b297659e970a40221c87d8bdd03699e2fae0636ef5f920a8c5a7d014b7e22dd

Stage de survie de trois jours

Après une semaine d’efforts et d’apprentissage, les élèves de l’EMIA vont être placés en situation de survie. « Dans six mois, ils seront chefs de section, ils auront quarante militaires sous leurs ordres, explique le commandant Hugues, responsable des deuxièmes années à l’EMIA. Ils seront peut-être envoyés en Guyane pour lutter contre les orpailleurs. Ils doivent survivre si quelque chose se passe lors de la mission. »
Pour cette mise en situation, les stagiaires seront dépossédés de leur sac avec leur hamac et leurs affaires sèches. Ils n’auront que quelques machettes, des pastilles pour purifier l’eau et un fusil de calibre 12 pour chasser. Rien d’autre. Ils devront restituer ce qu’ils ont appris, construire leur abri, faire du feu sous la pluie.

Sur les 94 stagiaires du départ, dix seront arrêtés pour raisons médicales par le médecin. Mais tous sortiront grandis d’avoir affronté l’enfer vert.
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise MjAyMTEyYzEyNWY5MGFiYzNiMDQxOWZhMTBhMWRmOGY4MDIwYmM?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=7a9604988bcc86804287b79edbca9287ea5aaca0ff969ca1957643b2cf4f830a

Repères

L’EMIA
L’École militaire interarmes (EMIA) est l’une des écoles de l’Armée de terre française. Elle est chargée de former des officiers issus du recrutement interne. L’EMIA recrute ses élèves parmi les sous-officiers d’active et les militaires du rang sélectionnés par concours. Les élèves officiers suivent une formation de deux ans.
À l’issue de la première année, ils sont nommés au grade de sous-lieutenant, puis de lieutenant à la fin de la seconde année. Les lieutenants nouvellement promus complètent alors leur formation pendant une année supplémentaire dans l’école d’application de leur choix. Implantée sur le camp militaire de Coëtquidan à Guer (Morbihan), elle ne doit pas être confondue avec l’école Saint-Cyr, située sur le même camp, qui elle forme des civils à devenir officiers.
Les forces armées en Guyane
À 7 000 km de la métropole, 2 100 militaires des trois armées ainsi que 200 civils de la Défense composent les forces armées en Guyane (FAG). Elles sont déployées pour trois missions principales. L’opération Titan est le nom donné aux opérations de protection externe du Centre spatial de Kourou. Environ 50 militaires surveillent en permanence les abords de la base spatiale. Cet effectif atteint près de 350 militaires lors des phases de transfert ou de lancement (quatre à cinq jours par mois). Il peut atteindre, en cas de lancement sensible, jusqu’à 400 militaires.
Lancée officiellement par la France en 2008, l’opération Harpie vise à éradiquer l’orpaillage illégal en Guyane. Elle est menée conjointement par les forces de l’ordre (police aux frontières, gendarmerie) et les FAG. Enfin, l’opération Polpêche consiste à protéger la zone maritime française. Elle est centrée sur l’observation des activités de pêches et l’appréhension des navires, matériels et produits de la pêche illégale.
Des stagiaires encadrés
En plus des instructeurs légionnaires, les élèves officiers de l’EMIA étaient très encadrés lors de stage d’aguerrissement. Sur place, le commandant de brigade Hugues, responsable des deuxièmes années et le lieutenant-colonel Luisetti, le commandant de l’EMIA les ont accompagnés ainsi qu’un soutien sanitaire composé d’une médecin, d’un infirmier et d’une auxiliaire sanitaire. Deux militaires du bureau des sports de l’école militaire étaient également présents afin de mieux préparer les futures promotions à ce stage.

___________________________________ ____________________________________

   

                             REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU                    Vive la Bretagne                              REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise Images?q=tbn:ANd9GcTzfBYI2QXY82CM4knw1QjyejTTkF9ilE8FQb_ONmJj72K7k1I1&usqp=CAU   

81/06 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 26143
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise Empty
MessageSujet: Re: REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise   REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise Icon_minitime2021-12-29, 20:58

Encore une fois , mon Michel :  REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise 373769  REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise 373769

"La Sueur Épargne le Sang"

Ces anciens S/Offs , feront d'excellents Officiers .

Bien loin devant les autres , dont je tairai le nom .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise 908920120 REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise Cocoye10 REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

81/06 et Michel aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
 
REPORTAGE. Ces militaires bretons s’aguerrissent dans la jungle guyanaise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Na San, un bataille dans la jungle
» Centre d’Entraînement de la Guerre dans la Jungle .
»  Exclusif : ce qui se passe vraiment à Calais et dans la « jungle » Pu
» Conditions de vie de nos militaires engagés dans Vigipirate.
» Macron et les militaires, vigilance dans les rangs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: SOLDATS :: D'aujourd'hui (active et réserve)-
Sauter vers: