Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-35%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike Air Max 200 – Noir/Blanc
81 € 125 €
Voir le deal

 

 Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Athos79
modérateur
Athos79

Masculin
Nombre de messages : 1589
Age : 80
Emploi : Retraité -Fonction publique
Date d'inscription : 08/09/2019

Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Empty
MessageSujet: Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ?   Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 8:21

Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Unname14
============
Dans les années 80 j’avais comme arme de service un « Ruger-Manurhin » tout neuf. Son histoire est savoureuse : Il s’agit bien entendu d’un révolver (donc avec un barillet). A cette époque Manurhin avait déposé un brevet. Pour qui connait un peu les armes, il faut savoir que si on souhaite s’exercer au tir de précision il faut presser la détente (on ne dit pas « gâchette » qui est un terme impropre) lentement afin d’être « surpris » par le départ du coup. L’ennui c’est que la pression se fait sur des ressorts qui deviennent de plus en plus durs. Et on finit par s’énerver et appuyer trop vite sur la détente et il nous arrive ce qu’on appelle « un coup de doigt » et la cible est manquée.
Alors Manurhin a inventé un système de « poulie » dans le mécanisme qui remplaçait les ressorts et permettait une pression régulière sans coup de doigt.
L’ennui, toujours bien français, est que ces révolvers coutaient une blinde. Alors pour diminuer les couts Manurhin avait fait alliance avec la firme américaine Ruger. Cette entreprise fournissait la totalité du mécanisme (sans notre système à roulette qui fut abandonné) tandis que Manurhin fournissait le canon, une pièce usinée à froid. L’économie ainsi réalisée sur chaque révolver permettait de lui apporter une jolie patine noire brillante du plus bel effet. Car le manurhin d’origine, avec sa petite roulette (à l’intérieur hein on ne la voyait pas) coutait tellement cher qu’il était livré brut de décoffrage avec une teinte noire tellement rappeuse qu’on aurait pu y peler des patates avec.
Et puis un jour, on s’est aperçu que la police et la gendarmerie française avaient l’air fines avec leur 12 cartouches de dotation face à des attaques de fourgons blindées qui se transformaient en Fort Apache.
Alors exit le révolver et on nous a doté d’un pistolet le SIGG-SAUER (plus de barillet mais un chargeur) dont un certain nombre de pièces sont en plastique et qui contient un chargeur de 15 cartouches (plus 15 dans un autre chargeur de réserve). En plus cette arme est bardée de sécurités et peut être portée à la ceinture « armée » (ce qui était rigoureusement interdit avec les autres pistolets français genre Mac50 ou Unic) mais avec un gros plus : le percuteur (ou marteau – le chien c’est pour les révolvers) pouvait être rabattu et donc armé très rapidement en cas de besoin. 
Mais on vit dans un pays qui a horreur des armes. Tellement horreur qu’elles ont été interdites de partout. Donc aucun fabriquant d’arme ici ne pouvait tenir le coup. Alors maintenant on s’adresse à l’étranger car il n’y a pas que les masques, les respirateurs, la plupart des machines-outils et des voitures qu’on ne sait plus fabriquer en France (j’ai coutume de dire qu’en France à part le camembert…)
D’ailleurs…je me suis souvent demandé (comme la chanson de Richard-Anthony) comment il se fait qu’en France on autorise toujours la vente et l’usage des fourchettes et des couteaux ? Bon Dieu ! mais c’est que c’est dangereux ! ca pique ! Comment peut-ont laisser aux français moyens de telles « armes » ? Un jour ils nous obligeront à bouffer avec des baguettes… JCB
 
 
>  
> objet : IMPORTANT !!!!  ON EST MAL TRES MAL , mais on importe en Masse des Migrants !!!


La fabrication des pistolets Sigg-Sauer P2006 pour les forces de l’ordre est faite en Allemagne sous licence Suisse  et Manurhin n’a plus de travail et va fermer.
 
Les balles de nos armes militaires sont d’origine israélienne , plus de fabrications de munitions en France même pour l’armée !!!.
 
On fabrique rien en France sinon que des chômeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
Athos79

Masculin
Nombre de messages : 1589
Age : 80
Emploi : Retraité -Fonction publique
Date d'inscription : 08/09/2019

Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Empty
MessageSujet: Re: Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ?   Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 8:29

Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Cartou10
Malgré la crise liée au Covid-19, la production de munitions de petit calibre ne sera pas relocalisée en France
PAR LAURENT LAGNEAU
==========
======
Depuis la fin des années 1990, le ministères des Armées est contraint de compter sur des fournisseurs étrangers pour s’approvisionner en munitions de petits calibres, la France ayant perdu la capacité d’en produire avec la fermeture du site exploité par Giat Industries au Mans.


Cependant, cette dépendance donna lieu à quelques problèmes. Ainsi, la qualité des cartouches de 5,56 mm acquises auprès du groupe ADCOM [installé aux Émirats arabes unis, ndlr] fut mise en cause, notamment en raison de nombreux incidents de tirs. Et les marchés conclus avec d’autres fournisseurs ne donnèrent pas satisfaction non plus.


Aussi, des voix s’élevèrent pour reconstituer une filière de munitons de petits calibres en France. Mais il leur fut systématiquement répondu qu’un tel projet ne pouvait être viable économiquement. Pourtant, dans un rapport publié en 2015, les députés Nicolas Bays et Nicolas Dhuicq lancèrent un pavé dans la mare, en estimant qu’il fallait un investissement initiale de 100 millions d’euros pour relancer une telle production, dont la rentabilité aurait été assurée « à partir d’une production annuelle de 60 millions de cartouches sous réserve qu’un niveau de commandes constant soit assuré durant les cinq premières années »




 
« La France serait-elle visionnaire en la matière alors que ses voisins ont pour la plupart conservé une industrie nationale de munitions de petit calibre qui alimente nos armées? Comment est-il possible de s’assurer qu’aucun de nos fournisseurs ne sera contraint de cesser ses livraisons en raison d’une législation nationale? Comment est-on certain d’un approvisionnement en cas de conflit majeur et pourquoi serions-nous dans ce cas les premiers servis? Pourquoi, si nos voisins parviennent à faire vivre une industrie de munitions de petit calibre, ne le pourrions-nous pas? », avaient demandé les deux parlementaires.


Ces arguments finirent pas convaincre Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense. Et ce dernier présenta un projet réunissant NobelSport [en pointe dans la production de cartouches pour le tir sportif et la chasse] et TDA Armements, une filiale du groupe Thales, la société Manurhin devant alors fournir les machines de cartoucherie. Un protocole d’accord fut signé en mars 2017.


« Nous venons de poser un acte de souveraineté nationale […] C’est du made in France dans l’action et pas seulement dans le discours », avait lancé M. Le Drian.


Seulement, la Revue stratégique publiée quelques mois plus tard eut raison de ce projet, étant donné qu’il y était considéré qu’une production française de munitions de petit calibre ne pouvait pas être considérée comme une priorité. Lors d’une audition parlementaire, en 2019, le Délégué général pour l’armement [DGA], Joël Barre, enfonça le clou, en soulignant qu’un tel projet « ne se justifiait pas sur le plan économique. »


Depuis, la crise liée à l’épidémie de Covid-19 est passée par là. Et la difficulté des autorités françaises à se procurer des masques a relancé le débat sur la filière des munitions de petits calibres. Il suffirait en effet de reprendre les interrogations de MM. Bays et Dhuicq et de remplacer « munitions » par « masques »….


Mais pas seulement. En mars, lors d’une visite de la PME Kolmi-Hopen, près d’Angers, le président Macron a dit vouloir « rebâtir notre souveraineté nationale et européenne. »




 
« Le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne. Nous avons commencé avant crise. Nous avons passé des réformes qui permettent à notre pays d’être plus compétitif mais il nous faut retrouver la force morale et la volonté pour produire davantage en France et retrouver cette indépendance », avait assuré le chef de l’État.


Lors d’une nouvelle audition de M. Barre, le député Olivier Becht a également fait la comparaison avec les masques et les munitions de petit calibre.


« Nous sommes dépendants de la Chine pour la production de masques mais le blocage de ce pays a retardé les livraisons de plusieurs semaines. Lorsque nous nous étions interrogés sur la nécessité de créer une filière française ou européenne pour la production de munitions de petit calibre, il nous avait été répondu que nous trouverions toujours à nous fournir dans certains pays », a rappelé M. Becht. Aussi, « l’épisode des masques ne devrait-il pas nous inciter à revoir cette stratégie et à assurer une souveraineté française ou européenne dans nos approvisionnements militaires? », a-t-il demandé.


Mais, la relocalisation en France d’une capacité de production de munitions de petit calibre ne sera pas pour cette fois encore…


« Sur le plan de la souveraineté dans les équipements de défense, la revue stratégique de l’été 2017, qui a montré nos dépendances au travers de l’achat d’équipements et de composants américains, doit être actualisée à la lumière de l’évolution du contexte géostratégique et des menaces, dans le cadre de l’actualisation de la LPM », a commencé par répondre le Délégué général pour l’armement.


Cela étant, a-t-il continué, « le marché français des munitions de petit calibre est négligeable par rapport au marché mondial : si nous voulions être indépendants, cela nous coûterait très cher ». Et, a-t-il ajouté, « plusieurs pays sont susceptibles de nous les fournir – Royaume-Uni, Suisse, Allemagne, Italie, Norvège, Israël, Émirats Arabes Unis, USA, Brésil. » Aussi, a conclu M. Barre, la « crise actuelle ne remet pas en cause l’analyse de la filière que nous avions menée en 2018 mais il faut se reposer la question de la souveraineté en des termes plus larges. »
=========
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40

Masculin
Nombre de messages : 18194
Age : 73
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Empty
MessageSujet: Re: Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ?   Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Icon_minitimeSam 23 Mai 2020 - 12:25

Nous sommes en train de devenir , le pays sous développé de l'Europe.

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? 908920120 Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Cocoye10 Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
81/06
membre confirmé
membre confirmé
81/06

Masculin
Nombre de messages : 762
Age : 58
Emploi : Mécano
Date d'inscription : 09/06/2019

Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Empty
MessageSujet: Re: Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ?   Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Icon_minitimeSam 23 Mai 2020 - 13:02

Sous développé et complètement dépendent .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Empty
MessageSujet: Re: Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ?   Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une image vaut mille mots ! Le saviez vous ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Saviez vous ?????-
Sauter vers: