Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

 

 Soldats oubliés ?....

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Athos79
modérateur
Athos79


Masculin
Nombre de messages : 4357
Age : 82
Emploi : Retraité -Fonction publique
Date d'inscription : 08/09/2019

Soldats oubliés ?.... Empty
MessageSujet: Soldats oubliés ?....   Soldats oubliés ?.... Icon_minitime2020-01-16, 10:55

Soldats oubliés ?.... 960x6112

Seconde Guerre mondiale : « On a oublié les soldats des troupes coloniales pendant trente ans », selon l’historien Pascal Blanchard
INTERVIEW L’historien Pascal Blanchard réagit à l’inauguration, à Bandol, d’une place en mémoire des combattants africains de la Seconde Guerre mondiale

Propos recueillis par Mathilde Ceilles 
Publié le 16/01/20 à 07h05 — Mis à jour le 16/01/20 à 07h05


Photo prise le 04 décembre 1939 de tirailleurs sénégalais à l'instruction dans un camp d'entraînement dans les colonies françaises en Afrique — ARCHIVES




La secrétaire d’Etat Geneviève Darrieussecq va inaugurer la première place en mémoire des combattants africains de la Seconde Guerre mondiale, à Bandol.
Pour l’historien Pascal Blanchard, ce geste de commémoration de l’Etat est crucial, notamment pour les jeunes Français issus de l’immigration.
C’est une simple place, dans un petit village varois, mais dont le baptême est hautement symbolique, au point d’envoyer sur place un représentant de l’Etat. Ce lundi, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, procédera à la première inauguration d’une place en mémoire des combattants africains de la Seconde Guerre mondiale.


La place devant l’hôtel de ville de la commune portera désormais le nom de « Place des Libérateurs africains » et abritera une plaque portant les noms de cinq combattants originaires d’Algérie morts en août 1944 lors de la libération de la ville, conformément à la volonté du Président de la République exprimée lors du 75e anniversaire du débarquement de Provence en août dernier. L’historien au CNRS Pascal Blanchard revient pour 20 Minutes sur l’importance de cet événement et la mémoire longtemps oubliée de ces soldats des troupes coloniaux durant la Seconde Guerre mondiale.


Pourquoi la « place des Libérateurs africains » est-elle la première du genre en France, en 2020 ?
Il y a des monuments sur la côte qui rappellent les lieux de combat, des plaques, mais pas de noms de rue. On est dans le prolongement du discours d’Emmanuel Macron, prononcé après la tribune que j’avais porté avec d’autres intellectuels, pour la mémoire des soldats africains durant les guerres mondiales, mais pas seulement. Jusque dans les années 1960, cet aspect de notre histoire était assez connu, et même glorifié. C’était les troupes coloniales qui, selon la version gaulliste, avaient fait la guerre à Vichy. Puis il y a eu une rupture avec la décolonisation. Pendant trente ans, les troupes coloniales sont sorties des radars. On les a oubliés pendant trente ans. Et on les redécouvre petit à petit, à travers ce discours d’Emmanuel Macron et à travers une nouvelle jeune génération de chercheurs. Une telle inauguration à Bandol est de plus très symbolique. Cela se passe à quelques encablures du lieu du débarquement de Provence, auquel 210.000 hommes issus du Maghreb ont participé.


Comment expliquer qu’on ait oublié ces soldats des troupes coloniales pendant des années ?
On ne savait plus quoi faire de ces soldats. Était-il du bon côté de l’histoire ou non ? Est-ce que cela faisait partie de l’histoire coloniale ou non ? Il a fallu du temps pour avoir une nouvelle appréhension de cette mémoire. Vous savez, la mémoire, c’est quelque chose qui s’entretient. Ce n’est pas un truc chiant !


Mais une plaque peut-elle vraiment faire changer les choses ?
Déjà, cela montre qu’ils ont participé à un moment historique de notre nation et qu’ils ont contribué à défendre les valeurs de notre République alors qu’ils avaient été oubliés. Les noms d’écoles, les plaques, les noms de rue, cela marque un territoire et fait respirer la mémoire dans le présent. Et cela engendre aussi une réflexion sur cette mémoire, et c’est très important. Les jeunes dans les classes aujourd’hui, issus du Maghreb, du Vietnam, peuvent se dire pendant leurs cours d’histoire qu’il n’y a pas beaucoup de personnes qui ressemblent à leurs grands-parents dans l’histoire nationale qu’on leur enseigne. Et c’est idiot, car ces personnes existent ! C’est important pour ces jeunes issus de l’immigration post-coloniale de voir la mémoire de leurs ancêtres reconnus, jusqu’ici oubliée car écrasée, car cela permet de montrer que l’histoire est représentative de la société d’aujourd’hui.


Pour vous, l’enjeu est donc tout à fait actuel ?
Oui, il y a des jeunes qui ne se reconnaissent pas dans le récit de la nation à laquelle ils appartiennent. Or, l’histoire fait la citoyenneté du présent. Ce type d’événements permet de réintégrer dans le récit national des héros qui viennent d’ailleurs pour des gamins qui ignorent complètement cette histoire. Alors une plaque, c’est un bon début. Ça fait parler. Ça déclenche des travaux de chercheurs, des films. C’est une première étape dans le rapport de mémoire.


Il y a aussi un enjeu politique, comme le démontre le déplacement de la secrétaire d’Etat…
Bien sûr que c’est de la politique. La mémoire est toujours liée à la politique. Le politique commémore bien ce qu’il veut. Cela relève de son pouvoir. Il n’y a ainsi en France toujours pas de Musée de l’histoire coloniale. Mais c’est aussi à nous, intellectuels, de venir titiller le politique, comme nous l’avions fait dans cette tribune du Monde qui a abouti à la prise de position d’Emmanuel Macron pour la dernière commémoration du débarquement de Provence.


MONDE
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25533
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Soldats oubliés ?.... Empty
MessageSujet: Re: Soldats oubliés ?....   Soldats oubliés ?.... Icon_minitime2020-01-16, 13:33

Merci Athos ,

Ok , mais il faut tout de même remettre les pendules a l'heure .

Les politiques font de la récupération électorale , sans plus , n'en ont rien a faire des Africains .

Ensuite , voici des chiffres :

En 1942-1945, après le réarmement par les Alliés de l'armée française en Afrique du Nord, ils sont près de 410 000 hommes (233 000 Maghrébins musulmans issus de quinze classes puis 176 000 pieds noirs, dont une minorité de Juifs séfarades, issus des vingt-sept classes d'âge de 19 à 45 ans mobilisables, soit 16,40 % de la population.)

Ils représentent 75 % des effectifs de l'armée française de 1944.

Le général Maurice Faivre, docteur en histoire et historien des armées, a estimé, en 2010, que sur un total des pertes de 74 300 tués des armées de la libération entre 1943 et 1945, le nombre de tués Maghrébins s'élevait à 18 300 et celui des tués parmi les Pieds-Noirs à 12 000 (avec en pourcentage, un taux de 10% pour les Pieds-Noirs et 6% pour les Maghrébins)

En août 1944, l'Armée de la Libération est articulée en deux grandes forces:

   L'armée « A » comprenant la 1re DFL, la 2e DIM, la 3e DIA et la 4e DMM opérant en Italie sous les ordres du général Juin.
   
L'armée « B » comprenant la 1re DB, (la 2e DB, en Angleterre depuis avril est alors sous commandement américain), la 5e DB et la 9e DIC en formation en AFN sous les ordres du général de Lattre de Tassigny.

Débarquement de Provence, Libération de Marseille et Libération de Toulon.

À partir du 15 août 1944, 260 000 hommes de l'Armée B, nom de guerre de l'Armée d'Afrique, débarquent en Provence sous les ordres du général de Lattre de Tassigny. Cette armée est composée pour 82 % de soldats provenant d'unités de l'Armée d'Afrique (50 % de Maghrébins et de 32 % de Pieds-Noirs), de 10 % d'Africains noirs et de 8 % de Français de métropole.

La moitié des effectifs de la 2e division blindée (2e DB) qui libère Paris en août 1944, aux côtés des FFI, soit 7 000 hommes, proviennent d'unités de l'Armée d'Afrique.

En 2010, le Président Nicolas Sarkozy rendit hommage aux troupes coloniales, lors de la commémoration du Débarquement de Provence.

Les pieds noirs étant oubliés lors de la commémoration.

De fausses infos , sont données aux jeunes issus de l'immigration , ils pensent que seul leurs anciens ont combattu , ce qui est strictement faux .

Personne ne parle des Méfaits et Viols en Italie , causés par les Maghrébins .

Un monument OK , mais que ceci ne devienne pas du "Racisme Anti-Blanc" .

Ce qui en prend largement le chemin , avec les nouveaux chercheurs maghrébins "Racistes" et le Film de Debouze , pour exemple .

J'en ai marre de me faire chier dans les bottes .

stop  stop

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Soldats oubliés ?.... 908920120 Soldats oubliés ?.... Cocoye10 Soldats oubliés ?.... 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Patard
membre confirmé
membre confirmé
Patard


Masculin
Nombre de messages : 1401
Age : 82
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 20/02/2015

Soldats oubliés ?.... Empty
MessageSujet: Re: Soldats oubliés ?....   Soldats oubliés ?.... Icon_minitime2020-01-16, 15:35

Bonjour
Oui JP, cela pue le politiquement correct...
Les combattants africains n'ont jamais été oubliés par leurs camarades, quelque soit leur origine, ni par tous ceux qui cultivent l'amour de la France et de son histoire.
Marre des historiens auto-proclamés, du personnel politique opportuniste, et de la chienlit universitaire, qui ne se soucie, dans ses "recherches", que ce de trouver l'argument qui leur permettra de nuire à l'image de notre Pays.
JJ
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25533
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Soldats oubliés ?.... Empty
MessageSujet: Re: Soldats oubliés ?....   Soldats oubliés ?.... Icon_minitime2020-01-16, 17:17

Bonjour mon JJ ,

Tu as entièrement raison .

C'est même pire que du politiquement correct ..

C'est une avancée en faveur d'une "Repentance" de notre pays .

Je me souviens des liens qu'avait mon Papa , en Tunisie et en Indochine , avec les Tirailleurs Tunisiens , tous anciens de l'Armée d'Afrique .

Et de notre voisin "Abdallah" Sergent-Chef au RTT ( Médaille militaire , Croix de Guerre 39/45 et Indo et +++++ .)

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Soldats oubliés ?.... 908920120 Soldats oubliés ?.... Cocoye10 Soldats oubliés ?.... 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

Ancien38


Masculin
Nombre de messages : 1069
Age : 79
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

Soldats oubliés ?.... Empty
MessageSujet: Re: Soldats oubliés ?....   Soldats oubliés ?.... Icon_minitime2020-01-17, 10:41

Il s'agit d'une orientation purement politique pour argumenter en faveur de leurs descendants en montrant que leurs aïeux ont défendu la France et ceci leur donne de la considération. Oui, mais à l'époque c'était l'Union Française et aujourd'hui ils sont indépendants et c'est une grande différence dans l'interprétation du sujet. Effectivement l'esprit gaucho cherche à culpabiliser la France qui les aurait exploités, impliquant ainsi la nécessité de se montrer bienveillant à leur égard. (Quel était le but du film " Indigène " ? ).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Soldats oubliés ?.... Empty
MessageSujet: Re: Soldats oubliés ?....   Soldats oubliés ?.... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Soldats oubliés ?....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DES SOLDATS OUBLIES
» Corée, nos soldats oubliés .
» Libération de Paris : Qui sont les soldats oubliés de La Nueve, premiers libérateurs de la capitale ?
» LES OUBLIES DE L'HISTOIRE
» LES PARAS OUBLIES 14è RCP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Bar de l'Ancien, les Infos du Monde-
Sauter vers: