Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

 

 L’effondrement de la France, le mépris de Macron .

Aller en bas 
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25529
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Empty
MessageSujet: L’effondrement de la France, le mépris de Macron .   L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Icon_minitime2018-12-03, 14:00

L’effondrement de la France, le mépris de Macron

L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Macron-demission-1

Le 11 novembre dernier, le président français Emmanuel Macron a commémoré le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale en invitant soixante-dix chefs d’État à organiser un “Forum de la paix” coûteux, inutile et grandiloquent qui n’a rien donné.

Il a également invité le président américain Donald Trump, puis a choisi de l’insulter.

Dans un discours pompeux, Macron, sachant que quelques jours plus tôt, Donald Trump s’était défini lui-même comme un nationaliste engagé à défendre l’Amérique, a invoqué le “patriotisme”, puis l’a défini, étrangement, comme “l’exact opposé du nationalisme”, avant de le qualifier de “trahison”.

En outre, peu avant la réunion, Macron avait non seulement parlé de “l’urgence” de se doter d’une armée européenne, mais il avait également placé les États-Unis parmi les “ennemis“ de l’Europe.

Ce n’était pas la première fois que Macron plaçait l’Europe au-dessus des intérêts de son propre pays.

C’était cependant la première fois qu’il plaçait les États-Unis sur la liste des ennemis de l’Europe.

Le président Trump a apparemment compris immédiatement que l’attitude de Macron était un moyen de maintenir ses illusions de grandeur, ainsi que d’essayer de tirer un avantage politique intérieur.

Trump a aussi apparemment compris qu’il ne pouvait pas rester assis là et accepter ses insultes.

Dans une série de tweets, Trump a rappelé au monde que la France avait eu besoin de l’aide des États-Unis pour retrouver sa liberté pendant les guerres mondiales, que l’OTAN protégeait toujours une Europe pratiquement sans défense et que de nombreux pays européens ne payaient toujours pas le montant promis pour leur propre défense.

M. Trump a ajouté que M. Macron avait une côte de popularité extrêmement faible (26 %), faisait face à un taux de chômage extrêmement élevé et tentait probablement de détourner l’attention de ce problème.


Trump avait raison.

Depuis des mois, la popularité de Macron est en chute libre : il est aujourd’hui le président français le plus impopulaire de l’histoire moderne à ce stade de son mandat.

La population française s’est détournée de lui en masse.

Le chômage en France n’est pas seulement à un niveau alarmant (9,1%), il est alarmant depuis des années.

Le nombre de personnes en situation de pauvreté est également élevé (8,8 millions de personnes, soit 14,2% de la population).

La croissance économique est effectivement inexistante (0,4 % au troisième trimestre de 2018, contre 0,2 % les trois mois précédents).

Le revenu médian (20 520 euros, soit 23 000 dollars par an) est insoutenable.

Il indique que la moitié des Français vivent avec moins de 1710 euros (1946 $) par mois.

Cinq millions de personnes survivent avec moins de 855 euros (973 $) par mois.

Lorsque Macron a été élu en mai 2017, il a promis de libéraliser l’économie, mais aucune mesure importante n’a été adoptée.

En dépit de certaines réformes esthétiques – telles que la limitation des indemnités de licenciement abusif ou la possibilité légèrement accrue pour les petites entreprises de négocier des contrats de travail de courte durée – le code du travail français, qui reste l’un des plus rigides du monde développé, bloque avec compétence la création d’emplois.

La lourdeur fiscale (plus de 45% du PIB) est la plus élevée du monde développé.


Même si certaines taxes ont été abolies depuis que Macron est devenu président, de nombreuses nouvelles taxes ont été créées.

Les dépenses publiques représentent encore environ 57 % du PIB (16 % de plus que la moyenne des pays de l’OCDE) et ne montrent aucun signe de fléchissement.

Macron a également promis, lorsqu’il a été élu, de restaurer la sécurité.


Le manque de sécurité, cependant, a explosé ; le nombre d’agressions violentes et de viols n’a cessé d’augmenter.

Les zones de non-droit sont aussi répandues qu’il y a un an et échappent à tout contrôle.

L’afflux d’immigrants illégaux dans le pays a malheureusement transformé des quartiers entiers en ghettos.

En mai, Macron a averti que dans de nombreuses banlieues, la France a “perdu la lutte contre le trafic de drogue”.

Lorsque le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a démissionné le 3 octobre, il a parlé d’une “situation très dégradée” et a ajouté que dans de nombreux domaines “la loi des plus forts – trafiquants de drogue et islamistes radicaux – a pris la place de la République”.

Il ne faisait que confirmer les appréciations effrayantes de commentateurs “hors de faveur” comme Éric Zemmour, auteur du Suicide Français, et Georges Bensoussan, auteur d’Une France Soumise.

Les émeutes sont fréquentes ; elles indiquent l’incapacité croissante du gouvernement à maintenir l’ordre.

Les grèves des transports publics, qui ont duré tout le printemps 2018, se sont accompagnées de manifestations et d’un pillage enthousiaste des banques et des magasins.

La victoire de la France à la Coupe du monde de football en juillet a été suivie d’une jubilation, qui a rapidement cédé la place à la violence des groupes qui ont cassé les vitrines des magasins et attaqué la police.

Depuis son entrée dans la vie politique, les propos de Macron ont non seulement révélé un mépris profond pour la population française, mais ils se sont aussi multipliés.


Cela n’a pas arrangé les choses.

Dès 2014, lorsque Macron était ministre de l’Économie, il disait que les employées d’une entreprise en faillite étaient “analphabètes“ ; en juin 2017, juste après son accession à la présidence, il faisait la distinction entre “celles qui réussissent et celles qui ne sont rien”.

Plus récemment, il a dit à un jeune homme qui exprimait sa détresse à trouver un emploi, qu’il n’avait qu’à déménager et “traverser la rue”.

Lors d’une visite au Danemark, il a affirmé que les Français étaient des “Gaulois résistants au changement”.


L’une des rares questions sur laquelle Macron semblait désireux de travailler était l’islam.

Il a souligné à plusieurs reprises sa détermination pour établir un “Islam de France“.

Ce qu’il n’a pas pris en compte, ce sont les préoccupations du reste de la population face à l’islamisation rapide du pays.

Le 20 juin 2017, il a dit (pas tout à fait exactement, par exemple ici, ici, ici, ici, ici et ici), “personne ne peut faire croire que la foi (musulmane) n’est pas compatible avec la République”.

Il semble également ne pas avoir pris en compte les risques du terrorisme islamique, qu’il nomme rarement par son nom.

Il semble préférer utiliser le mot “terrorisme“, sans adjectif, et reconnaît simplement qu’“il existe une lecture radicale de l’Islam, dont les principes ne respectent pas les préceptes religieux”).

L’actuel ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, que Macron a nommé pour remplacer Collomb, a rejeté les préoccupations soulevées par son prédécesseur et décrit l’Islam comme “une religion de bonheur et d’amour, comme la religion catholique”.

Un autre domaine dans lequel Macron a agi sans relâche est la “lutte contre le changement climatique”, dans laquelle ses ennemis ciblés sont les voitures.

Sur les véhicules de plus de quatre ans, les contrôles techniques obligatoires sont devenus plus coûteux et leur non-conformité plus punitive, dans l’espoir évident qu’un nombre croissant de voitures anciennes soit éliminé.

Sur la plupart des routes, les limitations de vitesse ont été abaissées à 80 km/h, les radars de contrôle de vitesse ont été multipliés et des dizaines de milliers de permis de conduire ont été suspendus.

Les taxes sur l’essence ont fortement augmenté (8 centimes par litre en un an).

Un litre d’essence sans plomb en France coûte maintenant plus de 1,75€.

La petite minorité de Français qui soutiennent encore Macron n’est pas concernée par ces mesures.

Les enquêtes montrent qu’ils appartiennent aux couches aisées de la société, qu’ils vivent dans des quartiers aisés et qu’ils n’utilisent presque jamais de véhicules personnels.

La situation est douloureusement différente pour les autres citoyens, en particulier pour la classe moyenne abandonnée.

Une décision récente d’augmenter les taxes sur l’essence a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Elle a déclenché une colère instantanée.

Une pétition exigeant l’annulation de l’augmentation d’impôt du gouvernement a reçu près d’un million de signatures en deux jours.

Sur les réseaux sociaux, les gens ont discuté de l’organisation de manifestations dans tout le pays et ont suggéré que les manifestants portent des gilets de sécurité jaunes que les conducteurs sont obligés de ranger dans leur voiture en cas de panne sur les routes.

Ainsi, le 17 novembre, des centaines de milliers de manifestants ont bloqué une grande partie du pays.

Le gouvernement a ignoré les demandes des manifestants.

Au lieu de cela, les responsables ont répété les nombreux impératifs non prouvés du “changement climatique” et la nécessité d’éliminer l’utilisation des “combustibles fossiles” – mais ont refusé de changer de cap.

Par la suite, une autre journée nationale de protestation a été choisie.

Le 24 novembre, les manifestants ont organisé une marche sur Paris.

Beaucoup, semble-t-il, ont décidé, malgré une interdiction préfectorale, de se ruer sur les Champs Élysées et de se diriger vers le Palais présidentiel de l’Élysée.

Des affrontements ont eu lieu, des barricades ont été érigées et des véhicules ont été incendiés.

La police a réagi durement.

Ils ont attaqué des manifestants non violents et utilisé des milliers de grenades lacrymogènes et de canons à eau, ce qu’ils n’avaient jamais fait dans le passé.

Bien que de nombreux manifestants brandissaient des drapeaux rouges, indiquant qu’ils venaient de la gauche politique, le nouveau ministre de l’Intérieur Castaner a déclaré que la violence venait d’une “extrême droite” hargneuse et séditieuse.

Un membre du gouvernement a alimenté le feu en assimilant les “gilets jaunes” français aux “chemises brunes” allemandes des années 1930.

Macron a déclaré que ceux qui tentent d’“intimider les fonctionnaires” devraient avoir “honte“.

Finalement, le 25 novembre, Macron a fini par reconnaître, avec une réticence visible, la souffrance des “classes ouvrières”.

Deux jours plus tard, Macron prononçait un discours solennel, annonçant qu’il créerait un “haut conseil pour le climat”, composé d’écologistes et de politiciens professionnels, et que son objectif était de sauver la planète et d’éviter “la fin du monde”.

Il n’a toujours pas prononcé un seul mot sur les griefs économiques qui s’étaient déversés au cours des dix jours précédents.

L’effondrement de la France, le mépris de Macron . France-feu-2

La porte-parole du parti de centre-droit, les Républicains, Laurence Saillet, a déclaré :

“Les Français disent : ‘Monsieur le Président, nous ne pouvons pas joindre les deux bouts’, et le Président répond : ‘Nous allons créer un Haut Conseil [pour le climat]’, pouvez-vous imaginer la déconnexion ?”

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national de centre-droit (l’ancien Front national, aujourd’hui principal parti d’opposition en France), a déclaré :

“Il y a une petite caste qui travaille pour elle-même et il y a la grande majorité des Français qui sont abandonnés par le gouvernement, et se sentent rétrogradés, dépossédés”.

Les “gilets jaunes” bénéficient aujourd’hui du soutien de 84% de la population française.

Ils exigent la démission de Macron et un changement de gouvernement immédiat.

Ceux qui parlent à la radio et à la télévision disent que Macron et le gouvernement sont désespérément aveugles et sourds.

La révolte dans le pays s’intensifie et ne montre aucun signe de ralentissement.


L’effondrement de la France, le mépris de Macron . France-feu-3

Le politologue Jean-Yves Camus a dit que le mouvement des “gilets jaunes” est maintenant une révolte de millions de personnes qui se sentent asphyxiées par la taxation “confisquatoire” et ne veulent pas “payer pour toujours” un gouvernement qui semble “incapable de limiter ses dépenses”.

Il a ajouté :

“Certains ne mesurent pas l’ampleur du rejet exprimé par les manifestants”.

Dominique Reynié, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, a déclaré que “Macron et le gouvernement ne s’attendaient pas à ce que leur politique fiscale mène à cela”.

Les élections européennes auront lieu en mai 2019.

Les sondages montrent que le Rassemblement National de Le Pen sera en tête, loin devant le parti créé par Macron, ‘La République En Marche !.

En un peu plus d’un an, Macron, élu en mai 2017, a perdu presque tout crédit et toute légitimité.

Il est également l’un des derniers dirigeants européens au pouvoir à soutenir l’Union européenne telle qu’elle est.

Macron, qui prétendait vaincre la vague “populiste” qui déferle sur tout le continent, a également affirmé que les dirigeants qui écoutaient les gens désireux de défendre leur mode de vie étaient “la lèpre“.

La vague “populiste” frappe maintenant la France ; elle pourrait bien signifier la fin du mandat présidentiel de Macron.

L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Separa23

"Casses toi , Manu , casses toi vite , avant qu'il ne soit trop tard"

L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Bv000007

L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 1494297664  L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 1494297664  L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 1494297664  L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 1494297664

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 908920120 L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Cocoye10 L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Empty
MessageSujet: Re: L’effondrement de la France, le mépris de Macron .   L’effondrement de la France, le mépris de Macron . Icon_minitime2018-12-03, 19:00

L'Armée avec nous, vive la révolution !!!! L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 33565 L’effondrement de la France, le mépris de Macron . 1494297664
Revenir en haut Aller en bas
 
L’effondrement de la France, le mépris de Macron .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Bar de l'Ancien, les Infos du Monde-
Sauter vers: