Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Frieren : le Tome 5 édition Collector du manga Frieren en ...
10.95 €
Voir le deal

 

 L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort Empty
MessageSujet: L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort   L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort Icon_minitime2017-12-05, 16:26

Tout en étant obligé de s’inscrire dans la lignée des comtes d’Ormesson, il s’était fait son propre nom, en forme de sourire, qui reflétait bien son caractère facétieux : Jean d’O. Plus il vieillissait, plus Jean d’Ormesson – qui est mort dans la nuit du 4 au 5 décembre à l’âge de 92 ans – était charmant et charmeur, avec son œil si bleu et son air à jamais espiègle. « Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres », a déclaré sa fille, Héloïse d’Ormesson. Il pensait avec raison que la gaieté est une politesse et voulait mériter un qualificatif presque perdu, « dans un siècle où règne le ressentiment » : délicieux.
Lire aussi : La mort de Jean d’Ormesson fait réagir le monde politique et littéraire
Délicieux, il l’était. Bon écrivain, aussi. Mais, admirateur des grands auteurs, il se montrait sans illusion sur son œuvre – sans doute en attendant un démenti. Il a poussé ce jeu sur la littérature jusqu’à écrire un roman intitulé Presque rien sur presque tout (Gallimard, 1996). Lorsqu’on lui demandait si ce « presque rien sur presque tout » n’était pas l’inverse de ce que doit être la littérature, « presque tout sur presque rien », il partait d’un grand rire, en laissant au lecteur le soin de conclure.
Il pratiquait à merveille un art en voie de disparition, celui de la conversation. Il était brillant, jamais ennuyeux, parlait vite et bien. On avait envie de l’inviter sur tous les plateaux de télévision. On ne s’en privait pas, et il y avait pris goût.
« LONGTEMPS, JE ME SUIS DEMANDÉ CE QUE J’ALLAIS FAIRE DE MA VIE »

« Longtemps, je me suis demandé ce que j’allais faire de ma vie », affirmait-il au début de C’était bien, en 2000 (Gallimard) : un retour sur son passé et sur les contradictions de sa vie. Car, bien qu’appartenant à une « grande famille », tout n’avait pas été toujours facile pour lui. 

Jean d’Ormesson est né le 16 juin 1925. Son père, André d’Ormesson, est diplomate, bientôt (en 1936) ambassadeur de France. Sa mère, née Marie Anisson du Perron, descend des Le Peletier. Comme il l’évoque dans Au plaisir de Dieu (Gallimard, 1974), il a passé une partie de son enfance au château de Saint-Fargeau, qui appartenait à sa mère. La famille suivant son père dans ses différents postes, il a aussi vécu en Roumanie et au Brésil.

Lire aussi : Jean d’Ormesson, 6 épisodes pour décrire une certaine France
Pour échapper à Sciences Po Jean d’Ormesson entre en hypokhâgne, puis intègre l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, juste après la seconde guerre mondiale. Il passe l’agrégation de philosophie et se résout à enseigner. On lui propose un poste à l’université américaine de Bryn Mawr, près de Philadelphie, université de jeunes filles, ce qui l’amuse plutôt. Mais il tombe gravement malade.


Il entre en 1950 à l’Unesco, où il devient l’assistant de Jacques Rueff au Conseil international de la philosophie et des sciences humaines nouvellement créé – qu’il dirigera plus tard. Il fait aussi, avec Roger Caillois, la revue de sciences humaines Diogène, dont le premier numéro est sorti en 1953. Il déclarait détester les réunions et les comités de rédaction, ce qui ne l’empêchera pas de diriger Le Figaro entre 1974 et 1977


L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort 24796620_10155253203692099_2829219681453118165_n
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25285
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort Empty
MessageSujet: Re: L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort   L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort Icon_minitime2017-12-05, 18:32

Adieu Monsieur ,

Vous allez nous manquer dans ces moments difficiles .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort 908920120 L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort Cocoye10 L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
 
L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
»  Décès de Jean d'Ormesson -92 ans - académicien.
» L'étonnant lien familial : Johnny Hallyday et Jean d'Ormesson
» Décès de l'écrivain Jean LARTEGUY
» Mort de l’écrivain Philip Kerr, figure du polar historique
» Jean d'ormesson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Bar de l'Ancien, les Infos du Monde-
Sauter vers: