Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Le Tome 41 de Berserk sort dans une semaine : faut-il craindre une ...
Voir le deal

 

 Les aviateurs vivaient mieux que chez eux

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Les aviateurs vivaient mieux que chez eux Empty
MessageSujet: Les aviateurs vivaient mieux que chez eux   Les aviateurs vivaient mieux que chez eux Icon_minitime2017-11-13, 09:49

Les aviateurs vivaient mieux que chez eux As-chez-eux



Mais c'est à Paris, que l'aviateur trouvait le cadre frivole le plus propice à ses exploits en dentelles.




Paris, c'est Byzance


C'était là que les médailles, les palmes et les croix, conquises en plein ciel, prenaient leur éclat véritable.


Une médaille militaire qu'une femme n'a pas encore regardée, n'est qu'un colifichet pour spécialistes.


Le 3 janvier 1917, Charles Nungesser, qui relève une nouvelle fois de blessures, fête sa première sortie chez Maxim's.



Dès qu'il y pénètre, c'est un murmure d'admiration affectueuse. 


Les conversations cessent et, lorsqu'elles reprennent, l'as surprend ces deux phrases échangées entre un soupeur et sa jolie cavalière :


« Eh bien ! ma chère... Vous laissez refroidir votre homard... A quoi pensez-vous


- Je comptais les palmes de sa croix. »




La blessure, elle aussi, se magnifie sous les lustres de la capitale ou les frondaisons de ses boulevards. Lorsqu'elle est légère et peu visible, il arrive qu'on aide à la faire remarquer.





Il y eut même, prétend-on, des cannes sans infirmité-et quelques rares écharpes sans bras cassés.


Et puis, les aviateurs étaient les seuls à avoir sauvegardé le confort de la civilisation dans la guerre.


Pour nombre d'entre eux, le front c'était la vie de château, au sens figuré et au sens propre du terme.




Ils vivaient mieux que chez eux, même s'ils mouraient beaucoup plus vite. Le général René Chambre le rapporte :


« On savait qu'ils étaient bien logés près de leurs terrains, dans des villas et parfois des châteaux, qu'ils étaient bien nourris, qu'ils mangeaient dans des assiettes, avec des serviettes, comme en temps de paix, qu'ils couchaient dans de vrais lits, qu'ils portaient de ces belles bottes lacées et de ces beaux képis noirs ou bleu ciel qu'avaient popularisés les gravures de la Vie Parisienne



Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25280
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Les aviateurs vivaient mieux que chez eux Empty
MessageSujet: Re: Les aviateurs vivaient mieux que chez eux   Les aviateurs vivaient mieux que chez eux Icon_minitime2017-11-13, 16:42

Merci Gus Les aviateurs vivaient mieux que chez eux 926774

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Les aviateurs vivaient mieux que chez eux 908920120 Les aviateurs vivaient mieux que chez eux Cocoye10 Les aviateurs vivaient mieux que chez eux 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
 
Les aviateurs vivaient mieux que chez eux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De mieux en Mieux - les voila qu'ils comparent la marseillaise au Coran
» De mieux en mieux , je fait un cauchemar non?
» ILs sont chez vous chez eux !!!
» Des aviateurs a l'honneur
» Des aviateurs français parachutés en Bretagne .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: 14 - 18-
Sauter vers: