Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

 

 Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad .

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . Empty
MessageSujet: Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad .   Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . Icon_minitime2017-03-14, 07:58

DE SOURCE : LA NOUVELLE REPUBLIQUE - 79
---------------------------------------------------
Deux-Sèvres - Saint-Maixent-l'École - Armée
Ils font des miracles en toute humilité
Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . Ils-fo10

14/03/2017 05:46   
Le capitaine et le sergent-chef dans la salle de consultation du camp. -

Un médecin et une infirmière de l’Ensoa de Saint-Maixent-l’École soignent les populations autour d’Abéché (*), un camp militaire français au Tchad.

De notre envoyé spécial

A l'entrée du camp, chaque matin, c'est la cour des miracles : 150 personnes se présentent pour être soignées. « Nous devons faire un tri et, au final, nous n'en voyons qu'une cinquantaine par jour. » Le capitaine Alexandre, 31 ans, médecin à l'Ensoa et urgentiste occasionnel à l'hôpital de Niort, reconnaît que ce « tri » est techniquement difficile et moralement pénible, mais qu'il est « absolument indispensable car on ne peut pas soigner les gens malgré eux. »

Une vieille tradition française

Pour 4 mois, cet officier, épaulé notamment par le sergent-chef infirmier Isabelle, également de l'école de Saint-Maixent, est en poste dans cette ville où les équipements médicaux ne manquent pas, mais auxquels la population n'a guère accès. « Ces consultations que nous donnons ici ou dans des villages (jusqu'à 100 km d'Abéché) constituent près de 80 % de notre activité », explique le jeune médecin militaire. Le reste de leur temps, ils l'occupent à faire de la formation, de la prévention et de la sensibilisation à l'hygiène. « J'ai aussi un rôle un peu politique » confie-t-il.

Le prestige dont jouit la médecine française fait du médecin une personnalité. Lui et le commandant du camp (un capitaine du RICM de Poitiers) ont d'ailleurs été invités au récent mariage du gouverneur. « Du fait de ma fonction, j'ai des contacts directs et clairement désintéressés avec le gouverneur, les autorités médicales et les confrères de l'hôpital et des cliniques d'Abéché, explique le capitaine, et je mets cela à profit pour mettre le doigt sur des problèmes et proposer en même temps des solutions. » Il ajoute : « C'est une vieille tradition militaire française, comme à Faya-Largeau, et personne, ici, ne la remet en cause. »

Le sergent-chef Isabelle le reconnaît : « Loin de tout, on est plongé dans une réalité où on est responsable à 100 % de nos décisions et actes. » Elle poursuit : « Ici, la pression sécuritaire est moindre, ce qui nous permet de faire notre métier à fond, médicalement et humainement. » Ce qui ne l'empêche pas, comme le médecin, d'être armée lorsqu'elle sort du camp.

Consultations et médicaments sont gratuits, « mais nous ne voulons pas créer une dépendance », souligne le capitaine. Le jour où nous l'avons rencontré, il recevait un homme brûlé à la jambe : « Nous l'avons soigné et invité à revenir régulièrement pour les soins, ce qu'il n'a pas fait ; aujourd'hui la plaie s'est sérieusement infectée.

S'il ne fait pas ce qu'on lui dit, on ne le recevra plus ici : j'ai plein d'autres patients, certains qu'on peut guérir définitivement, voire sauver. Ils sont notre priorité. »
Au quotidien, ils font des miracles. Jamais de remerciements : « On n'est pas là pour cela. » Ses camarades de promotion installés dans le civil gagnent plus de deux fois sa solde : « On ne fait pas ça pour cela », commente sobrement le jeune médecin.

(*) 2e ville du Tchad, plus de 100.000 habitants ; 700 km au nord de N'Djamena, 150 km à l'ouest du Soudan.

Bruno Besson
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25513
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . Empty
MessageSujet: Re: Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad .   Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . Icon_minitime2017-03-14, 08:39

Honneurs a notre Service de Santé .

Merci pour l'info , René .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . 908920120 Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . Cocoye10 Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
 
Un médecin et une infirmière de Saint- Maixent au Tchad .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Incroyable!! Une infirmière enregistre les instructions de sa chef de service...
» Ecole ENSOA à Saint - Maixent -79.
» Un cinquième bataillon voit le jour a Saint-Maixent l'école : ENSOA
» Infirmière en Indochine
» Un certain 14 juillet à St Maixent avec deux anciens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Bar de l'Ancien, les Infos du Monde-
Sauter vers: