Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -35%
Climatiseur électrique mobile – TECTRO ...
Voir le deal
114 €

 

 30 MARS 1954 à DBP

Aller en bas 
AuteurMessage
Aokas
Admin
Aokas


Masculin
Nombre de messages : 4031
Age : 81
Date d'inscription : 23/06/2007

30 MARS 1954 à DBP Empty
MessageSujet: 30 MARS 1954 à DBP   30 MARS 1954 à DBP Icon_minitime2008-03-30, 08:43

le 3O mars au soir nouvelle offensive Viêt-Minh....

Langlais met l'accalmie à profit pour faire le tour des positions françaises. Il découvre avec surprise les faiblesses du 3e bataillon du 3e RTA et du 1er bataillon du 4e RTM. Les retranchements sont insuffisants, les unités sont à bout de souffle, mal équipées, sous-encadrées et disposent d'effectifs incomplets. Le 5e BPVN et le 1er BEP doivent fournir chacun une compagnie pour étayer ces positions. La relève est fixée au 30 mars vers 18 heures. Vers 17 heures, les Dominique et les Eliane sont noyées sous un déluge de feu. Apercevant les parachutistes qui gravissent les pentes, les tirailleurs algériens de la 11e compagnie du lieutenant Chataigner abandonnent Dominique 1. Sous le commandement du lieutenant Poirier, les 40 légionnaires de la 2e compagnie de mortiers mixtes de la Légion étrangère (2e CMMLE), positionnés sur Dominique 1, résistent seuls avec leurs armes individuelles. Puis ils sont rejoints par les parachutistes Vietnamiens de la 4e compagnie du capitaine Martinais qui ont rallié une trentaine de tirailleurs. Le régiment 165 va perdre 400 tués et probablement le double blessés en deux heures avant d'emporter la décision. Seuls quelques blessés réussiront à rejoindre les lignes françaises.

Sur Dominique 2, les 9e et 10e compagnies de tirailleurs algériens succombent rapidement. Il faudra les tirs à bout pourtant des 105 du lieutenant Brunebroucke en appui de la 12e compagnie pour stopper leur ruée vers les positions centrales du camp retranché.

Eliane 2

Sur Eliane 2, la 1ère compagnie du 1er BEP réussit à rallier les tirailleurs marocains et fait face aux 3.000 bo doïs du régiment 95 montent à l'assaut. A minuit, la position tient encore alors que le commandement la croit perdue. Le lieutenant Luciani intercepte un message radio ordonnant un tir sur ses positions. Les canons et les mortiers français vont désormais encager son périmètre et ravager les rangs ennemis. Ravitaillés en munitions par les aviateurs du capitaine Charnod transformés en porteurs, les légionnaires et les Marocains rejettent à plusieurs reprises les Viets hors de leurs lignes. Vers deux heures du matin, la situation devient désespérée car l'ennemi semble prêt à tous les sacrifices pour prendre Eliane 2.

Puis une compagnie du 6e BPC au nord et la 2e compagnie du BEP au sud s'avancent pour contre-attaquer. Devant la violence de l'intervention, les Viets finissent par décrocher. Le lendemain, une compagnie du 8e choc reprend Dominique 2 a un bataillon viet. Une compagnie du 6e BPC fait de même sur Eliane 1. Mais vers 15 heures, les restes de ces deux unités doivent abandonner leurs positions faute de réserves.

Sur Eliane 2 les combats restent toujours aussi acharnés. Bigeard refuse d'évacuer la position. Il fait confiance au 1er BEP et au 1er bataillon de la 13e DBLE pour tenir la position. Les Viets continuent de monter à l'assaut par un ravin au sud-est, les Champs-Elysées mais ils sont taillés en pièces. Vers 8 heures du soir le capitaine Russeil est déchiqueté par un obus de mortier. Le radio Guenzi traîne alors le corps de son chef vers l'arrière puis retourne au combat. Ses camarades de la 13, des parachutistes du BEP ou du BPVN, des tirailleurs marocains et Thaï continuent à combattre par petits groupes composites autour d'un chef ou d'une arme lourde. La section lourde du 8e choc puis 3 chars Chaffee rejoignent les défenseurs. Le Bazeille est détruit par un bazooka mais son équipage peut l'évacuer.

30 MARS 1954 à DBP 1bep-010
1er BEP

30 MARS 1954 à DBP 6bpcre11
6 ème BPC

30 MARS 1954 à DBP 8bpc2610
8 ème Choc

30 MARS 1954 à DBP Chaffe11
Char Chaffee

___________________________________ ____________________________________

Aokas
14ème RCP - 9ème RCP
AFN
194658

30 MARS 1954 à DBP Vet11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



30 MARS 1954 à DBP Empty
MessageSujet: Re: 30 MARS 1954 à DBP   30 MARS 1954 à DBP Icon_minitime2008-03-30, 09:53

Merci Aokas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



30 MARS 1954 à DBP Empty
MessageSujet: Re: 30 MARS 1954 à DBP   30 MARS 1954 à DBP Icon_minitime2008-03-30, 14:54

Merci
Pour infos ,
quand j étais a n Djamena,l'adjudant pautard nous avais fait construire une sorte de bunker qu il appella éliane 2.
surement en homage au para de cette periode.
il etait dur et juste un vrai para
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



30 MARS 1954 à DBP Empty
MessageSujet: Re: 30 MARS 1954 à DBP   30 MARS 1954 à DBP Icon_minitime2008-03-30, 19:53

merci Aokas

pour cette tragique page de notre Histoire!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



30 MARS 1954 à DBP Empty
MessageSujet: Re: 30 MARS 1954 à DBP   30 MARS 1954 à DBP Icon_minitime2008-03-30, 20:03

Merci AOKAS pour cette suite sur DBP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





30 MARS 1954 à DBP Empty
MessageSujet: Re: 30 MARS 1954 à DBP   30 MARS 1954 à DBP Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
30 MARS 1954 à DBP
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 11 MARS 1954 AA à DBP
» DBP 22 MARS 1954
» 28 MARS 1954 à DBP..................
» 31 MARS 1954 à DBP
» mars 1954

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Indochine-
Sauter vers: