Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Le Tome 41 de Berserk sort dans une semaine : faut-il craindre une ...
Voir le deal

 

 La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956 Empty
MessageSujet: La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956   La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956 Icon_minitime2016-03-13, 18:30

13 Mars 1956 :

Accrochage près de Foum Toub, 15 soldats tués, les rebelles laissent 16 morts et 7 prisonniers.

Le FLN fait courir le bruit que le lait destiné aux enfants musulmans donné dans les écoles est empoisonné, on note un retrait des enfants.

Dès la fin du mois de janvier 1956 se dessine un mouvement de départs massifs de travailleurs algériens de la métropole vers l'Algérie.

Le 13 mars, le Journal d'Alger fait état de ces retours en en soulignant le caractère définitif.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, cités par le journal, 8576 Algériens auraient regagné l'Afrique du Nord en février 1956, contre 4 127 au cours du même mois de l'année passée.

Entre le 1er et le 6 mars, le nombre des départs se serait élevé à 2 177. Le 14 mars 1956, Le Monde signale que " les travailleurs algériens quittent la région du Nord en plus grand nombre. [ ... ]

Jusqu'ici, les départs n'étaient qu'isolés; actuellement ils s'opèrent par petits groupes qui semblent obéir à des consignes venues d'Algérie.

On se demande s'il ne faut pas voir là l'application d'une méthode de recrutement d'hommes destinés à grossir les rangs des hors-la-loi."

Selon le quotidien parisien, la plupart de ces départs suivraient de près la réception de télégrammes toujours libellés dans les mêmes termes:

"Mère malade, rentrez d'urgence en Afrique". R. Villars, dans La Vie française du 23 mars 1956, affirme, lui aussi, que "les départs étaient organisés selon un plan d'ensemble" à la suite de la réception de lettres ou de télégrammes qui ont été adressés parmi les Algériens employés à la construction du barrage de Serre-Ponçon et qui quittent le chantier au rythme de 10 à 15 par jour depuis un mois, tout d'abord aux travailleurs originaires de la région de Tlemcen (début mars), puis à ceux originaires de Sidi Aïch (vers le 10), enfin à ceux de Nedroma et de Marnia (à partir du 20 mars).

Cette "instabilité anormale, qui s'est sérieusement accrue depuis le début de l'année 1956" de la main-d'œuvre nord-africaine inquiète le patronat, dans la mesure où elle aggrave encore la pénurie de personnel et désorganise la production.

Le manque de personnel devient un thème obsessionnel de la presse patronale.

En mai 1956, ce problème est l'objet essentiel du discours que prononce M. Pabanel à l'occasion du banquet annuel de son organisation: "Le déficit [de main-d'œuvre] s'évaluait à près de 25 000 ouvriers spécialisés, il y a quelques mois, et si nous avons déjà pu réduire l'écart par l'immigration, nous devons poursuivre nos efforts dans ce domaine et ceci d'autant plus que nous devons tenir compte du déficit causé par le rappel des disponibles, le maintien du contingent sous les drapeaux et l'exode des Nord-Africains les plus qualifiés.

" Une enquête réalisée en février, auprès d'entreprises de la région parisienne, employant une nombreuse main-d'œuvre algérienne, confirme l'ampleur et la précipitation de ces démissions et les difficultés qu'elles suscitent dans certains secteurs.

À la société Rateau, de La Courneuve, sur 160 Nord-Africains, 17 ont quitté l'entreprise entre le 10 et le 17 février.

La Compagnie industrielle et commerciale de robinetterie et accessoires, également de La Courneuve, a enregistré, en un mois et demi, une trentaine de démissions sur les 150 Algériens qu'elle utilise.

À la Raffinerie Lebaudy, qui occupe 450 Algériens sur un effectif total de 1 000 personnes, le rythme des départs hebdomadaires a été multiplié par trois ou quatre par rapport à 1955.

Toujours selon la même source, "8% des ouvriers nord-africains d'Ivry auraient regagné l'Algérie" au cours du seul mois de février 1956.


Le caractère souvent définitif de ces retours en Algérie semble être attesté par l'importance des mouvements de fonds qui les accompagnent.

"Les voyageurs se rendant dans les départements d'Afrique du Nord peuvent, aux guichets de notre institut d'émission, se faire délivrer des billets de banque algériens; les autres établissements financiers s'adressent également à la Banque de France pour obtenir ces mêmes espèces.

Or, à Paris, en janvier et février 1956, une très nette augmentation des sorties par rapport aux mois correspondants de l'année précédente a été constatée:
1955 1956
Revenir en haut Aller en bas
GIPEGE

GIPEGE


Masculin
Nombre de messages : 306
Age : 78
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 15/07/2010

La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956 Empty
MessageSujet: Re: La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956   La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956 Icon_minitime2016-03-14, 17:14

L'emploi d'Algériens dans l'industrie Française était quasi obligatoire, si l'on voulait pouvoir employer
des travailleurs immigrés d'autres origines (Portugais, Italiens, Polonais...) cela permettait de soulager l'économie Algérienne qui, sans cela, aurait dû prendre en charge ces "travailleurs" qui du coup étaient à la charge de la métropole.
A ce sujet, lire le bouquin de Daniel LEFEUVRE: "Chère Algérie" . Bernard Lugan a salué son travail.
Comme dans la plupart des cas, les "colonies" si elles ont enrichi quelques Français, ont coûté très cher
à la France...et celà sans profit, pour se faire maintenant caracher à la gueule! La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956 73951
Revenir en haut Aller en bas
 
La guerre d'Algérie au jour le jour 13 mars 1956
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Algérie-
Sauter vers: