Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-38%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
19.91 € 31.99 €
Voir le deal

 

 le Tigre Noir du Delta.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



le Tigre Noir du Delta. Empty
MessageSujet: le Tigre Noir du Delta.   le Tigre Noir du Delta. Icon_minitime2015-08-31, 15:42

Source : FORCES TERRESTRES
=========
L’adjudant-chef Roger Vandenberghe, le « Tigre noir » d’IndochinePosté dans Forces terrestres,
Histoire militaire par Laurent Lagneau Le 30-08-2015

lol!  lol! À 24 ans, Roger Vandenberghe avait déjà derrière lui un grand passé de soldat. Adjudant-chef, il était chevalier de la Légion d’Honneur, titulaire de la Médaille Militaire et de 15 citations, dont 6 à l’ordre de l’armée. Sans compter les blessures reçues au combat : 12 au total!

La vie n’a pas été tendre avec Roger Vandenberghe, né à Paris le 27 octobre 1927 dans un milieu extrêmement modeste. Son père, invalide de guerre d’origine belge étant atteint de turberculose, sa mère, juive espagnole, a du mal à faire vivre la petite famille, d’autant plus qu’elle tombe malade à son tour. Aussi, en 1932, il est placé, avec son frère aîné, Albert, à l’assistance publique.

Après trois années difficiles en internat, les deux frères sont confiés à deux familles de cultivateurs du village de Castillon d’Arthez, dans le Béarn : Roger est placé chez les Lacomme et Albert chez les Lafitte.

Les deux enfants peuvent alors s’épanouir. Seulement, Roger donne du fil à retordre à ses instituteurs : à la salle de classe, il préfère battre la campagne, se livrer au braconnage ou encore participer aux travaux des champs.

En septembre 1939, Roger et Albert perdent leur père, victime de la tuberculose. Leur mère, raflée par les nazis en 1943, meurt en déportation. Un an plus tard, les deux frères entrent dans la Résistance et rejoignent la Compagnie Peillon du Corps Franc Pommiès, qui, au niveau opérationnel, dépend directement du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), créé par le général de Gaulle à Londres. Ils prennent alors part aux actions de harcèlement des troupes ennemies dans les secteurs de Monein et d’Arthez de Béarn.

Après la libération du département, Roger est affecté à une unité de surveillance de la frontière franco-espagnole. Puis il rejoint plus tard le Corps Franc Pommiès à Dijon. Début 1945, en Alsace – il n’a alors que 17 ans – il obtient sa première citation à l’ordre du régiment pour avoir une mission de reconnaissance au cours de laquelle il a été blessé.

À la fin de la guerre, il décide de s’engager dans l’armée. Comme son aîné. Il est alors affecté avec les galons de caporal à la 2e compagnie du 49e Régiment d’Infanterie (RI) avant de se porter volontaire, avec son frère, pour l’Indochine, où le Vietminh vient de lancer ses opérations.
En janvier 1947, les frères Vandenberghe embarquent avec le 1er Bataillon du 49e Régiment d’Infanterie de Bayonne à destination de l’extrême-Orient. Douze jours après son arrivée, Roger s’illustre à nouveau et obtient une nouvelle citation – sa première en Indochine. Il fait alors preuve de courage à toute épreuve. Et d’audace aussi.

« Exemple de soldat toujours présent pour les postes difficiles en même temps que meneur au combat. A été depuis le début des opérations dans le secteur de Tourane, volontaire pour toute les missions. S’est particulièrement fait remarquer le 14 février 1947, devant le village de Mienh Beng, en continuant à avancer et à tirer debout sous le feu des défenseurs du village », dit le texte de cette citation

Le 49e RI étant dissous, Roger et Albert sont mutés à la 10e compagnie du 6e Régiment d’Infanterie Coloniale (RIC) et commandent chacun une section de supplétifs indochinois. L’un et l’autre se font remarquer par les succès qu’ils obtiennent sur le terrain.

Le 6 janvier 1948, Roger subit un coup dur : Albert, 22 ans et demi, titulaire de la Médaille Militaire et de 6 citations, est tué au cours d’une opération à Ha Dong. Dès lors, sa détermination n’en sera que davantage renforcée.

Muté à la 5e compagnie du 6e RIC, le sergent Roger Vandenberghe multiplie les opérations audacieuses avec sa section de supplétifs. Chargé le plus souvent d’effectuer des missions de reconnaissance, avec une certaine liberté d’action, il s’infiltre dans les lignes de l’ennemi, assimile les modes opératoires de ce dernier et développe ses propres tactiques d’une manière empirique. Sa réputation, excellente, est vite établie, ce qui ne va pas sans susciter quelques jalousies…

Mais, en février 1949, il s’en faut de peu pour que le jeune sergent soit tué au combat : touché à la poitrine – une balle a manqué d’atteindre le coeur -, il est rapatrié en France. Il est fait chevalier de la Légion d’Honneur à l’âge de 21 ans.

Après plusieurs mois de convalescence, Roger Vandenberghe retrouve l’Indochine et accompli de nouveaux faits d’armes. C’est ainsi qu’en 1951, à la tête de sa section, il ira récupérer le corps du lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny, tué à l’ennemi lors de l’attaque de Ninh Binh.

Plus tard, le père de Bernard, le général de Lattre de Tassigny, alors commandant le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient, décide la création des commandos Nord-Vietnam. Il s’agit de mettre sur pied des unités légères avec des supplétifs, encadrés par des sous-officiers et des officiers français. L’objectif est de porter des coups au Vietminh en employant les mêmes méthodes que lui.

Ainsi, 8 commandos sont d’abord créés. Leur nombre montera jusqu’à 45 au total, dont le commando n°24, confié à l’adjudant-chef Roger Vandenberghe. Ce dernier peut compter notamment sur deux proches : les sergents Puel, un Béarnais issu, comme lui, du 49e RI, et Tran Dinh Vy, un ancien instituteur qui finira, plus tard, colonel de la Légion étrangère.

Ce commando n°24 multiplie les raids en territoire ennemi, ce qui lui vaut rapidement une solide réputation. Pour ce type de missions, menées dans les environs de Nam Dinh, Ninh Binh et Phu Ly, les hommes de Vandenberghe portent une tenue noire comme celle des paysans indochinois, également adoptée par le Vietminh. Et cela afin de créer de la confusion chez ce dernier… D’où le surnom donnée à l’unité commandée par le jeune sous-officier : les « Tigres noirs ».

Parmi les coups de mains audacieux de l’adjudant-chef Vandenberghe, l’on peut citer celui où, s’étant fait passer pour prisonnier de ses propres hommes déguisés en soldats du Vietminh, il a attaqué un PC ennemi après avoir parcouru plusieurs kilomètres en territoire hostile. Les documents récupérés à cette occasion renseigneront les forces françaises sur les préparatifs d’une grande offensive planifiée par l’état-major du général Giap.

« Semant à chaque fois la panique chez 1′adversaire auquel il ne laisse aucun répit, le Commando Vandenberghe lui a infligé en quatre mois des pertes s’élevant à 193 tués et 25 prisonniers. lia récupéré en zone vietminh 8 mortiers, 2 pistolets mitrailleurs, 19 fusils, 5 pistolets, 250 mines, de nombreuses grenades et des documents importants (…). Unité d’élite, d’une ardeur et d’un esprit offensif rarement égalés a contribué à créer en zone Sud un complexe de supériorité générateur de succès et a affirmé au Tonkin la doctrine des troupes de choc de la Première Armée Française », peut-on ainsi lire dans une citation à l’ordre de l’armée attribuée aux « Tigres Noirs » en septembre 1951.

Cependant, recruter des supplétifs ou parmi d’anciens combattants vietminh faits prisonniers n’est évidemment pas sans risque. Et l’adjudant-chef Vandenberghe, qualifié de « meilleur soldat d’Indochine » par de Lattre, le paiera de sa vie.
Le 5 janvier 1952, le sous-lieutenant Nguien Tinh Khoï, fait prisonnier quelques mois plus tôt alors qu’il servait dans les rangs vietminh avant de rejoindre le commando n°24, assassine l’adjudant-chef Vandenberghe de la plus lâche façon qui soit en lui tirant dessus dans son sommeil. Le sergent Puel connaîtra également le même sort.

« Jeune chef de guerre de 24 ans, au passé légendaire d’un courage hors de pair et frisant parfois la témérité, qui a porté de rudes coups aux rebelles au cours de quatre ans de séjour dans le Nord Viet-Nam, à la tête de son commando, dont il avait fait un magnifique instrument de combat grâce à sa valeur personnelle et son sens du commandement. (…) Restera pour tous un magnifique exemple de devoir et d’abnégation poussé jusqu’au suprême sacrifice », peut-on lire dans le texte de la citation qui lui sera décernée à titre posthume.

Pour en savoir plus : « Vandenberghe, le seigneur du delta (Le Livre de poche)« , par Erwan Bergot
==============================
le Tigre Noir du Delta. Vanden10
=======================================
VIDEO L'ADJUDANT CHEF ROGER VABDENBERGUE EST LE SOUS - OFFICIER QUI RAMENA DANS LES LIGNES FRANCAISES LA DEPOUILLE DU LT BERNARD DE LATTRE DE TASSIGNY  * Fils du General du meme nom
l"ARMEE FRANCAISE RECIDIVERA EN ALGERIE DE ( 54 A 62) AVEC LE COMMANDO GEORGES - UNITE CONSTITUEE DE FELLAGHAS RALLIES
MAIS LE LT GEORGES AURA BEAUCOUP PLUS DE CHANCE QUE L'ADJUDANT CHEF R.VNDENBERGHE- IL NE SERA PAS LACHEMENT ASSASSINÉ PAR UN DES SES HOMMES..
RECOMMENCERONS NOUS LES MEMES ERREURS DANS LES CONFLITS A VENIR?
=================
RESPECT
Kanesataké.
===========================
https://www.youtube.com/watch?v=xC8SpyM3EiY
=====================================


Dernière édition par Kanesatake le 2015-08-31, 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25289
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

le Tigre Noir du Delta. Empty
MessageSujet: Re: le Tigre Noir du Delta.   le Tigre Noir du Delta. Icon_minitime2015-08-31, 15:59

Merci René  le Tigre Noir du Delta. 926774

Un "Homme" exceptionnel , était toujours sans Galons

J'éprouve pour lui , le plus profond "Respect"

le Tigre Noir du Delta. 1996631456  le Tigre Noir du Delta. 1996631456  

le Tigre Noir du Delta. 1503206914  

le Tigre Noir du Delta. 2997794832  le Tigre Noir du Delta. 1201430414  le Tigre Noir du Delta. 3031951924  le Tigre Noir du Delta. 2196632332  le Tigre Noir du Delta. 4054038949

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

le Tigre Noir du Delta. 908920120 le Tigre Noir du Delta. Cocoye10 le Tigre Noir du Delta. 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



le Tigre Noir du Delta. Empty
MessageSujet: Re: le Tigre Noir du Delta.   le Tigre Noir du Delta. Icon_minitime2015-08-31, 17:35

Je tiens a remercier Jojo Delobel - secretaire des anciens d'Indochine de la Ville de Valenciennes (59)
pour sa participation dans ce complément d,informations concernant l'Adudant Chef Roger Vandenberghe pour la période 39-45
====================
Vandenberhe , un héros d'Indochine, ancien du CFP -
Roger VANDENBERHE, est né le 26 octobre 1927 à Paris, il est avec son frère Albert pris en charge par l'Assistance Publique. En 1940, tous deux suivent une colonne de réfugies parisiens et sont recueillis en juin par la famille LACOMME à Castillon d'Arthez, village béarnais.
Ne pouvant supporter l'occupant, se trouvant en bordure de la frontière espagnole, il a 13 ans quand il intégre une organisation de passeurs. Au cours de ces opérations, il aura réussi plus de 200 passages de frontière.
Il cherche à s'engager dans les rangs de la résistance et fait la connaissance du Corps Franc Pommiès et s'y engage à 16 ans.
Le 3 juillet, il est contacté par Jeannot, qu'il connait bien et qui l'invite à rejoindre son frère Albert, déjà parti au maquis depuis une quinzaine de jours. Accepté, intégré, il prend une part active aux combats de la Seconde Guerre mondiale. Le premier auquel il participe a lieu le 22 août 1944, il s' agit de l'attaque d'une colonne de cyclistes allemands retranchés au nord d'Arthez.
La libération du Béarn ayant touché à sa fin, depuis Mauléon, la 5° Compagnie du Capitaine PEILLON, à laquelle il appartient embarque pour la poursuite des combats dans les Vosges avec ses nombreux amis du 2° Bataillon. Du 12 au 27 novembre la 5°Compagnie tient les positions du col de Mesnil aux abords de Bussang.
Poursuivant son avancée elle atteint le Lochberg, puis c'est la crête du Brennwald, sous les tirs ennemis. Les dégats sont importants. Sont touchés : le Colonel de CARRERE, le Commandant de MAUPEOU. Le Sous-Lieutenant Saint VOIRIN est tué. Le capitaine PEILLON appelle Raymond BEGUE, le chef de section et lui demande de faire taire l'automoteur qui a causé ces pertes. Sous les ordres de BEGUE, VANDEN rage ! « En avant » . VANDEN fonce vers l'emplacement où pouvait être installé l'ennemi. La section suit en formation éclatée, personne. L'automoteur est repéré à une centaine de mètres sur la droite. «VANDEN, VANDEN», venez ici ! Ne partez pas seul ! Il fonce. Rien ne l'arrêtera, ni personne. Deux camarades le suivent. Ça y est, une énorme carcasse grise enfouie sous la neige apparaît, une croix noire sur la tourelle. Deux allemands qui ont été surpris sont abattus. Le véhicule dégage. La route est libre vers Ramersbach, Schlifels et Oderen.
Puis c'est la poche de Colmar, Décembre 1944 et janvier 1945, le terrible hiver de la campagne d'Alsace sur le Haut Kruth entre Gompkopf et Griepkopf. Le 2 février, Il faut reprendre la progréssion en dégageant le terrain truffé de mines. Mission périlleuse. Trois volontaires se sont présentés qui ont sautés, quatre suivent, blessés à leur tour; Qui va poursuivre ? Un colosse se présente, enfoui sous sa veste couverte de boue. Il s'avance dans le couloir, se couche et commence le travail de déminage parvenant à dégager 4 cylindres noirs. Soudain il se relève et part seul vers le carrefour indiqué. Reviens ! Reviens ! Non, il sait que la reconnaissance de ce carrefour est l'objectif de la mission. Il y va. Il adisparu dans la brume. Une rafale... une explosion. Regarde, c'est lui ! Après avoir abattu un allemand au carrefour, il revient par les lisières, lorsqu'il saute sur une mine. Blessé, il est trainé jusqu'à l'infirmerie. Un vieil infirmier l'interroge : « Comment t'appelles-tu ? - Roger - Ton nom ? - VANDENBERGHE, on m'appelle VANDEN - Quel âge as - tu ? - Je viens d'avoir 17 ans.»
L'infirmier rejoint le médecin et lui dit : « Un sacré type. Il ne se plaint pas. Un sacré bonhomme, ce gosse.»
Première blessure, première citation. Les plaies vite cicatrisées, trois semaines plus tard il est opérationnel. Les patrouilles se succèdent. Rien ! Une maison suspecte a été repérée. Il faut savoir. Comment faire ? Une patrouille ? trop bruyante, Un seul homme, pourquoi pas. VANDENBERGHE est désigné. À la nuit, il se glisse vers la forêt et s'approche de l'objectif. Il rampe, écoute, repart et parviens à entrer dans la masure qu'il trouve vide. Il va y passer la nuit en poursuivant des recherches dans les pièces qu'il découvre. il butte sur une vareuse d'officier allemand. Il l'inspecte. Une poche intérieure est pleine de documents qu'il récupère. A sept heures il rejoint sa section et remet les documents à son chef de groupe. Il a ramené la sacoche d'un officier allemand de l'état-major de la division allemande voisine, les informations qu'elle contient sont de la plus haute importance.
Tout jeune il a été au Corps Franc Pommiès à la dure école de la formation militaire et de l'apprentissage du métier de soldat.
Après la campagne d'Allemagne il sera, en occupation à Berlin avec le 49° RI ex CFP.
Il donne une suite à cet engagement en partant pour l'Indochine au sein du Bataillon de Marche du 49° RI. Il est rapidement au coeur des combats les plus durs. Sa réputation grandit avec ses succès. Le Viet Minh met sa tête à prix.
Quelques hommes, feront échouer l'offensive d' un régiment Viet Minh parti à la conquète des pitons de Nihn Binh en les prenant à revers . Ces hommes sont le commando des Tigres Noirs de VANDENBERGHE constitué avec les premiers prisonniers capturés. Ils sont vêtus de noir et leur chef lui même, vêtu d'un pyjama noir et d'une veste matelassée, porte le casque de latanier marqué de l'étoile du Viêt-minh. Il dénote à côté des officiers que le Maréchal DE LATTRE DE TASSIGNY a réunis à Phu Ly. Le voyant au loin le fixant du regard, il demande à son fils : « Bernard, qui est cet homme ? » Ce dernier répond : « c'est VANDENBERGHE , il est connu de tous entre le Day et le fleuve Rouge.»
De Lattre s'approche. A six pas, VANDENBERGHE le salue.
« Tu es adjudant, paraît-il. Que fais-tu dans cette tenue et sans galons ?»
« Mon Général, je reviens de la guerre. Je ne porte jamais de galons par ce que je me déplace seulement en zone viêt.»« Et tu crois que c'est payant ?»
« Oui, je vais les chercher dans leur zones, il m'arrive de les faire sauter avec leurs grenades ou les mines que je leur ai fauchées. Ce matin, j'ai ramené un officier qui connaît le stationnement de la brigade 304...»
Jeune adjudant, il n'a que 24 ans !
6 janvier 1952, 1h. 30. dans la nuit, sa belle histoire s'achève dans la forêt du Delta, il est assassiné par un traître, abattu sur sa couche. On a constaté 80 points d'impact sur son lit. Il avait 25 ans. Il est inhumé au cimetière militaire de Nam Dinh.
Sa dépouille mortuaire a été ramenée à Castillon d'DAthez, où il repose à côté de son frère depuis 1987.
Il a été blessé 12 fois, par balles et par éclats. Il est le soldat le plus décoré de l'Armée Française. Chevalier de la Légion d'Honneur, Medaille Militaire, cité 18 fois dont 11 à l'ordre de l'Armée.
Cas sans précédent, un Sous- Officier commande un Bataillon. On vit à Cholon un Capitaine commandant une Compagnie de renfort se mettre sous les ordres d'un Tigre Noir Adjudant- Chef. Partout où paraît VANDEN les Viets sont battus.
C'est à Paris, dans la cour des Invalides qu'une citation posthume à fait de Roger VANDENBERGHE « Un Héros National»
===============
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25289
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

le Tigre Noir du Delta. Empty
MessageSujet: Re: le Tigre Noir du Delta.   le Tigre Noir du Delta. Icon_minitime2015-08-31, 19:14

Merci a toi René et a Jojo

Je ne connaissais pas la jeunesse de Roger VANDENBERGHE .

Décidemment , c'était un Grand Guerrier   le Tigre Noir du Delta. 926774

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

le Tigre Noir du Delta. 908920120 le Tigre Noir du Delta. Cocoye10 le Tigre Noir du Delta. 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



le Tigre Noir du Delta. Empty
MessageSujet: Re: le Tigre Noir du Delta.   le Tigre Noir du Delta. Icon_minitime2015-08-31, 20:36

Un bel exemple de fonceur !! La bagarre , c'était sa vie !! il ne vivait que pour çà et mourra comme un chef assassiné par un lâche !  Dans la guerre tout les coups sont permis, ce jour là il avait perdu sa "Baraka"!! j'admire ce "Héros" d'un autre temps !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





le Tigre Noir du Delta. Empty
MessageSujet: Re: le Tigre Noir du Delta.   le Tigre Noir du Delta. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
le Tigre Noir du Delta.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment la Delta Force a neutralise Al Guerre Al-Baghdadi: comment la Delta force a mené l’opération «Kayla Mueller» Jean-Dominique Merchet Jean-Dominique Merchet 28 octobre 2019 à 17h45 L’opération des forces spéciales américaines contre le calife . ..
» QUAND ON NAIT NOIR , ON EST NOIR
» LE DELTA FORCE
» Le variant Delta & le futur des vaccins .
» 15 mars 1962, les commandos Delta frappent à Chateau-Royal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Indochine-
Sauter vers: