Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

 

 Grand Combattant André Maginot

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Grand Combattant André Maginot Empty
MessageSujet: Grand Combattant André Maginot   Grand Combattant André Maginot Icon_minitime2015-06-08, 15:45

Les Grands Combattants Volontaires

MAGINOT André

La « Ligne Maginot », prise à revers en juin 1940, symbole de défense statique, voire passive, aux yeux de nombreux observateurs, n’est en rien le reflet de la vie d’André Maginot, qui est décédé en 1932, au tout début de construction de cet ouvrage de fortification qu’il n’avait ni conçu ni réalisé, même si les premiers crédits en avaient été obtenus par son ministère.[/i]

Mais pour une opinion publique mal informée, les déboires de la Ligne Maginot, ouvrage devenu défaillant dans sa finalité en raison du manque de clairvoyance de quelques grands chefs du début de la Seconde Guerre Mondiale, et du refus de le prolonger jusqu’à la mer du Nord opposé par nos alliés du Benelux, demeurent fâcheusement associés à la mémoire du ministre André Maginot qui ne méritait certainement pas cela.
Tout au contraire, André Maginot a été un grand combattant volontaire, précurseur de la forme particulière de combat des corps francs, commandos et autres unités spéciales, combattant en petites unités, opérant isolément et sans aucune protection, afin d’assurer des missions périlleuses ou délicates de renseignement, de sabotage ou de guérilla.
Grand Combattant André Maginot Mini_dot_orange  Grand Combattant André Maginot Mini_dot_orange  Grand Combattant André Maginot Mini_dot_orange
André Maginot naît le 17 février 1877 à Paris, d’une famille lorraine.
Il fait de brillantes études, notamment au lycée Condorcet à Paris, obtient une licence de droit et le diplôme de l’Ecole libre des sciences politiques, dont il sort premier à vingt ans.
Reçu au Conseil d’Etat, il est élu député de la Meuse en 1910. Membre de la Commission de l’armée au parlement, il devient sous-secrétaire d’Etat à la guerre en 1913.
Le 1er août 1914, c’est la mobilisation générale en France. André Maginot, âgé de 37 ans, est veuf avec deux enfants. En sa qualité de député, il est exempté de servir sous les drapeaux.
Il s’engage comme simple soldat au 44 e régiment d’infanterie territoriale dans le secteur de Verdun.Trois jours plus tard, c’est la déclaration de guerre. André Maginot se retrouve aux avant-postes, avec deux autres députés volontaires, et monte en ligne dès le 13 août.
Le soldat Maginot participe à de nombreuses missions de reconnaissance chargées de renseigner le commandement sur les positions allemandes. Le général Montey prend alors l’initiative de constituer un groupe de reconnaissance permanente, composé de volontaires. Ce groupe comprend vingt hommes et le caporal André Maginot en devient le chef. La première mission du groupe de patrouilleurs est menée à bien. André Maginot est nommé sergent le 2 septembre 1914, et cité à l’ordre du jour. Les missions se succèdent et, le 7 octobre 1914, il est cité à l’ordre de la division. Toutes les nuits, le sergent Maginot et son groupe de volontaires s’exposent au feu de l’ennemi et rapportent de précieuses informations au commandement sur les positions avancées allemandes; plusieurs d’entre eux y laissent la vie. Le 8 novembre 1914, le sergent Maginot est décoré de la médaille militaire sur le plateau de Souville, avec une citation à l’ordre du régiment :
Citation :
« Commandant d’un groupe d’éclaireurs volontaires, a dirigé plus de cinquante patrouilles, fournissant d’une façon constante, au milieu des plus grands dangers, les renseignements les plus précieux sur la situation ennemie. Le 6 novembre, grâce à sa connaissance parfaite du terrain, a guidé, au milieu d’une brume épaisse, les bataillons chargés de l’enlèvement de plusieurs villages et a été pour beaucoup dans le succès de cette opération de surprise qui ne nous a coûté que trois hommes blessés. Sous-officier remarquable par sa crânerie personnelle et l’ascendant qu’il a su conquérir sur ses hommes ».
Le lendemain 9 novembre 1914, André Maginot, chargé d’une mission de reconnaissance, se met en route dès 7 heures du matin, avec sa petite troupe de vingt-six hommes. A l’orée d’un bois, pris en embuscade par une soixantaine de soldats allemands, il est blessé de deux balles à la jambe gauche. Ses patrouilleurs vont réussir, après l’avoir défendu durant plusieurs heures sous une grêle de balles, à le ramener dans les lignes françaises. Huit d’entre eux se font tuer ou blesser pour le sauver.
Sa jambe gauche ayant été détruite, André Maginot est invalide. Rentré à Paris, il est conduit au Val de Grâce où il subit plusieurs opérations avant de pouvoir reprendre ses fonctions de député, et de président du Conseil général de la Meuse.
Le 11 janvier 1917, André Maginot est élu président de la Commission de l’armée, en remplacement du général Pedoya. Il devient ministre des Colonies et de l’Afrique du Nord, et membre du Comité de guerre.
Le 12 mars 1919, le président Raymond Poincaré remet à André Maginot, la croix de chevalier de la légion d’honneur, avec la citation suivante :
Citation :
« Ancien sous-secrétaire d’Etat à la Guerre, affecté sur sa demande, à la mobilisation, comme simple soldat au 44 e régiment d’infanterie territoriale, a organisé autour de Verdun une section d’éclaireurs volontaires dont il a pris la direction et dont il a été l’âme . Au cours de plus de cinquante patrouilles en territoire occupé par l’ennemi, a donné l’exemple du plus admirable courage et a été médaillé le 6 novembre 1914. Grièvement blessé le 9 novembre, a tenu toute la journée avec une poignée d’hommes et, malgré ses blessures, contre un ennemi très supérieur en nombre, auquel il a infligé de grandes pertes. Cinq citations, médaille militaire, pour faits de guerre. Deux blessures. » Signé : Pétain.
De 1922 à 1924, le président Poincaré lui confie le portefeuille de ministre de la Guerre, en le maintenant à la tête du ministère des pensions. La carrière politique d’André Maginot se poursuit au cours des années suivantes au cours desquelles il préside l’Office National des Mutilés, puis l’Office National des Combattants en donnant à ces organismes l’impulsion d’humaine solidarité qui les caractérise.
Le 6 janvier 1932, André Maginot meurt de la fièvre typhoïde.
Revenir en haut Aller en bas
miko33

miko33


Masculin
Nombre de messages : 359
Emploi : retraité
Date d'inscription : 12/05/2015

Grand Combattant André Maginot Empty
MessageSujet: Re: Grand Combattant André Maginot   Grand Combattant André Maginot Icon_minitime2015-06-08, 16:48

Grand Combattant André Maginot 27653110
Revenir en haut Aller en bas
 
Grand Combattant André Maginot
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Grand Combattant Guy Schlesser
» Grand Combattant Volontaire André Leroux
» Grand combattant volontaire
» Lettre du Président de la "Fédération Nationale André Maginot" au Seigneur "Marcon"
» Grand Combattant LEROUX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages remarquables (Civils & Militaires)-
Sauter vers: