Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Manga : le contenu du Tome 10 Collector de L’Atelier des Sorciers ...
Voir le deal
-28%
Le deal à ne pas rater :
PNY CS900 Series – Disque SSD 1 To 2,5″ SATA III à 71,99€
71.99 € 99.99 €
Voir le deal

 

 Les connivences de l’Islam et du nazisme .

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25274
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-05-05, 19:29

Les connivences de l’Islam et du nazisme

Dès sa naissance, le nationalisme arabe moderne, a eu des fréquentations troubles.

La résistance à l’influence anglaise et au développement du sionisme, considéré comme le nationalisme juif, s’est accompagnée d’une attirance et d’une collaboration effective avec le régime nazi. Le tournant décisif des années 1930 exacerbe ce phénomène.

L’action du “Grand” Moufti de Jérusalem est très importante dans la constitution de l’idéologie islamiste moderne, axée à la fois sur la reconstitution de la ouma (nation arabe) par des moyens même violents et sur une recherche identitaire s’inspirant des origines de l’Islam, d’où la haine de l’Occident et d’Israël.

L’argent du pétrole a financé pendant deux générations cette haine et sa transformation en dogme de vie. Nourri de Marx et de Hitler, le Baath (et son succédané, le nassérisme) a été le creuset politique où a sombré une partie du Moyen Orient, l’entraînant dans la régression socio-économique et l’éloignant des réalités du monde moderne.

Héros et champion d’un nationalisme arabo-musulman, Haj Amin al Husseini a jeté les bases d’un Islam délinquant et suicidaire (1)

On peut discerner une continuité entre l’idéologie nationale-socialiste et les activismes nationaliste arabe et islamiste.

Le point de départ se situe dans les années 1920/30, pendant lesquelles le nationalisme arabe moderne prend son essor en s’inspirant des totalitarismes européens.

Pendant la période qui suit la 1ère guerre mondiale, plusieurs facteurs peuvent expliquer ces affinités perverses : chute et disparition de l’empire ottoman, la “Sublime Porte” étant supposée représenter le califat de l’Islam et Istanboul, le centre de la nation musulmane ; alliance de “cette nation” avec l’Allemagne lors de la 1ère guerre mondiale et pas d’occupation de terre musulmane par l’Allemagne ; animosité des pays arabes vis à vis de la tutelle de l’Angleterre et de la France après l’effondrement de l’empire ottoman ; apparition du nationalisme juif et haut niveau de développement des implantations juives en Palestine.

Nationalisme arabe et national-socialisme des années 1930

Préoccupée par ses problèmes internes dus à la défaite et à la crise économique en cours, l’Allemagne des années 1930 ne porte qu’un intérêt limité aux questions du Proche-Orient, et laisse les mains libres à l’Italie dans cette région, conformément aux discussions secrètes qui ont accompagné la signature du Traité de l’Axe (24 octobre 1936).

Dans les mois qui ont suivi, l’Italie adopta la cause arabe et, le 18 mars 1937, Mussolini reçut à Tripoli l’”Epée de l’Islam” (sayf al islam) et condamna l’impérialisme britannique et les implantations juives de Palestine.

Un programme de propagande radiophonique antibritannique à l’usage du monde arabe fut émis à partir de Bari.

Et au Yémen, l’Italie soutint Yahia, l’imam du Yémen tout en critiquant la politique des Anglais à Aden. Le mouvement nationaliste et paramilitaire égyptien “misr al fatat” (jeune Egypte) commença par s’inspirer des mouvements de jeunes de Mussolini.

Toutefois, l’Italie ne réussit jamais à séduire les Arabes qui la suspectèrent de vouloir remplacer les Anglais et les Français dans la région, notamment après ses exactions en Libye.

L’Allemagne et le national-socialisme furent plus populaires.

Dès l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933, des messages de félicitation lui parvinrent des pays arabes.

Les Frères Musulmans, en particulier, cherchèrent à l’islamiser ; on lui trouva des origines arabo-musulmanes, comme pour Jorg Haider aujourd’hui. Il fut rebaptisé Abou Ali - Mohammed Haidar (le Brave) en Egypte et ses sympathisants firent régulièrement un pèlerinage à Tanta, dans le delta du Nil, pour aller se recueillir dans la maison où serait née la mère du dictateur allemand. Mussolini était considéré comme un vrai musulman et il fut affublé du nom de Moses Nili (Moïse du Nil).

En Syrie, Anton Sa’ada créa le “Parti Social-Nationaliste”, fidèle copie de son modèle nazi, se proclamant le Führer de la nation syrienne.

Il voyait dans le peuple syrien le véritable peuple supérieur .

En Egypte, Ahmed Hussein fonda en octobre 1933 “Misr Al-Fatat” (Jeune Egypte), mouvement d’abord calqué sur les jeunesses de Mussolini, puis sur le mouvement nazi “Jung Deutschland”.

Comme leurs homologues allemands, les militants saluaient le bras tendu, réunissaient des meetings de masse, organisaient des processions avec des torches… Les slogans en usage étaient : “un peuple, un parti, un chef”, “l’Egypte par dessus tout”.

Il fallait libérer l’Egypte du joug britannique, récupérer le Soudan et unifier le monde arabe.

Leurs milices, les “chemises vertes”, inspirées par les “chemises brunes” S.A., cherchaient à intimider les juifs Egyptiens, boycottaient leurs boutiques ou les attaquaient physiquement.

En 1928, admirateur d’Hitler et de Mussolini, Hassan el Banna fonda le groupe socio-religieux des “Frères Musulmans” sur la base de la doctrine suivante “l’Islam est dogme et culte, patrie et nationalité, religion et Etat, spiritualité et action, Coran et sabre”.

Ce groupe réunit rapidement plus de deux millions de membres.

Pendant la guerre, certains de ses membres s’enrôlèrent comme espions dans l’Afrika Korps de Rommel.

Un jeune lieutenant, Anouar-El-Sadate, fut capturé et emprisonné dans ces circonstances.

Un autre membre eut plus de chance et traversa la guerre sans encombre ; il s’appelait Gamal Abdel Nasser.


En Palestine, la politique britannique scandalisa les Arabes et les rapprocha des nazis. Prévoyant le partage du pays en trois zones (arabe, juive, britannique), le rapport Peel fut généralement considéré comme inacceptable.

Le 1er juin 1937, un télégramme allemand issu du ministre des Affaires Etrangères, à destination des diplomates allemands de la région, condamna le projet : “l’Allemagne ne soutiendrait jamais la création d’un Etat juif dans la région (…).

Il servirait à doter le judaïsme international - comme dans le cas de l’Etat du Vatican et du catholicisme - d’une base de pouvoir sanctionnée par le droit international”.

Ce dernier point était la reprise d’une idée inscrite dans Mein Kampf.

Le Moufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini , rencontra le Consul général allemand le 15 juillet 1937 pour demander à l’Allemagne qu’elle annonce cette position dans sa diplomatie officielle.

Le 17 juillet 1937, Hikmet Souleiman, Ministre des Affaires Etrangères irakien, demanda lui aussi le soutien allemand lors de la discussion du rapport Peel à la Société des Nations.

Mais les Allemands furent réticents et un mémoire rédigé par le baron diplomate von Weizsäcker conseilla de ne pas donner suite aux réclamations arabes afin de ne pas froisser l’Angleterre - qu’Hitler voulait encore ménager.

D’autres pays étaient favorables aux Allemands.

De 1913 à 1924, un obscur chef de tribu du centre de l’Arabie, le Najd, a lancé ses troupes, à la conquête de la péninsule arabique, devenant le roi Ibn al Saoud, avec l’assentiment des anglais (le colonel Lawrence) qui voulaient contrôler le pétrole de la péninsule.

Pour cela ils ont créé une douzaine d’états arabes concurrents.

Mais cette initiative se faisait au détriment du roi légitime du Hedjaz Hachémite qui reçut en consolation la Transjordanie et l’Irak. Le roi Ibn al Saoud n’était pas heureux de la cession du port d’Aqaba à la Transjordanie que les Anglais occupaient alors.

Le rapprochement avec les Allemands se fit après le rapport Peel. En novembre 1937, le secrétaire du roi sollicita l’établissement de relations diplomatiques auprès de l’ambassadeur allemand en Irak, Fritz Grobba ; celui-ci fut accrédité en septembre 1938 auprès de la cour saoudienne.

L’Arabie Saoudite demanda à l’Allemagne de l’aider à acquérir une indépendance totale. Elle demanda discrètement son soutien au Reich, son amitié et des armes en échange d’une neutralité bienveillante en cas de guerre.

Comme on le voit, les années 1930 sont marquées par l’émergence d’une collusion objective entre le monde arabe et l’Allemagne, même si cette dernière répugne à profiter de la situation par souci de ménager l’Angleterre.

La volonté de revanche après la chute de l’empire ottoman, l’ampleur du sentiment pro-allemand et la haine du nationalisme juif en Palestine marquèrent d’une façon décisive les débuts du nationalisme arabe moderne.

Les alliances objectives de la seconde guerre mondiale.

La guerre approchant, l’Allemagne céda aux demandes saoudiennes.

En juin 1939, Hitler et Ribbentrop assurèrent l’ambassadeur extraordinaire saoudien de leur soutien.

Un crédit de six millions de Reichsmark fut attribué au gouvernement saoudien pour lui permettre d’acquérir une petite usine de munitions, de la DCA, des chars légers et 4000 fusils.

Mais le programme fut annulé avec la guerre, et l’Arabie Saoudite rompit ses relations diplomatiques avec Berlin, sous la pression de l’Angleterre.

L’Irak fut également soumis aux mêmes pressions, et y céda d’autant plus facilement que le ministre des Affaires Etrangères, Nouri-Al-Said, était pro-britannique.

Mais le Président du Conseil, Rashid Ali Al Gaylani, était favorable à l’Axe.

Par l’entremise de son ministre de la justice, il entra en pourparlers avec l’Allemagne afin de s’assurer que l’Italie ne ferait pas d’autres conquêtes aux détriments des Alliés. Mais les Allemands ne voulaient pas contrarier le Duce et demeuraient neutres.

Al Gaylani est chassé de son poste le 31 janvier 1941.

Les premières victoires de l’Axe renforcent le sentiment pro-allemand et le 1er avril 1941 un coup d’Etat, fomenté par un groupe d’officiers nationalistes appelé le “carré d’or” et incité par Haj Amin al Husseini, détrône le régent pro-anglais Abdullah et remet Al Gaylani au pouvoir (oncle et père adoptif de Saddam Husssein, Khayrallah Toufah a participé au coup d’état).

Les Anglais envahissent aussitôt l’Irak mais se heurtent à une vive résistance.

Al Gaylani est soutenu par l’Amiral Darlan, homme fort du régime de Vichy, qui lui fournit quelques armes à partir de la Syrie sous mandat français.

L’Italie envoie quelques escadrilles, tout comme l’Allemagne, mais pour cette dernière, il s’agissait surtout d’une opération de diversion.

Hitler avait l’intention de conquérir cette région, mais seulement après l’achèvement de l’opération Barberousse contre l’Union Soviétique.

Le régime Irakien ne put résister aux bataillons anglais déployés à partir de l’Inde, et le 29 mai Badgad fut capturée. Al Gaylani s’enfuit alors en Perse.

En Syrie, les Forces Françaises Libres et les Anglais parvinrent à chasser les troupes de Vichy.

Mais il ne faut pas perdre de vue que pendant les 18 mois d’occupation vichyste, les Allemands avaient construit 3 terrains d’aviation en prévision d’une future bataille qui devait prendre en tenailles le canal de Suez par le Nord (Canaris ) et par l’Ouest (Rommel) : à Damas, à Palmyre, et à Rayan au Liban.

Par ailleurs le grec orthodoxe Michel Aflak, diplômé d’histoire à la Sorbonne, forme en 1941le “Comité Syrien d’aide à l’Irak libéré”, noyau du futur parti “Baath”, celui de la résurrection arabe qui luttera contre la présence française sur le sol arabe.

Ce groupe d’intellectuels socialisants et nationalistes, comprenant notamment le sunnite Salah’edine el Bitar, ont jeté les bases du “Croissant fertile”.

Cette entité devait regrouper l’Irak, la Syrie-Liban et la Palestine en vue de former ultérieurement une seule nation arabe et laïque, du Golfe persique jusqu’à l’Atlantique.

Les idéaux de ce nouveau parti qui sera officiellement créé deux ans plus tard s’inspirent à la fois du socialisme de Marx et du nationalisme d’Hitler et ils ont fortement influencé le Nassérisme.

À sa naissance, le Baath a été aidé financièrement par le moufti Haj Amin al Husseini.

Il crée des sections régionales en Transjordanie (1948), au Liban (1949), puis en Irak (1951). En 1953,le Baath fusionne avec le Parti socialiste arabe de Akram Hourani et prend le nom de Baath arabe et socialiste.

Son mot d’ordre devient : “unité, libération, socialisme” et il recrute auprès des élites intellectuelles frustrées d’emplois à leur niveau et auprès des militaires humiliés par les défaites successives face à Israël.

Actif sur les scènes politiques syrienne et irakienne, le Baath semble concrétiser ses objectifs quand l’Egypte et la Syrie s’unissent, en 1958, sous le nom de République Arabe Unie.

Pourtant, les membres du parti sont marginalisés au sein du pouvoir.

Les masses, elles, se laissent séduire par le charisme de Gamal Abdel-Nasser.

Le Baath n’a aucun tribun de la taille du président égyptien et il est obligé de noyauter les appareils de l’Etat.

Le parti Baath prendra pourtant le pouvoir en Syrie dès 1953 puis en 1963 et en Irak en 1958 par un coup d’état militaire de Kassem.

Depuis ces dates, le Baath a été le moteur du pouvoir dans ces deux pays devenus des dictatures sanguinaires et inflexibles, dirigées respectivement par les dynasties minoritaires des alaouites al Assad à Damas et des sunnites Hussein de Tikrit, à Bagdad.

Ce fut ensuite au tour de la Perse de tomber.

Les Britanniques adressèrent au Shah Reza Pahlevi, qui avait déclaré la neutralité de son pays, un ultimatum lui enjoignant de livrer les navires et officiels de l’Axe se trouvant sur son territoire.

Devant son refus, ils envahirent la Perse avec les Soviétiques, et le 17 septembre, les armées alliées entrèrent à Téhéran.

Le Shah abdiqua en faveur de son fils et la résistance prit fin.

La Turquie flirta avec le 3ème Reich, en signant en mai 1941 un accord commercial et en juin 1941 un pacte d’amitié ; mais elle a gardé in fine une certaine neutralité qui lui a évité le renouvellement des déboires de la 1ère guerre mondiale.

Pourtant Hitler lui avait offert de nombreux territoires (Syrie, Kurdistan…) contre son engagement formel à ses côtés.

De même, le 3ème Reich a facilement infiltré les partis nationalistes d’Afrique du Nord sous le régime de Vichy (2)

L’action du Moufti de Jérusalem, berceau de l’Islamisme

Le Moufti de Jérusalem, Haj Amin El Husseini, a eu une influence décisive dans l’infléchissement idéologique de l’Islam.

Né en 1893 dans une riche et influente famille de Judée, il servit dans l’armée ottomane lors de la 1ère guerre mondiale. Il était réputé comme violent et fanatique. Il fomenta des troubles en Palestine après les accords Sykes Picot prévoyant un foyer juif.

Il est condamné par les anglais à dix ans de travaux forcés ; mais il réussit à s’enfuir en Syrie.

Cherchant à “apaiser” le climat politique, le nouveau gouverneur anglais (et juif) de la Palestine des années 1920, Herbert Samuel gracie Haj Amin al Husseini.

Il le nomme même “Grand Moufti à vie” (ce qui était une innovation peu appréciée par les Arabes), puis Président du conseil suprême des communautés musulmanes. Ces deux titres lui confèrent en fait à la fois le pouvoir religieux et politique, sans qu’il en eut les compétences.

En effet, sa formation à l’université d’al Azhar du Caire ne dura que quelques mois et il n’y put obtenir aucun diplôme. Et il ne devait ses nominations qu’à la situation privilégiée de sa famille à Jérusalem.

Tout en affirmant qu’il cherchait à affermir l’ordre, il fomenta de meurtrières émeutes antisémites en 1929 (Hébron) et en 1936/39 (Jaffa), après avoir créé des milices armées.

A la suite du rapport Peel, il rencontra le 15 juillet 1937 le Consul Général allemand à Jérusalem pour demander que le Reich déclare publiquement son opposition à ce rapport.

L’Allemagne ne réagissant pas, préférant laisser toute liberté aux Anglais, puis aux Italiens après le début de la guerre.

En 1940, le Moufti demande aux puissances de l’Axe de reconnaître le droit arabe sur toute la Palestine et de trouver une solution aux “éléments Juifs” qui s’y trouvent, selon la même ligne que celle adoptée pour résoudre la question juive en Europe.

Le 20 janvier 1941, il écrit une lettre personnelle à Hitler pour lui annoncer que le monde arabe pouvait commencer la guerre contre l’Angleterre à condition d’avoir certaines garanties et une aide économique et militaire.

Le 6 avril, le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Weizsäcker, écrivit que les Allemands aideraient financièrement et militairement les Arabes s’ils se dressaient contre l’Angleterre et si l’on trouvait une route sûre pour acheminer le ravitaillement.

Après l’échec d’Irak et la victoire alliée de 1942 à El Alamein, il devenait évident que le projet serait difficile à réaliser.

Le Moufti se réfugie alors à Berlin où il s’autoproclame “premier ministre” d’un gouvernement panarabe dont le ministre des affaires étrangères était le chef irakien exilé, Al Gaylani, et le ministre de la guerre, Fawzi El Kaujki.

Il était payé l’équivalent de $10.000 par mois, sur des fonds secrets de la SS provenant de la confiscation des biens des juifs.

Par de nombreuses émissions de radio, le Moufti tente de galvaniser ses nombreux disciples, en leur demandant de ne pas perdre espoir en dépit de l’échec de Rommel à El Alamein.

Rappelons que par sa victoire sur Rommel en octobre 1942, Montgomery avait sauvé de la mort les Juifs du Moyen Orient.

“Levez-vous, ô fils d’Arabie, combattez pour vos droits sacrés ! Massacrez les Juifs partout où vous les trouvez ; leur sang répandu plaît à Allah, notre histoire et notre religion. Cela sauvera notre honneur”.

Par ces appels au crime, Husseini tente de provoquer une rébellion généralisée dans le monde arabe.

Un commando germano-arabe est parachuté en Palestine fin 1944, ayant comme objectif d’empoisonner des puits de Tel Aviv, mais sans succès.

Le Moufti a eu aussi une certaine influence dans la réalisation du génocide juif.

Il a visité avec son fidèle ami Adolf Eichmann les chambres à gaz d’Auschwitz.

Fin 1942, Eichmann ordonna que 10.000 enfants juifs soient envoyés de Pologne à Theresienstadt.

La Croix Rouge offrit de les échanger contre des civils allemands.

Husseini eut vent de ce projet et protesta auprès de Himmler, l’avertissant que les jeunes Juifs d’aujourd’hui pouvaient devenir de grands gaillards assoiffés de vengeance.

L’échange fut annulé.

Il fit échouer par ailleurs toute tentative de compromis relatif au sort des juifs de Hongrie à la fin de la guerre.

Il organisa aussi pour Himmler des milices bosniaques musulmanes et SS, qui eurent un succès mitigé contre les Serbes infidèles.

Dans ses Mémoires, il rapporte un entretien avec Hitler, révélant ses objectifs :

“la condition fondamentale que nous avions posée aux Allemands pour notre coopération était d’avoir les mains libres dans l’éradication de tous les Juifs, jusqu’au dernier, dans la Palestine et le Monde Arabe. J’ai demandé à Hitler (allusion à la rencontre du 28 novembre 1941) qu’il me donne son engagement explicite pour nous permettre de résoudre le problème juif d’une façon conforme à nos aspirations nationales et raciales et correspondant aux méthodes scientifiques inventées par l’Allemagne dans son traitement des juifs. J’eus la réponse suivante : “les Juifs sont à vous”".

Après la guerre, Husseini fut déclaré criminel de guerre.

Après un bref passage en France, il se réfugia en Egypte et rejoignit un réseau d’espionnage, de sabotage, et de propagande antisémite dans lequel participait de nombreux nazis.

Son influence décrut avec la défaite des armées arabes en 1948, mais il conserva un immense prestige dans le monde arabe, comme en témoignent les manifestations de sympathie à sa mort, en 1974.

Lorsque la Yougoslavie demanda son extradition, la Ligue Arabe refusa de le livrer.

Évincé comme Moufti de Jérusalem par le roi Abdallah de Jordanie qui avait annexé la Cisjordanie en 1948, Husseini le fait assassiner en 1950, un vendredi à la sortie de la mosquée d’Al Aqsa. Haj Amin Al Husseini est devenu dans le monde arabe le héros de l’Islam conquérant, anti-occidental et anti-juif.

Pourtant sa seule contribution positive à l’Islam a été la collecte de fonds pour restaurer le dôme du Rocher et le faire recouvrir d’une pellicule d’or…et la plus négative pour un démocrate a été la pratique constante de la désinformation, devenue l’expression ordinaire de tout pouvoir arabe.

On notera aussi que lors de son exil au Caire dans les années 50, Haj al Amin al Husseini a eu une grande influence idéologique sur deux étudiants, Yasser Arafat ( de son vrai nom Abdel Rahman al Raouf Arafat al Qoud Al Husseini) et Saddam Hussein.

N’oublions pas non plus que les leaders palestiniens Yasser Arafat, président de l’Autorité palestinienne est le petit cousin du Haj et Faiçal Al Husseini, représentant de l’OLP à Jérusalem, mort d’une crise cardiaque au Koweit, est son petit neveu.

De même l’actuel Moufti de Jérusalem nommé par Arafat, cheikh Iqrima Sabri fait partie de la famille Husseini.

Rappelons également une des dernières interviews (juin 2001) de Fayçal Husseini avant sa mort : “nous acceptons comme tactique la création de deux états en Palestine, mais notre stratégie à long terme reste la Palestine arabe du Jourdain à la mer”.


(1) Les mouvements islamistes sunnites qui ont vu le jour depuis la fin de la guerre sont nombreux. On citera le GIA en Algérie, Jihad islamique, Gaméa’h Islamyah en Egypte, H’amas, Jihad islamique en Cisjordanie et Gaza, al Qaéda, nébuleuse sans frontière… Le H’ezbollah du Liban est un mouvement islamiste shii’te affilié à l’Iran et à la Syrie alaouite, faisant partie de la shia’h.

(2) Algérie : CARNA, comité d’action révolutionnaire nord-africain de Yassine Abdel Rahmane, en contact avec le consul allemand Pfeifer.

Maroc : l’Abwehr finance les mouvements nationalistes d’Abdel Khaleq Torrès (Parti national des réformes) et de Brahim el Ouazzani (Istiqlal)

Tunisie : Rudolf Rahn et le commandant Beisner soutiennent le mouvement de jeunesse destourienne de Farid Bourguiba.

Lire à ce sujet “Le croissant et la croix gammée” ou les secrets de l’alliance entre l’Islam et le nazisme d’Hitler à nos jours, de Roger Faligot et Rémi Kaufer aux éd Albin Michel (1990)
Les connivences de l’Islam et du nazisme . 221046395
http://www.tellthechildrenthetruth.com/fr/


Les connivences de l’Islam et du nazisme . 367768  Les connivences de l’Islam et du nazisme . 367768  Les connivences de l’Islam et du nazisme . 367768  Les connivences de l’Islam et du nazisme . 367768

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Les connivences de l’Islam et du nazisme . 908920120 Les connivences de l’Islam et du nazisme . Cocoye10 Les connivences de l’Islam et du nazisme . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Papa schulz
Admin
Papa schulz


Masculin
Nombre de messages : 12008
Age : 62
Emploi : Apéro à plein temps!
Date d'inscription : 23/10/2007

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-05-05, 20:41



merci JP pour ce post ! Les connivences de l’Islam et du nazisme . 926774 Les connivences de l’Islam et du nazisme . 373769 Les connivences de l’Islam et du nazisme . 373769

et faut pas oublier que le livre " Mein Kampf " était traduis en arabe et le plus vendue
après le coran en Iran !!

___________________________________ ____________________________________

Dans une guerre, ce qui se passe, ce n'est jamais ce qu'on avait prévu. Alors ce qui compte, c'est d'avoir le moral !
Revenir en haut Aller en bas
arwen
membre confirmé
membre confirmé
arwen


Féminin
Nombre de messages : 4112
Age : 67
Emploi : Secrétaire
Date d'inscription : 20/10/2009

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-05-05, 20:49

Ben dis donc affraid merci JP Les connivences de l’Islam et du nazisme . 33802

___________________________________ ____________________________________

Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option !
Revenir en haut Aller en bas
yacoub

yacoub


Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 43
Emploi : utilisateur
Date d'inscription : 11/11/2015

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-12-03, 12:19

L’islamophobie est une réaction cumulative, elle n’est pas née d’un instant, par Sana’ Badri

___________________________________ ____________________________________

Coiffant les aspirations les plus viles, flattant les pulsions les plus archaïques, encourageant la paresse intellectuelle, l'intolérance, l' hypocrisie, la violence, prêchant un virilisme pathologique, justifiant les pires ignominies antiféministes, l'islam n'est ni une sagesse , ni une civilisation (mode de vie), c'est un fléau.
Gérard Zwang
Revenir en haut Aller en bas
http://www.islamla.com
yacoub

yacoub


Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 43
Emploi : utilisateur
Date d'inscription : 11/11/2015

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-12-06, 13:16

http://ripostelaique.com/lalgerie-a-conquete-de-lislam-de-france.html

L’Algérie à la conquête de l’islam de France ?
Publié le 5 décembre 2015 - par Salem Benammar - 7 commentaires

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Hollande-et-Bouteflika

La France n’en a pas fini avec la politique agressive, impériale et hégémonique de l’islam. Ne s’étant pas encore remise des attaques terroristes qui viennent de le pire choc traumatique de son histoire, bien plus grave que l’Occupation nazie de Paris, voilà l’Algérie qui use d’un stratagème pernicieux et dangereux pour la souveraineté nationale de cette France qui fléchit chaque jour devant les coups assassins de l’islam.

En effet, l’Etat algérien par la voix de son ministre des affaires religieuses, plutôt des intérêts de l’islam, vient  de faire savoir sa ferme intention d’exercer son OPA sur  la Grande Mosquée de Paris en vertu d’une loi qui reconnaît à un pays étranger qui finance une association de droit français depuis au moins 15 ans la faculté de se l’approprier.

La France qui est pourtant le première contributrice de la GMP  construite aux frais des contribuables français en hommage aux 100 000 morts musulmans de 14-18, inaugurée en 1926 et installée sur un hectare de terrain en plein cœur de Paris, par le biais des avantages fiscaux et un loyer dérisoire doit rappeler à l’Algérie qu’une telle prétention est nulle et non avenue et attentatoire à sa souveraineté nationale.

Arguer d’un principe aussi fantaisiste  qu’inique pour motiver une telle demande est un acte hostile et inamical, un causus belli néfaste,  et l’expression d’un mépris total pour le peuple français. Il est le prélude de la mort programmée de la France. Quel statut juridique va-t-on accorder à cette entité cultuelle ? Un service annexe de l’Ambassade d’Algérie à Paris qui lui verse les fameux subsides qui servent  à la rémunération des 80 imams fonctionnaires de l’Etat algérien ? Elle sera forcément régie par la Convention de Vienne et  politiquement, elle marquera la création officielle d’une enclave algérienne en France et à travers elle tout le réseau des mosquées qui en dépend échappant ainsi à tous les pouvoirs de contrôle et de police, juridique, judicaire, les imams seront désormais  des agents diplomatiques,et fiscal de l’Etat français.

Si par extraordinaire il est fait accès à cette requête scélérate, les juges français vont donner des idées aux Etats étrangers qui subventionnent le développement de l’islam en France qui ne manqueront  de se prévaloir de cette aubaine jurisprudentielle.  Le Maroc, l’ennemi juré de l’Algérie qui convoite la GMP ne va rester un spectateur inactif, ni le Qatar, et encore moins l’Arabie Saoudite et la Turquie qui vont trouver là un moyen rêvé pour faire reconnaître officiellement leur titre de propriété sur leurs enclaves nationales en France qui leur serviront de bases-arrières de leur conquête territoriale de la France.

Les juges doivent juger au nom de l’inviolabilité de la souveraineté nationale s’ils ne veulent pas se rendre complices de l’islamisation définitive de  la France. C’est une sorte d’Anchlusse qui se profile à l’horizon tricolore.   Les enjeux  juridiques et politiques sont autrement plus aigus et laissent présager des sérieuses menaces sur l’indépendance de la France et sa pérennité humaine et civilisationnelle que les simples violations  des lois de 1901 sur les associations et 1905 sur la laïcité.   que L’Algérie veut frapper un grand coup politique et idéologique en se faisant valider par la justice français ses desseins hégémoniques et expansionnistes au sein même du territoire français. Qui mieux que les mosquées pour lui offrir une telle opportunité ?  Elle n’est pas le chevalier blanc tant espéré pour sortir la France du bourbier musulman, elle cherche aussi à prendre sa revanche sur ses anciens colonisateurs.  Il n’en demeure pas moins que sa démarche est mue aussi par des motivations mercantiles, le marché halal dont la labellisation est le monopole de la GMP et  dont  dividendes viendront grossir les comptes off shore de ses dirigeants, idéologiques, être le fer de lance de la propagation de l’islam en France.

Salem Ben Ammar

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Salem%20Benammar-144

==========================
Jean Robin - Parallèle historique avec 1940 (Islam=Nazisme, FN=Pétain, Soral/Dieudonné=Déat/Doriot)
https://www.youtube.com/watch?v=aRyU0K_iX9k

___________________________________ ____________________________________

Coiffant les aspirations les plus viles, flattant les pulsions les plus archaïques, encourageant la paresse intellectuelle, l'intolérance, l' hypocrisie, la violence, prêchant un virilisme pathologique, justifiant les pires ignominies antiféministes, l'islam n'est ni une sagesse , ni une civilisation (mode de vie), c'est un fléau.
Gérard Zwang
Revenir en haut Aller en bas
http://www.islamla.com
Invité
Invité
Anonymous



Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-12-06, 17:49

Tiens il n'y a pas que moi que ça préoccupe .......Au moins Salem ben Amar ne répond pas à côté .....

:"L’Algérie veut frapper un grand coup politique et idéologique en se faisant valider par la justice français ses desseins hégémoniques et expansionnistes au sein même du territoire français.."

http://www.libertyvox.com/phpBB/viewtopic.php?f=5&t=373&start=3990
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25274
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-12-07, 10:33

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Cafard10

Les connivences de l’Islam et du nazisme . 310541 Les connivences de l’Islam et du nazisme . 310541

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Les connivences de l’Islam et du nazisme . 908920120 Les connivences de l’Islam et du nazisme . Cocoye10 Les connivences de l’Islam et du nazisme . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
yacoub

yacoub


Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 43
Emploi : utilisateur
Date d'inscription : 11/11/2015

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-12-09, 19:36

Said Mohammedi, un kabyle nazi

___________________________________ ____________________________________

Coiffant les aspirations les plus viles, flattant les pulsions les plus archaïques, encourageant la paresse intellectuelle, l'intolérance, l' hypocrisie, la violence, prêchant un virilisme pathologique, justifiant les pires ignominies antiféministes, l'islam n'est ni une sagesse , ni une civilisation (mode de vie), c'est un fléau.
Gérard Zwang
Revenir en haut Aller en bas
http://www.islamla.com
yacoub

yacoub


Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 43
Emploi : utilisateur
Date d'inscription : 11/11/2015

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2015-12-14, 17:45

Les connivences de l’Islam et du nazisme . 174325

Même Marine Le Pen s'est mise à parler la langue d'Allah comme Sarkozy.

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Sarkozy-islam



[size=150]Contre les noirs et les arabes, beaucoup de militants frontistes ont cru bon de voter blanc[/size]

___________________________________ ____________________________________

Coiffant les aspirations les plus viles, flattant les pulsions les plus archaïques, encourageant la paresse intellectuelle, l'intolérance, l' hypocrisie, la violence, prêchant un virilisme pathologique, justifiant les pires ignominies antiféministes, l'islam n'est ni une sagesse , ni une civilisation (mode de vie), c'est un fléau.
Gérard Zwang
Revenir en haut Aller en bas
http://www.islamla.com
yacoub

yacoub


Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 43
Emploi : utilisateur
Date d'inscription : 11/11/2015

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2020-02-01, 12:26

Sabah Aslan : Seuls les demeurés mentaux occultent la vérité de l’islam

Depuis janvier 2019, le site de langue arabe, ssrcaw.org (Secular Studies and Researches Centre in Arab World), nous fait connaître des articles de la plume d’un jeune chercheur, issu de l’islam, qui milite en faveur de la laïcité dans le monde arabo-musulman. C’est l’irakien Sabah Aslan. Il s’efforce dans ses différents articles de lever le voile sur la réalité ironique de l’islam et son impact sociétal cuisant. C’est le cas de son dernier article du 10.12.2019, intitulé Les pays musulmans et le sous-développement civilisationnel, dans lequel il met en lumière la corrélation étroitement sarcastique entre les autorités religieuses chiites et les évènements tragiques en Irak.

Dans le texte qui suit, paru le 7.6.2019 sur le site déjà cité, Sabah Aslan commente avec une raillerie amère le verset coranique qui dit : « Vous étiez la meilleure nation suscitée pour les hommes » (3.110). Ce verset est repris et complété dans un hadith cité par Bukhari (1839/33) qui dit : « Les meilleurs des hommes sont ceux qui tirent les gens avec des chaînes au cou afin de les faire entrer dans l’islam. » Il se demande :

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

    « Qui peut imaginer que la meilleure nation traîne des gens enchaînés comme des esclaves, les force à embrasser l’islam et coupe la tête de celui qui le rejette ? Comment une religion se répand-elle normalement ? Est-ce par la prédication, la bonne parole, la persuasion, ou par la contrainte, l’épée, les invasions, la coupe des têtes, le rapt des femmes, la recherche du butin, l’occupation de la terre, l’oppression des peuples, comme c’est le cas de notre islam et de son héritier Daech et consorts qui incarnent à merveille cette croyance et dévoile son vrai visage à tous les êtres humains au XXIe siècle ? »

Sabah Aslan, ce citoyen qui se dit « né par hasard en islam », se révolte contre les enseignements absurdes de cette religion et ses pratiques barbares. Il s’insurge contre cette prétention ubuesque que les musulmans se considèrent comme la meilleure nation suscitée pour l’humanité. Il écrit :

    « Nous les musulmans, nous avons théoriquement étudié l’islam dans les livres, mais nous avons vu les pratiques des criminels du califat islamique qui coupaient les têtes, capturaient et violaient les femmes yézidies, pillaient les banques et le trésor de l’État irakien, expulsaient les chrétiens de leurs foyers, brûlaient les vivants, coupaient les mains avec les couperets et les épées, crucifiaient les prisonniers et les innocents, vendaient les antiquités ou les détruisaient s’ils ne pouvaient pas les déplacer. Ils ont tout fait au nom de l’islam et pour défendre la prétendue cause du dieu de l’islam. Ils nous ont montré que leurs actes étaient textuellement conformes au Coran et à sa charia. Donc, ils nous ont montré le véritable visage de l’islam. Aucune autorité religieuse n’a osé les contredire ni dénoncer ces enseignements, révélant ainsi leur complicité la plus sournoise et leur hypocrisie la plus odieuse. »

Cet insurgé constate avec consternation que les musulmans accusent les chrétiens d’avoir falsifié l’Évangile, parce que Jésus y dit : « Plusieurs faux prophètes viendront après moi, et ils séduiront beaucoup de gens (Matt. 24.11) ». Ou : « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits (Matt. 7.15-16). »

Aslan estime que c’est un prétexte fallacieux et infâme, puisqu’il incite les musulmans à persécuter les chrétiens et les soumettre à la législation tribale des musulmans. Ces derniers s’attribuent le droit de les tuer ou de les forcer à leur payer un pot-de-vin ou une rançon dans l’humiliation pour acheter leur survie. C’est le tribut (jizya) imposé aux Gens du Livre (juifs et chrétiens). Puis ils les traitent de polythéistes et les qualifient « d’immondes » (Coran 9.28). Face à ces risibles aberrations, Sabah Aslan ne voit dans l’islam qu’une religion rigide qui n’accepte ni renouveau, ni urbanisation, ni modernisation, ni recours à la raison.

    Il observe : «  que ses adeptes croient à des livres obsolètes de leur patrimoine, y compris ceux des compilateurs ou commentateurs des hadiths, comme Bukhari, Muslim et tant d’autres qui ont inventé et insinué des superstitions et des propos qu’ils n’avaient jamais entendus de leur auteur. Ils les ont intégrés dans des livres, deux cents ans après le décès de Mahomet. Leurs collections de hadiths sont considérés comme sacrées et authentiques. Celui qui les critique ou les conteste, sera condamné et mis en prison. »

Faut-il rappeler que l’université islamique d’al-Azhar au Caire qui se considère comme la gardienne du temple de l’islam sunnite, a déjà fait condamner Islam Behery et cheikh Mohammed Abdallah Nasr, parce qu’ils ont osé dénoncer ces livres et critiquer les superstitions et les affabulations de Bukhari et Muslim, les deux principaux compilateurs des hadiths (dits et actions de Mahomet).

Le fascisme et le nazisme ont été combattus à cause de leurs idées nuisibles pour l’humanité, et leur idéologie imbibée d’erreurs et de racisme. Mais l’islam politique demeure et rampe comme un serpent parmi les ignorants illettrés ou mi-instruits qu’on parvient facilement à séduire et à induire en erreur au nom d’une religion belliqueuse et d’un dieu guerrier nommé Allah.

Sabah Aslan évoque également le sort de l’apostat et le hadith qui le condamne à mort en islam. « Celui qui quitte sa religion, tuez-le » (Bukhari, n° 3017). La Charte des Droits de l’Homme qui garantit à tout individu la liberté dans le choix de sa religion, de ses convictions et de sa doctrine, est bafouée en islam et totalement ignorée. Même le sort de ceux qui critiquent l’islam n’est rien d’autre que la mort ou la prison. C’est le cas de nombreux intellectuels égyptiens et soudanais comme Faraj Fouda, Mahmoud Mohamed Taha, Neguib Mahfouz et tant d’autres [Leur dernière cible est maintenant le médecin et écrivain égyptien, Khaled Montasser].

Notre auteur dénonce les musulmans qui oublient que leur Coran qualifie la Bible de « direction et lumière » (5.46). Or, ils préfèrent toujours prétendre qu’elle est falsifiée, puisqu’elle ne mentionne pas ce qu’avait prétendu le prophète de l’islam, que Jésus y a annoncé sa venue après lui.

Ce qui frappe de stupeur notre auteur c’est de voir le dieu de l’islam, dit omniscient, clément et miséricordieux, garder auprès de lui un coran plein de contradictions, d’erreurs diverses ainsi que d’incitations au meurtre, au viol, à la captivité des femmes et à la réduction des humains en esclaves. « Comment ce drôle de dieu, dit tout puissant, a-t-il permis qu’on falsifie la Bible et demeure, en même temps, incapable de le sauver, d’autant plus que le Coran qu’on lui attribue, reconnaisse son inspiration divine ? », se demande-t-il encore.

Par ailleurs, les musulmans confirment que la foi d’un croyant reste imparfaite s’il ne reconnaît pas les prophètes, les apôtres et leurs livres. En même temps, on observe que l’islam abroge les religions célestes précédentes et prétend qu’il est désormais la seule religion valable devant Allah. Par conséquent, quiconque cherche une autre religion que l’islam, sera l’un des perdants et que l’enfer sa demeure éternelle.

Le Coran abroge tous les livres révélés, alors que Mahomet y plagie 80 % de leur contenu. En revanche, il oublie qu’il se contredit en disant : « Si ton seigneur l’avait voulu, il aurait fait des hommes une seule communauté. Or, ils ne cessent de manifester leur différence (Coran 11.118) ». Que devons-nous dire de cette cacophonie et de ces propos invraisemblables ?

Sabah Aslan se moque aussi du hadith attribué au prophète de l’islam, qu’au jour du grand jugement, Allah absoudra tous les musulmans de leurs péchés et les fera entrer au paradis – même s’ils avaient volé et commis un adultère – afin qu’ils puissent baiser les houris et les jeunes éphèbes. Ce jour-là, il attribuera leurs délits aux juifs et aux chrétiens, uniquement parce que les musulmans ont cru en Mahomet comme le parfait associé de cet Allah en tout, y compris au cinquième du butin, du pillage, de l’appropriation des femmes, etc.

    Enfin, il s’interroge : « Qui peut encore croire à un tel islam qu’on veut nous imposer comme une religion révélée par un dieu statique, statufié, installé en toute quiétude sur un trône au septième ciel ? Seuls les demeurés mentaux tentent encore et cherchent à occulter la vérité de l’islam. »

Bref, nous trouvons toujours des musulmans à la recherche d’informations qui confirment leurs convictions. Mais ils évitent les renseignements et les faits évidents qui les contredisent. Ils ferment les yeux sur les données objectives. Hélas, c’est une des infirmités morbides chez les musulmans. Abdelwahab Meddeb (1946-2014) en parle assez dans son livre La maladie de l’islam (Seuil 2013).

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Maurice Saliba pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Maurice SALIBA, auteur de L’islam mis à nu par les siens. Anthologie d’auteurs arabophones post 2001. Éditions Riposte Laïque, 2019 (Préface d’Henri BOULAD).

___________________________________ ____________________________________

Coiffant les aspirations les plus viles, flattant les pulsions les plus archaïques, encourageant la paresse intellectuelle, l'intolérance, l' hypocrisie, la violence, prêchant un virilisme pathologique, justifiant les pires ignominies antiféministes, l'islam n'est ni une sagesse , ni une civilisation (mode de vie), c'est un fléau.
Gérard Zwang
Revenir en haut Aller en bas
http://www.islamla.com
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25274
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime2020-02-01, 17:34

Merci Yacoub ;

Excellent exposé , qui ne dit que la vérité .

Merci Les connivences de l’Islam et du nazisme . 560180669 Merci Les connivences de l’Islam et du nazisme . 560180669 Merci

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Les connivences de l’Islam et du nazisme . 908920120 Les connivences de l’Islam et du nazisme . Cocoye10 Les connivences de l’Islam et du nazisme . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Les connivences de l’Islam et du nazisme . Empty
MessageSujet: Re: Les connivences de l’Islam et du nazisme .   Les connivences de l’Islam et du nazisme . Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les connivences de l’Islam et du nazisme .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE NAZISME SELON MACRON.
» Les femmes, complices du nazisme .
» Resister au Nazisme : 1933 - 1945
» REJET D'UNE RESOLUTION CONTRE LA GLORIFICATION DU NAZISME
» Hitler et le nazisme, l'argument ultime de nos Politiques .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire-
Sauter vers: