Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

 

 Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" .

Aller en bas 
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25105
Age : 75
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" . Empty
MessageSujet: Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" .   Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" . Icon_minitime2015-05-05, 17:36

Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher"

Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" . Paoli10
Pierre-Marie Paoli

Né le 31 décembre 1921 à Aubigny-sur-Nère, un village situé à 60 kilomètres de Bourges, d'un père herboriste et d'une mère modiste.

Il exerça les professions diverses de commis auxiliaire en 1938, puis comptable en 39 et en 1941 il se rend à Paris.

Germanophone, Paoli maitrisait très bien la langue allemande, ce qui lui permit d'obtenir une place de messager cycliste pour le compte de l'Amirauté allemande.

Mais cette fonction ne lui plaisait pas trop, il est vrai que c'était un garçon intelligent et qu'il envisageait pour son avenir autre chose.

De retour a Aubigny en janvier 1942, Paoli devint très rapidement l'ami du capitaine allemand Bruniel.

Les Allemands en guerre contre les soviétiques, parlant parfaitement l'allemand et profondément anti-communiste, Paoli ne pouvait que ce rapprocher des allemands.

Il décide, en 1943, de leur offrir ses services.

Le 31 mars 1943, il entre en qualité d'interprète au service de la Gestapo de Bourges implantée rue Michel (un grand immeuble blanc, aujourd'hui occupé par la Sacem).

Paoli ne devait s'en tenir qu'à son rôle d'interprète et écrire sous la dictée de Winterling, les dépositions que celui ci recueillait des personnes qu'il interrogeait.

Les Allemands lui offrent une chambre dans le local de la Gestapo, et très vite, il est appelé à prendre ses repas avec les officiers.

Il s'occupe, comme adjoint du responsable Winterling, de la section 4A qui devait lutter contre les communistes.

Mais en peu de temps, il acquiert la confiance des Allemands qui lui font faire des missions de plus en plus importantes.

Il bénéficie d'une liberté d'action totale et d'une grande autonomie.

De jours en jours, Paoli se montrait de plus en plus zélé, d'interprète il se fit bientôt policier inquisiteur pour devenir très vite en quelques semaines un tortionnaire assassin au service de la Gestapo.

Le zèle démontré par le jeune auxiliaire Paoli lui vaut de prendre du galon et des responsabilités.

Devenu un agent de confiance du S.D., il mène de nombreuses opérations contre la Résistance.

Il porte l'uniforme allemand, obtient le grade de Scharführer-SS, et demande la nationalité allemande.

C'est ainsi qu'il travaillait maintenant, et qu'on pouvait l'apercevoir lors de ses déplacements dans le département.

Ainsi vêtu les allemands le protégeaient comme un des leurs.

On lui attribue plus de 300 arrestations, pour la plupart suivies de déportations, à ce personnage redouté pour son efficacité et sa cruauté, qui n'avait aucun scrupule à dépouiller ses victimes et à s'emparer de leurs biens de valeur.

Tortionnaire impitoyable, il multiplie les supplices lors des interrogatoires qu'il effectue.

La plus illustre victime de ses mauvais traitements est le sénateur Marcel Plaisant.

Dans les rangs de la résistance, sa tête était mise à prix.

C'est ainsi que le 15 Aout 1943 à Aubigny une rafale de balles l'atteignit dans son véhicule, mais Paoli le traitre survécu.

Il fut effrayé et un désir extrême de vengeance l'animait maintenant.

Après sa guérison, il redoubla de zèle.

Son activité d'interrogatoires, de tortures et de déportations était maintenant menée à une cadence infernale.

Seules 4 des 23 personnes arrêtées par Paoli dans sa commune natale d'Aubigny revinrent des camps nazis.

Le Gestapiste français est également un des principaux protagonistes de la rafle menée dans la nuit du 21 au 22 juillet 1944 contre les Juifs réfugiés à Saint-Amand-Montrond, où 71 personnes sont arrêtées.

Au cours des jours suivants, il participe au massacre de 36 d'entre elles sur le site de la ferme abandonnée de Guerry, où leurs corps sont jetés dans trois puits.

Cette activité perdura jusqu'à la débacle le 6 Aout 1944, jour ou il quitta Bourges avec les troupes allemandes, passant par Dijon et Nancy où il laissa également des traces de son passage.

Arrêté par les forces britanniques à Flensburg près du Danemark le 16 mai 1945, Paoli est remis aux autorités françaises en janvier 1946 et ramené à Bourges où l'instruction de son affaire commença.

Trois avocats furent désignés pour sa défense, aucun ne s'étend porté volontaire pour défendre les intérêts de Paoli.

Le lendemain dans la presse paraissait un article pour expliquer que la loi française exigeait un avocat sous peine de nullité.

En mai 1946, la mise en jugement de ce traître emblématique, couramment surnommé le monstre ou encore le sinistre Paoli, est un des grands procès de l'après-guerre.

Durant l'instruction et le procès Paoli assume ses actes et ne nie aucun des ses méfaits.

L'indignation suscitée par l'exposition des atrocités auxquelles il a participé est accrue par la fanfaronnade qui lui fait déclarer :

"Je ne suis pas Français, mais Allemand".

A l'issue de son procès à Bourges, il est condamné à mort.

Il parti ensuite pour Nancy où il était attendu également pour des crimes qu'il avait commis à Sedan.

Encore une fois condamné à la peine capitale, il revint à Bourges pour y être exécuté le 15 juin 1946, à 5h, au point 1000 du polygone de Bourges, lieu où avaient été exécutés pendant la guerre les otages et les captifs de la Gestapo.

Devant le peloton d'exécution, il fume une dernière cigarette, refuse qu'on l'attache ou qu'on lui bande les yeux, une salve troue le silence, Paoli tombe la tête en avant, sa vie ce termine là, il n'a que 24 ans.

Il est aussitôt mis dans un cercueil et enterré dans le carré des condamnés du cimetière de Bourges.

Le nom de PAOLI restera tristement célèbre à Bourges et dans le Cher, pour les berrichons de cette époque ainsi que leurs descendants.

Un français qui servit l'occupant allemand avec la plus grande ardeur au détriment des siens.

Sources:

Jean Lyonnet: L'affaire Paoli (éditions Chassaing, 1964).

Témoignage sur Paoli par Marc Tolédano: Le Franciscain De Bourges (Flammarion, J'ai Lu, 1969).

Source photo:

sauldreetsologne.hautetfort.com/archive

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" . 908920120 Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" . Cocoye10 Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" . 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre-Marie Paoli "Le Monstre du Cher" .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Figaro : Cet article a fait un " tabac " Pierre-Marie Sèves de L'IPJ.
» Le Figaro : Cet article a fait un " tabac " Pierre-Marie Sèves de L'IPJ.
» Jean-Marie Le Pen impérial face aux provocations de Jean-Pierre Elkabbach
» le 6 avril 1725 naissance di PASCAL PAOLI
» Je suis pour le rétablissement de la peine de mort, donc je suis un monstre…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages infâmes célèbres (Civils & Militaires)-
Sauter vers: