Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
-30%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – VIEWSONIC VX3218 – 32″ FHD
189 € 269 €
Voir le deal

 

 Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !!

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Empty
MessageSujet: Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !!   Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Icon_minitime2015-04-03, 08:49

                                                         Quand Diên Biên Phu tomba


                                                                             Je n'ai pas souvent eu l'idée

                                                                        De rimer


                                                      Mais quand Diên Biên Phu tomba 


                                                                  Et que mon gars


                                                            Après avoir tant souffert


                                                         Fut englouti dans cet enfer,


                                                   Et que cette force et cette beauté


                                                                 Furent effacées


                                                              Alors il me fallut crier


                                                                   Désespérée.




                                                 Et d'eux même les mots se groupèrent


                                                                    En vers.


                                                     Car je ne pouvais d'une façon ordinaire


                                                             Evoquer son calvaire.




                                                                      Anniversaire




                                                       Le mois de mai est revenu


                                                     L'an passé, c'était Diên Biên Phu.




                                                     Ô mon Dieu, faites que mon gars


                                                               Ne pourrisse pas


                                                     Dans les rizières de Thanhoa.




                                                      Jamais cette tendre verdure


                                                       N'a eu un éclat aussi pur.




                                                     Jamais les fleurs n'ont brillé


                                                     D'une si éclatante beauté.




                                                       Jamais le visage des gens


                                                    N'a eu tel épanouissement.




                                                     Jamais le soleil sur la terre


                                                        N'a versé si belle lumière.




                                             Ô mon Dieu faites que mon gars


                                                             Ne pourrisse pas


                                                   Dans les rizières de Thanhoa.




                                                   Le mois de mai est revenu


                                               L'an passé c'était Diên Biên Phu.




                                                          7 mai 1955




                                                                Ils disaient...




                                                                Ils disaient


                                                La colonne Crèvecoeur


                                                                      Viendra




                                                         Ils disaient confiants


                                                            Des milliers d'avions


                                                                     Arriveront




                                                            Et puis, sans espoir


                                                        Pour rien, pour la gloire


                                                         Ils ont tenu le coup


                                                               Jusqu'au bout




                                                   Pendant que Monsieur Bidault parlait





                                                   Ils étaient cinq mille disparus




                                                      Ils étaient cinq mille disparus


                                                 Dont on ne parlait presque plus.


                                                 Ils étaient cinq mille disparus


                                                       Presque tous de Diên Biên Phu.




                                Dans des camps oubliés, dans la jungle perdus,


                                             Fiévreux, affamés, presque nus,


                                            La mort les avait-elle vaincus


                                            Les disparus de Diên Biên Phu ?




                                                    Ils étaient cinq mille disparus


                                                Cinq mille qui n'en pouvaient plus


                                              Et qui mouraient de plus en plus


                                          Puisqu'on n'en parlait presque plus.




                                                        25 septembre 1954 





                                                                                             Suzanne Paulot







                                               Quand Diên Biên Phú tomba




                           
                                  Chants pour mon fils, Pierre, tombé à Diên Biên Phú 



                                                                   * * *



                                                UNE COROLLE SUR BEATRICE




                                Ils sont là, Paras, sanctifiés dans la fournaise,


                              Ceux de Saint Cyr, de Sidi bel Abbés, de Pau,


                            Ces soldats devenus gisants couverts de glaise,


                                Faisant front en refusant de courber le dos...




                           Mille corolles éclatent soudain dans un ciel rougi,




                      Puis s'étalent et fleurissent comme un champ au printemps,


                                 Les vieux copains ont sauté, le Viet a bondi,


                                        A Paris le Député va au Parlement...




                                C'est la boucherie, l'agonie, la fin des temps,


                               On se bat avec les mains, les morts font rempart,


                          Les balles trouent les chairs, se frayent un chemin sanglant,


                                   L'Indochine toute entière prend deuil de son histoire...




                                         Le silence s'est fait, terrible, oppressant, repu,


                                 Comme une marée, les Jaunes ont envahi la piste,


                                        Des Régiments entiers de Preux ont disparu,


                                            Paras amoureux d'une fille nommée Béatrice...




                                         Le vent en colère se lève et l'orage grondit,


                                            Saint Michel de ses ailes recouvre d'une auréole,


                                      Ceux qui, brevetés ou pas, sautèrent dans la nuit,


                                                  Pour l'honneur, la fidélité à une parole...




                                    Bérets rouges, verts, bleus, une corolle pour Béatrice,
                                   

                                           Le lendemain, la France étonnée, endeuillée,


                                               Par mille corolles de blanc linceul sur Béatrice,


                                            Apprit qu'à Diên Biên Phu, ils s'étaient sacrifiés...










                                                            Légionnaire KURTMEYER





                                                             13° D.B.L.E. - Mai 1969



                                                                          

                                                                    Cruelle Isabelle




                               Tu gis dans ma mémoire, comme dans cette poussière éternelle,


                          Entre les Huguettes. Claudine, Béatrice, Junon, Elianes et Isabelle,


                                Points d'appui de Diên Biên Phu au coeur du pays thaï.


                          Dans l'allée bordée par la Nam-youn et la grouillante RP 41.


                             Peu d'années auparavant, la Promo 16 nous avait réunis.


                           Toi déjà calme et serein, et ma pomme encore jeune galopin.


                       Puis, trois ans après, ce cher Macaron tant convoité affermi,


                               Le 24 mars 1954, vers 15 h 15, dans cette Cuvette de Preux


                         Le hasard capricieux me fit assister à ton tout dernier adieu.


                                  Le temps était beau, réduite la visibilité par brume sèche.


                                  Soudain, là devant moi, le Delta Whisky au nez bleu roi,


                      Bascula sur son aile droite en feu, toi à son bord, flammèche.


                            Double ironie du sort. Déjà Béarnais dans l'esprit et le coeur,


                     L'espace d'un éclair, je vis, le Tonkin recevoir dans ses flancs


                         Une partie détachée, meurtrie et mourante du Groupe Béarn.


                      Province sublime où, bien longtemps après toi, je reposerai,


                         Sous les regards de femmes toutes aussi divines : Marie-blanque,


                       Marguerite de Béarn, de Navarre, Isabelle II et Jeanne d'Albret.


                       Lamentable, désastreux, homicide, que certain ministre si flexible,


                 Avec pleins pouvoirs de son Président, n'ait voulu tenir compte,
               



                    Pour quelles raisons ?... Des propositions si éclairées, si habiles


                Des trois Chefs d'Etat-Major, d'évacuer Mau* en février la Cuvette
.

                   Tu serais encore vivant Mon ami, avec toi des milliers d'autres.


                 C'était du temps où la France, françait, Où elle était toute autre.



                  Les bons souvenirs durent longtemps, Les mauvais plus encore.





                                                  Jacques CARLON


                 présent à bord du Dakota Yankee Bravo (FRAYB) du G.T. 2/62 Franche-Comté.


                                              à son camarade Roger STRULLU


                           sur le Dakota Delta Wisky (FRBDW) du G.T. 1/64 Béarn.




                      * diminutif de Mau lhen (prononcé maoulen) vite, en vitesse.








                                                                        * * *




                                                      Mourir pour l’Indochine









                                  " Tu étais mon ami ! Ensemble, nous sommes partis !


                                          Parcourant les mers, voguant vers l'Indochine


                                  Pataugeant dans les rizières, la jungle de Cochinchine,


                                 Pour défendre là-bas la France et son Empire "


                               Sur les bancs de l'école, j'avais entendu dire


                                    Prestige d'un peuple, l'orgueil d'une nation.


                               Dans la fournaise, on bradait des garçons.


                       " Tu étais mon ami! Comme moi, t'as pas compris ! "


                              On recherchait l'ennemi qui se nommait Viêt-minh,


                                     Patrouillant nuit et jour dans les rues de Gia Dinh.


                                   Tu regardais, c'est sûr, ces belles et jolies filles,


                            Ce mystérieux pays où tant de jonques fourmillent.


                            Nous étions tous unis, aucun ne montrait son grade


                                           Car tous redoutaient ces terribles embuscades.


                                             "  Tu étais mon ami "


                                               Soudain, j'entends un cri.


                           Voyant son corps sans vie et ses grands yeux meurtris,


                                     Affalé sur le sol, j'ai tout de suite compris


                                 Que plus jamais il ne verrait d'aurore.


                                    Je n'osais y croire mais j'espérais encore.






                                            Dans le fracas des armes,


                                               J'ai versé quelques larmes.


                                  Il était mon ami et la guerre me l'a pris.


                          " En ce lointain pays, loin des lieux de ton enfance. "


                              A jamais tu reposes, loin de la terre de France


                                     A l'orée des hévéas, vous verrez une croix,


                                    Simple distinction qui nous rappelle sa foi.


                               On peut y lire ceci: son nom en lettres majuscules
,

                                           Sa date de décès et son numéro matr

                                                            -------------------

                      


                                                     " Mort pour la France "

                                                                " Tu étais mon ami. "



                                             Pour sa patrie, il a donné sa vie.



                                                                André CLIN,

                                                     à ceux du C.E.F.E.O.,

                                                   communiqué par Gilbert Laplace,

                                          ancien du C.E.F.E.O. A.C. Moins de vingt ans.


                                                                                                         * * *

CAUCHEMAR, ESPOIR.



Oh troupe famélique ! oh troupeau lamentable

Tu as marché, traîné, jusqu'au bout de tes forces

Enterrant tes copains dans la brousse insatiable

Désarmé, sans moyen, devant leur mort atroce



On t'a bourré le crâne, emplissant ton esprit

Pour le rendre coupable des pires vilenies

Au début tu riais, à la fin tu rageais

En refoulant ta peine pour ne pas la montrer.



Avec la déchéance de ton corps amaigri

Ils voulaient faire de toi, de ton âme meurtrie

Une sorte de pantin, devenant leur ami

Mais tu as résisté, en retenant ta vie



Quand ils chantaient la Paix, en fêtant le Parti

A TUYEN QUANG, là-bas, pas très loin de VIETRI

Tu pensais comme les autres, ça y est j'en suis sorti

Tu le croyais, alors que rien n'était fini



Les années ont passé, comme tout ça paraît loin

Tu croyais oublier tu penses chaque matin

A ceux morts de misère, ceux qui sont morts de faim

Dévorés par la brousse, ils étaient tes copains



Un rescapé des camps est un témoin vivant,

A l'abri de la brousse, il était moins gênant

Mais il est revenu et n'a rien demandé

N'ayant rien réclamé, il fut vite oublié



Mais heureusement pour lui, parmi les survivants

Certains se sont battus, sans cesse, obstinément

En demandant toujours et demandant encore

Un peu plus de Justice avant qu'ils soient tous morts



Et ils ont obtenu d'être enfin reconnus

Que Justice soit faite, qu'elle soit enfin rendue

Aux Parias silencieux tous à moitié fichus

Qui traînaient leur boulet de citoyen déchu



RADOU, CAMP 42

Enfer de mes compagnons de calvaire

* * *
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40


Masculin
Nombre de messages : 25287
Age : 76
Emploi : Français Radicalisé .
Date d'inscription : 07/11/2014

Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Empty
MessageSujet: Re: Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !!   Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Icon_minitime2015-04-03, 15:16

Merci mon Gustave

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! 908920120 Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Cocoye10 Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Empty
MessageSujet: Re: Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !!   Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Icon_minitime2015-04-03, 18:55

Ah.. je vais vous mettre un poème de mon ami François mon voisin, ancien d'Algérie et de Joinville , ancien recordman d'Europe du 400 mètres haie, puis entraineur a Livry Chatillon, . D'une grande connaissance culturelle et d'un savoir certain ! ces poèmes sont délicat et pleins de jolie mots !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Empty
MessageSujet: Re: Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !!   Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !! Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Poèmes d'Indo, de Dien Bien Phu !!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES GENDARMES A DIEN BIEN PHU
» Il y a 60 ans, Diên Biên Phu.
» Dien Bien Phu
» Dien Bien Phu de Pax Meffret
» Dien Bien Phu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Indochine-
Sauter vers: