Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Sexy Cosplay Doll : Tome 8 Collector de Sexy Cosplay Doll avec artbook
10.80 €
Voir le deal

 

 Bataillon Français de Corée

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Bataillon Français de Corée Empty
MessageSujet: Bataillon Français de Corée   Bataillon Français de Corée Icon_minitime2014-10-07, 17:45

Bataillon Français de Corée 908920120 Bataillon Français de Corée Bataillon Français de Corée 908920120

Le 25 août 1950, le gouvernement dirigé par René Pléven, pendant la présidence de Vincent Auriol, organise la formation d'un bataillon formé de volontaires issus de régiments métropolitains, d'outre mer et des réserves dont le premier élément sera créé au camp d’Auvours (Sarthe) en septembre 1950.

Le bataillon embarqua à Marseille le 25 octobre et débarqua à Fusan (Pusan) le 29 novembre 1950 pour être intégré au 23rd Infantry Regiment de la Second (Indianhead) Infantry Division des États-Unis.

Ses 1 017 hommes étaient organisés en une compagnie de commandement, trois compagnies de combat et une compagnie de blindés.

Les compagnies de combat étaient divisées en trois sections, chacune disposant d’une mitrailleuse de calibre .50 BMG et de trois mitrailleuses automatiques Browning ainsi que d’une section de soutien munie de deux mortiers de 60 mm et de deux canons sans recul de 57 mm.

La compagnie de blindés était composée d’une section de combat dotée de huit mitrailleuses de calibre de 12,7 mm et d’une autre section de combat dotée de quatre canons sans recul de 75 mm.

Une unité de remplacement forte de quatre cents hommes venait compléter ce déploiement.

Ses compagnies se composaient de profils particuliers : la première accueillait principalement des vétérans de la Marine, la deuxième des vétérans de l’infanterie et la troisième, des parachutistes et d’anciens légionnaires.

Des artilleurs et des spécialistes formèrent la compagnie de commandement, et la compagnie de blindés attira des recrues aux compétences particulières.

La composition différente des compagnies apporta un motif de compétition entre elles, ce qui incita les soldats à se dépasser.

Afin d'adapter ses effectifs au format américain de Regimental combat team qui est celui du 23e Régiment d'infanterie US, dans lequel il est intégré, le bataillon français créera une compagnie mixte comprenant des soldats coréens ROK (Republic of Korea) avec un encadrement français.

Il fut de tous les principaux combats jusqu'à la fin des hostilités, de leur baptême du feu à Wonju aux batailles de Twin Tunnels, Chipyong-ni et bataille de Crèvecoeur (Battle of Heartbreak Ridge).

Le bataillon français de l'ONU a perdu au combat 269 volontaires français et 18 Coréens intégrés au bataillon tués2, 1 350 blessés (dont certains à plusieurs reprises), 12 prisonniers de guerre et 7 portés disparus.

Au total, 3 421 Français se sont succédé dans les rangs du BF/ONU.

Le 23 juillet 1953 ont lieu les accords de Panmunjon:

C'est l'armistice.

Le 23 octobre 1953, le bataillon français quitte les forces de l'ONU et embarque à Incheon pour l'Indochine.

Principaux combats

Situation militaire antérieure

Le 25 juin 1950, les Forces armées de la Corée du Nord (In min gun), puissamment armées, envahissent sans préavis le territoire de la Corée du Sud. C'est le début de la guerre de Corée.

Devant la supériorité écrasante de l'adversaire, les forces armées de la république de Corée - baptisé ROKs (Republic Of Korea) - dépourvus de moyens lourds et de blindés, sont littéralement laminées.

Le 26, le Conseil de sécurité de l'ONU réuni en toute hâte prend une résolution appelant ses membres à fournir "toute l'assistance qui s'avèrera nécessaire" à la Corée du Sud.

Le 1er juillet les premiers éléments de la 24e Division américaine stationnée au Japon débarquent en Corée. D'autres troupes alliées commencent à arriver.

Mais les forces communistes du Nord continuent à déferler, écrasant tout ce qui offre une résistance organisée.

Début août, le blocus naval de la Corée est total.

L'aviation alliée embarquée ou opérant depuis le Japon a déjà effectué plus de 10 000 missions de bombardement ou de soutien.

Le front se stabilise enfin sur un périmètre de 160 sur 80 km accroché dans une boucle du fleuve Nakdong : le « périmètre de Pusan », autour de ce grand port du sud, par où se déversent continuellement troupes et matériels.

Le 15 septembre 1950, le plan 100, ou opération Chromite, imaginé par le général Douglas Mac Arthur, est déclenché : une impressionnante force amphibie débarque à Inchon, près de Séoul, 300 km plus au Nord, coupant les lignes de ravitaillement des forces communistes.

Les troupes de l'ONU passent à la contre-offensive. C'est la remontée vers le Nord. En deux semaines, les troupes de l'ONU et les ROKs s'emparent de Suwon et du terrain d'aviation de Gimpo.

La fleuve Han est franchi et Séoul reconquise le 26 septembre. Les armées du Nord refluent en masse.

Le 9 octobre, l'ONU donne son accord tacite pour une mission vers le Nord.

Le 17 octobre la 2e Division américaine, arrivée en Corée depuis le 31 juillet, franchit le 38e parallèle nord et entre à Pyongyang.

Le 20 octobre, une seconde force amphibie débarque à Wonsan sur la côte Est, où les ROKs l'ont précédée dans leur rapide avancée.

Fin octobre les services de renseignements alliés savaient que l'Armée populaire de libération chinoise avait déjà amassé 316 000 soldats à la frontière en vue de venir soutenir l'armée de Corée du Nord.

L'ONU interdira toute intervention aérienne sur le sanctuaire mandchou en territoire chinois.

Le 23 novembre, l'ensemble des forces alliées progresse sur trois axes en direction du Yalu et font pression aux frontières mandchoues et soviétiques.

Dans la nuit du 24 au 25 novembre, 500 000 combattants chinois attaquent violemment le Xe corps d'armée des États-Unis à l'ouest et les forces ROKs et des Nations unies à l'est, plus de 100 000 combattants des Nations Unies refluent vers le Sud en direction des ports de Wons an et de Hungnam d'où ils seront évacués par l'US Navy.

Séoul retombera aux mains des communistes fin décembre...

Le BF/ONU arrive

C'est dans ces conditions que, arrivé le 29 novembre 1950 à Pusan, le bataillon Français de l'ONU rejoint ses cantonnements à Daegu pour une période d'entraînement et d'instruction de un mois et recevoir ses équipements.

Intégré le 15 décembre au 23rd Infantry regiment US, qui fait partie de la 2e Division d'infanterie US, il est engagé dans les violents combats en cours dans cette guerre de mouvement le 25 décembre.

7 janvier 1951: à Wonju, le BF/ONU reçoit mission de couvrir le flanc de la 2e Division en retraite. Cinq jours de combats ininterrompus allant jusqu'au corps à corps, les armes étant gelées.

1er et 2 février: encerclés à Twin tunnels, le 3e bataillon du 23e RI US et le BF/ONU résistent victorieusement à la 125e Division chinoise. Ce fait d'armes vaut au BF/ONU sa première Citation présidentielle américaine.

3 au 16 février: le 23e RI US (dont le BF/ONU) s'empare de Chipyong-ni à plus de 35 km en avant des points de résistance de la 8e Armée et, après trois jours d'encerclement (13 au 16 février), permet la relance d'une contre offensive. Ce nouveau fait d'armes vaut au bataillon français sa première citation à l'Ordre de l'armée française et sa deuxième

Citation présidentielle américaine.

3 au 5 mars : la prise de la cote 1037 par le BF/ONU ouvre la route d'Honchon et de Chuchon à la 2e DI dans le cadre de l'offensive alliée d'hiver.

6 avril : le BF/ONU franchit à son tour le 38e parallèle et, le 8, arrive le premier aux réservoirs de Hwachon.

16 au 23 mai : la 2e DI, parvient à briser l'offensive chinoise de printemps grâce en partie au sacrifice de la Section "Pionniers" du BF/ONU qui y gagne sa deuxième citation à l'Ordre de l'armée française.

Passant à la contre attaque le 23e RI franchit à nouveau le 38e parallèle et le BF/ONU entre le premier à Inje.

Ces actions successives valent au bataillon français ses troisième citation à l'Ordre de l'armée française et Citation présidentielle américaine.

Octobre 1951 : après 3 semaines de combats, le 23e RI s'empare au lance-flamme des avancées de la cote 851.

À l'aube du 13 octobre, le dernier piton, Crève-cœur (Heartbreak ridge), tombe aux mains de la 2e compagnie du bataillon français (voir le film : Crèvecœur ).

Consécutivement à l'ouverture de négociations d'armistice à Gaeseong, la guerre de mouvement se transforme en guerre de position.

Le BF/ONU continue de prendre part à toutes les actions menées par la 2e DI.

Il est en ligne dans le secteur du Triangle de Fer tenu par les troupes des Nations Unies tandis que Pyongyang est revenu aux mains des communistes.

Hiver 1951 - 1952 : le BF/ONU tient position à Gumhwa.

Juillet - août 1952 : sur White Horse et à T-Bone - Arrow Head, le 23e RI est au centre face à une puissante attaque chinoise en direction de Séoul qui échouera.

Plus de 25 000 obus tirés par les automoteurs chinois tomberont en 24 heures rien que sur les positions tenues par les Français.

Aux avant-postes, la section de Pionniers, submergée et à court de munition se battra au corps à corps à coup de pelles.

Contrevenant aux consignes, la section d'armes lourdes du BF/ONU se portera spontanément en appui décisif sur son flanc droit au bénéfice du 29e Régiment de la 9e Division d'infanterie coréenne en grande difficulté.

Fait exceptionnel, le lieutenant "désobéissant" commandant ladite section d'armes lourdes, se verra, pour son action en faveur des Coréens, décerner la haute décoration "Ordre de mérite militaire HWARANG avec étoile d'argent" sur ordre du président de la République de Corée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Bataillon Français de Corée Empty
MessageSujet: Re: Bataillon Français de Corée   Bataillon Français de Corée Icon_minitime2014-10-07, 18:29

Merci Gustave

Ne jamais oublier ces combattants du bout du monde

Qui seront plus tard le fer de lance du "CEFEO"

Bataillon Français de Corée 1996631456 Bataillon Français de Corée 1996631456
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Bataillon Français de Corée Empty
MessageSujet: Re: Bataillon Français de Corée   Bataillon Français de Corée Icon_minitime2014-10-08, 07:49

Je lis "Bataillon de Corée " d'erwan Bergot , une belle page de gloire , combat dans un décor de fin du monde, par des moins 30° et des nués de Chinois au coude à coude !! quand tu te trouve en face cette marée humaine, faut un certain cran pour ne pas paniquer! chapeau les anciens
Revenir en haut Aller en bas
Papa schulz
Admin
Papa schulz


Masculin
Nombre de messages : 12008
Age : 62
Emploi : Apéro à plein temps!
Date d'inscription : 23/10/2007

Bataillon Français de Corée Empty
MessageSujet: Re: Bataillon Français de Corée   Bataillon Français de Corée Icon_minitime2014-10-08, 10:08

http://www.ecpad.fr/le-bataillon-francais-de-l-onu-en-coree-1950-1953-2  

http://www.ecpad.fr/wp-content/uploads/2010/10/coree.pdf

  source : ECPAD

___________________________________ ____________________________________

Dans une guerre, ce qui se passe, ce n'est jamais ce qu'on avait prévu. Alors ce qui compte, c'est d'avoir le moral !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Bataillon Français de Corée Empty
MessageSujet: Re: Bataillon Français de Corée   Bataillon Français de Corée Icon_minitime2014-10-08, 10:23

Merci pour les liens , mon p'tit frère

Bataillon Français de Corée 926774 Bataillon Français de Corée 926774 Bataillon Français de Corée 926774 Bataillon Français de Corée 926774
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Bataillon Français de Corée Empty
MessageSujet: Re: Bataillon Français de Corée   Bataillon Français de Corée Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Bataillon Français de Corée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Bataillon Français de L"ONU en Corée -
» Bataillon Français de Corée
» Il y a 70 ans, l’engagement du bataillon français de l’ONU en Corée
»  1Le Bataillon français de l'ONU (BF/ONU) en Corée 1950 .
» Le Bataillon Français de l’ONU en Corée : 1950-1953 .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Que s'est il passé un ?-
Sauter vers: