Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où et quand vont sortir les coffrets EB10.5 ...
Voir le deal

 

 René Henri Jacques VILLARD .

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



René Henri Jacques VILLARD  . Empty
MessageSujet: René Henri Jacques VILLARD .   René Henri Jacques VILLARD  . Icon_minitime2014-09-12, 22:03

René Henri Jacques VILLARD

Alias:  Mouette

René Henri Jacques VILLARD  . Villar10
René Henri Jacques VILLARD

•Né le 6 septembre 1923 (jeudi) - Alger (Algérie)
•Baptisé le 25 décembre 1923 (mardi) - Alger (Algérie)
•Décédé le 20 janvier 1962 (samedi) - Fort de l'Eau (Alger-Algérie) à l’âge de 38 ans
•Fonctionnaire d'Etat au Ministère des Transports (Aéronautique civile), délégué syndical de la CFTC à Alger

Chronologie

6 septembre 1923 : Naissance - Alger (Algérie)

Naissance à 16 heures 30

Témoin : sosa Henri Charles VILLARD 1866-1941
Témoin : André PONS
Témoin : Michel LOVERO

Sources: Acte de naissance n° 2454 dressé par la commune d'Alger le 6 septembre 1923 sur déclaration de son père Arsène Villard qui demeurait Rue Sadi Carnot à Alger
25 décembre 1923 : Baptême - Alger (Algérie)

Première Communion faite en l'Eglise de Boghari le 10 juin 1934 à l'âge de 13 ans

Marraine : Augustine PASTOR
Parrain : Henri Jean Baptiste VILLARD 1901-1982
Témoin : X CARGANIO

Sources: Certificat de baptême dressé par la paroisse Ste Marie St Charles de l'Agha Diocèse d'Alger
10 juin 1934 : Communion - Boghari Algérie

Communion en l'Eglise de Boghari

Ksar el Boukhari (Boghari), dite aussi « la cité lumière », est une ville fortifiée fondée en 1829 par des habitants venus de Laghouat d'où son aspect architectural de Ksar Saharien.

La majorité de ses habitants sont d'origine Ouled Naïl.

Porte du sud, Boghari était essentiellement une ville commerçante de marché et d'entrepôts.

Elle a été sous-préfecture jusqu'en en 1956.

Dès la moitié du xixe siècle, des peintres tels qu'Eugène Fromentin, Maxime Noiré, ou les membres de l'École d'Alger - Marius de Buzon, Maurice Bouviolle, Jean et Étienne Bouchaud, Paul Jouve, René Hanin, l'architecte Paul Guion… la fréquentent pour la beauté de ses paysages, de ses panoramas et des quartiers Ouleds de la ville. Boghari a été immortalisée également par le photographe Georges Louis Arlaud vers 1925.

Le camp de travail forcé

Un camp d'internement militaire — Camp Morand — y concentre dans des conditions difficiles des milliers de réfugiés espagnols fuyant la guerre civile d'Espagne, dont les autorités et la communauté espagnole oranaise se méfient.

Guerre d’indépendance Ksar el Boukhari est le théâtre de violents accrochages militaires inter-algériens entre les troupes du MNA et celles de l'ALN qui occasionnent 600 morts les 30 août et premier septembre 1962

2 décembre 1944 : Mariage (avec Suzanne Marie BOUJAREL) - Alger (Algérie)

L'acte de mariage de mes parents m'a été transmis par lettre du 13 mai 2013 du Ministère des Affaires Etrangères Service Central d'Etat Civil 11, Rue de la Maison Blanche 44941 Nantes Cedex Adresse Internet : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/ Téléphone : 08.26.08.06.04. La référence de cette lettre est : Internet / A103 / MHP actmarrenevil Elle est signée par Madame Marie-Hélène Paris.

Il est précisé que cet acte de mariage porte la référence (COL) Alger.1944.RET.M.01389.

Il est recommandé de passer par le site http://pastel.diplomatie.gouv.fr/dali

Acte de mariage N°1389 dressé par la commune d'Alger le 2 décembre 1944 à 15 heures 10 minutes

Au moment du mariage mon père était soldat de deuxième classe de l'Armée de l'Air en formation au Centre de Préparation du Personnel Naviguant (CPPN) de Casablanca au Maroc.

Il avait obtenu une autorisation d'absence signée par le Commandant du CPPN le 18 novembre 1944.

Les parents de REné Villard, Arsène Villard et Lucie Pastor, habitaient une villa de deux étages, bâtie par on grand-père au Lotissement La Sapinère sur les hauteurs de Birmandreïs, petite commune jouxtant Alger.

Au moment de leur mariage, ma mère,Suzanne Boujarel, était Sténodactylographe.

Elle habitait chez ses parents, Antoine Boujarel et Marie Berthelot, 4, Rue de Normandie dans le quartier de Bab el Oued à Alger.

Mon grand-père Boujarel était Linotypiste à Tipo Litho qui était une imprimerie située dans la même rue au numéro 2.

Cette société était dirigée par son Frère Gabriel Boujarel et son autre frère, Charles Boujarel, en était le comptable.

Ce dernier frère fut témoin de mes parents pour leur mariage.

Mariage confirmé en l'Eglis Saint Joseph de Bab El Oued à Alger le 2 décembre 1944 célébré par le Curé L. Castera

Témoin : Charles GARDEL
Témoin : Charles Etienne Louis BOUJAREL-HENOT 1895-1971
Témoin : Léopold Pierre LOUVET 1868-1951
Témoin : Marie Hélène PARIS
Témoin : L BENCHETRIT

Sources: Livret de famille N° 1389 délivré par la Mairie d'Alger le 2 décembre 1944 validé par Maître E. BENCHETRIT avoué à Alger acte 6545 1945

Livret de Mariage numéro 1389

2 décembre 1944 : Mariage religieux (avec Suzanne Marie BOUJAREL) - 8ème Arrondissement - Alger, 1600016132, Alger, , Algérie

Mariés en l'Eglise Saint Joseph à Bab el Oued par l'Abbé l.Castera, Curé

Témoin : L CASTERA

15 février 1961 : Le Maquis de Bouguirat - Mostaganem, 92310, Oran, Oranie, Algérie

Le 15 février 1961, dans l'Oranais, près de Mostaganem, à environ 80 km au nord-est d'Oran, un premier maquis « Algérie française » est mis sur pied par 2 officiers chevronnés : son fondateur est le Marquis André de Brousse de Montpeyroux, capitaine de réserve à la tête d'une SAS en 1957 (grand blessé de la 2nde Guerre Mondiale, 2 Croix de guerre, Médaille militaire, Légion d'honneur, ex Corps Francs puis Ceux de la Résistance).

La préparation du Maquis avait été organisée 138, Boulevard du Télemly à Alger, appartement des époux Villard. Plusieurs membres du Maquis, dont deux commandos de l'Air, assuraient à domicile la garde de ce lieu stratégique.

Le chef militaire du commando est le capitaine de l'Armée de l'air Jean-René Souètre, ancien du Groupement des Commandos Parachutistes de l'Air (5 citations dont 2 à l'ordre de l'armée, Croix de la valeur militaire, Légion d'honneur), qui dispose d'une troupe d'une vingtaine de militaires.

Le chef civil du maquis est René Villard, fonctionnaire de l'aéronautique civile en Algérie, responsable de France Résurrection pour l'Algérie.

Ses commandos sont composés de laïcs, de chrétiens et de juifs.

Le chef musulman du maquis est le Cheikh Tekouk Ben Tekouk, Chevalier de la légion d'honneur et de nombreuses autres ordres français et étrangers.

Le Comte Louis de Charbonnières assurait la liaison avec Paris.

... Le maquis est encerclé le 23 février 1961 par les gendarmes mobiles qui capturent 9 des leurs, dont le Marquis de Montpeyroux et le capitaine Souètre.

Une partie de ses hommes s'enfuit avec 400 armes et se fondent dans d'autres maquis en formation.

Une autre rejoint Alger et préparera le Putsch des Généraux.

22 avril 1961 : Le Putsch des Généraux - Alger, 1600016132, Alger, Algérie, France

20 janvier 1962 : Assassinat de René Villard - Fort de l'Eau (Alger-Algérie), , , ,

Témoin : X MONNET
Témoin : Bernard MECUCCI-MICUCCI
Témoin : Journal virtuel KronoBase
Témoin : Jacques Léon Edmond Marie DESPINS 1914-2006
Témoin : René PETITBON
Témoin : Claude MOUTON-RAIMBAULT 1932
Témoin : Trimestriel Enquête sur l'Histoire


20 janvier 1962 : Décès - Fort de l'Eau (Alger-Algérie)

Assassiné Route de l'Hippocampe aux Dunes de Fort de l'Eau

Reconnu Mort pour la France.

http://www.piedsnoirs-aujourdhui.com/histoir78.html

Début 1961, René Villard est le chef du réseau France Résurrection.

Le Putsch

Le 23 avril 1961, à Alger, les animateurs de l'activisme local sont réunis dans un garage situé en bordure du port : une cinquantaine de responsables : OAS-Madrid, FAF (Zattara, Vigneau cf juin 1960), France Résurrection (Villard), Jeune Nation (Sidos 1949), Degueldre ...

En fin de journée, De Gaulle parle: « le quarteron de généraux ... le pronunciamento ... » et appelle civils et militaires à ne pas obéir aux généraux... (Personne n'a pensé à brouiller la retransmission).

Le 24 avril 1961, les généraux Salan, Jouhaud, Challe, Zeller, Petit, Gardy et les colonels Argoud, Broizat, Gardes et Godard sont destitués.

Le général de Larminat : « J'attends avec intérêt que partie perdue, ils me fassent part de leur suicide, seule solution qui puisse les sauver du total déshonneur. »

Le 25 avril 1961, le général Challe, peut-être influencé par son ancien chef d'état-major, le colonel Georges de Boissieu*, décide de se rendre, bientôt suivi par le général Zeller (camouflé quelques jours chez un parent à Alger) : ils seront incarcérés à la Santé.

Les autres généraux engagés les rejoignent progressivement : Bigot, Nicot, Gouraud, Petit ...

Le meurtre

Le 17 janvier 1962, une « nuit bleue » (plasticages OAS-Métro) réveille Paris : une série de plasticages qui culmine de janvier à mars 1962.

Le 19 janvier 1962, René Villard (France Résurrection, commando Z) est abattu de 25 balles de PM sur une plage de Fort-de-l'Eau par un commando Delta sous les ordres du capitaine Le Pivain. La veille, Degueldre avait exécuté Michel Leroy.

Le 9 ou 10 février 1962, le capitaine Le Pivain (commando Delta) est abattu à bout portant à un barrage par une patrouille de gendarmes mobiles.

http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Organisation_arm%C3%A9e_secr%C3%A8te&action=submit

22 avril 1961 : Putsch des Généraux à Alger. L'OAS et les civils sont écartés par les généraux.

Le Mouvement France Résurrection, sous la direction de René Villard, est à la tête de l'organisation.

Il agit en contact permanent avec les officiers des Commandos de l'Air qui s'assurent des points stratégiques à Alger, arrêtant les tenants du Gouvernement.

Le 1er REP sous les ordres du Commandant Hélie de Saint Marc assure la sécurité du Gouvernement général où se trouvent les putschistes et quadrille la ville.

Mais ni l'Oranie ni le Constantinois ne rejoignent le mouvement.

23 avril 1961 : Arrivée à Alger du général Raoul Salan en provenance de Madrid et qui se joint aux généraux Maurice Challe, André Zeller et Edmond Jouhaud.

26 avril 1961 : Echec du putsch.

28 avril 1961 : En une semaine 200 officiers et 400 civils sont arrêtés par le pouvoir gaulliste en France, trois régiments sont dissous. Mise en place du Haut Tribunal Militaire.

9-20 janvier 1962 : sur ordre de Jean-Jacques Susini, Michel Leroy, responsable de Jeune Nation et René Villard, chef de France Résurrection, sont assassinés par Roger Degueldre et Philippe Le Pivain.

Proche du Colonel Rémy, par le biais du Marquis de Montpeyrous et du Comte de Charbonnière, et de certains réseaux de la Résistance, René Villard était en liaison avec Jacques Chaban-Delmas et Alain Peyrefitte.

Leroy et Villard voulaient négocier avec le gouvernement une solution permettant aux Pieds-Noirs de rester en Algérie et de conserver des liens avec la France, basée sur un possible partage du territoire.

Un troisième comparse, Jean Sarradet, est épargné par l'OAS.

http://www.kronobase.org/chronologie-categorie-Guerre+d'Alg%C3%A9rie.html

René Villard, chef de "France Résurrection" et membre de "Ceux de la Résistance", est exécuté à Alger par l'OAS (Le Pivain) sur ordre de Susini, abattu par le légionnaire déserteur Faytinger sur la route des Dunes à Fort de l'Eau.

Témoignage du Lieutenant Pierre Delhomme

Pierre Delhomme est né le 25 janvier 1927 à Sétif, dans le Constantinois, d’un père sous-officier de tirailleurs qui, sorti du rang, finira sa carrière comme commandant en 1956 et d’une mère Française d’Algérie.

Il passe sa petite enfance entre Sétif et Médéa.

En 1936, son père étant muté à Epinal, il fait connaissance de la métropole. La défaite de 1940 le ramène à Médéa, sans son père, prisonnier.

Il s’engage dans l’armée de l’air en 1947, est nommé sergent le 1er janvier 1948, obtient le brevet des fusiliers de l’air le 1er décembre 1948.

Il effectue deux séjours en Indochine où, en 1954, il rencontre une jeune Tonkinoise qui devient son épouse en 1956 alors qu’il est promu sergent-major et qu’il sert en France, à la 2e région aérienne.

A la fin de décembre 1956, Pierre Delhomme est muté en Algérie, à La Reghaïa, au commando de l’air 30/541 du Groupement des Commandos Parachutistes de l’Air (GCPA) commandé par le lieutenant-colonel Coulet.

Affecté par la suite au commando 40 du GCPA, il participe à de nombreuses opérations à la tête de sa section et y gagne plusieurs citations.

Le 12 décembre 1960, opposant résolu aux méandres de la politique algérienne du général de Gaulle et déjà en relation avec les premiers maquisards de l’Algérie française, il reçoit l’ordre d’abattre celui-ci lors de la revue passée à la base de La Reghaïa.

Par indécision, il n’exécute pas cet ordre, ce qu’il regrettera plus tard.

Cependant, le 1er mars 1961, il est promu sous-lieutenant et est proposé pour la Légion d’honneur.

Au moment du coup d’Alger du 22 avril 1961, le GCPA, commandé par le lieutenant-colonel Emery, se rallie au général Challe.

Le commando 40 s’empare du P.C. de la Zone Nord-Algérois (ZNA) à Fort de l’Eau.

Il y fait prisonnier le général Gombaud, commandant la ZNA, et le colonel Boquet commandant le sous-secteur d’Aïn-Taya.

Durant les trois jours suivants, Pierre Delhomme remplit diverses missions au profit du quatuor de généraux dirigeant la révolte d’Alger.

Le 25 avril, il déserte, entre dans la clandestinité et devient l’un des responsables de l’OAS à El Biar, sur les hauteurs d’Alger.

Proche de Sarradet (chef des commandos Z), de Villard, de Leroy et aussi des capitaines de l’OAS, il est marqué par les querelles intestines de l’organisation clandestine et par l’exécution de Leroy et de Villard accusés, de même que Jean Sarradet, d’être partisans d’une partition de l’Algérie.

A la fin de mars 1962, il participe à la tentative de création d’un maquis dans l’Ouarsenis, tentative qui se solde par un échec en raison des attaques conjuguées d’éléments du FLN, de l’armée et de l’aviation française.

Pierre Delhomme est capturé, transféré à la prison d’Hussein Dey, puis transféré à Paris à la maison d’arrêt de la Santé.

A son procès, récusant ses juges, il est condamné trois fois : à trois ans, à vingt ans, puis à la réclusion criminelle à perpétuité en septembre 1963.

En prison, il retrouve la foi qui le guidera tout le reste de sa vie.

Après une tentative d’évasion, il est envoyé à la Centrale d’Ensisheim où il est isolé de ses camarades pendant trois ans.

Sa santé déclinant, il est transféré à Saint Martin de Ré où il retrouve ses compagnons de lutte.

Il en est libéré le 23 décembre 1966.

Après un séjour d’un an à Grenoble, il se fixe à Saint Raphaël et ouvre pour un temps un restaurant : La Fleur de Lotus.

Il occupe ensuite des emplois de jardinier et de garde de nuit dans une clinique.

En 1997, à la mort de son épouse, il se retire dans un foyer dans le Morbihan où il s’éteint le 8 janvier 2002.

Le 25 avril 1961 à Alger, Pierre Delhomme se rend au Gouvernement Général et demande les ordres au général Challe, celui-ci, qui a décidé de se rendre, lui conseille de rejoindre La Reghaïa.

Pierre Delhomme se retourne alors vers le général Salan qui lui demande de faire venir le commando 40 du quartier Rignot au Forum.

Le commando sera l’une des dernières unités à protéger les protagonistes du coup d’Alger avant leur dispersion.

Dans les années 70, une correspondance est échangée entre le général Salan et Pierre Delhomme qui lui dit toute l’amitié qui le liait à René Villard, qualifié de fervent patriote, dont il n’a pas compris l’exécution.

http://babelouedstory.com/thema_les/histoire/12025/12025.html

Honoré pour sa droiture

Certainement, il fallait trouver des solutions au drame algérien, mais concernant l’abandon pur et simple adopté en catastrophe par le général de Gaulle, il n’était pas possible d’agir de façon plus désastreuse pour l’avenir, indigne et cruelle à l’encontre de nos compatriotes.

Comme tant d’autres mouvements clandestins, l’OAS ne fut pas à l’abri de querelles internes qui prirent un tour tragique quand furent exécutés à Alger les deux dirigeants du “Front nationaliste”, Michel Leroy et René Villard (19 janvier 1962) qui reprochaient à l’Organisation son absence de stratégie politique.

Il reste qu’en dépit de l’échec, subsiste le souvenir d’hommes de droiture et de courage que la postérité, parfois honore, comme cela fut le cas récemment pour le commandant Denoix de Saint-Marc ou pour le commandant Guillaume, dont le souvenir altier imprègne Le Crabe-Tambour, film unanimement admiré de Pierre Schoendoerffer.

Sources: Acte de décés N° 23 dressé par la Mairie de Fort de l'Eau (Alger) le 22 janvier 1962

30 janvier 1962 : Société des Amis de René Villard (S.A.R.V.) - Alger, 1600016132, Alger, Algérie, France

SOCIETE DES AMIS DE RENE VILLARD (Mort pour la France le 20 janvier 1962 à Alger)

Création : Janvier 1962
Objectifs : Faire connaître la vie et le combat de René VILLARD et de sa famille en faveur de l'Algérie Française Connaissance du Réseau France Résurrection, fondé par le Colonel REMY et le Marquis de BROUSSE de MONTPEYROUX de LIMOGES-BRETAGNE dont René VILLARD était le chef pour l'Algérie (13 Mai 1958, Barricades, Maquis de Bouguirat, Putsch, clandestinité)

Président Fondateur et actuel Président : Jacques VILLARD (Fils de René VILLARD)

Correspondance :

S.A.R.V.
Chez Jacques Villard
9, Rue du Four
34600 Faugères

villardjacques1@gmail.com



1973 : ACHABA (bulletin de liaison de la SARV) - Perpignan

1999 : Mort pour la France - 75000 Paris Ille de France


Sources : http://gw.geneanet.org/jvillard1?lang=fr&p=rene+henri+jacques&n=villard&oc=0


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



René Henri Jacques VILLARD  . Empty
MessageSujet: Re: René Henri Jacques VILLARD .   René Henri Jacques VILLARD  . Icon_minitime2014-09-12, 22:23

René Henri Jacques VILLARD  . 926774 René Henri Jacques VILLARD  . 926774 René Henri Jacques VILLARD  . 926774
Revenir en haut Aller en bas
Villard

Villard


Masculin
Nombre de messages : 18
Emploi : Intelligence Economique
Date d'inscription : 11/09/2014

René Henri Jacques VILLARD  . Empty
MessageSujet: Merci   René Henri Jacques VILLARD  . Icon_minitime2014-10-16, 12:22

Mon Bien Ancien et Camarade,
Merci pour avoir donné à mon père cette place dans ce beau forum au milieu de vous.
Je suis ému et ma reconnaissance est infinie.
Je ne vais pas faire long car je suis en train de me battre contre un germe (morganella) qui m'a déclenché une infection urinaire.
N'étant pas particulièrement douillet, je vais essayer de le terrasser.
Il me vaut une température de 39/9 en permanence et des douleurs atroces.
L'histoire de mon père reste à écrire mais je voudrais surtout pouvoir mettre en valeur le Groupe Francé-Résurrection qui s'est battu pour une solution française en Algérie. Cette détermination lui a valu plus d'une vingtaine de morts et plus de 40 embastillés en Algérie et en France.
Beaucoup furent des parachutistes des l'Air et de Terre, métropolitains ou Pieds-Noirs.
A l'heure actuelle, avec le neveu de l'un des membres de France Résurrection, je cherche un correspondant parachutiste, discret et sérieux, à Beaune pour enquêter sur un triple crime qui a eu lieu à Beaune et qui a été classé comme accident.
Il faut savoir que des civils barbouzes ont exécuté en Algérie et en France de 1960 à 1967 des militaires et des civils qui ont refusé de se plier.
Nous recherchions, à l'époque, des militaires et des civils qui étaient détenus en Algérie après l'Indépendance jusqu'en 1972 pour les plus malheureux.
J'ai participé à deux opérations discrètes mais il y en a eu plus que ces deux là.
Mes camarades étaient d'anciens parachutistes des Régiments conventionnels et du 11ème Choc.
Je reviens vers toi.
Tu as touché le cœur.
Sicut Aquila !
Jacques


___________________________________ ____________________________________

René Henri Jacques VILLARD  . Faugyr10
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



René Henri Jacques VILLARD  . Empty
MessageSujet: Re: René Henri Jacques VILLARD .   René Henri Jacques VILLARD  . Icon_minitime2014-10-16, 14:15

Pas de quoi , mon Ami Jacques

Il est normal , que ton Papa ( qui représente une page importante de notre histoire) , soit parmi nous

Je suis fier que tu sois sur ce Forum

De plus nous avons un Ami en commun

José Castano

Prends soins de toi

Bien a toi

Jean-Pierre

René Henri Jacques VILLARD  . 239-218

Revenir en haut Aller en bas
Villard

Villard


Masculin
Nombre de messages : 18
Emploi : Intelligence Economique
Date d'inscription : 11/09/2014

René Henri Jacques VILLARD  . Empty
MessageSujet: Entre deux   René Henri Jacques VILLARD  . Icon_minitime2014-10-16, 16:06

Mon Cher Ancien,
Tu as raison.
José Castano reste un excellent ami de toujours.
Son oeuvre est exemplaire.
Il a su rester debout et raconter toutes les Vérités avec courage et détermination.
Son exemple force l'admiration.
Mais, nous avons d'autres camarades en commun.
Il y en a un qui m'a permis de retrouver un uniforme que j'ai servi avec émotion.
Tous deux, nous avons mis en place en 1987 une mission qui a permis à d'anciens commandos de l'Air de devenir la garde d'honneur du Prince Alphonse II, décollé en 1989.
Le drapeau des Commandos de l'Air ouvrait la marche devant le Prince et le Préfet du Tarn mais aussi les Officiers supérieurs de plusieurs Régiments et les représentants des Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale.
Cet homme simple et généreux a reçu un hommage officiel de toutes les autorités présentes.
Il était en fauteuil roulant. Il se prénommait Jean Pierre et présidait l'association des anciens des commandos de l'Air.
J'aimerais que tu puisses nous en dire plus sur Jean Pierre.
Pour ma part, je pourrais donner après toi quelques notes car Pierre Delhomme participa à cette mission ainsi qu'un homme de l'ombre du Gign. Ils se connurent ce jour là et leur amitié ne connut plus de fin.
Hommages respectueux.
Jacques

___________________________________ ____________________________________

René Henri Jacques VILLARD  . Faugyr10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





René Henri Jacques VILLARD  . Empty
MessageSujet: Re: René Henri Jacques VILLARD .   René Henri Jacques VILLARD  . Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
René Henri Jacques VILLARD .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Guaino
» QUIZZ de JP N° 54
» L’armée de l’air fête en 2014 le 80e anniversaire de sa création.
» Henri Salvador est mort
» DEUX JOURNAUX REGIONAUX PRENNENT POSITION OUVERTE CONTRE MARINE LE PEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages remarquables (Civils & Militaires)-
Sauter vers: