Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mali : un sous-officier français tué en mission

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mali : un sous-officier français tué en mission    Jeu 8 Mai - 10:45

Mali : un sous-officier français tué en mission    

Un sous-officier français tué en opération au Nord du Mali dans la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé l'Elysée.

Le soldat appartenait au 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi, rattaché à la légion étrangère.

Marcel Kelafut, un légionnaire français d'origine tchèque, est le huitième à avoir trouvé la mort dans des combats au Mali depuis le début de l'opération Serval.

Le soldat a été tué par une bombe artisanale placée par un groupe djihadiste, a précisé le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Son véhicule se trouvait à l'entrée du massif des Ifoghas quand il a été touché par l'explosion.

Le président et le ministre de la Défense saluent sa mémoire.

"Il est mort pour la liberté du Mali, la sécurité du Mali, mais aussi pour la liberté, la sécurité de l'Europe et de la France", a ajouté le ministre.

"Le chef de l'Etat exprime son grand respect pour le sacrifice de ce légionnaire français", peut-on lire dans un communiqué de l'Elysée.

"En ce jour de commémoration de la victoire du 8 mai 1945", il a renouvelé "sa totale confiance aux forces françaises engagées aux côtés des Maliens et des forces des Nations-Unies pour continuer à lutter contre les groupes armés terroristes".


Adieu "Frère Para"

    

  

             

  



  


Dernière édition par cocoye1er le Sam 10 Mai - 5:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
stoltz
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10589
Age : 57
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Jeu 8 Mai - 12:48



  
    

Paix en son Âme
Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12993
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Jeu 8 Mai - 15:38

OUI !! ADIEU  mon frère, que st Michel te reconnaisse parmi les nôtre !!        
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Jeu 8 Mai - 17:01

C'est très beau ces courbettes à l'Armée, à chaque nouveau mort Français... Faudrait peut-être aussi songer à envoyer de la "soudure", car les belles paroles ne sont que de la tchatche pour ceux qui sont mal nourris et mal équipés      
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Sam 10 Mai - 5:30

Le sergent Marcel Kalafut, du 2e REP, mort en opération au Mali      



2e rep,calvi,serval,mali

Lors d'une opération d'infiltration, cette nuit dans la région de Tessalit au nord du Mali, le sergent Marcel Kalafut du Groupement des commandos parachutistes (GCP) du 2e REP (régiment étranger parachutiste, insigne ci-contre) de Calvi est mort. Son véhicule a sauté sur une mine (ou un engin explosif improvisé).

Il s'agit du huitième décès d'un soldat français au Mali, du premier en 2014 et du deuxième légionnaire du 2e REP depuis le lancement de l'opération Serval en janvier 2013.


Dans le cadre des missions d'infiltration et de recherche pour maintenir la pression sur les groupes armés terroristes (GAT), une colonne " d'éléments extrêmement légers " du GCP du 2e REP patrouillait dans le massif de Tigharghar à 5 km au nord-est de Tessalit lorsqu'un des véhicules P4 a explosé sur une probable mine peu avant minuit.

" C'est typique des modes d'actions terroristes, explique le colonel Jaron, porte-parole de l'état-major des armées. Ils ne sont plus dans la recherche du combat frontal. Par des mines, des IED (engins explosifs improvisés) ou des roquettes, ils cherchent à marquer les esprits en créant un incident. "

Trois soldats français ont été blessés lors de l'explosion. Ils ont été rapidement transportés en hélicoptère jusqu'à une équipe médicale présente sur le camp de Tessalit. L'un d'entre eux est mort de ses blessures. Son corps et les deux blessés plus légers ont été transférés vers Gao en fin de nuit.

La biographie du sergent Marcel Kalafut  



Le sergent Marcel Kalafut, 26 ans (né le 19 novembre 1987), était légionnaire depuis près de sept ans (le 10 mai 2007), slovaque de nationalité mais né dans l'ancienne Tchécoslovaquie
(photo SIRPA terre).

A 20 ans, il s’engage pour cinq ans au titre de la Légion étrangère.

A l’issue de sa formation au 4e régiment étranger de Castelnaudary, il intègre le 2e régiment étranger de parachutistes, en qualité de grenadier-voltigeur, le 19 septembre 2007.

Le 1er mars 2008, il obtient la distinction de légionnaire de première classe, puis le grade de caporal le 1er juillet 2009.

Manifestant un fort potentiel, le caporal Kalafut intègre alors la section des commandos parachutistes et est rapidement orienté vers le corps des sous-officiers.

Il est nommé sergent le 1er septembre 2011.

Il se perfectionne alors dans le domaine des transmissions et devient un technicien confirmé.

Le sergent Kalafut a effectué plusieurs missions extérieures :

Gabon (2008), Afghanistan (2010), République centrafricaine (2013) et au Mali (2013).

Le 7 mars 2014, il est projeté de nouveau au Mali dans le cadre de l’opération SERVAL, en qualité d’équipier spécialiste en radiographie.

Le sergent KALAFUT était titulaire de 3 citations (dont une sans croix) avec attribution de la croix de la valeur militaire.

Il était également titulaire de la médaille commémorative française avec agrafe « Afghanistan » et de la médaille outre-mer avec agrafes « République centrafricaine » et « Sahel », de la croix du combattant et de la médaille de la défense nationale – échelon argent.



Les précédents soldats de l'opération Serval morts au Mali

- 11 janvier à Konna : lieutenant Damien Boiteux, 41 ans, 4e RHFS (hélicoptères des forces spéciales) de Pau, tir ennemi.

- 19 février à 50 km au sud de Tessalit (Adrar des Ifoghas) : sergent-chef Harold Vormezeele, 33 ans, GCP 2e REP (étranger parachutiste) de Calvi, tir ennemi.

- 2 mars, vallée d'Ametettai (Adrar des Ifoghas) : caporal Cédric Charenton, 26 ans, 1er RCP (chasseurs parachutistes) de Pamiers, tir ennemi.

- 6 mars, à l'oued de Tin Keraten (100 km à l'est de Gao) : brigadier-chef Wilfried Pingaud, 37 ans, 68e RAA (artillerie d'Afrique) de La Valbonne, tir ennemi.

- 16 mars, au sud de Tessalit (Adrar des Ifoghas) : caporal Alexandre Van Dooren, 24 ans, 1er RIMA (infanterie de marine) d'Angoulême, IED (engin explosif improvisé).

- 29 avril,
en Tin Zaouaten et Boughessa (nord de l'Adrar des Ifoghas) : caporal-chef Stéphane Duval, 32 ans, 1er RPIMA (infanterie de marine) de Bayonne, IED (engin explosif improvisé).

- 30 juillet, à une vingtaine de kilomètres de Douentza (centre) : brigadier-chef Marc Martin-Vallet, 28 ans, 515e RT (train) du camp de La Braconne (Charente), accident de la route. Originaire de Leffrinckoucke.

  

    

              



  
Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12993
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Sam 10 Mai - 6:33

Cet air Ecossais me donne du vague à l'âme à chaque fois que je l'entend, il est si pénétrant et en même temps donne une sorte de respect pour la vie !!  Je ne sais pas si des paroles s'ajoute à la mélopée mais cela doit être bien triste ou solennel !! 




              Comme je suis d'une grande sensibilité et les nerfs à fleurs de peau, j'aime çà !!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: IN MEMORIAM MAJOR NICOLIC   Ven 18 Juil - 10:43



In Mémoriam du major Dejvid NIKOLIC
Suite à une attaque par véhicule suicide au nord de GAO au Mali, le major Dejvid NIKOLIC est décédé le 14 juillet 2014. Il est le 9e soldat mort pour la France au combat au Mali.
Né le 16 mai 1969 à Belgrade, le major Dejvid NIKOLIC s’était engagé à la Légion étrangère à 19 ans et il aura ainsi servi la France durant plus de 25 ans.
Sous-officier expérimenté, il a participé à de nombreuses missions à l’étranger : l’opération REQUIN au TCHAD en 1990 en tant que jeune légionnaire, trois missions de courte durée (DJIBOUTI en 2002 et 2008, NOUVELLE CALEDONIE en 2009) et six opérations extérieures (OPEX) - 3 en AFGHANISTAN (2005-2006-2010), 1 en EX-YOUGOSLAVIE (2007), 1 au LIBAN en 2012-2013, avant d’être désigné en 2014 pour l’opération SERVAL au MALI.
Le major NIKOLIC était projeté au MALI depuis le 23 avril en qualité de chef de groupe EOD (Explosive ordnance disposal). Le 14 juillet, en fin d’après-midi, il était engagé dans une opération de contrôle de zone au nord de Gao lorsqu’un véhicule suicide a attaqué des éléments de la force SERVAL. Sept militaires ont été touchés par l’explosion, dont trois grièvement. Evacué par hélicoptère vers l’hôpital militaire de campagne de Gao, il est décédé dans la soirée des suites de ses blessures.
Le major NIKOLIC était titulaire de la médaille d’or de la défense nationale et de la médaille outre-mer agrafes LIBAN, AFGHANISTAN et TCHAD. Il était chargé de famille.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Ven 18 Juil - 12:35

"RIP"

Adieu frère Légio

Condoléances a la famille et amis



  

    

  

        

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Ven 18 Juil - 13:03

bretirouge a écrit:
Cet air Ecossais me donne du vague à l'âme à chaque fois que je l'entend, il est si pénétrant et en même temps donne une sorte de respect pour la vie !!  Je ne sais pas si des paroles s'ajoute à la mélopée mais cela doit être bien triste ou solennel !! 




              Comme je suis d'une grande sensibilité et les nerfs à fleurs de peau, j'aime çà !!!!

Mon Ami "GUS", mon Frère Para

Voici les paroles en Anglais et en français

http://www.tipierre.com/g/chansons/amazing-grace-paroles-et-traduction.php

Je suis comme toi , cette musique me fait monter les poils et souvent venir de la buée sur mes lunettes

Merci pour ta sensibilité , sommes de la même race

Voici la version Française , mais plus poignante en Anglais


Amazing Grace

Amazing Grace est l'une des hymnes1 chrétiennes les plus célèbres dans le monde anglophone. La première publication des paroles écrites date de 1779. Associée à diverses mélodies au fil des années, elle est aujourd'hui connue sous l'air musical de New Britain.

Le thème de cette hymne évoque la rémission des péchés par la foi en Dieu, ce qui renvoie à l'origine de son écriture par John Newton, un pécheur repenti.

En français, son titre est traduit de différentes façons, dont aucune ne semble s'imposer2 et c'est généralement le titre anglais qui est maintenu.

Historique

Les paroles

John Newton, négrier converti, auteur des paroles.

Article détaillé : John Newton.

Les paroles sont écrites par le prêtre anglican John Newton, probablement en 1760 ou 1761, et publiées par Newton et William Cowper en 1779, dans la collection des Olney Hymns qui connut un grand succès en Angleterre.

John Newton (1725–1807) était initialement le capitaine d'un navire négrier et était connu pour sa débauche morale.

Le 10 mai 1748, au cours d'une tempête dans l'Atlantique où son bateau risqua de couler, il se convertit au christianisme.

Après avoir survécu à cette tempête, il devint prêtre anglican et renonça au trafic d'esclaves, au point de devenir militant de la cause abolitionniste3.

Une grande partie des paroles de l'hymne provient du Nouveau Testament.

La première strophe par exemple renvoie à l'histoire du fils prodigue : dans l'évangile selon Luc, le père dit que « [son fils] était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé »4.

L'histoire de Jésus guérissant un aveugle, qui dit ensuite aux Pharisiens qu'il peut désormais voir est racontée dans l'évangile selon Jean5.

La mélodie

La mélodie de cette hymne n'a pas été composée par J. Newton.

Les paroles ont d'abord été chantées sur de nombreux autres airs avant d'être définitivement accolées à la mélodie connue et publiée en 1835 sous le nom de New Britain par William Walker (en).

Cette mélodie était inspirée de deux airs populaires dont on ignore l'origine précise (Gallaher et St. Mary), ce qui empêche de la relier avec certitude à une source précise, britannique, celtique ou autre6.

On a coutume de dire qu'il s'agit d'une mélodie pentatonique composée en mode ionien,

Cette analyse semble en fait erronnée, puisque toutes les notes (ré-mi-sol-la-si) sont présentes dans tous les modes dits grégoriens. Il vaut donc mieux parler ici uniquement de mélodie pentatonique.
C'est d'ailleurs cette pentaphonie qui donne son caractère intemporel et ethnique7.

Extension et popularité .

La popularité de l'hymne Amazing Grace s'étendit aux États-Unis dès la fin du XVIIIe siècle8 mais c'est dans le contexte du mouvement de renouveau religieux Second Great Awakening au cours du XIXe siècle qu'elle prit une dimension considérable, sans doute encore renforcée par la qualité de l'association des paroles à l'air de New Britain au milieu du siècle.

Ultérieurement, le succès de cette hymne s'étendit tout particulièrement aux noirs américains.

Elle devint même, dans les années 1960, chargée de symboles politiques : la version enregistrée en 1947 par Mahalia Jackson connut ainsi un grand succès, qui se poursuivit pendant les décennies suivantes ; cette version et de nombreuses autres accompagnèrent fréquemment les mouvements de défense des droits civiques, ou encore la lutte contre la guerre du Viêt-Nam.

Elle fut aussi jouée au festival de Woodstock en 1969 par Arlo Guthrie.

Amazing Grace est aujourd'hui un élément essentiel de la culture populaire américaine, bien au-delà de l'aspect religieux d'origine et dépassant également les implications raciales ou politiques passées. Fréquemment écoutée et chantée dans les cérémonies funéraires, l'hymne est symbolique de l'espoir qui persiste en dépit des épreuves.

La Bibliothèque du Congrès Américain en détient plus de 3 000 versions enregistrées en public9. John Aitken, biographe de John Newton, estime que le morceau est joué environ 10 millions de fois par an dans le monde10.

Versions

Chant religieux protestant à l'origine (il est caractéristique dans ses paroles : le salut obtenu par la grâce divine ; la rédemption est toujours possible), sa mélodie est reprise avec d'autres paroles (« Gloire à toi qui étais mort, Gloire à toi Jésus… »)11, dans la liturgie catholique française, en anamnèse (mémorial après la consécration).

Le succès du negro-spiritual provoque également une renaissance de la mélodie de l’Amazing Grace dans le domaine de la musique celtique. C'est un des airs les plus joués à la cornemuse et il est notamment enregistré par les Royal Irish Rangers et par le Bagad de Lann-Bihoué.

La mélodie d'Amazing Grace a été adoptée pour l'un des chants les plus emblématiques du Carnaval de Dunkerque: l'Hymne à Co-Pinard. Par extension, des clubs sportifs locaux en ont fait leur hymne (Basket Club Maritime Gravelines Dunkerque Grand Littoral, Dunkerque Handball Grand Littoral,...).

Le Lille Olympique Sporting Club s'est également inspiré de cette mélodie pour composer son hymne1.

Au XXIe siècle, le groupe zoulou Ladysmith Black Mambazo le chante, pour partie en anglais, pour partie en langue zouloue.

Ce chant, qui s'appelle ᎤᏁᎳᏅᎢ ᎤᏪᏥ (u ne la nv i u we tsi) en langue tsalagi, est l'hymne national de la nation des Tsalagi (Cherokee).

Paroles

Fichier audio

Amazing Grace a cappella, par trois chanteurs.

Enregistrement effectué pour l’Archive of American Folk-Song à Livingston, Alabama en 1939, et se trouve à la Bibliothèque du Congrès

Amazing grace, how sweet the sound,That saved a wretch like me!I once was lost but now I'm found,Was blind, but now, I see.'Twas grace that taught my heart to fear,And grace, my fears relieved.How precious did that grace appearThe hour I first believed.Through many dangers, toils and snaresI have already come.'T'is grace that brought me safe thus far,And grace will lead me home.The Lord has promised good to me,His word my hope secures;He will my shield and portion be,As long as life endures.Yes, when this flesh and heart shall fail,And mortal life shall cease,I shall possess, within the veil,A life of joy and peace.The earth shall soon dissolve like snow,The sun forbear to shine;But God, who called me here below,Will be forever mine. Grâce étonnante, au son si doux,Qui sauva le misérable que j'étais ;J'étais perdu mais je suis retrouvé,J'étais aveugle, maintenant je vois.C'est la grâce qui m'a enseigné la crainte,Et la grâce a soulagé mes craintes.Combien précieuse cette grâce m'est apparueÀ l'heure où pour la première fois j'ai cru.De nombreux dangers, filets et piègesJ'ai déjà traversé.C'est la grâce qui m'a protégé jusqu'ici,Et la grâce me mènera à bon port.Le Seigneur m'a fait une promesse,Sa parole affermit mon espoir;Il sera mon bouclier et mon partage,Tant que durera ma vie.Oui, quand cette chair et ce cœur auront périEt que la vie mortelle aura cessé,Je posséderai, dans l'au-delà,Une vie de joie et de paix.La Terre fondra bientôt comme de la neige,Le Soleil cessera de briller,Mais Dieu, qui m'a appelé ici-bas,Sera toujours avec moi.

Aux six couplets écrits par Newton, s'ajoute dans la tradition orale afro-américaine un septième couplet qui appartenait à l'origine à une chanson intitulée « Jerusalem, My Happy Home » et publiée en 1790:

When we've been there ten thousand yearsBright shining as the sun,We've no less days to sing God's praiseThan when we'd first begun.

Quand nous serons là depuis dix mille ans,Brillant d'un éclat semblable au soleil,Nous n'aurons pas moins de jours pour louer Dieu,Que lorsque nous avons commencé .

Notes et références

1.↑ a et b « hymne » est un mot épicène, masculin ou féminin, selon le sens ; pour la liturgie, on dit « une hymne », pour l'autre plus général, le genre bascule au masculin.
2.↑ Grâce merveilleuse, Grâce confondante, Incroyable pardon, Grâce infinie, Incroyable grâce, Grâce du ciel...
3.↑ HL Bennett, p.397 [archive]
4.↑ La parabole du fils prodigue : Évangile selon Luc 15:11–32
5.↑ Évangile selon Jean 9
6.↑ Steve Turner 2002, p. 123
7.↑ (en) David W. Music, A Selection of Shape-Note Folk Hymns: From Southern United States Tune Books, 1816-61, Volume 52, A-R Editions,‎ 2005 (ISBN 0-89579-575-2, lire en ligne [archive]), p. 40 (section « Commentaries »)
8.↑ Mark A. Noll, Edith L. Blumhofer 2006, p. 8
9.↑ [1] [archive]
10.↑ Jonathan Aitken 2007, p. 224
11.↑ Paroles et partitions librement disponibles [PDF] ici [archive]
12.↑ [vidéo] Disponible [archive] sur YouTube
13.↑ [vidéo] Disponible [archive] sur YouTube
Revenir en haut Aller en bas
stoltz
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10589
Age : 57
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Mer 29 Oct - 16:43



   

      Mali : un militaire français tué lors d’un "violent accrochage" avec un groupe terroriste

   http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/mali-un-militaire-francais-meurt-lors-d-un-violent-accrochage-avec-un-groupe-terroriste-592647    

___________________________________ ____________________________________

Dans une guerre, ce qui se passe, ce n'est jamais ce qu'on avait prévu. Alors ce qui compte, c'est d'avoir le moral !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Mer 29 Oct - 17:38

Flûte alors... un gars du CPA10 mouture XXI° siècle, arme d'élite et du COS  
Revenir en haut Aller en bas
mickdan
membre confirmé
membre confirmé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 253
Age : 69
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/09/2013

MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Mer 29 Oct - 18:18

  le sergent chef Thomas DUPUY 32 ans du CPA 10  




                                       
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Mer 29 Oct - 18:33

Wouahoo... je le reconnais Paix à son âme
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    Ven 31 Oct - 6:21

Décès du sergent-chef Thomas Dupuy



Dans le cadre d'une mission de neutralisation d'éléments terroristes lancée dans la nuit du 28 au 29 octobre 2014 dans le massif du Tigharghar dans le Nord du Mali, le sergent-chef Thomas Dupuy a trouvé la mort lors des combats.

Portrait du sergent-chef Thomas Dupuy  

Né le 18 mai 1982 à Toulouse, le sergent-chef Thomas Dupuy aura servi la France durant 9 ans et 5 mois.

À 23 ans, il intègre l’armée de l’air en qualité de sous-officier. À compter du 30 mai 2005, il suit pendant un an sa formation initiale à l’École des sous-officiers de l’armée de l’air de Rochefort. Il est successivement nommé caporal, le 1er novembre 2005, puis caporal-chef, le 1er janvier 2006 et sergent le 1er mars 2006.

Le 28 mai 2006, il rejoint l’escadron des fusiliers commando de l’air, stationné à Dijon, pour y suivre sa formation spécialisée de fusilier commando de l’air.

À l’issue, le 9 octobre 2006, il est affecté au sein du commando parachutiste de l’air n° 30 de Bordeaux-Mérignac.

Il est intégré au groupe Rapace puis à la cellule MASA (mesures actives de sûreté aérienne) en qualité de tireur d’élite. Enfin il intègre un module «Récupération de personnel» (Personnel recovery).

De février à mai 2007, il effectue une mission au Togo où sa motivation, son très bon esprit d’équipe et son courage, lui ont permis d’assumer ses responsabilités de chef de poste de commandement de la protection et la défense et d’assurer le maintien en condition opérationnel de son personnel.

Le 24 août 2009, il rejoint le groupe action 14 du commando parachutiste de l’air n°10 d’Orléans, puis en septembre 2010, il est affecté au groupe 12C, en qualité de chuteur opérationnel. Du 16 octobre 2010 au 19 novembre 2010, il est déployé à Djibouti.

Du 2 décembre 2010 au 27 janvier 2011, il est engagé sur alerte dans la bande sahélo-saharienne au sein du groupement de forces spéciales « CARLIT » en qualité d’équipier groupe action.

Il s’est particulièrement distingué en apportant un soutien sans faille à son chef, dans la préparation à l’engagement du groupe, lors d’un saut opérationnel à grande hauteur sur une zone d’opération tenue par des preneurs d’otages, tout cela dans des conditions difficiles et dans des délais extrêmement réduits.

Son comportement exemplaire et ses qualités remarquables de combattant lui ont permis d’être cité en exemple et de lui voir attribuer la Croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze.

Calme et réfléchi, le sergent-chef Dupuy était doté de capacités physiques et intellectuelles rares.

Cherchant constamment à progresser, il était un spécialiste reconnu dans des domaines aussi variés que l’appui aérien, les transmissions opérationnelles et le saut à ouverture très grande hauteur.

Élément incontournable de son groupe, il était un camarade apprécié de tous.

Engagé du 8 juin au 28 octobre 2011 comme chef d’équipe au sein d’un groupe action du groupement de forces spéciales «Jehol» dans le cadre de l’opération Pamir en Afghanistan, il a fait preuve de belles qualités militaires.

Il a été pris à partie par des insurgés au cours d’une infiltration derrière les lignes adverses où il a efficacement appuyé le désengagement des éléments amis.

Quelques jours plus tard, il est violemment accroché par des rebelles et pris sous le feu, il a parfaitement riposté avant d’être blessé par des éclats de roquette.

Ceci lui a valu l’attribution de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent et l’attribution de la médaille des blessés.

Le 1er juillet 2013, il est promu sergent-chef.

Le sergent–chef Thomas Dupuy était engagé au Mali depuis le 2 août 2014.

Ce sous-officier était titulaire de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent et étoile de bronze, de la médaille d’outre-mer agrafe Sahel et République de Côte d’Ivoire, de la médaille d’argent de la défense nationale et la médaille des blessés.

L’aviateur avait une compagne et n'avait pas d'enfant.

Âgé de 32 ans, il est mort dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.

L’armée de l’air partage la douleur de sa famille et de ses frères d’armes.

Adieu , frère CPA

Que "Saint-Michel" te protège sous ses ailes


 





     
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mali : un sous-officier français tué en mission    

Revenir en haut Aller en bas
 
Mali : un sous-officier français tué en mission
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OPEX : Mali : un sous-officier français tué dans le nord du pays
» devenir sous-officier
» Question sur sous-officier de gendarmerie ???
» Adjudant Gwénaël Thomas - Un sous-officier de l'armée de l'air décède à Kaboul
» Décès d’un sous-officier du 13e RDP lors d’un exercice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: Autres actions et Opex-
Sauter vers: