Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Horgne, 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La Horgne, 1940   Lun 22 Sep - 16:32

De "Kevlar"


La Horgne

La folie d'un commandement complètement dépassé ordonne une charge de Cavalerie contre des chars allemands.



La 3°Brigade de Spahis (3°BS) était commandée par le colonel MARC, qui fut grièvement blessé à La Horgne.

Elle comprenait :

- Le 2°Régiment de Spahis Algériens (2°RSA), sous les ordres du colonel BURNOL, tué au combat.

- Le 2°Régiment de Spahis Marocains (2°RSM), sous les ordres du colonel GEOFFROY, tué au combat.

La veille du 10 mai, la 3°BS occupait les cantonnements au nord et au nord-est de la région de Mézières-Charleville. Elle avait sous ses ordres le 41°Escadron du 1°Chasseurs à Cheval (41°/1°ChCh) et le 41°Escadron du 19°Dragons (41°/19°Dr).

La 3e BS était la Grande unité de cavalerie de la
9°Armée française du général CORAP. C'était une brigade à cheval plus lente que les deux Divisions Légères de Cavalerie (DLC) qui l'encadraient, la 1°DLC de la 9°Armée, à gauche, et la 5°DLC de la 2e Armée Hutzinger, à droite.

Dans l'intervalle s'ouvre, entre la 9° et la I2° Armée française, une brèche de huit kilomètres où, le 14, s'établit la 3e brigade de spahis (2° RSA et 2°RSM), placée sous le commandement du colonel Marc.

Elle devait progresser de Montherme en direction de Saint-Hubert entre les limites suivantes :

Au nord (1°DLC) : Dion, Javingue, Halma, Tellin, Grupont, Champlon.

Au sud (5°DLC) : Alle, Cornimont, Carlsbourg, Opont, Libin.

Elle marche selon deux itinéraires : le 2°RSA à gauche, le 2°RSM à droite. Elle a pour premier objectif la Lomme entre Mirwart et Val-De-Poix.

Le 10 mai 1940, à 10.30 h, les Français ont dépassé Gedinne. Vers 15.30 h, la 3°Brigade de Spahis dépasse la voie ferrée Gedinne-Bertrix. Vers 18.00 h, elle atteint la Lesse et, à 20.30 h, des éléments avancés sont sur la Lomme.

Le 10 mai 1940, la 3°BS n'a pas de contact avec l'ennemi.

Elle consolide sa position dans la matinée du 11 mai 1940. Le 2°RSA tient Mirwart, le bois de Transinne et Daverdisse. Le 2°RSM est à Poix-Saint-Hubert et à Maissin.

Dans l'après-midi, le repli de la 5°DLC entraîne celui de la 3°BS qui se replie sur la Semois où elle arrive vers 20 h.

A minuit, elle occupe une position de Montherme à Sugny.

A l'aube du 11 mai, il n'y a plus de Chasseurs Ardennais dans la région sud de l'Ardenne. Ceux-ci se sont repliés, conformément aux ordres reçus, durant la nuit, vers la position d'arrière-garde au sud de la Meuse à Huy.

Seuls les Français mènent le combat retardateur dans nos Ardennes du sud.

Les Allemands progressent dangereusement et arrivent sur la Semois à Bouillon (1°Pz) à 18.15 h.

La 3°BS se replie en conséquence derrière la Meuse, par les ponts de Montey-Notre-Dame, Letheux et Lumes. Elle commence son mouvement dès 03.30 h.

Le 2°RSA s'installe à l'ouest de Mézières, le 2°RSM entre Mézières et Poix-Terron.

La 3°BS reçoit l'ordre de repartir vers l'avant vers La Granville qu'elle occupe vers 18.00 h.

Le 13 mai 1940, elle se replie sur ordre et occupe le bois de Touligny, à 2 Km au nord-est de Poix-Terron.

Le 14 mai 1940, elle est rattachée à la 53°DI, donnée le 12 mai par le général GEORGES, commandant le front Nord-Est, à la 9° Armée pour renforcer sa droite et colmater la brèche qui s'est créée entre la 2°Armée et la 9°Armée.

Mais la 53°DI est une division de série B, nullement préparée à la bataille.

La 3°BS reçoit l'ordre de défendre le Canal des Ardennes, face à l'est, à Omicourt. Elle se heurte aux éléments avancés ennemis venant de Sedan, à Vendresse et à l'est de Villers-Le-Tilleul.

Des renforts sont attendus le 15 mai au soir, mais il faut tenir jusqu'à leur arrivée en organisant un centre de résistance dans le village de La Horgne, au milieu de la trouée, entre Poix-Terron et Baâlons.
Après cinq jours de combats en Belgique et sur la Meuse, les effectifs sont déjà fortement entamés.

Pour la brigade entière, ils ne dépassent pas la valeur d'un régiment avec des moyens antichars encore plus restreints.
La position, dans un pays vallonné et couvert, se réduit au village de La Horgne, qui commande plusieurs routes sur l'un des axes de marche de l'ennemi.
En toute hâte, des barricades doublées d'abattis sont construites aux carrefours tandis que tous les chevaux et bagages sont dirigés sur l'arrière.

Dès 08.00 h, les III° et I°Bataillon du Régiment de Fusiliers n°1 de la 1°Division Panzer du général GUDERIAN venant de Singly sont au contact.
Le 15 mai au matin, les positions françaises sont survolées à basse altitude par la chasse allemande et attaquées par des blindés légers bientôt suivis de blindés lourds appartenant à la 1ère Panzerdivision.
Stoppées dans la matinée à l'issue de deux fortes attaques, les unités de la Wehrmacht engagent des manoeuvres de contournement et s’emparent petit à petit des positions clés tenues par la 3ème brigade de Spahis.

La 3°BS s'est barricadée dans La Horgne. Chaque ferme est transformée en blockhaus. Un PC de Corps est dans l'église, armé d'un canon antichar de 25 mm tirant par un trou pratiqué dans le mur.

L'attaque ennemie démarre à 09.00 h. Les Allemands doivent réduire un par un chaque point de résistance.

La bataille fait rage.Les pertes sont nombreuses de part et d'autre.

La résistance de la 3°BS est d'autant plus remarquable que ses moyens sont modestes, mais elle doit finalement se replier sur La Horgne au risque d'être totalement submergée sous la pression des chars allemands.

Les 3 canons anti-chars de 25 et 37mm de la Brigade détruisent 12 blindés allemands avant d'être anéantis à leur tour.

La Brigade réussit alors à décrocher en ordre dispersé, dans des conditions très difficiles.



Les spahis n'ayant plus de munitions et totalement encerclés ne se rendent pourtant pas. Spahis marocains et algériens réussissent à repousser les nombreux assauts de cette unité blindée sur le village de La Horgne et détruisent 16 de ses panzers. Sommés de se rendre, les spahis répondent par leurs fusils, leurs grenades et une témérité incroyable.

Joseph Maggiani, spahi au 2e RSM, témoigne :
« La Horgne est en feu, il est peut-être 17 h 30 lorsque l'ordre de décrochage nous parvient. Nous sommes serrés de près par un ennemi qui nous tire dans le dos. Les champs, à découvert, nous semblent immenses à traverser. A 100 mètres à droite, un spahi d'une autre unité est touché, il est pris en charge par ses camarades. Enfin, nous retrouvons nos chevaux. »

C'est ainsi qu'un escadron de spahis se lance dans une charge à cheval, aussi héroïque que suicidaire, contre les blindés allemands qui font un carnage. Les hommes valides tentent de percer les lignes allemandes et de nombreux survivants parviennent à le faire.

Les allemands sont abasourdis lorsqu'ils apprenent que seule une brigade les a tenu en echec pendant plus de 10 heures.

Les deux chefs de régiment (Col BURNOL et GEOFFROY) des 2°RSA et 2°RSM sont tués et le Col MARC commandant la brigade est blessé puis capturé.
La 3°Brigade de Saphis payent cher cette résistance sans esprit de recul avec plus de 660 officiers et hommes de troupes tués.


Cette bataille constitue également la seule victoire terrestre de l’armée française durant la campagne de mai 1940.


BERBEN et ISELIN écriront dans "Les Panzers passent la Meuse", à propos de cette journée noire pour la 3°BS :
"La 3°Brigade de Spahis s'est entièrement sacrifiée."

Hommage soit rendu à ces vaillants combattants dont beaucoup reposent dans le petit cimetière de La Horgne. Les survivants qui ont pu se replier reforment des escadrons en continuant de se battre jusqu’à l’armistice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Monument   Lun 22 Sep - 16:35

Je ne peux plus éditer mes posts!

Alors j'en rajoutte un qui devait illustrer le post précédent

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Lun 22 Sep - 16:46

Merci Severlow

respect pour les vaillants Spahis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Lun 22 Sep - 17:26

merci servelow

pour les Spahis et les troupes d'afrique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Lun 22 Sep - 19:40

Merci !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
stoltz
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10435
Age : 57
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Lun 22 Sep - 19:46

texte édie photo pas possible ouvrire!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Photo   Lun 22 Sep - 19:55

Ce soir je n'ai aucune photos scratch scratch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Mar 23 Sep - 7:05

Revenir en haut Aller en bas
Aokas
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4032
Age : 76
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Mar 23 Sep - 9:16


___________________________________ ____________________________________

Aokas
14ème RCP - 9ème RCP
AFN
194658

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ifqs.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La Horgne   Mar 23 Sep - 9:31

GLOIRE DES SPAHIS, Colonel Yves JOUIN

… A la mobilisation de septembre 1939, plusieurs groupes de reconnaissance divisionnaires sont constitués à l'aide d'éléments de spahis en France, en Afrique du nord et au Levant.

Le 13 mai, après la percée du front à Sedan, les panzers de Guderian foncent vers l'ouest et nos troupes sont rejetées, au nord, sur la Meuse et, au sud, sur la route du Chesne.

La Horgne, 15 mai 1940

Dans l'intervalle s'ouvre, entre la IXe et la IIe armée française, une brèche de huit kilomètres où, le 14, s'établit la 3e brigade de spahis (2e R. S. A. et 2è R. S. M. ), placée sous le commandement du colonel Marc. Des renforts sont attendus avant le 15 mai au soir, mais il faut tenir jusqu'à leur arrivée en organisant un centre de résistance dans le village de La Horgne, au milieu de la trouée, entre Poix-Terron et Baâlons.

Après cinq jours de combats en Belgique et sur la Meuse, les effectifs sont déjà fortement entamés. Pour la brigade entière, ils ne dépassent pas la valeur d'un régiment avec des moyens antichars encore plus restreints. La position, dans un pays vallonné et couvert, se réduit au village de La Horgne, qui commande plusieurs routes sur l'un des axes de marche de l'ennemi.

En toute hâte, des barricades doublées d'abattis sont construites aux carrefours tandis que tous les chevaux et bagages sont dirigés sur l'arrière. Dès le 15 mai au matin, le contact est pris par des éléments légers de la 1ère panzerdivision, qui va être obligée d'engager la plus grande partie de ses moyens pour venir à bout de la résistance de nos cavaliers nord-africains. Utilisant au mieux leurs trois canons antichars, les spahis stoppent dans la matinée deux contre-attaques appuyées par des blindés, mais la faiblesse de nos moyens et l'importance de nos pertes rendent vite la lutte inégale. Dans l'après-midi, la 3e brigade est encerclée et, malgré l'incendie du village, les combats vont se poursuivre au corps à corps dans chaque maison et autour du cimetière.

En fin d'après-midi, après la destruction de leurs engins antichars et l'épuisement de leurs munitions, une cinquantaine de survivants du 2e R. S. A. , sous les ordres du colonel Burnol, essaient de s'ouvrir un passage les armes à la main. Comme beaucoup d'autres, le colonel tombe en combattant après avoir réussi à dégager une partie de son détachement.

Ils ont eu aussi leur "Camerone": la Horgne



Amitiés

(ce texte est tiré de mon forum)

Celui-ci comme le texte de kevlar est tiré du livre du colonel Jouin

Les combats de La Horgne ne sont la propriété de personne sauf celle de la mémoire collective
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Combats de La Horgne   Mar 23 Sep - 9:36

(forum "la bataille de France')

Il s'agit d'un fait d'arme exceptionnel mais aussi totalement passé sous silence. Dans ce petit village la 3e Brigade de Spahis (col Marc) avec des moyens anti-chars dérisoires et des effectifs incomplets va tenir en échec pendant plus de 10 heures, 2 bataillons du Schützenregiment 1 appuyés par des éléments blindés (chars et véhicules blindés de reconnaissance) appartenant à la 1ere Panzerdivision XIX A.K (mot) de Guderian.

La résistance opiniatre du 2e Régiment de Spahis Algériens ainsi que des éléments du 2e Régiment de Spahis Marocains vont fixer les allemands et leur infliger de lourdes pertes. Le Schützenregiment 1 enregistera ses plus lourdes pertes de toute la campagne de france en cette seule journée avec plus de 1000 hommes tués ou blessés, sans parler d'une vingtaine d'engins (chars, véhicules blindés et transports de troupes) incendiés et détruits.

Le combat commence tôt le matin du 15 pour prendre fin vers 17h00 par le décrochage des derniers spahis alors que La Horgne est encerclé. Les allemands attaquent par les quatres routes menant au village et font intervenir l'artillerie, les spahis resistent seuls et sans soutient. Les deux chefs de régiment (Col Burnol et Geoffroy) des 2e RSA et 2e RSM sont tués et le Col Marc commandant la brigade est blessé et capturé !! La 3e Brigade de Saphis payent cher cette résistance sans esprit de recul avec plus de 660 officiers et hommes de troupes tués .

Ce combat voit la seule et unique charge de cavalerie (à ma connaissance) d'une unité française pendant les combats de mai-juin 40. En effet alors que les allemands progessent l'escadron du Lt Mac Carthy reçoit l'ordre de mener une contre-attaque pour desserer l'étau allemand !
Alors que l'escadron sort d'un sous-bois il tombe sur des allemands, les spahis chargent, mais l'attaque échoue brisée net par les tirs conjugés des mitrailleuses et de chars qui arrivent sur la scéne !! Le Lt Mac Carthy sera blessé et capturé.

Les spahis n'ayant plus de munitions et totalement encerclés ne se rendent pourtant pas, les hommes valides tentent de percer les lignes allemandes et de nombreux survivants parviennent à le faire !! Les allemands sont abasourdis lorsqu'ils apprenent que seule une brigade (et encore incompléte) les a tenu en echec pendant plus de 10 heures !! Ces derniers rendront les hommages des armes à l'unité française.

Je met ici en exergue 2 choses : non la campagne de France en 40 n'a pas été une promenade touristique pour les allemands et des unités françaises se sont battues avec courage et il est temps de le reconnaitre et remettre les choses à leurs justes valeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La Horgne   Mar 23 Sep - 9:39

(forum "la bataille de France)

3° Brigade de Spahis=
2° régiment de Spahis marocains
2° régiment de Spahis algériens

14 mai 1940

La marche d'approche se déroule durant la nuit du 13 au 14. A 8h, le 2rsa dépasse Villiers le Tilleul, le 2rsa se trouve entre Omont et Vendresse.
A 8h30 les Spahis sont arrétés par les fuyards qui refluent en sens inverse au carrefour d'Omont.

C'est seulement vers 10h que la situation devient un peu plus claire. Le colonel Marc pousse le 2rsa vers le nord, en maintenant le contact avec les éléments de la II° armée. A cette heure là, de l'autre côté du canal, la contre attaque des réserves du 10° corps d'armée a tourné court...

A 13h, le groupe du 2rsm qui a atteint Omicourt rapporte de nombreux mouvements allemands sur la rive est du canal: la 1PzDiv amorce son mouvement vers l'ouest.
Un peu avant 15h, les Allemands déclenchent leur attaque à Omicourt et Chemery.

A Omicourt, après avoir détruit plusieurs panzer, le 2rsa est contreint de se replier, son escadron de mitraileuses et d'engins fortement malmenés par des tirs à bout portant.

Au sud, dans la région de Vendresse, le 2rsa mène une lutte sanglante contre le groupement sud de la 1PzDiv, en liaison avec la 5dlc. Vers 17h, celle ci, sans aucune concertation avec les Spahis, se replie vers Chagny.

Pour ne pas aggraver la brèche qui est en train de s'ouvrir entre la 53di et les éléments de la II° armée, Marc décide alors de replier son 2rsa vers Bouvellemont.

En fin de journée, le 2rsm est à la Bascule et le 2rsa tient Bouvellemont.


15 mai 1940

Le groupement de droite de la 1PzDiv débouchant de Singly sur la Horgne se heurte aux Spahis du colonel Marc, retranchés dans le village. La 3bs va, par son héroïque résistance, réaliser un des plus beaux faits d'arme de la campagne de France.

De 9h à midi, les attaques contre la position française vont se succéder avec des moyens toujours plus puissants. Avant chaque assaut, les Allemands sollicitent par haut parleur et drapeaux blancs la réddition de leurs adversaires. Mais rien n'y fait, les Spahis tiennent bon et se payent même le luxe de mener quelques contre attaques à la grenade ou à la baionette.

Il faudra toute la bravoure et l'enthousiasme de l'Oberstleutnant Balk, qui prend lui même la tête de son Schutzenregiment1, pour qu'à partir de 13h, les Allemands commencent l'encerclement de la position.

A 15h30, une dernière contre attaque menée par le lieutenant Mac-Carthy tente de desserrer l'étau, mais les cavaliers français se heurtent aux panzer et sont contraints de se replier dans les bois.

La fin est proche, depuis 13h, le village flambe. Le seul espoir des Spahis est maintenant de tenir jusqu'à l'arrivée de la 14di prévue pour al fin de l'après midi, mais la situation des munitions ne va pas le permettre.

Vers 16h, les dernières caisses de grenades sont distribuées. Le colonel Burnol qui commande le 2rsa ordonne à ses hommes de se repliers vers le bois. Lui même, à la tête de 15 Spahis, tente d'échaper à l'enfer en se ruant vers l'ennemi armé de sa seule baionette. Il est tué avec ses homme comme l'a été peu de temps avant, le colonel Geoffroy du 2rsm.

La reésitance française s'épuise, les panzer font leur entrée dans le village. Vers 18h, le colonel Marc, blessé, ordonne le cessez le feu. Au moins 16 panzer ont été détruits par les Spahis qui ont perdu 12 officiers, dont 2 chefs de corps.

Les Allemands rendront un vibrant hommage à leurs adversaires de la Horgne en écrivant que si ces combats furent les plus meurtriers, ils resteront aussi les plus glorieux de toute la campagne de l'ouest.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Livre   Mar 23 Sep - 9:41

Tous les textes, que ce soient les miens ou d'autes, sont une interprétation tirée du livre:
"comme des lions le sacrifice des combattants de mai-juin 1940"
Du colonel Jouin

Amitiés study
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Dim 4 Déc - 15:46

bonjour,
je vous remercie pour toute les informations et l'histoire de cette bataille,je recherche le plus d'information possible sur cette bataille et sur mon grand pere (Bro Francois) est parti la semaine derniere et je ne le connaissais que tres peu mais grasse a M Balandraud André(colonnel dans l'armée je crois) j'ai appris qu'il avais participer a cette bataille,il faisait parti du 2° régiment de Spahis marocains,etais brigadier .il ma parlé d'un livre qui a été publié sur la bataille si quelqu'un sait ou je peu le trouver,ou si quelqu'un le vend je suis acheteur.

merci a tous

bon dimanche

xavier petit fils et fier de son grand pere
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   Sam 29 Juin - 11:44

Voici un petit diaporama perso

Il est a la disposition de tous , je ne suis pas le propriétaire du "Devoir de Mémoire"

Honneurs a ces Soldats de courage & a la Mairie de la Horgne


Ces lieux sont a 14 Kms de chez moi , en Ardennes

Cocoye 1er king 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Horgne, 1940   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Horgne, 1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940
» Les navires Allemand dans le port d'Ostende de 1940 à 1944
» Blocage du port de Zeebrugge en mai 1940
» Exode de 1940 - Les Français sur les routes
» census USA 1940

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les Grandes Batailles du passé-
Sauter vers: