Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Les panzer de l'Armée Française

Aller en bas 
AuteurMessage
Tregor22/85

Tregor22/85

Masculin
Nombre de messages : 539
Age : 53
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 21/07/2017

Les panzer de l'Armée Française Empty
MessageSujet: Les panzer de l'Armée Française   Les panzer de l'Armée Française Icon_minitimeLun 29 Avr 2019 - 16:58

PANZER FRANÇAIS DANS LA POCHE DE ST NAZAIRE

A toutes époques, les armées victorieuses ont souvent réutilisé les matériels abandonnés par leurs adversaires. L'Allemagne, en 1940, avait récupéré nombre d'engins français et transformés par leurs soins. Lors de la débâcle allemande en 1944/45, à leur tour les allemands abandonnèrent chars, camions et voitures divers, soit détruits sur les champs de bataille, soit tout simplement laissés sur place faute de carburant... Il est normal qu'à ce moment là, les troupes alliés et les FFI se sont servis dans ces stocks ou dans les cimetières de chars à ciel ouvert....mais en nombre restreint, voir à l'unité par ci, par là...

Je vous présente aujourd'hui, une unité de chars peu connue, ayant une existence officielle, rééquipée avec ces engins, ayant fait campagne sur le front de l'Ouest, dans la poche de St Nazaire.

Les panzer de l'Armée Française 25903_10



4 août 1944, Les blindés du Général PATTON sur ruent sur la Bretagne. Prenant la direction de Nantes, soldats américains et FFI libèrent la ville de Chateaubriand en Loire Atlantique puis prennent la direction d’Angers. La ville est laissée aux mains des résistants qui vont se réorganiser en unités plus ou moins homogènes. Parmi ces unités, il en est une atypique, formée par le lieutenant BESNIER (ancien chef de peloton au 511ème RCC). Avec un noyau d’une trentaine d’hommes, il forme l’embryon du 1er Groupe Mobile de Reconnaissance (1er GMR).
Les panzer de l'Armée Française 1_gmr_11Les panzer de l'Armée Française 14686011

Les premières missions du GMR sont d’assurer l’ordre dans Chateaubriand mais aussi la garde des dépôts d’armes et de munitions abandonnés par les troupes allemandes dans leur retraite notamment dans la forêt d’Araize. Il effectue également plusieurs patrouilles dans le secteur. 80 hommes, principalement des volontaires, forment alors le GMR, une instruction militaire leur est dispensée avec les moyens du bord. L’armement individuel provient des dépôts capturés mais également des parachutages effectués par les alliés. Ils vont assurer, à la demande de l’EM des FFI de Loire Atlantique,plusieurs missions de reconnaissance, poussant jusqu’à Cholet, les Herbiers leurs investigations.
Les panzer de l'Armée Française Le_cap10
Le lieutenant BESNIER
(cliquez sur la photo pour agrandir)

Pour se faire, les premiers véhicules arrivent à l’unité. Deux Panhard AMD 178, abandonnées par les allemands sont remises en état dan un garage nantais. Elles ont été trouvées entre Carquefou et Petit-Mars. L’une d’elle est armée d’un canon de 50mm (nom de baptême « BETOUCHKA ») et l’autre possède son armement d’origine, à savoir un canon de 25mm. Un half track français Citroen-Kegresse P19, des camions divers complètent la petite troupe.



Les panzer de l'Armée Française Img_3011
Citroen Kegresse P19
(cliquez sur les images pour agrandir)


Les panzer de l'Armée Française Panhar11Les panzer de l'Armée Française Panhar10
A gauche, la Panhard "BETOUCHKA", équipé d'un canon de 50. A droite, celle équipée avec un canon de 25.
(cliquez sur les images pour agrandir)

Fin août 44, le GMR fait mouvement vers le sud de la poche de St Nazaire, dans le Pays de Retz. Trois jours sont nécessaires et les hommes vont se regrouper autour de St Philibert de Grandlieu. Près de 100 hommes composent désormais l’unité équipés, outre l’armement individuel, d’un mortier de 81mm. Le lieutenant BESNIER établi son PC dans la mairie du village d’Arthon-en-Retz où la population l’accueille en libérateur. Ses hommes sont dispersés aux alentours. De nouveaux renforts font passer l’effectif à 120 hommes.
Aussitôt, la défense s’organise face aux possibles attaques des allemands venant de la poche. Les premiers accrochages ont lieu le 15 septembre. Au cours d’une reconnaissance, une embuscade sur la route de St-Michel-Chef-Chef cause la mort du premier homme du GMR, le soldat LEMESLE , tireur FM qui, touché gravement, décédera à l’hôpital militaire de Nantes. Il sera inhumé le 17 dans le cimetière d’Arthon-en-Retz. Durant ces combats, les soldats français vont pouvoir se dégager grâce à l’intervention et la protection de la Panhard équipé du canon de 50.
Les panzer de l'Armée Française Panhar12
De retour des combats. Un soldat allemand tué est transporté sur l'aile. On peut y distinguer des SAS du Capitaine SIMON.
(cliquez sur les images pour agrandir)


BESNIER est nommé capitaine en octobre. De nouveaux matériels capturés sur les allemands vont étoffer l’équipement de l’unité. Un half track DEMAG D7 équipé d’un canon de 20mm FLAK 30 abandonné dans la région de Nantes, 4 canons de 75 PAK 40, un véhicule de commandement Horch équipé radio, un autocar et plusieurs véhicules légers viennent grossir les rangs. Le GMR reçoit également de nouveaux renforts en personnels. Fin 44, plusieurs résistants normands, apportant avec eux 2 half track Sdkfz 251 ausf D Hanomag et un half track Panzerweffer 42 Opel Maultier (baptisé ST NAZAIRE A) sont affectés à l’unité dont l’effectif passe à 150 hommes. Faute de munitions, le panzerweffer ne servira que comme véhicule de transport.
Les panzer de l'Armée Française Img_3012Les panzer de l'Armée Française Img_3013
A gauche, le Demag D7 et à droite les canons antichars PAK 40
(cliquez sur les images pour agrandir)

Les panzer de l'Armée Française Img_3014
Les Hanomag Sdkfz 251 et l'Opel Maultier Nebelwffer 42 provenant de Normandie
(cliquez sur les images pour agrandir)

Les allemands ne sont pas sans réagir et par plusieurs fois, ils viennent « tâter » les défenses françaises. Le 2 décembre, un accrochage a lieu sur la route de St-Père-en-Retz. Les servant de canon de 20 monté sur le Demag interviennent en même temps que les mortiers de 81mm et appuient les hommes dans leur progression. Malheureusement les français déplorent une nouvelle perte : le maréchal des logis chef BOURREAU est tué. L’ennemi laisse derrière lui, 6 tués et plusieurs blessés.
En parallèle à l’offensive des Ardennes déclenché par les allemands, le front de la poche de St Nazaire subit plusieurs attaques les 21 et 22 décembre. L’artillerie ennemie pilonne le secteur et quelques villages sont réoccupés par les allemands. Lors de ses combats, on déplore la mort de 4 soldats français lors des combats à la Sicaudais. Avec sa chenillette anglaise Bren Carrier, le lieutenant POLLONO et l’équipage composé du sergent GRIFFAUT et des soldats MAURICE, LE VOEUX sont tués en voulant intervenir dans le village. Les Panhard françaises épaulées d’un canon d’assaut, interviennent encore une fois, permettant le replis des français. Le 24, le front s’est stabilisé, les offensives allemandes stoppées.
Le 27 décembre, nouveau renfort passant l’effectif à 180 hommes. Les résistants normands, apprenant que le commandant de l’unité est un ancien des chars, lui font savoir que plusieurs chars allemands abandonnés en Normandie, peuvent être récupérés et remis en état. Une aubaine pour le capitaine BESNIER s’empresse de saisir. Il se rend sur place au début de l’année 1945, afin de vérifier les possibilités de récupération et constate en effet que plusieurs chars et véhicules de tous types sont disponibles sur l’ancien champ de bataille normand de la poche de Falaise (parfois, il faut retirer les cadavres des soldats allemands laissés à l’intérieur). Il constitue alors une équipe de spécialistes mécaniciens/bricoleurs et près de 15 chars sont rassemblés pour une remise en état afin de constituer un escadron blindé:
                                         -1 Pzkpfw VI ausf E « TIGRE » I de 60 tonnes équipé d’un canon de 88 (provenant du secteur de Brieux, puis dirigé sur Argentan puis Rânes où il sera repeint aux couleurs françaises et recevra le nom de « BRETAGNE ». ex Schwere SS panzer abteilung 502);
Les panzer de l'Armée Française Tigre_10Les panzer de l'Armée Française Tigre_11
(cliquez sur les images pour agrandir)

                                            -2 PANTHER V ausf A et G de 45 tonnes, équipés d’un canon de 75 (1 seul du type ausf G,récupéré dans le secteur de Bissey et ayant pour nom de baptême « DAUPHINE » sera fonctionnel, l’autre du modèle ausf A étant souvent en panne);
Les panzer de l'Armée Française Panthe10Les panzer de l'Armée Française Panthe11
(cliquez sur les images pour agrandir)

                                           -11 Panzer IV principalement des ausf G et H, de 25 tonnes, équipés de canon de 75 (provenant de la forêt de Carrouge, et des alentours de Rânes, Ecouché, Putanges et Briouze) ;
Les panzer de l'Armée Française Panzer11Les panzer de l'Armée Française Panzer12Les panzer de l'Armée Française Panzer15
Les panzer de l'Armée Française Panzer14Les panzer de l'Armée Française Panzer13Les panzer de l'Armée Française Panzer10
(cliquez sur les images pour agrandir)

                                           -2 canons d’assaut Sturmgeschütz III ausf G;
Les panzer de l'Armée Française Img_3017Les panzer de l'Armée Française Img_3016
(cliquez sur les images pour agrandir)

                                           -1 chasseur de char Jagdpanzer IV ausf F équipé d’un canon de 75;
Les panzer de l'Armée Française Img_3015
(cliquez sur les images pour agrandir)

                                           -1 chasseur de chars Marder I sur châssis Lorraine équipé d’un canon 50mm en remplacement du 75mm PAK 40 d’origine (ex-21ème panzer division). Il ne servira que de véhicule école.

Les panzer de l'Armée Française Lorrai10
(cliquez sur les images pour agrandir)

Avec l’aide de la population locale qui leur signale les épaves, d’autres véhicules sont également réparés, comme deux half track SDKFZ 9 FAMO (1 tracteur de char et 1 avec une grue type Bilstein, provenant du secteur d’Argentan), 1 camion atelier et divers camions et véhicules légers. Bien entendu, un stock de pièces détachées (dont des moteurs, appareils de visée et de radio) prélevés sur les épaves est composé.


Les panzer de l'Armée Française Famo_010Les panzer de l'Armée Française Img_3010
(cliquez sur les images pour agrandir)

Pendant ce temps, sur le front de la poche de St Nazaire, les opérations continuent. Avec le 8ème cuirassiers puis le 1er hussard, les combats sont menés en coopération. Les chars étant arrivés dans le secteur (le premier, un Panzer IV est arrivé dès le 23 janvier par la route effectuant près de 300 km sans aucunes avaries !!!), le 1er GMR se réorganise et devient Escadron Autonome de Chars BESNIER et tient garnison à Machecoul. Les nouveaux équipages sont formés et instruits afin de dompter les nouveaux monstres de combat.

La composition est la suivante :
                                       -1 peloton de commandement avec le TIGRE I et les deux Panther ;
                                       -3 peloton de chars composés de 3 Panzer IV ;
                                       -1 peloton de réserve avec 2 panzer IV.
Hitler est mort mais les plusieurs troupes allemandes sont retranchées dans les poches. Le 10 mai, les chars se déplacent vers Pornic où une batterie de canons sur rails de 240mm a été signalé. Elle peut, grâce à sa portée, occasionner des dégâts importants. Le 11, traversant Pornic, les chars partent en direction de la pointe de St Gildas. A la vue des chars, l’ennemi abdique mais refuse de se rendre aux FFI, surtout équipés de chars...allemands !!! C’est un détachement américain envoyé expressément qui recevra la reddition.
Les panzer de l'Armée Française 10527610Les panzer de l'Armée Française Panhar13Les panzer de l'Armée Française Panthe14
Pornic
(cliquez sur les images pour agrandir)

Avec ses chars, l’Escadron Autonome du capitaine BESNIER va libérer la région où la population en liesse accueille ses libérateurs. L’unité va stationner et prendre ses cantonnements à Tharon-Plage. Le 11 mai 1945, le général JUNCK , commandant le réduit ennemi, remet son arme lors d’une cérémonie au général américain KRAMER sur le terrain de l'hippodrome du Grand Clos à Bouvron. La guerre est finie dans la région.
Mais pour autant, l’histoire n’est pas encore terminée pour les hommes de l’Escadron Autonome de Chars BESNIER. Après une période de repose de quelques jours à Tharon-Plage, l’unité se regroupe sur Machecoul. Le capitaine BESNIER quitte son commandement pour retourner à la vie civile. A compter du 20 juillet 1945, l’escadron est intégré avec ses chars au 6ème Régiment de Cuirassiers dont il devient le 2ème escadron. Les blindés et les matériels sont montés sur les wagons et prennent la direction de Mer près d’Orléans. De là, le 6ème Cuir part pour l’Allemagne (en tant que TOA) et stationne dans le camps de Baumholder. Américains et Français vont s’entraîner ensemble dans la région puis le régiment prend ses nouveaux cantonnements à Morbach près de Trèves.
Les panzer de l'Armée Française Escadr10Les panzer de l'Armée Française Panthe12Les panzer de l'Armée Française Panthe13
Tharon-Plage
(cliquez sur les images pour agrandir)


Les panzer de l'Armée Française Sturmg10Les panzer de l'Armée Française Tigre_13Les panzer de l'Armée Française Tigre_12
Départ pour l'Allemagne
(cliquez sur les images pour agrandir)

Les hommes ayant souscris un contrat « pour la durée de la guerre » sont libérés et retrouvent leur foyer. Pour les autres, nouveau déplacement, cette fois ci pour Mourmelon. Le 6ème Cuir est dissous et dès lors c’est au 4ème Cuir que les panzer arrivent. Réformés, ils sont remisés au dépôt de matériels de Gien et vont servir à l’instruction. Certains de ces blindés vont disparaître, d’autre comme le TIGRE « Colmar », le PANTHER « Dauphiné » et au moins un Panzer IV vont rejoindre l’Ecole de Cavalerie de Saumur.
C’est le TIGRE « Colmar ex-Bretagne » qui est actuellement exposé au Musée des Blindés de Saumur...(reconnu par les anciens grâce aux impacts sur le devant du char).
Les panzer de l'Armée Française Sdkfz_14Les panzer de l'Armée Française Tigre_14
(cliquez sur les images pour agrandir)


Pour en savoir plus sur le sujet:


Les panzer de l'Armée Française Les-ch10Les panzer de l'Armée Française Trois-10



___________________________________ ____________________________________

Paramicalement Raymond Les panzer de l'Armée Française Wsb15010

Recherche tout (doc, photos etc..).sur les 601ème et 602ème GIA entre 1935 et 1940
Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
bretirouge

Masculin
Nombre de messages : 17079
Age : 82
Emploi : retraité inactif
Date d'inscription : 29/07/2010

Les panzer de l'Armée Française Empty
MessageSujet: Re: Les panzer de l'Armée Française   Les panzer de l'Armée Française Icon_minitimeLun 29 Avr 2019 - 20:14

très beau post!!  J'ignorais tout de cette unité et de ses chars  Merci beaucoup !!!

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396 Les panzer de l'Armée Française Brev_m10Les panzer de l'Armée Française Gus11
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Commandoair40
Admin
Commandoair40

Masculin
Nombre de messages : 15578
Age : 72
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

Les panzer de l'Armée Française Empty
MessageSujet: Re: Les panzer de l'Armée Française   Les panzer de l'Armée Française Icon_minitimeLun 29 Avr 2019 - 20:35

Un grand merci Raymond ,

Je ne connaissais pas cette histoire fabuleuse .

Je connais par contre bien cette région , un ami de la famille , habite a Savenay .

Les chars récupérés en Normandie , doivent venir du "Couloir de la Mort" .

Ce site n'est pas loin de notre Ami Guy61 .

Je suis allé le visiter avec lui , il y a dans un petit village un Tigre , laissé a l’abandon , mais je crois qu'il est depuis qq mois en restauration (sauf le moteur) .

Il y avait sur ce site , des milliers d'engins de toutes sortes .

Il fut le royaume des ferrailleurs jusqu'au début des années 2000 .

Je reviendrai sur cette bataille .

Encore merci pour ce bel article accompagné de belles photos .

Les panzer de l'Armée Française 560180669  Merci  Les panzer de l'Armée Française 560180669  Merci  Les panzer de l'Armée Française 560180669

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

Les panzer de l'Armée Française 908920120 Les panzer de l'Armée Française Marian11 Les panzer de l'Armée Française 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Tregor22/85

Tregor22/85

Masculin
Nombre de messages : 539
Age : 53
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 21/07/2017

Les panzer de l'Armée Française Empty
MessageSujet: Re: Les panzer de l'Armée Française   Les panzer de l'Armée Française Icon_minitimeLun 29 Avr 2019 - 21:06

RE HELLO

Pour la plupart, les chars récupérés proviennent de la poche de Falaise...Quelques uns ont été récupérés aux alentours d'Argentan...

Le Tigre dont tu parles est celui de Vimoutiers. Il est effectivement en cours de restauration...et ne roulera jamais car le châssis est en très mauvais état (entre autre)

Les panzer de l'Armée Française 21110
Les panzer de l'Armée Française 41010

___________________________________ ____________________________________

Paramicalement Raymond Les panzer de l'Armée Française Wsb15010

Recherche tout (doc, photos etc..).sur les 601ème et 602ème GIA entre 1935 et 1940
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les panzer de l'Armée Française Empty
MessageSujet: Re: Les panzer de l'Armée Française   Les panzer de l'Armée Française Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les panzer de l'Armée Française
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les Régiments (Terre/Air/Marine)-
Sauter vers: