Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 277 milliards de raisons pour lesquelles la France s’inquiète tant de l’affrontement de l’Italie avec Bruxelles .

Aller en bas 
AuteurMessage
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14358
Age : 72
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: 277 milliards de raisons pour lesquelles la France s’inquiète tant de l’affrontement de l’Italie avec Bruxelles .   Ven 2 Nov 2018 - 19:56

277 milliards de raisons pour lesquelles la France s’inquiète tant de l’affrontement de l’Italie avec Bruxelles



La France vient de recevoir un rappel brutal d’une vérité incommode : 277 milliards d’euros de dette publique italienne, soit l’équivalent de 14 % du PIB français, sont dus aux banques françaises.

Étant donné que le gouvernement italien est actuellement enfermé dans une impasse existentielle avec la Commission européenne et la BCE au sujet de son plan budgétaire pour 2019, cela pourrait être un gros problème pour la France.

Vendredi, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a exhorté la Commission à “tendre la main à l’Italie” après avoir rejeté le projet de budget 2019 du pays pour violation des règles européennes sur les dépenses publiques.

Le Maire a également concédé que si la contagion dans la zone euro a été définitivement contenue, la zone euro “n’est pas suffisamment armée pour affronter une nouvelle crise économique ou financière”.

Comme Le Maire le sait bien, une véritable crise financière en Italie finira par s’étendre à l’économie française, les banques françaises étant le principal mécanisme de transmission.

La France n’est pas le seul pays de la zone euro à avoir des niveaux d’exposition malsains sur la dette italienne, même si elle est de loin la plus vulnérable.

Selon la Banque des règlements internationaux, les prêteurs allemands sont exposés à 79 milliards d’euros de dette italienne et les prêteurs espagnols, à 69 milliards d’euros.

En d’autres termes, les secteurs financiers des principales économies de la zone euro – l’Allemagne, la France et l’Espagne – détiennent ensemble plus de 415 milliards d’euros de dette italienne dans leurs bilans, soit les deuxième, quatrième et quatrième plus grandes économies de la zone euro.



Alors que les prêteurs allemands ont vu leur exposition à la dette italienne diminuer ces dernières années, celle des prêteurs français s’est en fait accrue, ce qui va à l’encontre de l’affirmation de longue date de la BCE selon laquelle son programme QE contribuerait à réduire le niveau d’interdépendance entre les banques et les États européens.

C’est plutôt le contraire qui s’est produit :

Grâce aux efforts inlassables de la BCE pour soutenir les marchés obligataires de la zone euro (en faisant “tout ce qu’il faut” pour rendre les obligations souveraines pratiquement sans risque), les banques ont été en mesure de faire une marge nette en achetant simplement en gros des obligations gouvernementales à risque officiellement nulles.

Il y a quelques années, des pays de la zone euro comme l’Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande ont fait pression pour mettre fin à cette pratique en supprimant le statut sans risque de certaines obligations souveraines à risque.

Mais les politiciens et banquiers français, italiens et espagnols s’y sont fermement opposés, craignant qu’une telle décision n’entraîne un bouleversement du marché.

Aujourd’hui, le chaos du marché n’est pas à l’ordre du jour.


Le différend sur le projet de budget de l’Italie inquiète les investisseurs.

Cela se reflète non seulement dans l’écart entre les rendements obligataires italiens et allemands à dix ans, qui a atteint des plus hauts sur quatre ans il y a quelques semaines, mais aussi dans le sentix Euro Break-up Index, qui a atteint en octobre son plus haut niveau depuis avril 2017, en raison principalement de la forte hausse du sous-indice italien.

Sur une note plus positive, les investisseurs ne semblent pas encore craindre d’effets de contagion négatifs, comme en témoignent la faible hausse du sous-indice grec et l’indice du risque de contagion, qui a même légèrement baissé de 36 % à 33 %.


En d’autres termes, les investisseurs ne craignent pas encore pour la stabilité de la zone euro.

Mais comme le souligne Bloomberg, l’exposition des banques françaises et allemandes à la dette italienne incite fortement les dirigeants de ces pays à rechercher un compromis dans l’impasse actuelle sur le budget de l’État italien.

Les partenaires de la coalition italienne en sont parfaitement conscients.

Ils savent que pendant la crise grecque de 2010-11, les banques françaises et allemandes détenaient environ 115 milliards de dollars de dette grecque.

Cela a suffi à convaincre les gouvernements français et allemand de l’époque d’offrir à la Grèce un renflouement partiel des détenteurs d’obligations, même si, finalement, certains détenteurs d’obligations du secteur privé ont reçu une importante ristourne dans le cadre de cette opération.

Tout cela est parfaitement compris par le gouvernement italien, de même que le fait que les banques françaises, allemandes et espagnoles sont maintenant beaucoup trop exposées à la dette italienne pour que leurs gouvernements respectifs puissent même envisager l’idée de pousser l’Italie à bout.

Cette connaissance alimente la bravade du gouvernement de coalition, et certains législateurs parlent même maintenant d’étendre les fonds du gouvernement italien aux banques italiennes en difficulté si les conditions économiques continuent à se détériorer.

   “Bruxelles aimerait voir notre défaite”, a déclaré Claudio Borghi, responsable économique et président du budget de la Lega au parlement italien.

“Ils pensent que nous nous rendrons s’ils provoquent une crise pour nos banques. Mais il nous reste encore 15 milliards d’euros dans le fonds de sauvetage des banques de l’ère Renzi. Ce n’est pas une grande situation, mais nous sommes encore relativement à l’aise. A la fin, ce sera eux qui devront reculer.”


Lorenzo Bini-Smaghi, ancien membre du directoire de la BCE, n’est pas d’accord. Selon lui, les événements suivent un scénario similaire à celui du début de la crise de la dette de la zone euro en 2011, lorsque la flambée des taux obligataires a provoqué une contraction massive du crédit.

   “L’Italie va droit dans le mur”, dit-il.

   “L’économie risque de basculer dans une récession au quatrième trimestre. Les banques ont déjà réduit les prêts au cours de l’été, dès que les écarts ont commencé à augmenter. Le gouvernement italien n’a pas compris cela. On ne voit pas encore le mur, mais le crash va être violent.”


Cela peut paraître comme une peur féroce de la part d’un eurocrate teinté dans la laine, mais Bini-Smaghi est aussi l’actuel président de la Société Générale, la deuxième plus grande banque française, dont la dette italienne est sans doute saturée.

En tant que tel, il a probablement encore plus à craindre d’une crise de la dette italienne à grande échelle.

Mais en dehors de l’Italie, les marchés du crédit sont optimistes, et personne ne dit, “quoi qu’il en coûte.”

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

 



“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 277 milliards de raisons pour lesquelles la France s’inquiète tant de l’affrontement de l’Italie avec Bruxelles .   Sam 3 Nov 2018 - 16:57

bravo les Italiens !!! 

[ltr]


#s3gt_translate_tooltip_mini { display: none !important; }[/ltr]
Revenir en haut Aller en bas
 
277 milliards de raisons pour lesquelles la France s’inquiète tant de l’affrontement de l’Italie avec Bruxelles .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La raison pour laquelle les personnes en couple depuis longtemps finissent par se ressembler
» 10 bonnes raisons pour visiter Naples
» Détourner un gant pour en faire une créature doudou
» Être ou ne pas être RSG???
» nom pour le VTT de Micha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Bar de l'Ancien, les Infos du Monde-
Sauter vers: