Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan

Aller en bas 
AuteurMessage
bretirouge
modérateur
bretirouge

Masculin
Nombre de messages : 17231
Age : 82
Emploi : retraité inactif
Date d'inscription : 29/07/2010

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Empty
MessageSujet: un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan   un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Icon_minitimeVen 17 Aoû 2018 - 17:37

Ce n'est qu'en janvier 1945

que les Alliés ont pris la relève des FFI

 pour venir à bout des dernières poches de résistance allemandes.


 Et, si La Rochelle a été relativement épargnée,


 la ville de Royan a été écrasée sous un tapis de bombes !!! 


La Rochelle a une culture obsidionale.


Qui ne se souvient, dans la vieille cité protestante,
du siège de 1627-1628,
organisé par Richelieu alors que les Anglais défendaient les Rochelais huguenots?


En 1944-1945,
les Français assiègent une ville occupée par les Allemands,
soucieux de garder jusqu'au bout leur base de sous-marins de La Pallice,


attaquée à la bombe depuis 1943.
Ils ont créé un réduit blindé autour de La Rochelle.
La ville occupée et son environnement doivent subir les contraintes d'un long siège,
très éprouvant pour la population, jusqu'au 8 mai 1945.


Les habitants de La Rochelle sont sans illusions pendant la bataille de Normandie,
en juin 1944.


Ils devinent que la percée alliée ne s'embarrassera pas,
c'est l'évidence, de la conquête difficile des fortins du mur de l'Atlantique bétonné
par l'ingénieur Todt.


Américains et Britanniques fonceront vers le nord et le nord-est.


On pouvait espérer à Royan, située exactement au nord de l'estuaire de la Gironde,
que les Allemands, ayant évacué Bordeaux, quitteraient aussi leur ville.


Mais la pointe de Grave et Le Verdon sont en face de Royan,
au sud de l'estuaire.
Par là, les Américains ont débarqué en 1917.


Il faut tenir, ordonne Hitler, et Le Verdon et Royan.


Ainsi ceux qui restent sur place des 18 000 habitants de Royan,
chef-lieu de canton de la Charente-Maritime,
paradis de soleil et de vignes, voient-ils sans illusions,


dès le mois de juin 1944,
se renforcer la garnison allemande et les équipes de travailleurs organisant
les défenses d'une «[size=18]poche» capable de soutenir le plus long des sièges de l'histoire de la Libération.
[/size]


L'OKW (le haut commandement allemand)


a décrété que Royan était un secteur stratégique.
Les Royannais doivent patienter indéfiniment,
alors que Bordeaux, Paris et même Strasbourg sont libérées.


Royan et La Rochelle sont les laissés-pour-compte de la Libération.


Les Allemands ne sont pas fâchés d'être retenus dans ces poches.


Par qui seraient-ils eux-mêmes libérés de la guerre?


Ils redoutent plus que tout les FFI,
qui ont avec eux quelques comptes sanglants à régler,
et préfèrent bien souvent, fanatiques mis à part,
attendre l'écrasement du Reich à l'abri dans leurs casemates.


Quelque 18 000 soldats en Feldgrau sont aux ordres du commandant de La Rochelle,
l'amiral Schirlitz.


Bien armés,
ils disposent de réserves énormes de munitions,
d'un ensemble de fortifications hâtivement construites vers l'intérieur mais efficaces,
d'une aviation résiduelle mais active et de quelques navires rescapés.


L'amiral a parfaitement les moyens de réussir une sortie par mois
pour se procurer dans les campagnes environnantes
des vivres par réquisition et saisir les troupeaux bovins.


Les FFI sont trop maigrement armés pour s'y opposer.


A Royan, centre de la poche du sud de la Seudre,


le colonel allemand Pohlman


dirige une garnison de 4 000 soldats de la Wehrmacht,
parmi lesquels des artilleurs et des marins capables d'établir des liaisons maritimes


avec la poche du nord, celle de La Rochelle, aux ordres de Schirlitz,
responsable de la Kriegsmarine pour tout le golfe de Gascogne,
et qui est en contact avec l'OKW.


Les deux poches girondines (Royan et Le Verdon) sont placées sous le commandement
de l'amiral Michahelles, chargé du seul secteur maritime de la Gironde.


Contre ces soldats rompus aux combats,


les volontaires français sans expérience d'une vraie guerre sont pourtant nombreux
à accourir des maquis du Poitou et de la Charente,
mais aussi du Berry et même de Meurthe-et-Moselle.


Les partisans républicains espagnols sont de tous les coups durs,
aux ordres du général de Larminat,
nommé par de Gaulle à la tête de cette «armée de l'intérieur» mal chaussée et mal vêtue,


qui groupe jusqu'à 200 000 combattants armés à la diable,




souvent peu instruits et ne disposant que de quantités chiches de munitions.


Dans cette période intermédiaire de juin à décembre 1944,
désespérante pour les assiégés qui manquent de tout,
les FFI bloqués le long des lignes allemandes reçoivent des nouvelles encourageantes
pour les Royannais et les Rochelais.


Le commandant du 2e bureau, Meyer,
parti de Bordeaux à bicyclette,
a reçu du chef de la marine bordelaise la consigne de tout faire pour éviter que Rochefort
ne fût détruite au départ des Allemands.


Ayant pris contact avec l'Oberleutnant Schriter,


il a obtenu de ce dernier une entrevue avec l'amiral Schirlitz
et négocié l'abandon de Rochefort.
Dès le 11 septembre 1944, les troupes allemandes font un départ modeste du port militaire français, non sans avoir incendié l'arsenal, pour s'installer près de La Rochelle.


Le 18 du même mois, dans la ville de Saintes libérée,
le commandant Meyer rendait compte à de Gaulle.
Bien aise de la libération de Rochefort,
le Général le félicita, non sans lui recommander de faire preuve de plus de fermeté à l'avenir.


Il voulait libérer les poches non pas une à une mais dans leur ensemble,
par un assaut en règle.


Une tentative de pousser en direction du Verdon a échoué.


La colonne de Carnot (Milleret), forte de 3 000 hommes, s'est déployée autour de la pointe de Grave.


L'avancée de ces FFI est problématique:
d'où viendraient les renforts en cas de contre-attaque allemande?
Ils se contentent donc de prendre position, sans tenter l'assaut.
Sans doute apprécieraient-ils le concours de la flotte alliée,


mais les navires ne veulent pas se risquer dans une Gironde truffée de mines.


Les 12 000 FFI du colonel Adeline,
organisateur du maquis de Dordogne, appréhendent, malgré la force de l'élan libérateur,
d'avoir à livrer bataille contre plus de 18 000 soldats allemands
armés jusqu'aux dents et campés sur des positions fortes.


Ils se contentent de surveiller La Rochelle et Royan, ne disposant pas d'armes lourdes pour tenter de prendre d'assaut les défenses du mur de l'Atlantique.




A suivre .............

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
bretirouge
modérateur
bretirouge

Masculin
Nombre de messages : 17231
Age : 82
Emploi : retraité inactif
Date d'inscription : 29/07/2010

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Empty
MessageSujet: Re: un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan   un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Icon_minitimeSam 18 Aoû 2018 - 8:05

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Hdp_hautdepage_67
Colonne de prisonniers allemands encadrée par les troupes de la 2e DB (Division Blindée), témoignant de la reddition imminente de la garnison allemande de la poche de Royan. Avril 1945. Source : SCA - ECPAD. Photo : Malin Henri


La
Poche
de
Royan

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] > [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



 
Royan, parmi les dernières villes de France encore occupées au début de 1945,


est bombardée par l'aviation alliée le 5 janvier 1945

avant d'être libérée suite aux combats des 13 au 17 avril 1945


par ces mêmes troupes renforcées auxquelles se joignent des formations de l'armée d'Afrique, des unités de la 2e DB, des bataillons coloniaux et des maquisards.

 

L'Occupation - Royan : verrou de la Gironde
 
A peine signé l'armistice,
deux détachements de la 44e division de la Wehrmacht arrivent à Royan le 23 juin 1940.


La ville et la presqu'île d'Arvert sont transformées en forteresse pour le contrôle de l'estuaire de la Gironde.
Les Allemands s'installent alors dans les hôtels et les écoles. Les points stratégiques de commandement sont établis dans le Golf-Hotel
à Pontaillac pour l'état-major de la marine du Golfe de Gascogne.
La Kommandantur s'installe à Forillon.
L'hôtel Oceanic de Vallières devient un hôpital.
 
Autour,
les troupes d'occupation forment un maillage dans le cadre du mur de l'Atlantique.


L'organisation Todt modernise les batteries de Chay,
de Suzac et de La Coubre.
Le centre ferroviaire de Saint-Jean-d'Angély,
le camp d'aviation de Fontenet sont intégrés au dispositif de défense.
Les carrières d'Hurtebise deviennent le plus important dépôt de munitions du mur de l'Atlantique.

Royan, commune de 13 000 âmes,
vit alors à l'heure allemande sous la conduite de son maire, M. Houssin,
élu en vertu de la loi vichyssoise du 16 novembre 1940.

 
un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Articles_pocheroyan14325xl_0
Soulac.
Nettoyage de la région, en avril 1945, parallèlement aux opérations menées pour la réduction de la "poche" de Royan.Les F.F.A., sur la droite, ont nettoyé leur secteur.
Colonne de prisonniers allemands.
Source : DMPA/SHD
 


Organisation de la Résistance

 
La rupture d'un câble téléphonique, la mort d'un soldat allemand,
le bris de la vitrine du local du parti de Marcel Déat et quelques attentats constituent les premiers actes de résistance.

Le mouvement s'organise réellement à partir de 1942 sous la conduite de Madeleine Fouché.


Les recrues des corps d'officiers, tels les commandants Thibaudeau et Baillet,
structurent la résistance de Charente-Maritime dès l'été 1943.


Ces troupes jouent un rôle essentiel, tant par leur rôle de renseignement
que militaire, dans la libération de la ville.
 

Formation des "Poches"
 
Le 6 juin 1944, les alliés débarquent en Normandie.


Les maquis harcèlent les troupes d'occupation.
En août la Wehrmacht bat en retraite, Nantes et Bordeaux tombent.


Les Allemands stationnés le long des côtes françaises se replient sur leurs bases maritimes
qu'ils transforment en solides camps retranchés défendus
par des batteries côtières, bunkers, barbelés et champs de mines.


Près de 100 000 hommes,
protégés par plus de 1000 blockhaus et 1300 pièces d'artillerie,
constituent ainsi autant de "poches" de résistance ennemie dans les lignes alliées,
telles Dunkerque, Lorient, Saint-Nazaire,
La Rochelle, l'île de Ré, l'île d'Oléron, la Pointe du Grave et Royan.

Commence alors durant l'hiver une guerre de position,
ponctuées par des raids et des tirs d'artillerie renforcée par des actions de sabotage et de renseignement de la résistance intérieure.
 


Le siège de Royan (septembre 1944 - 17 avril 1945)
 
A l'été 1944 les belligérants se préparent à la guerre de siège.


Le colonel Pohlmann, nommé commandant des troupes allemandes en juin 1944,
organise à partir du 18 août 1944, la défense de la place et du siège.
Il envoie des commandos jusqu'à Saintes et Jonzac pour récupérer les matériels et le ravitaillement.


Les canons du mur de l'Atlantique (soit 218 ouvrages)
sont retournés vers l'intérieur du pays et appuyés par 4 batteries de DCA
et 150 canons, 215 000 mines parsèment le front de terre.
 
 
La "Poche de Royan", contrôlée par une garnison de 5 500 hommes
(le 1er régiment de Royan en avant-poste et le bataillon Tirpiz sur la Seudre et à La Coubre),
est ainsi délimitée par la Seudre et ses marais jusqu'à l'Eguille et,
au sud-est, par une ligne Saujon-Cozes.

L'état de siège est décrété le 12 septembre 1944 par Pohlmann
qui, refusant de faire sauter Royan et de battre en retraite,
est remplacé par l'amiral Michahelles, contraint alors de mener une guerre de position.
 
Dans les rangs alliés, la coordination est difficile.
Les Anglo-américains, désireux d'en finir avec l'Allemagne nazie,
préfèrent concentrer les troupes dans l'Est de la France et bombarder les zones de résistance ennemie.


De Gaulle et son état-major préfèrent attaquer avec les fantassins,
mais doivent en priorité structurer les maquis grossis à la fin août
par le renfort de résistants des départements extérieurs ("Bir-Hakeim", "Foch", "Demorny") qui participent à la reconquête de Jonzac (13 août),
Saint-Jean-d'Angély (13 septembre), Saintes (4 septembre) et Rochefort (12 septembre).

Les troupes issues des maquis sont transformées,
sous l'autorité du colonel Adeline et du délégué national Chaban-Delmas,
en unités de l'armée française.
Adeline transfert son poste de commandement à Saintes
afin de superviser les 7 000 forces française de l'intérieur (FFI),
ou groupement "Z", les résistants de Roland,
l'armée secrète de Dordogne et le groupement des franc-tireurs partisans (FTP) de Bernard.


Le 14 octobre, le général de corps d'armée Edgard de Larminat
est nommé par de Gaulle commandant du détachement d'armée de l'Atlantique (DAA)
pour libérer les poches côtières. 5 janvier 1945 : bombardement de Royan.

 
un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Articles_pocheroyan5773xl_1
Libération de Royan. 15 avril 1945. Source : DMPA/SHD
 

Convaincu de l'importance de réduire les poches de résistance,
le général De Gaulle prépare à l'automne 1944
avec l'aide de la 2e DB et l'état-major anglo-américain "l'opération Indépendance"
destinée à libérer Royan.


L'opération, prévue pour le 25 novembre et repoussée au 10 janvier,
doit être annulée côté français en raison du départ des chars de la 2e DB
pour contenir la contre-attaque allemande dans les Ardennes.
 
Cependant une erreur de commandement conduit au raid aérien
de 300 appareils de la Royal Air Force du 5 janvier qui,
en deux vagues (à 5h00 et à 6h00), déverse 1 600 tonnes de bombes sur la "Poche de Royan",
faisant un millier de victimes civiles.
 
La responsabilité de ce désastre est partagée.
Les Français, dans leur hâte de reprendre les poches de l'Atlantique
avec les troupes anglo-américaines,
n'ont pas assez porté attention à l'évacuation des populations civiles.


Les états-majors américains et britanniques,
partisans dès le départ d'un bombardement systématique des poches de résistance,
ont interprété de manière erronée les expressions imprécise de "position de Royan",
"réduit de Royan", qu'ils ont traduites par "Royan area",
preuve de leur confusion entre la ville de Royan et la ceinture fortifiée de la ville.
 

13 - 17 avril 1945 : opération Vénérable

 
un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Articles_carteoperationvenerable_0
Carte de l'Opération Vénérable
 
 
Durant le mois de janvier les populations civiles sont secourues et évacuées.
Les Allemands expulsent les derniers civils en février.


Parmi les actions de secours, mentionnons celle de Samuel Besançon,
pasteur de Royan et un des chefs de la résistance royannaise,
qui est à l'origine de l'édification du mémorial du souvenirs aux victimes du bombardement.
 
Le général de Larminat obtient le retour d'une partie des unités du front des Ardennes :
des formations de l'armée d'Afrique,
une fraction de la 2e DB (12e cuirassiers, 12e chasseurs d'Afrique,
1er spahis marocains, régiment blindé des fusiliers marins)
et des bataillons coloniaux (Oubangui-Chari et Antilles).


Ces troupes viennent ainsi renforcer les 25 000 soldats,
les unités de la résistance appuyés par les forteresses volantes.
 
Le 13 avril, le général de Larminat exhorte ainsi ses troupes :
"Le moment est venu de faire sauter la forteresse ennemie de Royan-Grave.
Les moyens matériels sont réunis,
le succès de l'opération ne dépend que de l'audace et de la sagesse des chefs,
de la valeur et de l'intelligence des soldats [...]


C'est une part notable dans la renaissance du pays qui est entre vos mains"
(ordre général n° 7).
Dans la nuit du 13 au 14 avril les bombardements américains préparent l'assaut.
Le 14, à 16h35, les chars, suivis de l'infanterie,
attaquent simultanément la Pointe de Grave et Royan,
pénétrant ainsi les positions allemandes.
Le groupement nord, commandé par le colonel Grenger,
lance l'offensive à partir de Saujon vers Médis.


La position prise, un pilonnage d'obus le lendemain ouvre la route aux unités,
réduites à la 2e DB, qui progressent vers la presqu'île d'Arvert,
et entrent dans Bernon puis Royan.

 
un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Terre-10298-g02_1
La 2e DB (Division Blindée) entre dans Royan en ruine : un tank destroyer M10 du RBFM (Régiment Blindé de Fusiliers Marins) accompagne les fantassins dans la ville. Avril 1945.


Source : SCA - ECPAD. Photo : Malin Henri
 

Les hommes du groupement sud, sous les ordres du colonel Adeline,
qui ont lancé l'offensive de Cozes vers Talmont,


Meschers et Trignacles font la jonction avec celles de Grenger à Triloterie.
Les chars du 12e cuirassier pénètrent dans Royan,
réduisent les poches de résistance ennemie.
Ils foncent au nord-ouest, prenant ainsi Vaux-sur-Mer,
Courlay, Saint-Augustin et les Mathes
et appuyant l'offensive des groupements Cézards et Monnet,
basés plus au nord, qui traversent la Seudre le 16 avril,
et atteignent la presqu'île d'Arvert et La Tremblade.


Ces dernières, avec la Grande Côte, la Pointe de La Coubre et Pontaillac
sont les derniers points de résistance.


Le 17 avril l'amiral Michahelles,
commandant de la place de Royan, est capturé.
Le 18 avril, une dernière vague de bombardements emporte la reddition
des bunkers de la forêt de la Coubre.

 
un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Terre-10298-g17_4
Un char Sherman, probablement du 12e RC (Régiment de Cuirassiers), passe devant les ruines du casino de Royan, très endommagée par les bombardements aériens et les tirs de l'artillerie, au moment de la reconquête de la ville par les troupes de la 2e DB (Division Blindée). Source : SCA - ECPAD. Photo : Malin Henri
 


Bilan
 
Les combats pour la libération de Royan ont fait 150 morts et 700 blessés chez les alliés. On dénombre 479 victimes et 4600 prisonniers allemands.
 
 
Source : Mindef/SGA/DMPA

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Tregor22/85

Tregor22/85

Masculin
Nombre de messages : 607
Age : 54
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 21/07/2017

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Empty
MessageSujet: Re: un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan   un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Icon_minitimeSam 18 Aoû 2018 - 12:40

bonjour à tous

Il y a fort longtemps, quand j'étais affecté sur la Base Aérienne de Rochefort, j'avais travaillé sur le sujet, mais vu du côté de l'aviation avec les FAA... (forces aériennes de l'Atlantique). Je vais regarder dans mes disques durs pour voir si j'ai gardé traces de ce que j'avais écrit...

En attendant, pour revenir sur le siège de la Rochelle, je vous présente un véhicule fort original, fabriqué par les résistants Rochelais...Un blindage monté sur un camion Hotchkiss et surnommé le LEONCE VIELJEUX. D'autres véhicules fabriqués également de bric et de broc ont vu le jour à la Rochelle et on participé à la libération de la ville (montés sur châssis de Simca 5)
Il se trouvait, à l'époque, chez un particulier de Dompierre sur Mer qui avait monté un petit musée privé avec pleins de belles choses...

Actuellement le véhicule se trouve au musée des blindé de Saumur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le même à l'époque
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Actuellement au musée des blindés de Saumur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un petit lien
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

et là des vidéos sur le sujet où on peut l'apercevoir
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

___________________________________ ____________________________________

Paramicalement Raymond [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Recherche tout (doc, photos etc..).sur les 601ème et 602ème GIA entre 1935 et 1940
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40

Masculin
Nombre de messages : 15779
Age : 73
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Empty
MessageSujet: Re: un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan   un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Icon_minitimeSam 18 Aoû 2018 - 14:45

Merci a vous deux , sujet fort intéressant .

Je ne me suis jamais trop documenté sur ces poches et sur la résistance française .

J'ai tout de même une question a poser :

Sur la première vidéo de notre Ami Raymond , au point 03.02 a 03.45  , nous apercevons des Soldats Allemands armés qui semblent sympathiser avec des résistants Français  scratch  .

Je suis étonné de voir de tels mouvements , de presque camaraderie .

A cet époque , nous n'étions qu'a qq jours de la fin de la guerre et la tension entre les deux camps était importante .

Qui est en mesure de me donner des explications ????? , car franchement je ne comprends pas cette fraternisation  un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan 367768  .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan 908920120 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
Commandoair40

Masculin
Nombre de messages : 15779
Age : 73
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Empty
MessageSujet: Re: un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan   un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Icon_minitimeVen 1 Fév 2019 - 20:48

Pas de réponse ,

Bien dommage Sad

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan 908920120 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan 908920120

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Empty
MessageSujet: Re: un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan   un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
un siege qui n'en fini plus !! La Rochelle -Royan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: 39 - 45-
Sauter vers: