Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale

Aller en bas 
AuteurMessage
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 16324
Age : 82
Emploi : retraité inactif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   Jeu 7 Juin 2018 - 11:06

Le code Navajo
La difficile bataille du Pacifique…

Depuis l'attaque surprise de la base militaire de Pearl Harbour, le 7 décembre 1941, les combats font rage dans les iles du Pacifique entre troupes japonaises et américaines.


Dans un terrain difficile, les communications par radio prennent une importance considérable.
Elles doivent permettre de coordonner les déplacements, donner les informations vitales, organiser la tactique.

Dans ce domaine, les américains auraient du posséder une longueur d'avance.


Ils déchiffrent tous les codes japonais, tandis que le cryptage électromécanique de la machine américaine SIGABA offre une protection tout à fait satisfaisante.


Mais il a un défaut. Il est désespérément lent (certains généraux américains se plaignaient qu'entre le début de la transmission et la fin de la réception, il s'écoulait parfois deux heures), et demande une précision de tous les instants.
Si cela ne pose pas de problèmes pour des échanges entre quartiers généraux, ce n'est pas le cas pour les opérations de terrain, où on doit pouvoir tout faire dans la seconde.

Les américains communiquaient donc souvent simplement en anglais durant les phases de combat.


Malheureusement pour eux, l'armée japonaise comportait de nombreux officiers de transmission parlant parfaitement l'anglais, la plupart pour avoir fréquenté les collèges américains.
Ainsi, les nippons connaissaient tout à l'avance des plans d'attaque américains.
Pire, ils émettaient de faux messages destinés à troubles leurs adversaires.

Le code Navajo
C'est dans ce contexte que Philip Johnston, un ingénieur vivant en Californie, a l'idée d'utiliser la langue des Navajos.
Les Navajos sont une des tribus les plus anciennes du continent américain, qui vivait d'agriculture aux confins du Colorado, de l'Arizona et du Nouveau-Mexique.
Après de farouches batailles contre les colons blancs, les Navajos furent "confinés" dans une réserve occupant une partie de leur ancien territoire.

La tradition des Navajos est purement orale et leur langue n'a pas de forme écrite.


Elle est de plus extrêmement difficile car elle n'a pas de parenté avec une quelconque langue européenne ou asiatique. Un verbe, par exemple, s'accorde non seulement avec son sujet, mais aussi avec son complément.

On estime, en ces années 1941-1942, à moins d'une trentaine le nombre de "blancs" parlant la langue Navajo.
Philip Johnston, qui est le fils d'un missionnaire protestant, est l'un d'eux.
Il a l'idée que si chaque bataillon du Pacifique était doté d'un Navajo assurant les communications avec ses homologues des autres bataillons, la sécurité de celles-ci serait assurée.


L'État-Major se montre d'abord sceptique devant une telle idée, mais, après une démonstration éclatante de faisabilité, ordonne le lancement d'un programme pilote de formation de soldats Navajos. C'est cette tribu et non une autre qui est choisie, car elle est la seule à n'avoir jamais accueilli d'étudiants allemands.

Ils sont d'abord 29 Navajos à être formés.
En même temps est conçu le code qui doit leur permettre de communiquer.
En effet, de nombreux mots d'origine militaire n'existent pas en langue Navajo.


Ainsi, le mot tortue est employé pour désigner tank, poisson d'acier pour sous-marin, etc…
C'est un lexique de 274 mots qui fut ainsi créé.
Pour les autres mots, il fut décidé de les épeler en anglais en remplaçant chaque lettre par un mot commençant par cette lettre (par exemple, ant, apple ou axe pour le a), puis de transmettre leur équivalent en Navajo (wol-la-chee, be-la-sana ou tse-nill).


Le fait d'employer plusieurs mots différents est important pour éviter une analyse des fréquences.

Après quelques mois de formation, les premiers "Navajo code talkers" sont dans les bataillons qui participent à la prise de Guadalcanal en août 1942.
Après quelques tâtonnements, leur utilisation dans les transmissions est couronnée de succès.


Des renforts sont rapidement formés (en tout, 420 Navajos participèrent au combat), le lexique est étendu pour couvrir 600 mots.
Les Navajos participent notamment à la bataille décisive de l'île de Iwo Jima en février 1945. Durant les 48h du début de l'invasion américaine, on estime à environ 800 le nombre de messages envoyés par les Navajos.

Pour les Japonais, ce code resta un mystère durant toute la guerre.
Ils avaient pourtant capturé, début 1942, avant la formation des code talkers, un sergent d'origine Navajo. Malgré les tortures, celui-ci ne leur révéla pas le secret du code.
Il ne le pouvait pas, car il ne le connaissait pas… Les Américains prirent également de grandes précautions pour éviter que leur code ne tombe dans des mains ennemies.
D'abord, aucune trace écrite du code ne fut jamais produite (cela ne posait aucun problème aux Navajos pour qui toute leur culture était de tradition orale).
Surtout, chaque opérateur Navajo était accompagné d'une sorte d'ange-gardien, un marine expérimenté qui portait un ordre secret : si le code talker risquait de tomber vivant dans les mains ennemies, il devait l'abattre sur le champ.

L'existence du code Navajo fut caché deux décennies, comme secret de guerre. Ce n'est qu'en 1968, à l'ouverture des archives, que leur existence ne fut révélée au grand public.


Ronald Reagan fut le premier président des États-Unis à manifester officiellement la gratitude nationale envers les Navajos, avant que les derniers survivants ne reçoivent en 2001 la médaille d'honneur du congrès américain.
En 2002, John Woo réalise le film les Windtalkers, les messages du vent, consacrés à cette épisode de la guerre. Voici le synopsis du film :

En 1944, durant la Seconde Guerre mondiale, face à l'ennemi japonais, les États-Unis ont utilisé une méthode de codage : le langage Navajo, uniquement compris et parlé par certains soldats indiens.


Ces code talkers transmettaient les messages codés entre les bases américaines disséminées sur les îles du Pacifique.
Le marine Joe Enders sort blessé d'une bataille sanglante sur les îles Salamon.
Après avoir récupéré dans un hôpital, il est chargé d'une nouvelle mission consistant à assurer la sécurité de deux soldats navajos, Ben Yahzee et Charlie Whitehorse, et à "protéger le code à tout prix" pour l'empêcher de tomber aux mains de l'ennemi.




En clair : sacrifier, si besoin est, leurs frères d'armes. Durant ce périple, Joe se voit accompagner d'Ox Anderson et d'autres soldats.
En pleine bataille de Saïpan, des liens d'amitié se tissent entre les Navajos et leurs "anges gardiens".



___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Papa schulz
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11503
Age : 58
Emploi : Apéro à plein temps!
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   Jeu 7 Juin 2018 - 11:48

                            merci Gus   

              



                

___________________________________ ____________________________________

Dans une guerre, ce qui se passe, ce n'est jamais ce qu'on avait prévu. Alors ce qui compte, c'est d'avoir le moral !
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14671
Age : 72
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   Jeu 7 Juin 2018 - 12:08

Merci Gus ,

Bel article

Le film est également super (un peu long) , mais il reflète bien l'histoire .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14671
Age : 72
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   Jeu 7 Juin 2018 - 12:10

Merci mon p'tit Frère pour le complément .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14671
Age : 72
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   Jeu 7 Juin 2018 - 21:44

Ils étaient aussi en "Normandie" a Utah Beach , mais des Comanches .

Les codes Talkers /4th Infantry Division.


Code talkers de la 4th Signal Compagny

Les Commanches à Utah Beach, une histoire méconnue.


Entre 1940 et 1941, William Karty qui dirige le Fort Cabb Indian Concervation Corps dans l'état de l'Oklahoma recrute des Commanches afin de constituer une unité de Codes Talkers, ces hommes sont parfaitement bilingues ( Anglais - Commanche ).

Tout d'abord prévu pour un total de 30 amérindiens, le chiffre est ramené à 21 puis 17 rejoindront finalement Fort Benning.

Les  jeunes Commanches sont intégrés dans la 4th Signal Company, qui fait partie de la 4th Infantry Division et seront sous les ordres du sous-lieutenant Hugh Foster, fraichement sorti de l'académie de West Point.

Leur recrutement est antérieur à celui des Navajos qui serviront de Codes Talkers dans le corps des Marines.

Pourtant un problème devra être résolu, celui des termes militaires qui n'existent pas dans la langue Commanche, qui par ailleurs n'est pas écrite mais juste orale.

Pour régler ce détail, le sous-lieutenant Foster laisse libre l'élaboration du code à ses hommes.

Très vite les Commanches commencent à transposer des termes militaires, dans leur langue , en évoquant des situations que certains ont vécu, c'est ainsi que le mot mitrailleuse devient alors "machine à coudre" en référence à la machine de la grand-mère d'un soldat, officier est traduit en soldat chef, parachutiste: soldat sauteur, char: tortue etc...

Quand ils sont amenés à faire allusion à un nom de lieux ou d'objet, les Codes Talkers commencent à égréner une liste de mots commanches et le receveur du message doit mettre bout à bout les premières lettres de chaque mot pour avoir le nom complet.

Lorsque cela se présente le transmetteur commence sa phrase par  << Maintenant, écoute-moi >>".

L'entrainement débute en hiver 1941 dans l'état de Géorgie.

Il apparait bientôt que les Commanches sont d'excellents soldats disciplinés possédant de bonnes conditions physiques.

Ils sont aussi actifs dans la vie en caserne où certains organisent des spectacles de chants et de danses commanches en habits traditionnels.

Après avoir été formés aux différentes tâches qu'ils seront amenés à reproduire sur le terrain (réparation des postes déffectueux, mise en place de lignes, utilisation des différents emetteurs etc..), le 18 janvier 1944, ils quittent les Etats-Unis avec la 4th Division, pour la Grande-Bretagne, via le port de New-York.

La traversée est éprouvante et beaucoup souffrent du mal de mer.

Onze jours plus tard la 4th arrive à Liverpool et rejoint un cantonnement dans le Devon.

L'entrainement se poursuit, notamment des exercices amphibies en prévision du débarquement de Normandie, les Codes    Talkers sont présents lors du drame de l'exercice "Tiger" (27 et 28 avril) qui se solde par le torpillage  de deux LCT, par des vedettes lance-torpilles allemandes en patrouille et la perte de 750 hommes, mais les Amérindiens ne font partie de ceux-là.

Le 6 juin, après les tirs de la marine et le bombardement aérien de la plage d'Utah, les péniches transportant la première vague d'assaut sont en route pour le rivage.

Les rampes s'abaissent et les hommes sautent dans l'eau et avancent.

Les défense allemandes du poste d'appui WN5 réagissent faiblement et très vite le brigadier Théodore Roosevelt Jr, se rend compte que les courants marins longeant la côte ont déviés les péniches au sud de la Madeleine, alors que les troupes devaient débarquer au nord.

Cependant sur la plage sud les défenses allemandes sont largement plus faibles que celles du nord, mais ce qui pose un problème c'est qu'au sud de la Madeleine seule une chaussée permet de quitter la plage depuis les dunes, alors que sur la plage nord elles sont au nombre de quatre.

La seule chaussée à cet endroit pourrait vite créer un embouteillage , car près de 30 000 hommes et 3 500 véhicule doivent suivre, pour Roosevelt qui est la seule autorité sur la plage indique que le reste de la division doit débarquer ici-même.

Alors que la position allemande est capturée avec la marée basse, des tirs de mortiers et des batteries de la 709e DI allemande continuent à tomber sporadiquement causant des pertes aux Américains.

Le soir du Jour J le bilan est pourtant contre toute attente un succès, la 4th DI est à terre et plusieurs unités ont progressées vers l’intérieur des terres, le 2nd bat/du 8th RI à même pu effectuer sa jonction avec les parachutistes de la 101st Airborne à Pouppeville vers le milieu de journée.

Pour les Codes Talkers commanches ils n'ont subis aucune pertes et effectuent ce pour quoi ont les a recrutés, de    nombreux messages seront envoyés durant la journée.

Ils seront toujours présent durant le reste de la campagne de Normandie de Saint-Lô à Cherbourg en passant par Mortain, et quand ils n'envoient pas de messages ils combattent aux côtés de leurs camarades blancs.

Puis ils seront toujours engagés dans les rudes combats dans les Ardennes, certains seront blessés mais aucun n'est tué.

La    seul crainte de leur chef était que des Codes Talkers soient capturé par les Allemands qui pourraient avoir connaissance du code commanche.

Cependant aucun ne fut prit.


Si l'histoire des Talkers  navajos fut largement médiatisée, celle des Commanches reste assez méconnue.

Tout comme les navajos dans le Pacifique, les Codes Talkers Commanches en Europe ont su préserver le code intact.

En 1989 le gouvernement français remet au Codes Talkers commanches l'insigne de Chevalier de l'Ordre du Mérite, ils sont également reconnu comme tous les Talkers indiens et recoivent la Congressional Gold Medal pour leurs exploits durant le seconde guerre mondiale.

Le dernier vétéran des Codes Talkers de la 4th Signal Company, Charles J. Chibbity est décédé en 2005.



Charles Chibitty en 2002

Les Codes Talkers commanches de la 4th Signal Company.

*  Charles Chibitty.

*  Wellington Mihecoby.

*  Robert Holder.

*  Haddon Codynah.

*  Forrest Kassanavoid.

*  Clifford Ottitivo.

*  Perry Noyarbad.

*  Larry Saupitty.

*  Willie Yackeschi.

*  Simmons Parker.

*  Anthony Tabbytite.

*  Morris Sunrise.

*  Elgin Red-Elk.

*  Roderick Red-Elk.

*  Ralph Wahnee.

*  Morris Tabbyetchy Sunrise.

* Albert Nahquaddy Jr.

*  Melvin Permansu.



Source : Avec l'aimable autorisation de : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Papa schulz
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11503
Age : 58
Emploi : Apéro à plein temps!
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   Ven 8 Juin 2018 - 4:55

           merci aussi pour cette tribu de Comanches  de leurs contributions         

___________________________________ ____________________________________

Dans une guerre, ce qui se passe, ce n'est jamais ce qu'on avait prévu. Alors ce qui compte, c'est d'avoir le moral !
Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 16324
Age : 82
Emploi : retraité inactif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   Ven 8 Juin 2018 - 7:17

Merci mon cher JP de cette belle suite

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le code secret des Navajo dans la 2eme guerre mondiale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JUMELLES DE VUE qui sont de la 2eme guere mondiale
» 2e Guerre mondiale, Le 2eme Bataillon de Choc...
» Draguage de mines
» Partir étudier dans le sud de l'Angleterre
» JMO 2eme guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: La petite et la grande histoire :: 39 - 45-
Sauter vers: