Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premières armes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Sam 14 Avr 2018 - 18:48

B.A.P. - BLIDA.

Mi-Septembre 63 j'ai rejoint la B.A.P. à Blida pour effectuer le stage Sous-Officiers destiné à l'obtention du Brevet Para. La B.A.P. s'appelait, désormais,"Détachement Aéroporté d'Algérie". Je n'ai pas prêté beaucoup attention aux installations, mais il n'y avait rien de sophistiqué, tout était élémentaire. La zone de saut était à proximité et s'appelait "Joinville".
Nous étions huit candidats pour se présenter à la sélection physique et nous avons terminé le stage à deux seulement. Je ne me souviens plus de cette sélection sauf du 8km, chargés comme des bourriques sous un soleil de plomb à 11h du matin. Il s'agissait d'un aller-retour le long d'une voie ferrée. Après les tests de sélection l'entraînement au sol que je connaissais par ma préparation militaire n'a été qu'une simple formalité.
J'ai découvert la convivialité TAP avec les Sous-Officiers d'une section du 2° REP qui était en stage de Pliage. A l'époque le 2° REP était à Bousfer près d'Oran. Plus tard je les retrouverai sur le bateau du retour et à Calvi lors de mes séjours au camp Raffali pour l'encadrement de la PM Para. J'ai sauté une dizaine de fois avec eux, souvent comme Siki. En 64 et un peu plus tard il n'y avait qu'une Compagnie Tournante qui venait à Calvi pour être au repos. Mais ce n'était pas un repos comme on se l'imagine. La preuve: lorsque le saut s'effectuait à Borgo près de Bastia ils rejoignaient Calvi par un déplacement à pied. Idem lors de sauts au Désert des Agriates. Le recrutement de l'époque était surtout composé d'Allemands et de jeunes des Pays de l'Est, quelques "Gaulois" et diverses nationalités.
Pendant mon séjour j'ai eu l'honneur de participer aux festivités de la St Michel avec spectacles comme le largage de véhicules.
J'ai obtenu mon Brevet avec le N° 199749 alors qu'à Pau les N° 200000 étaient dépassés depuis longtemps. Ce qui prouve que la B.A.P. avait ses propres numéros.

Remarque: L'Algérie venait d'entrer en guerre contre le Maroc et Radio Alger menait sa propagande en insultant copieusement ce qu'elle appelait "Le petit Roi".

(A suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Sam 14 Avr 2018 - 18:52

Insigne de la B.A.P.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Lun 16 Avr 2018 - 18:52

SIDI FERRUCH.

A la fin du stage, début Octobre 63, je rejoignais ma nouvelle affectation à Sidi Ferruch, le 1/152° RI (Le deuxième Bataillon se trouvait à Zéralda).
Avant de faire appel à ma mémoire j'ai consulté Internet pour voir s'il existait des photos, mais en fait de photos je suis tombé sur celles de "bretirouge" qui figurent dans la rubrique "La petite et grande Histoire" ALGERIE. Photos prises sur le vif, sans fioritures, sans mise en scène pour la photo, les Médias n'étaient pas là.
En 1960, pour nous qui voulions devenir Para, c'était ça être Parachutiste, notre modèle dans l'imaginaire: Le don de soi, la légèreté, la souplesse, les moments difficiles, la camaraderie et l'entraide, les moments de décompression, l'aventure, l'esprit d'abnégation et j'en oublie. Celui qui ne ressent rien à la vue de ces photos ne comprendra jamais une discussion entre anciens. Il pourra alors se demander s'il a vraiment l'Esprit Para.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Mar 17 Avr 2018 - 19:01

En arrivant d'Alger c'était Staoueli rappelant les combats de 1830 lors du débarquement, puis une forêt de pins immense avec son ombrage très apprécié qui ne pouvait qu'être le lieu où les Algérois venaient se détendre en famille (je ne le savais pas à l'époque, mais je l'imaginais). Puis ce fut l'entrée dans un cantonnement qui ressemblait à une colonie de vacances ou à un camping. En voici la description: toujours en forêt, une entrée classique avec barrière d'arrêt s'ouvrant sur un genre de longue avenue goudronnée que j'évalue de 200 à 300m de longueur. A gauche un poste de sécurité classique, puis légèrement en retrait, alignées sous les arbres, une série de baraquements en bois de couleur sombre. Plus loin, une large place avec à droite une grande villa qui abritait le P.C. et des bureaux administratifs, derrière cette villa le mess dans un préfabriqué. A gauche, donc en face de la villa le terrain était légèrement incliné en montant avec , à gauche, un autre genre de villa avec le PC de la CCAS et son bureau compagnie. A droite l'Ordinaire  avec ses cuisines et son réfectoire de style très aéré. Plus haut, à gauche, la chambre des sou-officiers et encore plus haut la Section d'Appui avec ses véhicules. Nous savions que nous étions dans l'ancien PC du 3° RPC. Deux Compagnies se trouvaient à l'extérieur, mais je ne les ai pas vues personnelement dans leur cantonnement.

 (A suivre)
Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14572
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Premières armes   Mar 17 Avr 2018 - 20:36

Tu me rappelle des souvenirs vieux de 61 ans ( c'est pas rien !) je n'ai pas visité ou pas eu l'occasion de voir les bâtiments dans leurs ensemble. Je sais que dans le temps cet endroit était un zoo car il existé encore les cages à singes, quand il y avait des punis de prison, on disait "tiens, il part faire 8 jours dans la singerie !!" il y avait une place d'armes ou à chaque revue ou remise de décorations, tout le régiment au complet était passé en revue par Bigeard, souvent accompagné d'un ou deux "poireaux" (Massu, Noiret, Gilles) Nous étions , nous l'Escadron, dans une colonie de vacances, dans le bois, à 500 mètre d'un restaurant, faisant bal le dimanche, il s'appelait ; Le Normandie. comme dans cette colonie l'espace était restreint, nous étions sous des marabouts en face de l'entrée, dans la colonie, les chambres des sous-offs, le bureau du capitaine et de son adjoint, des pièces faisaient fonction de bureaux pour les services de gestion, puis plus loin les cuisines et le stockage, par contre nous avions les sanitaires, douches, lavabos, pour 80 hommes de troupe !! voilà !! le peu que je suis resté en base arrière de janvier 1957 à juillet 1958, comme nous étions partis barouder dans tout les coins, la base arrière n'était pas un havre de paix !!!!




___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Mer 18 Avr 2018 - 9:22

Bonjour bretirouge,

Il faut rajouter qu'à vingt ans on n'était pas tellement orienté sur l'admiration du paysage. Mon souvenit est resté presque intact parce que pendant 4 mois je suis resté dans les lieux. A 75 ans, en rétrospective et par comparaison on est à même de porter un jugement sur la beauté des lieux. Sur le plan matériel nous étions vraiment des nantis, mais côté moral c'était la désolation: qu'on le veuille ou non, on avait perdu la guerre, nous étions les restes des vaincus avec l'impression d'essuyer les plâtres. Des étrangers en attente de retour dans leur Pays. Nous savions également que l'instant présent, même s'il était particulièrement agréable, n'était qu'illusion et que là-bas, en France, une autre vie nous attendait.

Nous étions bien dans la "Singerie", mais ce n'était pas un ancien zoo, mais un ancien laboratoire ayant un rapport avec les singes.
La place d'armes était la place située devant la villa et sans doute que les troupes étaient également alignées sur la grande "avenue".
Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Mer 18 Avr 2018 - 9:30

Insignes du 152° Régiment d'Infanterie : la pucelle et le petit insigne porté sur la fourragère de la Légion d'Honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12746
Age : 71
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Premières armes   Mer 18 Avr 2018 - 17:50

Il a été surnommé régiment des Diables Rouges par les Allemands au cours des combats du Vieil Armand (en allemand : l'Hartmannswillerkopf) en 1915 .

Je pense qu'il n'était plus là a ton époque le Monument du Débarquement des Français en 1830 .

Démonté sous le nez des Melons , par de jeunes Paras , dont un du Commando Guillaume , mon Ami JR .

Chef de la 2° section de la 60° Compagnie du Génie Aéroporté issue du 17° Bataillon du Génie Aéroporté de Castelsarrazin, détaché auprès du 3° Régiment de Parachutiste coloniaux, commandé par le Colonel LEBORGNE, alors cantonnés dans le fort de Sidi Ferruch, je reçois l’ordre d’aller reconnaître le Monument commémoratif de la conquête de l’Algérie en 1830, qui portait les plaques avec inscription des morts, monument que nous savions devoir être profané par les djounouds de la willaya et la population, deux jours plus tard, jour de l’indépendance.

Cet édifice qui faisait un peu plus de 20m de haut sur environ 8 de large, posait le problème de desceller les plaques de marbre, portant les inscriptions sans les casser, l’opération pris deux jours, mais malgré nos efforts la maçonnerie support ne fut pas détruite, la manifestation ayant lieu le lendemain, décision fut prise de remettre à plus tard cette destruction avec des moyens appropriés.

Le jour de la « manif » nous étions quelques 800 Paras, à observer depuis le fort les événements, défilé militaire, discours, puis la foule délirante, chacun venant devant la maçonnerie toujours debout, l’insultant, chacun jetant une pierre dessus, un des lanceurs, après l’avoir longuement haranguée, jeta violemment sa pierre, celle-ci rebondit lui retomba sur la tête, et il s’écroula assommé ; huit cent éclats de rire accompagnèrent cet épisode « Allahou akbar », le monument s’ était vengé.

Le soir même 30 kg de TNT eurent raison de ce qui restait, et ce au nez et à la barbe du FLN qui n’en est pas encore revenu


Photo du 05 juillet 1962 : Le mémorial est assailli par une foule musulmane en délire.

http://www.commandoguillaume.com/html/fra/page-42.html

Il est maintenant a Port Vendres .



Quand au camp des Pins , ce nom est doux a mes oreilles , souvent cité par les p'tits gars du 3 a Bizerte .

Merci Gus , merci Ancien38 , pour ces beaux souvenirs de mon enfance .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

 



“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Mer 18 Avr 2018 - 18:34

Bonjour Commandoair40,

Je t'apporte un petit élément d'information: bien après l'Indépendance le dépôt de munitions algérien a explosé.
Personnellement je n'ai jamais poussé jusqu'au Fort, je ne l'ai jamais vu. Dommage, maintenant que la plaque est à l'intérieur du Fort Béar qui domine Port-Vendres, j'aurais aimé m'en souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Mer 18 Avr 2018 - 19:11

ACCUEIL AU 1/152° RI.

A l'arrivée ce fut direction chambrée des S/Off. Nous étions une dizaine dont cinq ou six qui venions d'arriver. L'ambiance était bonne et les questions concernant le Bataillon ne manquaient pas. Puis de fil en aiguille la discussion déboucha sur la gaudriole, normale pour un milieu virile, le sujet tabou concernant "l'humanité souffrante" allait vite être traité : Le B.M.C. avait fermé la veille et il a été décrit que dans la file d'attente il n'y avait plus de hiérarchie. Le B.M.C. était géré par le Foyer et surveillé médicalement par l'Infirmerie. Dans le domaine du tabou on a fait mieux: Qui a mentionné (à part bretirouge) la fameuse rue "Thubaneau" à deux pas de la gare de Marseille ? Dans l'attente de son embarquement, qui n'a pas cherché un endroit pour y trouver un "bistrot sympa ou autre chose ? enfin, passons . . . .
Un jour fut fixé pour l'intronisation au sein du Bataillon.
Nous, les nouveaux, étions au garde-à-vous face au Chef de Bataillon et d'autre cadres et, sur ordre, nous avons pris notre verre contenant l'insigne du 15/2 noyé au fond d'un affreux mélange de différents apéritifs. Au commandement nous devions faire cul-sec pendant que l'assemblée chantait : "Le cent cinquante deuxième c'est un beau régiment, il a de belles gamelles et rien à mettre dedans". Nous étions prévenus par de bonnes âmes qu'il valait mieux se coucher immédiatement, ce que j'ai fait. Aujourd'hui, cette cérémonie serait traitée de scandaleuse et de brimade par la bien pensance alors que personne n'avait une telle pensée que l'on aurait traitée de particulièrement tordue. C'était bien avant que tout soit aseptisé par la venue d'une grande ouverture sur le monde civil et ses travers. C'était un autre temps décrié par les antimilitaristes.

Nota: nous ne risquions pas un accident de la route, nous n'avions pas de véhicule.
Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14572
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Photo de Sidi Ferruch   Mer 18 Avr 2018 - 21:58



L'entrée de notre colonie de vacance, les gars jouent aux boules

 


le 3 e RPC à Sidi Ferruch






Je coupe les cheveux de mon groupe

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Jeu 19 Avr 2018 - 19:22

LA VIE A SIDI FERRUCH.

Dans un cadre très agréable, la vie régimentaire se déroulait normalement mais tout se concentrait au niveau de la CCAS, véritable noyau de ce qui restait après le départ des contingents successifs. C'est ainsi que je me suis retrouvé Comptable de la Compagnie dans un bureau commun avec le Capitaine. Ce bureau avait la particularité d'être un ancien laboratoire réservé à la recherche en rapport avec les singes : le carrelage blanc et le lavabo en étaient la preuve en plus des cages grillagées situées à l'extérieur. Le matin c'était décrassage en prenant un chemin de sable, toujours sous les pins, jusqu'à la mer où le footing continuait sur la plage. Nous n'étions pas particulièrement intéressés par l'environnement car il s'agit d'une notion qui est apparue bien plus tard. C'est pourquoi, dans notre esprit, nous étions entourés par la mer et cela nous suffisait. Des constructions d'habitations étaient de part et d'autre, à l'Est (Plage Moretti) et à l'Ouest. Au Nord nous savions qu'il y avait le village sur la presqu'ïle (j'en ai vu la lisière Sud avec ses ruelles qui descendaient vers la mer). Nous savions qu'il y avait un Fort, dépôt de munitions, mais sans plus (les Officiers étaient logés dans le village). Du côté de la plage Moretti existait un vivier avec ses huîtres. Avec le recul, je me suis rendu compte que c'était un cadre enchanteur et sauvage qui a certainement disparu (Comme certains joyaux de la côte méditerranéenne en France. Tout le monde a voulu profiter des cadres enchanteurs et il ne reste plus que le soleil et la mer).
Puis, par la suite j'ai été adjoint à l'Officier d'Ordinaire. C'est ainsi qu'une fois par semaine je partais en GMC direction le Magasin des Subsistances à Maison Carrée, cela signifiait que je passais à Staoueli, St Eugène (la corniche), Bab el Oued, Alger et à l'Est, Maison Carrée. Il existait un endroit à la puanteur insoutenanble: le pont de l'Harrach, une sorte d'égout en surface.
J'ai pu voir les files d'attente des volontaires qui voulaient combattre contre le Maroc. Là aussi ils m'ignoraient complètement. J'ai été amené, plusieurs fois, à prendre livraison d'une moitié de boeuf congelée d'origine Argentine. C'était au centre d'un quartier arabe et je n'ai eu aucun problème avec la population. Ces liaisons m'on permis de m'imprégner de l'ambiance qui régnait dans la région d'Alger fin 63 et je témoigne encore, ici, que l'Esprit F.L.N. (Bouteflika), tourné contre la France, n'était encore pas là.

 (A suivre)
Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14572
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Premières armes   Jeu 19 Avr 2018 - 20:20

Ce que tu nous dis sur tes passages dans tout le territoire me laisse les bras ballant !! Jamais ne ne pouvait penser que votre libre circulation n'était entravée par aucun mouvement hostile, et surtout dans la traversée des différents endroits chaud de la grande ville  ??? je me suis fait peut-être peur tout seul, car à l'époque c'était risqué, quoique ? Je puis te dire,  qu'un pote para musulman, un soir de perm de minuit, ma trainé jusqu'à la Casbah qu'il connaissait par coeur, pour que l'on puisse faire notre affaire  !!( ******** Propos supprimés par Admin ********* )

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12746
Age : 71
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Premières armes   Hier à 15:00

Gus ,

Je viens de supprimer des propos qui n'ont rien a faire dans l'article de Ancien38 .

Des propos qui sortent de l'ambiance "Cool" de notre Forum .

Il faut penser qu'il y a chez nous des Femmes Mères de Famille .

Dans certaines circonstances , il faut éviter de venir répondre a des posts .

Colère Colère

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

 



“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12746
Age : 71
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Premières armes   Hier à 15:22

Le camps des Pins de nos jours par une Algérienne .

http://www.liberation.fr/cahier-special/1997/06/05/pres-d-alger-la-cite-interdite-des-privilegies-camp-retranche-sur-3-kmle-club-des-pins-abrite-les-pr_207776


Bonjour Ancien38 ;

Je suis fortement étonné par le comportement des Algériens en 62/63 .

Pourquoi donc tant de morts et disparitions après le "Cessez le feu" (Militaires et Civils) .


https://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-verite-sur-les-massacres-d-oran_480590.html

Ben Bella puis Boumédienne , n'étaient pas des enfants de cœur .

Idem pour le Peuple Racaille Algérien .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

 



“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Ancien38

avatar

Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 75
Emploi : retraité
Date d'inscription : 16/08/2016

MessageSujet: Re: Premières armes   Hier à 18:53

Bonjour Commandoair40,

Après l'Indépendance tout s'est passé comme en France après la Libération: La chasse à tous ceux qui étaient considérés comme collabos. Tout a été piloté par le FLN et bien souvent exécuté par lui-même, d'où quelques incidents ou meurtres à l'encontre de certains de nos soldats. Quant à l'attitude vis à vis de "L'Armée dite d'Occupation", comme je l'ai dit souvent, "la haine n'était encore pas installée", elle est arrivée beaucoup plus tard lorsque l'Algérie avait créé ses Martyrs et sa propre histoire Révolutionnaire, un peu à l'image de la Révolution Française. C'est bien de cette histoire dont sont imprégnés les jeunes Algériens ou Français d'origine algérienne. C'est également pour cela qu'il faudrait vraiment s'inquiéter lorsque l'on parle "Intégration".
Tu remarqueras également qu'à l'époque l'attention des Algériens, en guerre, était braquée sur le Maroc et,"comme l'on dit" ainsi ils avaient d'autres chats à fouetter que nous-mêmes. D'autre part, en si peu de temps, on ne supprime pas l'habitude d'avoir vécu avec les Français.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premières armes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premières armes
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» ARMES ,TRAFIC et RAISON D'ETAT
» Comment humaniser les premières heures en prison ?
» invention des armes
» soutenir un traité sur le commerce des armes
» Toulouse – Des armes exhibées devant les cameras de CNN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: L'ALBUM PHOTO :: Souvenirs-
Sauter vers: