Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Mar 13 Mai 2008 - 11:46

Tube explosifs de la III° Armée:.

Ce pétard dit de la III° Armée; d'une grande simplicité, finira par s'imposer sur tout le front, même au cour des années 1916-1917, comme grenade de secours à chaque fois pour une raison quelconque ou les troupes manqueront de grenades. Construit suivant des spécifications très précises, ce pétard se rencontre avec 5 types de tubes explosifs différents:

- Un tube d'acier lise extérieurement et intérieurement, c'est le plus courant.
- Un tube de fonte fragmenté intérieurement.
- Un faisceau de tige d'acier de 5 mm de diamètres et de 12.5 centimètres de longueur.
- Un tube de fonte à gros quadrillage extérieur.
- Un tube de fonte à petit quadrillage extérieur et base plate pour faciliter l'assemblage sur la planchette (ci-dessous).




Fabriquer au début pour " habiller" la cartouche de ménélite de 100 gr en 1916, et en 1917 la cartouche de cheddite



Pétard de destruction pour barbelés:

outre les pétards raquette à tige d'acier, il existe pour la destruction des barbelé un pétard explosif à forte capacité.

Il est constitué par un cylindre de tôle roulé est riveté, fermé à chaque extrémité par un tampon de bois le tampon inférieur porte un manche dans lequel est logé le système d'allumage; ce dernier est généralement constitué par un allumeur à traction modèle 1913 ou par une étoupille relié à une mèche assurant un retard de 5 secondes

La charge est constitué de 400 gr de cheddite. Pour assurer une explosion uniforme plusieurs détonateurs sont liés ensembles et relié par du cordon détonant entre les cartouches de cheddite.
Sur le manche figure brûlé au feu un marquage à l'imitation des grenades à manche allemandes ou figure l'indication du retard "5 secondes". Cet engin porte quelquefois un crochet de ceinture en fil de fer.

En 1916 un modèle identique apparais mais chargé de 800 gr de cheddite.



Grenade modèle 1914:

Au début du siècle pour résoudre les problèmes d'étanchéité de la charge il avait été décidé de construire une grenade à fusée métallique vissée.

Le réalisation de ce type d'arme n'étant pas considéré comme prioritaire étant donné l'aspect offensif que devait prendre en principe les opérations ce n'est qu'en 1914 que le nouveau modèle sera adopté et les premiers exemplaires ne parviendront au troupes qu'au cours du premier trimestre de l'année 1915.

Le corps en fonte présente les mêmes dimensions que celui du modèle 1847 mai il est désormais quadrillé intérieurement et œil a été fileté. Il eu été préférable de faire le quadrillage à l'extérieur car cela aurait du même coup amélioré la prise en main de cet engin trop volumineux.

La charge de poudre reste identique à celle du modèle précèdent:110 grammes de poudre à canon ordinaire MC 30(75% de salpêtre. 12.5 % de soufre; la taille des grains variant de 1.4 à 2.5 millimètres

La grenade s'utilise également à l'aide d'un cordeau tire feu. Ce mode de lancement qui demande un espace dégagé assez important derrières le lanceur finira par rendre la grenade inutilisable du fur à mesure que la présence d'engins de tranchée feront leur apparition.

Pour tenter d'utiliser malgré tout les stocks existant on réalisera à la hâte des fusées à percussion et l'on chargera les grenades de cheddite explosif plus puissant que la poudre noire. Ces fusées à percussion seront également montées après filetage de œil sur des grenades modèle 1847, mais la forme et le volume de ce type de grenade ne permettre pas d'utiliser cette grenade de façon satisfaisante.


Grenade modèle 1914 avec son lanceur


Grenade Italienne Besozzi:

A partir du début de 1915, dans l'entente des nouvelles grenades sont mises à l'étude mais les troupes françaises vont faire un grand usage de la grenade Besozzi d'abord importée d'Italie puis fabriquer sous licence par la France.

Très compacte et quadrillé extérieurement, ce qui lui assure une bonne prise en main.

Elle est constituée par deux calottes de fonte visées contenant une charge de 60 grammes d'explosif "P". Le système d'allumage est lui par contre assez rudimentaire: constitué d'une simple mèche munis d'une tête phosphorée.

Une fois chargée la grenade est plongé dans un bain de paraffine qui lui assure une bonne étanchéité.

Son poids total est de 630 grammes et le retard de la mèche est de 7 secondes; elles est livrée aux troupes chargée est amorcée dans des caisses de 50.

Malgré un capot de protection, la pâte d'allumage de la mèche était inutilisable par temps humide et c'est souvent avec le fourneau de leur pipe que les poilus avaient l'habitude d'enflammer cette grenade.

Les grenades fabriqués en Italie on la mèche sort latéralement du sommet le centre n'étant pas débouché tandis que sur les exemplaires fabriqué en France la mèche sort au dessus, au millieu de la grenade (cf photo) pour voir la grenade française cliquer sur ce lien (texte).



Grenade asperge Foug modèle 1915 court:

Il s'agit d'une version allégé du modèle précédant, qui utilise un allumeur. Ce dernier est une version du bouchon à percussion modèle 1915 ou le plomb a été remplacé par le bois.
Le percuteur est logé dans un sabot de bois qui ferme la grenade. Un léger ressort à boucle maintient le percuteur éloigné de l'amorce ( modèle de chasse de 6.45 mm)
La mèche qui assure un retard de 5 secondes est fixée au sabot de la cire cacheter et le détonateur qui la termine est maintenu sur celle-ci avec une bande de chatterton.
Le sabot est fixé à la grenade par trois petites chevilles de bois et un capot de fer blanc collé à la cire à cacheter protège la tête du percuteur jusqu'au moment de l'utilisation. Ce capot est souvent fabriqué à partir de tôle de récupération et il est courant de constater que l'intérieur porte des impression ou l'on peut lire des marques de sardine ou de biscuits.


Grenade à manche Foug modèle 1915:

Entre Avril et Juillet 1915 les ateliers Foug en Meurthe et Moselle fabriqueront 48 000 grenades à manche copiés sur le modèle allemand. L'allumeur à traction est constitué par une étoupille modèle 1885 dont on a enlevé la charge de poudre pour la remplacer par un bout de cordeau bickford de 5 seconde de retard ce modèle porte un crochet de ceinture

Grenade asperge Foug modèle 1915 Long:

En 1915 les ateliers Foug construisent également une grosse grenade cylindrique défensive équipée d'un nouveau modèle d'allumeur à percussion protégé par un capot de tôle.

La fabrication de la grenade sera rapidement arrêté du fait de son poids trop lourd, au alentours d'1kg 400 qui ne permettait au fantassin de ne porter un nombre trop restreint de grenades.
L'allumeur sera cependant conservé et adapté sur les modèles suivants





Grenade mod P1;1915(1°grenade percutante P1 )

Il s'agit de la première grenade française percutante. Elle est surnommée "cuillère" en raison de la forme particulière de son levier de sécurité. Lestée munie d'un ruban jouant le rôle d'empennage, Elle éclate à l'impact grâce à une masselotte percuteur. Ces grenade n'étaient pas très fiable car on peut en retrouvé un grand nombre non exposées sur les champs de batailles.





Grenade offensive fusante (OF):

Enveloppe ovoïde en fer blanc épais de 3/10 de millimètre, remplie de 150 grammes de cheddite.
Bouchon allumeur automatique.
Le montage de l'allumeur sur la grenade est effectué dans les parcs; l'engin amorcé était livré aux troupes dans des coffrets munis d'un couvercle à charnière, d'un fermoir et d'une poignée de transport.
Poids total de la grenade: 255 grammes.



Grenade F1 modèle 1915:

Vers Mai 1915 la grenade F1 commence à être distribué à quelques exemplaire. Construite en fonction des nouvelles conditions de combat elle est constitué par un corps en fonte monobloc fortement quadrillé extérieurement. Chaque extrémité est percée d'une ouverture résultant des nécessites de fabrication. L'ouverture inférieur est supérieur sont filetées pour recevoir le bouchon allumeur et l'ouverture inférieur sont sellées par une vis bloquée par un coup de pointeau ou par un bouchon de plomb.
Le poids total est de 630 grammes dont 60 grammes de cheddite.
Malgré les 38 divisions du quadrillage l'explosion produit au plus une dizaine d'éclats qui peuvent être dangereux dans un rayon de 200 mètres.

D'abord expédiées aux armées par caisse de 100, fermée, par un bouchon de liège ou de papier, non chargées elles seront ensuite expédiées chargées fermées par un bouchon de bois. Après la mise en service de bouchon allumeur automatique modèle 1915, les grenade F1 parviendront aux troupes chargées et amorcées.

Pour l'instruction, les troupes reçoivent des grenades vides, peinte en rouge, équipé de bouchons allumeurs inertes.

La grenade F1 n'apparaîtra couramment sur le front qu'au début de 1916



Grenade à parachute AASEN type C modèle 1915 (percutante)

Cette grenade a la particularité d'avoir été utilisé par l'armée allemande ainsi que l'armée française sous le nom de grenade Aasen type C. On peut supposer que l'inventeur danois a du profiter de la pénurie régnant dans les deux camps pour pouvoir vendre son invention.

Sur le modèle utilisé par l'armée française le détonateur est réalisé à partir d'une cartouche de revolver modèle 1892, dont le bourrelet a été arasé et qui a été remplie de fulminante de mercure pur, l'amorce ayant été conservée.

La sécurité est constituée par une cordelette de 7 mètres que le fantassin passait autour de son poignet et qui libérait le percuteur lorsqu'elle était tendue. La moitié supérieur de la tête explosive était lestée de shrapnelles et la jupe de toile permettaient une chute verticale de l'engin





Grenade citron Foug modèle 1916:

En 1916, le profil de la grenade asperge sera modifié pour obtenir une meilleur fragmentation. Car l'expérience prouve que le quadrillage interne ou externe c'est le profil combiner avec la charge d'explosif qui intervient d'une façon déterminante en ce qui concerne le nombre et la régularité des éclat d'un projectile.

Pour les mortier par exemple une différence de deux ou trois degrés dans le rayon de courbure du corps permet à l'explosion de gagner plusieurs milliers d'éclats.

La grenade citron Foug permettra également d'obtenir une fragmentation régulière grâce à la faible épaisseur de sa paroi rendu possible par la largeur du col.
De plus le gain de poids par rapport à la grenade F1 permet d'augmenter la charge d'explosif qui est constituée par une charge de 90 grammes de cheddite pour un poids total de 550 grammes.

Le sabot de bois ne sera pas modifié par rapport aux modèle précédents: jusqu'au milieu de l'année 1917 il restera fixé par trois chevilles de bois après il seras simplement collé.

Le capot de protection pointu en 1916, deviendra arrondi, puis plat à partir de 1918

Les capots à tête ronde récupérés par les poilus et emboîtés deux par deux l'un dans l'autre en sens inverse leur servirons d'oeufs à repriser les chaussettes (info de plusieurs poilus).

Pour l'instruction le fantassin reçoit outre les grenades citron totalement inertes peintes en rouge, des grenades vides avec détonateur actif peinte en rouge marqué de deux "D" blancs et des grenades lestées de sable avec un détonateur actif peinte en blanc. Les grenades chargées comme toutes les autres grenades actives en service sont peinte en gris bleu ou ne sont pas peintes.

La grenade citron Foug sera livré au armées chargée et amorcée prête à l'emploi par caisse de 20. Cette grenade sera à l'origine de très nombreux accidents dû au transport, en effet le percuteur dont la masse est relativement importante par rapport à la faiblesse du ressort peut, par exemple lorsqu'une caisse tombe, frapper par inertie l'amorce suffisamment fort pour l'enflammer.

On tirera profit de ce défaut en utilisant la grenade citron Foug équipé d'un sabot de bois comme projectile d'un petit engin de tranché, le fusil GUIDETTI de 65 millimètres. ( Il existe un autre fusil Guidetti, de 77 millimètres qui tire un projectile empanné: la bombe Guidetti).

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Mar 13 Mai 2008 - 11:46

Grenade oeuf modèle 1917

En 1917 à l'imitation des grenades oeuf allemandes et anglaises du conflit on fabriquera une grenade citron version miniature.

Le corps quadrillé intérieurement porte à l'extérieur deux anneaux qui assurent une bonne prise en main, par par temps de grand froids ou de pluie.

Le bouchon allumeur est une version miniaturisée et métallique du bouchon allumeur de sa sœur la grenade citron Foug.

Cette grenade qui ne se trouve que rarement dans des collection ou sur les champs de batailles n'a donc pas du être fabriquée à de très nombreux exemplaires






Les grenades suffocantes
Il existe avant 1914 plusieurs modèle de grenades suffocantes. Le corps était toujours en laiton étamé intérieurement et la projection du liquide irritant était assuré soit par une légère charge de poudre soit par un détonateur.

L'allumeur était à friction et ces projectiles était de deux formes: cylindrique ou ovoïde. Les première semble daté de 1872.

Ces grenades sont suffocante et lacrymogène (comme l(indique leurs nom) , mais peu ou pas toxique. elles peuvent rendre intenables des espaces clos ou mal aérés et est, par suite, susceptible d'être employé utilement pour obliger l'ennemi à évacuer un abri, une cave...

Grenade suffocante modèle 1914:
De forme ovoïde cette grenade sera d'abord réalisée en laiton étamé intérieurement puis en fer plombé, le plomb n'étant pas attaqué par le liquide lacrymogène qui semble être de l'acroléine. La projection du liquide est assurée par une petite charge de poudre noire. L'allumeur est à friction; son poids total est de 400 grammes dont 200 grammes de liquide lacrymogène. Elle est livrée chargé est amorcée par caisse de 25.
Sur le modèle en laiton la marque distinctive est constituée par une bande rouge; sur le modèle en fer c'est toute la moitié supérieure de la grenade qui est vernie en rouge.


Grenade suffocante modèle 1916 (dérivé du modèle 1914):

La charge est le corps restent identiques par rapport au modèle précédent, on a simplement ajouté une bague en laiton permettant d'adapter les divers bouchons allumeurs en service.

Entre le 1° juillet 1915 et le 11 novembre 1918 il sortira des arsenaux 1 100 000 grenades suffocantes modèle 1914 et 1916.

La grenade Bertrand modèle 1915:

En avril 1915 entre en service une grenade sphérique de 6 centimètres de diamètres constituée par 6 écaille de fonte emboîtées autour d'une ampoule de verre, contenant un liquide lacrymogène, sans doute du chloracètone. Chaque écaille percée par un petit trou central porte à l'intérieur quatre pointes. La cohésion de l'ensemble est assuré par un fil de fer ou de laiton.

Le fait de lancer la dite grenade contre un corps plus ou moins dure est suffisant pour briser l'ampoule.

L'extrême fragilité de l'ampoule centrale qui rend le transport pratiquement impossible et le rapport ridicule entre le poids total et le poids de la charge du liquide lacrymogène font que cette grenade mérite le grand prix des interventions qui créent plus de problèmes qu'elles en résolvent.

Cependant d'après le grand nombre de ces engins parvenus jusqu'à nous on peut supposer qu'il en a été fabriqué plusieurs centaines de milliers d'exemplaires voir plusieurs millions.


La grenade Bertrand N° 2 modèle 1916:

En 1916 sort un nouveau modèle exactement identique au précédent mais pesant le double. Pour tenter d'améliorer le rapport poids total-charge certains modèles seront réalisés en porcelaine. Par contre cet engin ne semble pas avoir été fabriqué à des nombreux exemplaires car il est pratiquement introuvable de nos jours.





Les grenades incendiaires:

Grenade incendiaire à essence petit modèle:

Cette grenade chargée d'essence est équipée d'un allumeur à friction. La mise à feu du liquide est assuré par un tube central chargé de magnésium en poudre. Dans certains cas ce tube reçoit en plus un détonateur.

Pour les distinguer les grenades avec détonateur portent une marque de peinture rouge sur le col: celles qui en sont dépourvues portent une marque blanche.
Son diamètre est de 8 centimètres et son poids total de 500 grammes.

Grenade incendiaire à essence grand modèle:

Il s'agit d'un modèle identique au précédent mais d'un diamètre de 12 centimètres. La vis de chargement est placée à la base de la grenade au lieu d'être sur sa partie supérieure.
Grenade incendiaire et fumigène AB modèle 1916:

Le corps est également constitué par deux emboutis hémisphérique en fer blanc sertis puis soudé à l'étain. Au sommet on trouve un renfort de fer blanc qui reçoit une gaine en alliage de plomb antimoine-étain destiné à recevoir la charge de 1 gramme de poudre noire qui fera exploser la grenade.

La charge composée de 500 grammes de phosphore blanc produit dans un rayon de 15 à 20 mètres des projection de liquide enflammée et un nuage extrêmement dense. On peut donc employer aussi bien cette grenade pour neutralisé l'ennemie se trouvant dans un abri ou pour aveugler les servants d'une mitrailleuse vers laquelle l'infanterie progresse.

Cette grenade mesure 8.5 centimètre de diamètre et pèse 715 grammes; on l'utilise avec un bouchon allumeur à percussion sans détonateur. Elle est livrée chargée et amorcée par caisse de 50.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Mer 26 Mar 2014 - 12:00

Interessant et instructif

mais le lien sur les grenades italiennes Besossi ne fonctionne pas

(le nom y est peut etre pour qq chose ...) ;-)

As tu qq chose sur les grenades Gammon ?

ainsi que sur le cocktail Molotov ?  que l'on pourrait assimiler aux grenades incendiares, il me semble.

Tu peux me repondre par MP car  je ne voudrais pas etre la cause d'un embastillement pour cause d'incitation au soulèvement ou de troubles àl'ordre public en les diffusant sur le forum !!

(je pense qu'il doit me rester une grenade d'exercice a platre (peinte en bleue)
qq part dans mon fouillis)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Mer 26 Mar 2014 - 12:30

Georges

Le posteur de ce sujet n' est plus membre....................    

Je pense que Didier va répondre a tes questions
Revenir en haut Aller en bas
Papa schulz
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11336
Age : 58
Emploi : Apéro à plein temps!
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Mer 26 Mar 2014 - 17:51



   attendons l'expert !!!   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Mer 26 Mar 2014 - 19:26

j'ai du encore sauter une marche ?

Why ?

Revenir en haut Aller en bas
artificier

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1240
Age : 54
Date d'inscription : 25/02/2014

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Mer 26 Mar 2014 - 20:57

Bonsoir à tous.

Le livre présenté ci-dessus est par monsieur Delhomme, amateur éclairé qui fit des livres sur les grenades à main Française, Allemandes, Anglaises.

La grenade dont tu cherches le nom est "Besozzi", grenade Italienne de la première guerre mondiale, que nous avons aussi fabriqué.
le lien suivant va te permettre de la visualiser:
http://www.lexpev.nl/grenades/europe/france/besozzi1915.html

La grenade Anglaise "Gammon Bomb" ou N°82 est de la seconde guerre mondiale.
Un sac contenant 680 g d'explosif; son atout majeur le bouchon allumeur "ALLWAYS" N°247, bouchon tout azimut. En fait un bouchon percutant (sans retard), il suffisait de dévisser le bouchon, de dérouler une tresse tirant une goupille de sécurité et de lancer la grenade. Ce bouchon se retrouvait sur plusieurs type de grenades.
Cette grenade était peu pratique, il fallait remplir de plastic le sac d'explosif, on ne pouvait en emporter beaucoup du fait de son poids et de ses dimensions.  

http://www.lexpev.nl/grenades/europe/unitedkingdom/no82.html

Pour le "Molotov", les recettes que l'on trouve sur le net sont efficaces.
A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Jeu 27 Mar 2014 - 6:23

Merci a toi

C est un vrai plaisir de te lire  ,clair et net
Les grenades sont un des engins que j apprécié  particulièrement
Je suis en carafe avec mes deux ordisheureusement

Que mon phone est. Present. ,il me permet de te repondre.

Mais pas très pratique pour ecrire


Dernière édition par GB33 le Jeu 27 Mar 2014 - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
artificier

avatar

Masculin
Nombre de messages : 1240
Age : 54
Date d'inscription : 25/02/2014

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Jeu 27 Mar 2014 - 11:41

Merci du compliment.
A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Jeu 27 Mar 2014 - 13:30

pas simplement un compliment, c'est sincère et objectif
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Jeu 27 Mar 2014 - 13:44

une question a te poser

un moniteur m'a affirmé qu'il avait vu un gars, dévisser partiellement l'allumeur
d'une grenade (offensive ou défensive, je ne sais plus
et la poser sur sa tete (munie du casque lourd)
la grenade à l'explosion se serait simplement ouverte en deux !

je n'ai jamais tenté ce genre d'expérience mais a ton avis est ce possible ?

(pas qu'il l'ait mise sur son casque, mais bien qu'elle se soit fragmentée en deux )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Jeu 27 Mar 2014 - 18:55

Oui , Didier est un "PRO"

Il parait que la grenade sur le casque , faisait parti de l'entrainement de la SS ( un sujet a développer)

Quand a ce que tu demandes , Georges, aucune idée ??????  scratch  scratch 
Revenir en haut Aller en bas
Pétaf
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Age : 54
Emploi : Artificier
Date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Sam 1 Sep 2018 - 22:12

Bonsoir à tous.
Je reprends le fil des questions:

un moniteur m'a affirmé qu'il avait vu un gars, dévisser partiellement l'allumeur
d'une grenade (offensive ou défensive, je ne sais plus
et la poser sur sa tete (munie du casque lourd)
la grenade à l'explosion se serait simplement ouverte en deux !

Je pense que les moniteurs de ce genre (je me censure) ne sont que des sources à accidents.
Ils ont vu, ils connaissent etc..., 
Un allumeur de grenade Ml 1935 comporte forcément un détonateur (charge d'explosif de 1,2 g) pour faire fonctionner une Of ou une Df, vu la forme de la gaine et le chargement explosif en tolite, le casque Français se serait transformé en marteau-pilon amenant la matière cérébrale au niveau du sol.
Juste une flaque quoi!

Donc non ce n'est pas possible.
Revenir en haut Aller en bas
Pétaf
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Age : 54
Emploi : Artificier
Date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Sam 1 Sep 2018 - 22:18

Petit complément.
Il en va de même pour l'entrainement des SS, ils auraient été moins nombreux!
Cordialement.
Didier


Dernière édition par Pétaf le Dim 2 Sep 2018 - 0:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14152
Age : 72
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Sam 1 Sep 2018 - 23:23

Dieu Merci , l'Artif est là cheers


___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

 



“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15880
Age : 82
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Dim 2 Sep 2018 - 16:59

Moi , j'ai jamais vu ... mais des grenade au plâtre ou tout autres fumigènes reste possible ?????

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Pétaf
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Age : 54
Emploi : Artificier
Date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   Dim 2 Sep 2018 - 19:07

Bonjour Bretirouge.
Bien sûr, car il n'y a pas de choc conséquent.
Bonne soiré et au plaisir.
Didier
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grenades artisanales et réglementaires françaises 1
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les forces françaises en OPEX
» compétitivité des entreprises françaises à l'international
» Décorations Françaises et Etrangères
» Les françaises et l'allaitement
» Le net des études françaises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LES MATERIELS ET LES MOYENS :: L'armement :: Munitions :: Grenades-
Sauter vers: