Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les enjeux de la prochaine Loi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xx Denis xX
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1026
Age : 44
Emploi : informatique-ouvrier viti-vinicole
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Les enjeux de la prochaine Loi    Lun 27 Nov - 17:13

Les enjeux de la prochaine Loi de programmation militaire : L’armée de l’Air
L’armée de l’Air a dû consentir de gros efforts lors des deux dernières Lois de programmation militaire (LPM). Ce qui s’est traduit par la fermeture de 17 bases aériennes, la suppression de la moitié de ses commandements et de ses directions, une déflation importante de ses effectifs et le décalage de certains programmes majeurs sur lesquels il n’est désormais plus question de transiger.
Résultat : il manque plusieurs milliers d’aviateurs pour que l’armée de l’Air puisse fonctionner correctement, dans un contexte marqué par une forte activité, son contrat opérationnel, tel qu’il avait été fixé par le précédent Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale étant largement dépassé (20 avions de combat projetés, au lieu de 12, sur 4 théâtres extérieurs). Et c’est sans parler de sa mission relative au soutien à l’exportation du Rafale…
« Du fait de la tension sur les effectifs de mécaniciens, un certain nombre d’avions est immobilisé en attente de réparation. Lorsque nous avions élaboré nos plans de déflation, nous avions fait des hypothèses sur le nombre de mécaniciens nécessaires à la maintenance de nos aéronefs. Ces hypothèses se sont révélées trop ambitieuses, par exemple pour le C135 ou l’A400M. Pour le Rafale, nous avions prévu 7 mécaniciens par avion alors qu’en réalité, il en faut 12 », a ainsi expliqué le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA).
En outre, de concessions en retards, l’armée de l’Air ne dispose que d’une autonomie toute relative dans certains domaines. Le général Lanata parle ainsi de « fragilités préoccupantes », notamment pour ce qui concerne le ravitaillement en vol et la surveillance. « Sans les capacités des alliées nous ne pourrions pas conduire nos opérations », a-t-il dit aux sénateurs.
Qui plus est, les aviateurs ont dû consentir de nouveaux efforts quand il s’est agi de trouver les 850 millions d’euros demandés par Bercy, l’été dernier. La modernisation des Mirage 2000D a été reportée, de même que le lancement du standard F4 du Rafale.
Comme l’armée de Terre et la Marine nationale, l’armée de l’Air a plusieurs priorités qui ne peuvent plus attendre, alors que la trajectoire financière de la prochaine LPM, si l’on se base sur le projet de loi de programmation des finances publiques, prévoit une hausse du budget des armées de 1,7 milliard d’euros par an jusqu’en 2022.
La première priorité de l’armée de l’Air est de « réparer le présent » et remédier ainsi à des « déséquilibres organiques préoccupants. » Comme l’a expliqué son chef d’état-major, il s’agira de « chercher à tirer le meilleur parti du dispositif existant en faisant des efforts sur les stocks de rechanges ou de munitions, sur l’entretien programmé pour améliorer la disponibilité, sur les ressources humaines, sur les équipements de mission de nos avions [nacelles de désignation laser, radars, etc] dont l’insuffisance limite beaucoup trop nos capacités opérationnelles. Et cela devrait permettre, croit-il, « d’améliorer les conditions de travail » des aviateurs et de rémédier en partie aux problèmes de fidélisation.
Par ailleurs, l’aviation de combat se trouve actuellement à un « tournant », en raison des tensions importantes qu’elle connaît actuellement. Dans un premier temps, le général Lanata souhaite maintenir son format à 215 avions de chasse, ce qui suppose le remplacement des Mirage 2000C à l’horizon 2023 par des Rafale.
L’effort de modernisation devra être poursuivi, notamment avec le lancement du standard F4 du Rafale « pour faire face à l’évolution des menaces et maintenir ce chasseur au meilleur niveau sur la scène internationale à l’horizon 2025. » Et au vu du temps qu’il faut pour développer un nouvel avion de combat, il faudra songer au remplacement des Mirage 2000D d’ici 2030. Détail important, ce dernier devra être en mesure d’emporter le prochain missile hypersonique dédié à la dissuasion nucléaire.
Puis se posera la question du sucesseur du Rafale. « Compte tenu des durées de développement de ce type de programme, des choix importants et engageants sur l’avenir de l’aviation de combat nous attendent à l’horizon 2020-2022. Les études préparatoires doivent être lancées pour nous permettre d’éclairer ces décisions », a prévenu le général Lanata.
Les avions ravitailleurs étant essentiels à la projection des forces et à la dissuasion nucléaire, le général Lanata en fait un point de vigilance. « J’estime que l’âge excessif de la flotte C135 – plus de 50 ans – expose nos capacités à un risque trop important. L’usage systématique et intensif du ravitaillement en vol dans toutes nos opérations en intervention mais aussi protection et dissuasion, rend la sécurisation de cette capacité incontournable », a-t-il expliqué.
Sur ce point, le CEMAA veut accélérer le calendrier des livraisons et porter à 18 (au lieu de 12) le nombre d’avions ravitailleurs A330 MRTT commandés. C’est « indispensable pour couvrir l’ensemble des besoins de la CNA [composante nucléaire aéroportée, ndlr], de l’aviation de combat et du transport stratégique », a-t-il plaidé.
Toujours dans le domaine des équipements, la Charge universelle de guerre électronique (CUGE) reste essentielle dans la mesure où les Transall C-160 Gabriel seront prochainement retirés du service. La question des drones sera également importante, l’objectif étant de pouvoir les armer. Sur ce point, on ignore si le MALE RPAS, fruit d’une collaboration européenne, aura cette capacité, au regard des polémiques que cela soulève dans la classe politique allemande.
Enfin, la dernière priorité de l’armée de l’Air porter sur ses ressources humaines et la révision à la hausse de son format. « J’estime notre modèle en danger », avertit le général Lanata. Les effectifs sont insuffisants et les déflations de poste opérées ces dernières années ont dégradé les conditions de travail, ce qui pose un gros souci de fidélisation. Et, pour certaines spécialités « pointues », il faut faire avec la concurrence du secteur privé qui, évidemment, offre des rémunérations supérieures.
Seulement, le projet de loi de programmation des finances publiques ne prévoit la création que de 1.500 postes supplémentaires pour les Armées. Et cela, alors qu’il faudra recruter pour le renseignement et le cyber.
« L’effort prévu par la LPFP est important, je le mesure, il est pourtant aujourd’hui inférieur aux besoins exprimés par la ministre des Armées et il va contraindre, en l’état, notre effort de régénération. Nous devrons donc apporter une attention particulière à la reconnaissance des besoins en effectifs sur les plans quantitatif et qualitatif au-delà de l’horizon de la LPFP et à partir de 2023 », a ainsi expliqué le général François Lecointre, le chef d’état-major des armées (CEMA), lors de son audition à l’Assemblée nationale.











___________________________________ ____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://denis-astuce-pc-mac-linux.fr/
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13255
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Les enjeux de la prochaine Loi    Lun 27 Nov - 17:47

Ils vont faire des simulations avec des jeux en 3D !  pas de pilotes et de mécanos, pas d'usure, pas de frais  

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11881
Age : 71
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Les enjeux de la prochaine Loi    Lun 27 Nov - 17:49

Merci Denis ,

Les trois Armes sont dans le même scénario :

Il faut Agir ou Subir : mais hélas les Poireaux de ces trois Armes ont décidés de "SUBIR"

 

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

   



“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les enjeux de la prochaine Loi    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les enjeux de la prochaine Loi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ENVIRONNEMENT - 2010, l'année de la biodiversité : quels enjeux ?
» Articles, reportages etc... sur les enjeux actuels
» Prochaine égérie Viva Glam.......
» Suppression prochaine de comptes inactifs
» Quand est ce la prochaine réunion allaitement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Le Bar de l'Ancien, les Infos du Monde-
Sauter vers: