Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Colonel Philippe ERULIN

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Colonel Philippe ERULIN   Ven 6 Juil 2007 - 11:08




Le Colonel Philippe ERULIN, est né le 5 juillet 1932 à Dôle dans le Jura. Engagé pour 8 ans au titre de l’ESMIA, il intègre la promotion « Union française » le 29 09 52.


Nommé au grade de caporal le 1er février et sergent le 1er avril 1953, il accède à l’épaulette avec le grade de sous-lieutenant le 1er octobre 1954 et suit les cours de l’Ecole d’application de l’infanterie à Saint Maixent à compter de cette date.

Le 20 janvier 1955, il est affecté au 1er régiment de chasseurs parachutistes à Bône puis à Philippeville et y est promu au grade de lieutenant le 1er octobre 1956. Le 1er mai 1956, au col situé à 10 Km de Khenchela sur la route de la ferme Berthon, il engage ses hommes dans un combat poussé jusqu’au corps à corps et audacieux, sa section aligne 18 rebelles abattus et 15 armes de guerre récupérées. Il est blessé par balle cuisse gauche le 8 juillet 1956 à l’oued Changouma. De retour à son unité, il participe à l’opération « Mousquetaire » à Chypre et en Egypte du 28 octobre au 22 décembre 1956.

Il se distingue le 10 mai 1957 dans la région de Taalba sur l’oued Isser, en entraînant son unité à l’assaut d’un groupe rebelle agressif et fortement retranché sur une crête rocheuse. Il parvient à déloger l’adversaire de sa position, Poursuivant pendant plusieurs jours la fouille du terrain, il découvre et détruit un important P.C. rebelle. Chef de section, il se fait remarquer au cours du violent accrochage du 5 mars 1958 à la cote 1058 du djebel Belgroune. Devant dégager une fraction de compagnie prise a partie depuis plusieurs heures par une forte bande rebelle, sa manœuvre permet le repli des éléments amis. Le 1er février 1959, il capture trois rebelles dont un commandant de katiba, dans les combats d’Aït Frah en Grande Kabylie. Le 5 mars dans la région d’Hadjama en Kabylie, il entraîne sa section contre une bande rebelle fortement retranchée et le 22 mars, il est grièvement blessé par balle à l’épaule gauche au cours de l’action, à El Hamra, dans la région de Mansourah.

Il est muté à l’EAI de Saint-Maixent, le 1er octobre 1959 en qualité de cadre. Il reçoit ses galons de capitaine le 1er avril 1961. Désigné pour suivre les cours à l’Ecole d’état-major, il intègre la 23e promotion le 6 juin 1961. À l’issue, il est affecté à la 6e compagnie du 153e régiment d’infanterie motorisé à Bône en Algérie et en reçoit le commandement le 1er juin 1962. Le 153e RIM, rapatrié d’Algérie devient mécanisé et prend garnison à Mutzig le 4 janvier 1963. Le 1er juillet 1964, il rejoint l’état-major de la 6e brigade mécanisée. Désigné pour un séjour outre-mer, il est affecté en qualité de chef du bureau opérations emploi du 3e REI à Diégo Suarez le 2 août 1966, puis devient chef d’état-major du régiment. Il y est promu au grade de chef de bataillon le 1er juillet 1968. Rapatrié par fin de séjour le 12 août 1968, il est affecté à la compagnie administrative régionale n° 9 pour passer son congé de fin de campagne.

En novembre, il rejoint l’inspection de l’infanterie puis intègre la 84e promotion de l’Ecole supérieure de guerre le 1er septembre 1970. Désigné comme directeur des opérations et de l’instruction pour servir au 2e REP, il rejoint Calvi le 1er août 1972. Il y est promu au grade de lieutenant-colonel le 1er octobre 1973. Il sert ensuite à l’encadrement de l’Ecole supérieure de guerre et des écoles rattachées pour compter du 5 août 1974.

Le 5 juin 1976, il reçoit le drapeau du 2e REP. Il est promu au grade de colonel, le 1er juillet 1977. En mai 1978, il saute sur Kolwezi au Zaïre lors de l’opération « Bonite » avec son régiment. Largué sur la ville le 19 mai, il entraîne son régiment à l’assaut des rebelles, enlève les objectifs principaux en moins d’une heure, libérant ainsi la population européenne prisonnière des rebelles depuis une semaine et sauvant des centaines de vies humaines. Les jours suivants, il poursuit les opérations de nettoyage dans la région de Kolwezi, délivrant ainsi de nombreux autres otages. Affecté à l’EMAT en juillet 1978.

Il décède le 26 septembre 1979 à l’âge de 47 ans.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Colonel Philippe ERULIN   Sam 7 Juil 2007 - 10:34

merci de nous rappeler ce grand monsieur, libérateur avec le 2ème REP de kolwézy !!!!

d'ailleurs, Jean-Pax mefret a fait une très belle chanson sur kolwézy et mes fils l'adorent (cette chanson), ils la connaissent par coeur....
Revenir en haut Aller en bas
 
Colonel Philippe ERULIN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès du Colonel Alain Bénézit
» décès du colonel Philippe THOMSEN
» Un petit coup de pouce pour une dame ....
» La Gendarmerie Nationale à l'aube du XXIeme siècle
» colonel ERULIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: HISTOIRE DE NOTRE PATRIE :: Les personnages célèbres (Civils & Militaires)-
Sauter vers: