Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Robert Surcouf, chevalier des mers

Aller en bas 
AuteurMessage
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15071
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Robert Surcouf, chevalier des mers   Dim 8 Mai 2016 - 7:19

Jean-Yves Barbedor : Robert Surcouf, le chevalier des mers


Un de mes ancêtres a acquis sur les mers une renommée qui s’étend bien au-delà de sa Bretagne natale et du port de Saint-Malo en particulier.
Robert Surcouf, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est en effet le grand-père de la grand-mère de ma grand-mère (je laisse au curieux le plaisir de compter le nombre de générations).
Robert Surcouf est aux corsaires français ce que Bayard fut aux chevaliers : le modèle culminant en apothéose un modèle qui allait disparaître.

Statue de Surcouf sur les remparts de Saint Malo
Alfred Caravanniez – Fin XIXe siècle
Né le 12 décembre 1773, le jeune Surcouf descendait par sa mère de Dugay-Trouin, immense capitaine corsaire, le seul à pouvoir s’enorgueillir d’avoir capturé une ville, Rio de Janeiro. Bravant le désir de ses parents d’en faire un prêtre (curieuse idée connaissant sa fougue et sa vitalité), le jeune Robert s’engage à 13 ans comme mousse sur un navire en partance pour les Indes. À 20 ans il est déjà capitaine d’un navire qui participe au trafic d’esclaves. C’est à cette époque un “commerce“ qui enrichit en toute bonne conscience les armateurs de Saint-Malo et plus encore de Nantes.
Mais Robert Surcouf passe rapidement à la guerre de course et sous ses ordres, les navires corsaires : la Clarisse, la Confiance et le Revenant, brillent de ses exploits. Les lettres de marque encadraient strictement l’activité corsaire et ne permettaient d’attaquer que les navires, y compris marchands, des nations en guerre contre la France.

Attaque du navire anglais le Kent
par la Confiance, le 7 Octobre 1800
Un pays plus que les autres, souffrit de l’audace et du talent de Surcouf : la Grande-Bretagne.
À seulement 23 ans, Surcouf frappe un grand coup qui le rend célèbre des deux côtés de la Manche. Avec un équipage de 30 hommes et sur un navire armé de seulement 2 canons, il arraisonne plusieurs navires anglais dont on retiendra le Triton, navire armé par la Compagnie des Indes de 26 canons et 150 hommes d’équipage ! Une ruse digne de Bertrand Duguesclin lui avait permis d’approcher sa proie en cachant son équipage avant de le faire jaillir et de tout emporter avec furie.
Dès lors, les proies de Surcouf sont trop nombreuses pour être toutes décrites. On ne peut cependant passer à côté de son trophée le plus beau car le plus incroyable : la prise le 7 octobre 1800 du Kent, vaisseau de commerce à plusieurs ponts et 40 canons portant 400 hommes d’équipage plus une troupe d’élite de 200 hommes armés.
Robert Surcouf ne disposait que de 18 canons (plus petits) et de 150 hommes d’équipage. Les officiers anglais qui se riaient de la petitesse du bateau français et invitaient leurs passagères à assister à sa capture changèrent d’humeur devant la résolution avec laquelle les manœuvres du capitaine malouin l’amenèrent audacieusement jusqu’à l’abordage. Un corps à corps sanglant, tel qu’il pouvait se développer sur des espaces réduits comme le pont d’un navire, permit la conquête du bâtiment au prix de nombreux morts anglais. C’est cette victoire que les Français commémorent encore de nos jours, mais sans le savoir, quand ils entonnent la chanson « le 31 du mois d’août » et crient « Merde au roi d’Angleterre qui nous a déclaré la guerre » !
Un tel enchaînement de réussites concourt à enrichir prodigieusement Robert Surcouf. S’il ne prend plus lui-même la mer après 1809, il financera et armera plusieurs navires corsaires et mettra sur pied de grandes opérations commerciales. En 1813, sa fortune est estimée à plus de 3 millions de francs. Décoré de la légion d’honneur et fait baron d’empire, Robert Surcouf terminera comme colonel de la garde nationale de Saint-Malo.

Caricature de Robert Surcouf, avec, sous ses pieds, l’Union Jack
œuvre de son descendant Jean-Yves Barbedor
Seule la maladie eut raison de sa force, et il s’éteignit le 8 juillet 1827 dans sa maison de campagne. Il est enterré au cimetière de Saint-Malo où sa tombe est toujours visible.
Une statue le représente, pointant sans relâche son doigt vers l’Angleterre du haut des remparts de Saint-Malo. Gloire à Surcouf… et “Merde pour le roi d’Angleterre…“.
©Jean-Yves Barbedor

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Commandoair40
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13187
Age : 72
Emploi : Patriote Français & Sécessionniste.
Date d'inscription : 07/11/2014

MessageSujet: Re: Robert Surcouf, chevalier des mers   Dim 8 Mai 2016 - 10:15

Merci GUS ,

Encore un Grand Marin .

___________________________________ ____________________________________

Sicut-Aquila

 



“Nous avons entendu et nous savons ce que nos pères nous ont raconté, nous n’allons pas le cacher à nos fils.
Nous redirons à tous ceux qui nous suivent, les œuvres glorieuses...”

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Surcouf, chevalier des mers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SURCOUF - D621 (1954-1972) : ce qu'il faut avoir lu ou vu
» [Divers - Les classiques] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
» Robert EUDE, historien Seinomarin.
» Robert Gogoi a-t-il été à bord du Gerlache ?
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: AUMONERIE :: Pour ne pas les oublier-
Sauter vers: